Souverain et souveraineté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Lun 10 Déc 2007, 19:02

Voilà un sujet qui pourrait sembler aller de soi alors que ce n'est pas forcément le cas pour tous les royalistes ; voyons par exemple comment nombre de monarchies européennes s'accommodent d'une construction européenne de plus en plus envahissante - malgré quelque résistance angloise - qui en viendra forcément à un moment, puisque le but affiché est clairement une Europe politique, à figer encore plus les monarques constitutionnels européens dans un simple rôle de représentation. En somme, royalisme et construction européenne jusqu'au-boutiste sont-ils compatibles ? A mon avis, la réponse doit être clairement non. D'un point de vue français, quand le Roi de France est sacré lieutenant de Dieu sur terre selon des lois fondamentales, il ne rend des comptes qu'à Dieu et qu'à la tradition du royaume de France. Il est dès lors inadmissible qu'un monarque qui se respecte puisse recevoir des ordres d'un bureau de technocrates européens, d'autant plus quand il s'agit la plupart du temps d'hommes vouant un culte aux valeurs révolutionnaires et anti-catholiques. Aucune concurrence au sommet de l'Etat ne peut être acceptable. L'idée d'Europe n'en est pas pour autant absurde, mais elle n'est viable qu'en respectant les nations et en les laissant libres de coopérer. On en a connu des exemples avec la politique familiale de Louis XIV voire pendant la Sainte Alliance à la suite de la Révolution.

A titre de document intéressant, on peut citer ces quelques paroles de Louis XX prononcées à l'occasion d'un dîner-débat (lire l'intégralité du texte ici) :
Le sujet abordé ce soir "souverain et souveraineté" fait partie des grandes questions de société desquelles il n'est guère possible de faire abstraction. Il est au cœur de la fonction de gouverner et du devoir d'état. Le destin des Capétiens et des Bourbons s'y trouve tout entier résumé. Le Souverain est celui qui exerce le pouvoir suprême, la souveraineté. Telle est bien la fonction sociale la plus haute et aucun Etat ne peut se passer d'un souverain. Le choix que l'on en fait décide de ce que sera le corps social et donne son sens à 1'Etat. Les rois de France, mes aïeux, ont très tôt fixé leur doctrine : le roi, souverain béni par l'onction du sacre, selon une belle formule définie par les juristes "est empereur en son royaume". Durant des siècles, pour concrétiser cette idée, ils ont dû lutter à la fois contre les dangers de 1'étranger toujours prêt à vouloir imposer ses règles à la souveraineté nationale et contre les périls intérieurs de ceux qui voulaient limiter la souveraineté du roi pour mieux dicter leur loi. Entre ces deux écueils, la France s'est bâtie et a prospéré.
Aujourd'hui, la question est loin d'être inactuelle et il me semble que si vous m'avez demandé d'être parmi vous c'est parce que vous avez tous conscience que le rôle des souverains est toujours aussi essentiel et qu'ils demeurent l'expression la plus sûre de la souveraineté et de la permanence de l'Etat. Ce devoir, nous l'incarnons depuis que la France est France.
Vous pouvez être assurés que pour demain, que pour les jeunes qui, avec moi, auront à construire le nouveau siècle et à lui donner ses valeurs, je saurai prendre mes responsabilités et assumer l'héritage de la tradition.
Autre citation de Louis XX à propos de l'avènement de son ancêtre Philippe V, petit-fils de Louis XIV, en Espagne, et de la politique européenne de ce dernier (lire l'intégralité du propos ici) :
Pour la France puisque ce départ confirme la politique inaugurée déjà par Louis XIV lors des traités de Westphalie cinquante ans auparavant. Il s'agit de la place de la France en Europe. Jusqu'alors les souverains étaient préoccupés d'élargir le pré-carré et de garantir les frontières naturelles. Louis XIV acheva cette première étape d'une politique commencée avec les premiers capétiens, en repoussant nos frontières jusqu'au Rhin.

Il put ainsi mettre en oeuvre une véritable politique continentale et ouvrir la voie à l'influence de la France sur toute l'Europe. Tel est bien ce que marque le départ de Philippe V pour aller régner au delà des Pyrénées. L'influence de la dynastie allait continuer depuis ce geste fondateur puisque les héritiers de Philippe V allaient occuper les trônes des Deux Siciles (royaume de Naples)et de Parme. Une certaine idée de la France se mettait en place dont le Pacte de Famille de 1761 serait une nouvelle et importante étape. L'aboutissement de cette politique n'est malheureusement pas connue puisque les régimes qui se sont succédés au 19ème siècle ne la poursuivirent pas amenant les trois conflits européens aux conséquences si néfastes…

Louis XIV, lui, souhaitait pour notre pays une destinée européenne et le dix huitième siècle lui donna raison puisqu'il fut celui du rayonnement français sur tout le continent.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Jeu 13 Déc 2007, 20:17

Je ne viens pas sur le fond plus que dire ceci : la souveraineté d'un pays est un combat de puissance, une offensive à outrance. La conservation d'attributs de moins en moins mérités par la situation générale du pays ne remplace pas ce combat. En ce sens les souverainistes français mettent à côté de la plaque.

Pour le reste, il est à regretter que le prince Louis n'ait plus fait de discours politique depuis lors et ait été confiné dans les commémorations.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Ven 14 Déc 2007, 13:54

Je suis plutôt d'accord avec vous si vous m'écrivez que la souveraineté et la puissance, ou plutôt la saine gestion d'une nation, vont de pair, et qu'on n'a sans doute pas l'une sans l'autre. Ce que je voulais signifier était simplement que pour un royaliste respectueux de la tradition capétienne, on ne pourrait imaginer un souverain gouverné par un bureau européen - pire un président de l'UE... Ce serait lui retirer implicitement ce titre même de souverain qui serait vidé de son sens.

Là où par contre je peux critiquer le souverainisme français républicain (j'imagine que c'est de celui-là dont vous parliez) - et je suis bien placé pour avoir été un temps partisan du MPF - c'est la croyance en la possibilité de défendre une souveraineté sans souverain, c'est-à-dire une France maintenue sous respirateur artificiel puisqu'il faut dire les choses comme elles sont. L'idéologie républicaine impliquant la ruine de la tradition, la disparition des frontières et le messianisme révolutionnaire (l'Internationale n'est en rien une nouveauté d'extrême gauche), les souverainistes républicains ne sont que des faire-valoir inoffensifs de ce système avec lequel les mondialistes, bourgeois ou gauchistes - cela incarnant deux facettes de la Révolution, le libéralisme et le socialisme au sens large - sont en plein accord.

Quant à votre commentaire sur Louis de Bourbon, il est intéressant rien que grammaticalement ; vous écrivez : "il est à regretter que le prince Louis [...] ait été confiné dans les commémorations." Ce "on" complément d'agent sous-entendu qui confine le Prince dans cette posture, c'est bien le monde royaliste qui a largement laissé tomber la tradition capétienne et qui n'appuie pas son Prince légitime comme il le devrait, que ce soit l'Action Française qui pèche par orléanisme et terminologie républicaine ou l'Alliance Royale qui méconnaît la tradition capétienne en imaginant une élection bonapartiste du roi. Tout cela fait qu'on n'a plus qu'un royalisme choisi comme système, raisonnement digne d'un pur philosophe des Lumières, quand le royalisme français devrait être une fidélité et une tradition plutôt qu'un choix. Et je pense justement que pour être plus présent, Louis aurait besoin d'être porté par un monde royaliste uni par cette fidélité. Peut-on vraiment lui en vouloir de mener sa vie avec les soutiens qu'il a - ou plutôt qu'il n'a pas ?
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Sam 15 Déc 2007, 17:00

Je ne lui en veux pas. Je trouve même qu'il s'en sort plutôt bien malgré les handicaps.
on ne pourrait imaginer un souverain gouverné par un bureau européen
Mais on a vu un bureau européen à la botte du président de la République quand Jacques Delors présidait lui-même la Commission. C'était le premier reproche que faisaient les Anglais. Bruxelles était devenu un "machin" français.

C'était une démarche de puissance. La souveraineté procède de la puissance acquise et confirmée en permanence voire accrue. Il ne doit y avoir aucun tabou pour atteindre à cette puissance.
Et il faut commencer par réduire l'Etat drastiquement, car si vous chaussez du 42 vous ne pourrez jamais courir avec des galoches de 45 ! Or c'est exactement notre situation.
Nous avons un Etat capable en effectifs et procédures de gérer toute l'Europe ! Et il n'arrête pas d'enfler.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Sam 15 Déc 2007, 17:27

J'entends bien ce que vous m'écrivez et il y a beaucoup de vrai dans tout cela au niveau du concept si on fait abstraction de la tradition, seulement parce que vous semblez avoir une vision très pragmatique et positive de la souveraineté d'une nation, cette vision me paraît dissociée d'un aspect pourtant fondamental pour un royaliste, la légitimité et la tradition. Le fait de n'avoir aucun tabou, comme vous l'écrivez, pour atteindre à la puissance, conduit dans le cas évoqué à mépriser une légitimité qui est pour moi, royaliste français, essentielle. D'autant que la problématique se complique du fait que la France est fille aînée de l'Eglise et qu'un roi légitime est un roi sacré devant Dieu. On placerait donc un bureau européen au-dessus de Dieu ? Ce serait bien symptomatique de la mentalité malade de notre époque sordide. En y pensant bien je ne vois que le Pape qui aurait la légitimité pour avoir une autorité européenne spirituelle dans les domaines qui le concernent. [Evidemment, tout cela est dit au plan théorique dans l'hypothèse d'une Restauration, et on en est loin malheureusement]

Rien ne dit d'ailleurs que l'abandon de la légitimité au profit d'un pragmatisme européen doive bénéficier à la France. "On a vu", comme vous le dites à propos d'un cas que j'étais trop jeune pour voir moi-même ; c'est-à-dire que c'est possible, dans un temps circonscrit, mais je ne crois pas que cela ne puisse jamais se retourner contre nous ni même, de toute façon, qu'aujourd'hui il y ait beaucoup à attendre de l'Europe avec l'idéologie qui la domine. Je ne crois pas non plus qu'il soit impossible d'atteindre à la puissance dans les frontières françaises ; le candidat malheureux Villiers l'avait bien démontré en Vendée au niveau économique - là où on n'attend pas les réactionnaires justement mais plutôt les purs libéraux ! Alors réduire l'Etat, mille fois oui, mais pas de démantèlement, je ne pense pas que ce soit une méthode nécessaire. Il y a de la forfaiture dans cet abandon de la France à mon avis.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Dim 16 Déc 2007, 11:40

L'Etat ne doit pas être démantelé, mais réduit fortement et surtout durci en efficacité ! Se posera vite d'ailleurs la question de la pertinence de la décentralisation.

En attendant, Diable boîteux (de VLR) a posé une question à l'AF qui entre parfaitement dans le fil de forum-ci. La question est reprise spécialement aujourd'hui dans Royal-Artillerie. Chaud devant ! Very Happy

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Lun 17 Déc 2007, 17:49

L'Etat ne doit pas être démantelé, mais réduit fortement et surtout durci en efficacité ! Se posera vite d'ailleurs la question de la pertinence de la décentralisation.
Là-dessus nous sommes bien d'accord. Je me souviens à ce propos que lors de ma lecture de quelques livres de François Bluche il n'y a pas si longtemps, j'ai été assez impressionné par l'efficacité d'une administration pas si nombreuse qu'on pourrait le faire croire sous Louis XIV. Ce qu'il y a d'"amusant" à notre époque est que nous sommes à la fois sur-administrés (quantitativement parlant) et sous-administrés (qualitativement parlant).

En attendant, Diable boîteux (de VLR) a posé une question à l'AF qui entre parfaitement dans le fil de forum-ci. La question est reprise spécialement aujourd'hui dans Royal-Artillerie. Chaud devant !
Effectivement on ne peut nier qu'il y ait quelque rapport avec le thème de notre sujet Very Happy !

Quant au texte lui-même, j'y reconnais bien la qualité et la rigueur de Diable boîteux au niveau conceptuel, et finalement cela va complètement dans le sens de ce que j'ai écrit plus brièvement ci-dessus, à savoir qu'il n'y a pas de souveraineté sans souverain - ni sans puissance d'après ce que vous aviez écrit, mais resterait à définir la façon de l'atteindre sans brader la légitimité capétienne ! - et que le combat pour la souveraineté républicaine, appelé souverainisme, n'a aucune chance de l'emporter, cela parce que les fondamentaux idéologiques de la république appellent clairement au dépassement de toute tradition. Les républicains qui veulent vraiment se battre pour la souveraineté et pour la France se devraient de devenir royalistes par cohérence.

Ce que souligne le texte est justement un grave problème, que l'AF aurait plutôt tendance à se républicaniser qu'à attirer dans son giron ces républicains souverainistes. Mais là où Diable boîteux dresse un constat, certes bien utile, je crois qu'il faut l'utiliser vraiment et s'en prendre au problème stratégique royaliste en son ensemble, c'est-à-dire savoir proposer. Que l'Action française se sente tenue de soutenir une souveraineté fantoche conduit à cette problématique : comment sauver la France et remettre un roi sur son trône, et à défaut de cela comment contribuer utilement à cette cause tant que le monde royaliste français n'est pas attractif ?

La première vérité à en dire, c'est qu'un mouvement royaliste n'a pas à s'associer à des réclamations de légitimité populaire et démocratique par cohérence politique, et que les formations républicaines telles que le FN et le MPF voire le MNR sont suffisamment présentes pour le faire seules, car de toute manière, comble de l'ironie, le monde royaliste actuel - aussi pénible soit-il que de l'écrire - ne pèse absolument rien au niveau de l'opinion française. A quoi bon alors brader ses idéaux quand en plus de cela on n'a aucune chance de peser dans des combats au rabais ?

La deuxième chose à dire, d'ordre stratégique, c'est le problème d'avoir pris l'AF comme référent pour ce débat de souveraineté. Certes DB écrivait au sujet de l'AF, mais il est évident que la voie de l'AF est un échec et que les royalistes devront se renouveler s'ils ne veulent pas rester dans le rôle du témoignage, dans le sens d'une plus grande cohérence qui fait complètement défaut aujourd'hui. En effet, d'une part, s'il n'y a pas de souveraineté sans souverain, il faut déjà que les royalistes se battent au nom de la France c'est-à-dire au nom du souverain légitime clairement défini par la tradition capétienne. Ni l'AF, ni tous les royalistes qui refusent de choisir entre Bourbons et Orléans ne le font, et se battant pour une souveraineté et une cause royale sans souverain défini, ils ne peuvent se battre pour la France. Il ne saurait y avoir ni souveraineté, ni France, ni combat royaliste juste sans le combat clair pour un Prince légitime. C'est là que la proposition intervient, et la solution, qui ne peut avoir qu'un nom, cette légitimité royale, qui, associée à la souveraineté, devrait être le cheval de bataille unificateur de la cause royaliste.

Je ne change donc pas d'idée à ce sujet, si les royalistes veulent être utiles à la cause royale et française, et éventuellement attirer à eux les souverainistes qui se battent par défaut dans les formations républicaines, il faudra retrouver la cohérence originelle en se réunifiant sous la houlette de la légitimité capétienne dans un parti légitimiste unique et conquérant. En cela, le problème du combat pour la souveraineté est loin d'être circonscrit à l'AF et son compromis républicain, il est celui de tout le monde royaliste qui méconnaît la tradition ou refuse de trancher par peur de la mésentente.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Lun 17 Déc 2007, 18:29

Mickaelus a écrit:La première vérité à en dire, c'est qu'un mouvement royaliste n'a pas à s'associer à des réclamations de légitimité populaire et démocratique par cohérence politique, et que les formations républicaines telles que le FN et le MPF voire le MNR sont suffisamment présentes pour le faire seules, car de toute manière, comble de l'ironie, le monde royaliste actuel - aussi pénible soit-il que de l'écrire - ne pèse absolument rien au niveau de l'opinion française. A quoi bon alors brader ses idéaux quand en plus de cela on n'a aucune chance de peser dans des combats au rabais ?
Je vous suis à 100%. Le regretté Pierre Pujo s'est fourvoyé quant il a rallié Chevènement, l'ancien patron du CERES, structure marxiste tendance St Just.

En cela, le problème du combat pour la souveraineté est loin d'être circonscrit à l'AF et son compromis républicain, il est celui de tout le monde royaliste qui méconnaît la tradition ou refuse de trancher par peur de la mésentente.
Dans l'époque moderne et post-moderne il y a trois péchés royalistes capitaux : le régicide (1793), l'usurpation (1830) et la révolte des ambitieux (1873). La concurrence des maisons royales et ce marquage à la culotte du prince Louis par le neveu du prétendant d'Orléans ne sont pas pour rien dans le désintérêt des citoyens en empathie avec notre cause. J'ai coutume de dire qu'au moment de l'accession, un des deux se dégonflera au spectacle du désastre que montrera alors la France, mais dès fois je pense aussi que cette rivalité exacerbée nous privera de tout choix, et qu'un homme "providentiel" et très ambitieux surgira pour ramasser la république au ruisseau. Il ne sera pas des nôtres.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Mar 18 Déc 2007, 18:47

Kardaillac a écrit:Le regretté Pierre Pujo s'est fourvoyé quant il a rallié Chevènement, l'ancien patron du CERES, structure marxiste tendance St Just.
D'autant que concernant Chevènement c'est assez inattendu. J'ai connu de petites structures bonapartistes qui ont fait de même en 2002, mais un mouvement royaliste... Question

Maintenant, cela ne devrait pas empêcher les royalistes de réclamer la souveraineté, mais il faut pour cela militer clairement pour la souveraineté française et selon la formule : "pas de souveraineté sans souverain", quitte à organiser des manifestations sans les républicains qui ne jurent que par le drapeau bleu blanc rouge et le référendum - arme à double tranchant s'il en est !

De toute façon, je crois que l'attitude du "compromis souverainiste" traduit avant même la perte de cohérence idéologique des royalistes un véritable et dangereux désespoir politique. J'ai pu le ressentir moi-même en faisant le compromis du MPF, mais je ne m'y sens plus tenu, loin s'en faut, désormais.

La concurrence des maisons royales et ce marquage à la culotte du prince Louis par le neveu du prétendant d'Orléans ne sont pas pour rien dans le désintérêt des citoyens en empathie avec notre cause.
Il n'y a rien d'étonnant à cela, et c'est d'autant plus grave que l'un des principaux arguments qui me semble récurrent chez tous les royalistes est celui de l'unité par le roi au-dessus de toute faction. Aujourd'hui que voit-on ? Des royalistes divisés en chapelles et sur les prétendants, comme en partis républicains ; cela ne fait guère sérieux. De même, il ne serait pas difficile de s'imaginer qu'un républicain connaissant peu notre cause s'interrogeât avant tout sur le souverain pour lequel on se battrait. Que devrait-il penser quand on lui répondrait qu'on n'en sait rien ? En ce sens, l'Alliance royale, qui voulait unifier les royalistes dans un combat politique royaliste rénové et moderne, a sacrément raté son coup : on ne réunit pas dans le mensonge - l'orléanisme - ni dans la fuite en avant - le n'importequinisme - mais dans la vérité - le légitimisme. Ce qui fait que la boucle est bouclée : les problèmes du monde royaliste actuel s'expliquent essentiellement par une attitude moderniste. Je ne vois donc pour ma part de solution que dans une refondation à la fois légitimiste et moderne. Aujourd'hui, malgré la qualité de beaucoup de gens que je peux lire sur divers fora, toute cette énergie ne sert strictement à rien.

J'ai coutume de dire qu'au moment de l'accession, un des deux se dégonflera au spectacle du désastre que montrera alors la France, mais dès fois je pense aussi que cette rivalité exacerbée nous privera de tout choix, et qu'un homme "providentiel" et très ambitieux surgira pour ramasser la république au ruisseau. Il ne sera pas des nôtres.
C'est effectivement le mirage bonapartiste qui nous pend au nez si on persiste dans un royalisme révolutionnaire ou des Lumières faisant fi de la tradition capétienne. Néanmoins, je ne vois pas Louis de Bourbon se dégonfler pour ma part ; comme il le dit lui-même, il ne prétend pas, il est. Ce sont les Orléans qui prétendent.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Indépendance nationale

Message par Kardaillac le Sam 26 Avr 2008, 17:10

Le souverainisme étant un concept creux et sa marotte, agitée par des républicains peu convaincus, n'ayant pas empêché d'entamer la souveraineté française par le traité de Lisbonne, l'AFE laisse la guenille et passe à la guerre d'indépendance (selon un forumeur de chez eux).

Qu'est-ce que l'indépendance dans le monde globalisé ?
Royal-Artillerie traite la chose en 2 volets :
Le premier, l'indépendance économique en cliquant ici ;
Un second abordera l'indépendance militaire ultérieurement.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Sylphe le Sam 26 Avr 2008, 21:36

Quelquechose ne tourne pas rond dans la pensée de Louis XX : on ne peut à la fois exiger l'indépendance de la France et célébrer la mise en place de monarchies cousines plus ou moins vassales.

Sylphe
Banni

Nombre de messages : 162

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Lun 28 Avr 2008, 16:20

Kardaillac a écrit:l'AFE laisse la guenille et passe à la guerre d'indépendance (selon un forumeur de chez eux).
Tant mieux pour l'indépendance puisque je partage cette idée, par contre pour faire la guerre il va falloir songer à trouver des troupes... Pour l'instant les Français - pardon les républicains déracinés - sont malheureusement résignés à se laisser manger.

Kardaillac a écrit:Le premier, l'indépendance économique en cliquant ici ;
On ne va pas revenir sur le fait qu'évidemment, un pays ne peut aujourd'hui être indépendant en ce qui concerne l'énergie et l'économie, mais on ne peut non plus se réjouir de ce que l'économique ait pris le pas sur le politique (de quoi procéderait, tout de même, un éventuel retour du souverain de France). Je vous trouve cela dit dur et même très défaitiste quand vous liez nécessairement taille et puissance économique, possibilité d'action et Europe (européisme ?) et que vous reléguez la France à une puissance de seconde zone. Peut-être rêvé-je mais j'ai l'audace de croire que la France ne manque pas de potentiel (si on pouvait s'inspirer un peu de ce qui se fait en Vendée !) mais est terriblement mal gérée. Il y a des choses à faire mais j'ai peine à croire que s'abandonner à la mondialisation avec le sourire en soit une bonne, loin s'en faut... Il faut retrouver une vitalité et un esprit d'entreprise et une saine protection.

Sylphe a écrit:Quelquechose ne tourne pas rond dans la pensée de Louis XX : on ne peut à la fois exiger l'indépendance de la France et célébrer la mise en place de monarchies cousines plus ou moins vassales.
Avez-vous écrit cela à cause de l'extrait du discours à propos de Philippe V ? Si c'est bien le cas je crois que c'est faire un mauvais procès ; soit Louis XIV mettait sur le trône d'Espagne son petit-fils, soit un ennemi prenait sa place. Je ne vois de toute façon pas de contradiction entre sauvegarder l'intégrité du patrimoine du royaume et renforcer son influence, c'est le rôle d'un roi de France.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Sylphe le Lun 28 Avr 2008, 18:42

Si c'est le rôle du roi de France, c'est également celui des gouvernants des autres pays.

Lorsque que l'on crée un état supranational, il faut faire des concessions en échange d'avantages. Si l'on ne veut rien céder, on est écarté et on se retrouve perdant.

Sylphe
Banni

Nombre de messages : 162

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Lun 28 Avr 2008, 19:51

Sylphe a écrit:Si c'est le rôle du roi de France, c'est également celui des gouvernants des autres pays.
Je ne prétends pas le contraire, et c'est bien pour cela que s'est produite la guerre de succession d'Espagne au début du XVIIIe siècle dans le cas dont nous parlions ; le conflit était inévitable puisque le roi d'Espagne mourait sans héritiers en désignant le duc d'Anjou comme successeur.

Seulement il faut bien préciser que jamais Louis XIV n'a envisagé une "monarchie universelle", toute sa politique a été de garantir les frontières françaises notamment le fameux pré carré du nord est. Rien à voir avec une volonté d'établir les monarchies vassales que vous évoquiez, il ne faut pas confondre Louis XIV et Napoléon.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Mar 29 Avr 2008, 12:54

Mickaelus a écrit:Je vous trouve cela dit dur et même très défaitiste quand vous liez nécessairement taille et puissance économique, possibilité d'action et Europe (européisme ?) et que vous reléguez la France à une puissance de seconde zone. Peut-être rêvé-je mais j'ai l'audace de croire que la France ne manque pas de potentiel (si on pouvait s'inspirer un peu de ce qui se fait en Vendée !) mais est terriblement mal gérée. Il y a des choses à faire mais j'ai peine à croire que s'abandonner à la mondialisation avec le sourire en soit une bonne, loin s'en faut... Il faut retrouver une vitalité et un esprit d'entreprise et une saine protection.
Nous sommes en train de dévisser de la paroi. Dans les affaires du monde extérieur, celles qui confèrent un certain rang à une nation, nous n'avons plus le temps de faire dans la dentelle. Nous faisons rire !
C'est pourquoi je suis "dur". Hélas.
Sad

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Mickaelus le Mar 29 Avr 2008, 19:03

Kardaillac a écrit:nous n'avons plus le temps de faire dans la dentelle. Nous faisons rire !
De ce point de vue là je vous rejoins tout à fait, il serait possible d'améliorer les choses mais il faudrait faire vite. Or l'équation impossible c'est que les gens qui ont de bonnes idées - royalistes, réactionnaires - ne peuvent pas accéder au pouvoir par le biais de la démocratie, sauf à échelon local, comme en Vendée, mais cela ne suffit pas pour faire avancer tout le pays... Donc si je crois qu'en soi la France aurait du potentiel, je ne suis sans doute, en fin de compte, pas plus optimiste que vous pour l'avenir.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Kardaillac le Mar 29 Avr 2008, 19:22

Le dernier coup de chasse-mouches au visage de la République française est passé inaperçu. Nous avons envoyé une représentation du plus haut niveau à Pékin pour apaiser nos "amis" chinois. Cette délégation était composée du second personnage de l'Etat, le président Poncelet, d'un ancien Premier ministre et sénateur (qui succèdera à Poncelet) et du conseiller diplomatique spécial de M. Sarkozy, Levitte.
Le message était, dit-on, de suggérer au pouvoir central de mimer une rencontre entre lui et les représentants du gouvernement tibétain en exil contre la venue glorieuse du Président français et de madame. Ceci n'est pas rien demander quand vous considérez que la province n'est pas souveraine. Demandez à Paris d'ouvrir officiellement des négociations avec le FNLC canal historique.

Au même moment mais avec un décalage de quelques heures, le président Barroso de la Commission de Bruxelles qui n'a aucun mandat diplomatique exprès, se pointe avec sa délégation pour parler bizness et fluidifier les échanges. Le soir même, lui et le gouvernement chinois actent qu'une réunion sera organisée entre Pékin et les représentants du Dalaï Lama (l'un des chef spirituels du bouddhisme tibétain).
Terminé !

Le theâtre d'ombres chinoises sera monté rapidement afin de ne pas obérer les cérémonies olympiques. De la France il n'est pas même question, sauf à Paris bien sûr. Entretemps, Delanoë avait versé de l'huile sur le feu par plaisir, ce qui le disqualifie pour une fonction étatique.

Voici notre "influence". Mais la faute est à Chirac.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souverain et souveraineté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum