Le mariage pour tous

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Ven 21 Déc 2012, 20:15

Comme nous n'avions pas encore d'article sur ce projet de loi, je propose cet entretien avec le comte de Paris (quelques passages polémiques ne manqueront pas de vous faire réagir j'en suis sûr, notamment sur la possibilité d'une union homosexuelle bénie en Église ou la toute fin sur le prince de France en "France"), et quelques articles sur la position du Saint Père Benoît XVI.

Benoît XVI s'oppose au mariage gay

Par Jean-Marie Guénois Mis à jour le 21/09/2012 à 16:01 | publié le 21/09/2012 à 14:53

En recevant vendredi un groupe d'évêques français, le Pape les a encouragés à «relever le défi» posé par le projet de loi sur le mariage homosexuel en France, qu'il n'a toutefois pas nommé.

C'est presque sans précédent. Même en Espagne, où le mariage gay fut adopté, Benoît XVI n'était pas allé aussi loin. Mais, en recevant un groupe d'évêques français, vendredi, à Castel Gandolfo, le Pape s'est invité dans le débat en cours sur le mariage homosexuel sans pour autant prononcer ce mot.

Première remarque: le Pape considère, sur le fond, que la famille en France est «menacée» par «une conception de la nature humaine qui se révèle défectueuse». Benoît XVI s'oppose ici à la théorie du «genre». Elle place la différence sexuelle au rang de la culture et non plus de la nature. Or l'Église catholique soutient que la forme des corps de l'homme et de la femme, donnée biologique objective, ne peut être une simple invention de l'esprit.

La deuxième remarque du Pape porte sur les conséquences sociales d'une telle loi. Le Souverain Pontife estime que «le mariage et la famille» doivent être «garantis» de «toute équivoque possible quant à leur vérité». Sans quoi, prévient-il, «tout dommage qui leur est causé constitue de fait une blessure pour la convivialité humaine comme telle». L'Église s'inquiète ici de la durabilité d'une société indifférenciée qui aurait gommé tout repère. Elle insiste par exemple sur les conséquences de l'adoption d'enfants par des couples homosexuels. Non pas pour ces couples mais «pour les enfants eux-mêmes», comme l'a souligné, mardi, le cardinal Vingt-Trois à la sortie de son entretien avec Christiane Taubira, ministre de la Justice.
Des évêques craignent d'être rétrogrades

La troisième remarque papale touche l'action politique et l'épiscopat français. Benoît XVI encourage directement les évêques à «relever le défi» posé par ce projet de loi en rappelant que «défendre la vie et la famille dans la société n'est en rien rétrograde mais plutôt prophétique». Les mots sont choisis: beaucoup d'évêques de sensibilité progressiste se recommandent du «prophétisme» mais se montrent muets sur ce dossier par peur d'apparaître... rétrogrades! Le Pape demande donc à l'épiscopat de faire preuve de «courage» et d'«audace».

Ce discours, préparé longtemps à l'avance, aborde d'autres questions plus internes à l'Église de France. Il est le premier d'une série de trois qui seront prononcés à l'adresse des évêques français pendant les visites ad limina où le Pape reçoit en continu, pays après pays, tous les évêques du monde.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Mariage gay : Benoît XVI cite le grand Rabbin Bernheim

Par Jean-Marie Guénois Publié le 21/12/2012 à 13:18

Pour le Pape Benoît XVI, le Grand Rabbin Gilles Bernheim a bien posé le problème du mariage gay qui risque de réduire l'enfant au statut d'« objet »

Les Papes ont déjà rendu hommage à des Grand Rabbins. Mais aucun comme Benoît XVI n'a puisé dans leurs travaux pour argumenter ses propos de responsable de l'Église catholique. Dans le second tome de son livre sur «Jésus de Nazareth» il avait utilisé les travaux théologiques de son ami le Rabbin Jacob Neusner. Mais dans son discours annuel à la Curie romaine -considéré comme le plus important de l'année sur le plan interne- prononcé, vendredi, il a longuement cité l'essai du Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim publié le 18 octobre dernier. Le Pape y puise largement une argumentation, qu'il fait sienne, pour dire une nouvelle fois «non» au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par ces couples.

Benoît XVI est intervenu à différentes reprises cet automne pour s'opposer au mariage homosexuel dans le cadre de discours qu'il adressait à des évêques français. Mais c'est la première fois qu'il prend une position aussi clair et explicite contre le mariage gay dans un texte à portée universelle et placée au cœur de son magistère. Ce discours à la Curie Romaine prononcé vendredi matin devant l'ensemble des services administratifs du Saint-Siège a été, de fait, traduit en sept langues.

«Le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, écrit Benoît XVI, dans un traité soigneusement documenté et profondément touchant, a montré que l'atteinte à l'authentique forme de la famille, constituée d'un père, d'une mère et d'un enfant -une atteinte à laquelle nous nous trouvons exposés aujourd'hui- parvient à une dimension encore plus profonde». Il ajoute: «Il devient clair maintenant qu'ici est en jeu la vision de l'être même, de ce que signifie en réalité le fait d'être une personne humaine.»
«Contester sa propre nature»

En citant Gilles Berheim, le Pape démontre ensuite «la profonde fausseté» de la théorie du genre. Cette théorie déplace la différence sexuelle inscrite dans la biologie même du corps humain vers un simple choix de culture, donc relatif. Résultat selon lui: l'homme finit par «contester sa propre nature» et «l'être humain désormais existe seulement dans l'abstrait, qui ensuite, de façon autonome, choisit pour soi quelque chose comme sa nature.»

Dernier axe de la démonstration: les conséquences pour l'enfant si le droit d'adopter était voté pour des couples homosexuels. «Bernheim, souligne le Pape, montre comment, de sujet juridique indépendant en soi, il [l'enfant] devient maintenant nécessairement un objet, auquel on a droit et que, comme objet d'un droit, on peut se procurer».

Conclusion de Benoît XVI, dont l'idée est de démontrer que derrière le débat sur le mariage gay, c'est la vision même de l'homme qui est en cause: «Dans la lutte pour la famille, l'être humain lui-même est en jeu. Et il devient évident que là où Dieu est nié, la dignité de l'être humain se dissout aussi. Celui qui défend Dieu, défend l'être humain!»
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Mariage gay : «Une loi détruisant notre société»

Par Laurence De Charette, Christine Ducros Mis à jour le 21/12/2012 à 17:46 | publié le 21/12/2012 à 17:33

INTERVIEW - Le comte de Paris, âgé de 79 ans, déplore un «matraquage de lois» attaquant les «fondements de la société».

Le projet de mariage pour tous ne laisse décidément personne indifférent. Le comte de Paris a reçu Le Figaro dans son appartement parisien, aux murs chargés de tableaux historiques et de ses propres aquarelles.

LE FIGARO. - Vous êtes opposé au mariage pour tous. Vivez-vous donc, selon l'expression utilisée par la garde des Sceaux vis-à-vis d'un député hostile à la réforme, «dans un igloo»?

LE COMTE DE PARIS. - Du tout… Mais pour moi l'apocalypse c'est maintenant. Ce matraquage de lois - mariage gay, bioéthique, euthanasie - détruit les fondements de notre société. Bloquée, elle doit évoluer, mais ce n'est pas en agitant des leurres que nous sortirons de l'impasse. Pendant ce temps, le chômage continue d'augmenter. On ne fait pas de la politique avec de l'idéologie. Les Français n'ont pas besoin d'être traumatisés.

Vous parlez effectivement dans vos messages d'apocalypse ou de tsunami. Des mots très forts…

Nous sommes une société judéo-chrétienne, influencée par des apports de l'Islam, notamment dans le sud de la France. Chez nous la cellule primordiale reste la famille. La cellule familiale constitue la base, c'est elle qui fonde nos racines, depuis deux mille ans. Regardez combien de Français se passionnent pour la généalogie! Va-t-on vraiment expliquer aux enfants qu'ils sont nés de papa 1 et papa 2? Les lois ne sont pas faites pour entrer dans l'intimité des gens.

L'un des arguments des défenseurs du mariage pour tous c'est la nécessité de prendre en compte la situation de ces centaines ou milliers d'enfants qui vivent déjà avec deux hommes ou deux femmes, sans statut. Ne faut-il pas leur donner un cadre légal?

Ce texte ne leur rendra pas leurs racines… Je pense que le pacs a été nécessaire, à un moment donné, pour apporter une sécurité juridique aux couples non mariés. Il aurait très bien pu être amélioré. Au Moyen Âge dans le même esprit, existait la frérèche, qui était déjà une façon d'accueillir un ami dans la structure familiale, hors liens du sang, mais permettait notamment d'hériter. L'idée n'est pas nouvelle. Je ne suis pas défavorable à une union civile homosexuelle, qui pourrait même donner lieu à une bénédiction à l'Église. Mais le mariage, lui doit être préservé, car il a une dimension sacramentelle.

Mais peut-on défendre le statu quo sur le mariage au nom de la religion dans un État laïque?

Au-delà du mariage, qui est une convention sociale, c'est la cellule familiale que je défends! J'ai moi-même attendu onze ans avant d'épouser civilement ma seconde femme, et trente-cinq ans avant de me marier à l'Église. Les catholiques vivent ce texte baptisé «mariage pour tous» comme une volonté, de la part de la gauche, de fragiliser la religion. À ce que je sache pourtant François Hollande a fait ses études dans une école catholique, tout comme Martine Aubry, ou Ségolène Royal. Je les laisse face à leur conscience.

Avez-vous rencontré les responsables gouvernementaux pour évoquer ces questions?

Non, je n'ai pas cherché à parler avec eux, d'autant que j'ai constaté que les responsables religieux avaient été reçus un quart d'heure chacun… Internet est là aujourd'hui justement pour influencer, lancer des idées essentielles sur de nombreux sujets. J'écris tous les lundis sur mon site, et chaque jour, matin et soir, je tweete pendant près d'une heure.

Manifesterez-vous contre le texte le 13 janvier prochain ou appellerez-vous à manifester?

Non, je ne crois que ce soit là mon rôle. Je n'ai jamais manifesté ni signé une pétition. Je respecte les autres. Je suis là pour donner une orientation, un autre point de vue, tirer la sonnette d'alarme.

Vous qui suivez les débats de société, que pensez-vous de l'exil fiscal de Depardieu en Belgique?

C'est un monstre sacré il a beaucoup donné à la France, au cinéma, payé beaucoup d'impôts, et en retour, il a reçu des insultes. Je ne lui jette pas la pierre. Je ne paie pas moi-même l'ISF. Mais je posséderais sa fortune je ne partirais pas. Le prince de France ne quitte pas son pays.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Camisard le Ven 21 Déc 2012, 21:33

"Je ne suis pas défavorable à une union civile homosexuelle, qui pourrait même donner lieu à une bénédiction à l'Église."

Faire bénir les homosexuels par l'Eglise!!!!!!! J'appelle ça un blasphème! Cet homme la n'est il donc jamais rentré dans une église? et n'a t il jamais ouvert une Bible?

Je ne vais pas faire de commentaires du style "pas étonnant d'une famille qui n'a toujours fait que précipiter l'effondrement de la civilisation française"! C'est tellement évident que ça n'apporterais rien au débat!

Beurk!

avatar
Camisard
Chevalier

Nombre de messages : 216

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Gilgalaad le Ven 21 Déc 2012, 21:56

Mais je posséderais sa fortune je ne partirais pas. Le prince de France ne quitte pas son pays.

Vaniteux, imbécile, ignare, etc... Décidément feu les Orléans arrivent à recevoir tout les superlatifs "insultant" de la langue Française.

_________________
Ultima ratio regum (Le dernière argument des Roys)
Carpe diem (quam minimum credula postero) : « Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain »
avatar
Gilgalaad
Roturier

Masculin
Capricorne Serpent
Nombre de messages : 44
Age : 28
Localisation : CREST / drôme / Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Camisard le Sam 22 Déc 2012, 10:38

Nous sommes une société judéo-chrétienne, influencée par des apports de l'Islam, notamment dans le sud de la France.

Il fait allusion à quoi? La situation actuelle?

Qu'il se renseigne un peu et qu'il aille donc voir un peu la seine Saint Denis ou les banlieues de Lilles ou celles de Mulhouse! Le cancer a dépassé la Loire

Ou alors il se fait le propagandiste des thèses gauchos, celles qui affirment que jusqu'à Poitiers (la bataille) les incursions des mahométans se faisaient dans la joie et la bonne humeur!?!

Usurpateur, dhimmit, apostat et mal informé de la situation de "son" pays!!!!! Tout pour plaire!

Déja que cette iniquité de "mariage pour tous" avait le don de m’énerver, mais en plus commenté par un tel personnage.....ça finit de me "mettre les nerfs"!!!!! Suspect
avatar
Camisard
Chevalier

Nombre de messages : 216

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Ven 28 Déc 2012, 20:52

Oui, j'avoue que je ne comprends pas moi non plus la teneur de cet entretien du comte de Paris avec Le Figaro ; quand j'ai vu le titre de l'article, j'ai cru que la réaction allait être de bon sens et je l'ai lu sans a priori. Mais quelle déception, quand cet homme qui fait tout de même partie de la lignée des Bourbons malgré toutes nos divergences dynastiques, commence par faire remarquer que ces lois sont mauvaises et comprend même qu'elles existent pour fragiliser la religion, pour finir par envisager des possibilités qui ne valent pas beaucoup mieux. Bref, il a l'air d'énoncer des principes dont il ne veut pas tirer les conséquences. Une façon volontaire de ne pas se couper de l'air du temps, ou un aveuglement réel ? Peut-être un peu des deux.

Cela dit, je vous ai trouvé un autre énergumène qui n'est pas mal non plus dans son genre. Cela se passe en Bretagne (allez, j'envoie de l'eau au moulin de Calliope Very Happy ) :

Prêtre, maire de son village et favorable au mariage gay

Par Jean-Marie Guénois Publié le 06/12/2012 à 09:45

Elie Geffray, maire d'Eréac en Bretagne, est aussi prêtre de l'Eglise catholique. Il soutient le projet de loi sur le mariage pour tous.

C'est un oiseau rare et il habite en Bretagne: Il est prêtre et maire à la fois. Et comme s'il en fallait un, il est même pour le mariage homo! C'est l'hebdomadaire La Vie qui le met en valeur mais Elie Geffray avait été déniché, lundi, par le quotidien régional Le Télégramme.

Un peu d'exégèse d'abord. Ce prêtre n'est pas le «curé» de la commune, Eréac, dont il est le maire. «J'aurais refusé» assure-t-il avec son bon accent, un peu roulant, des Côtes d'Armor. Il a voué son sacerdoce aux écoles catholiques comme éducateur et professeur. Une fois à la retraite, ce prêtre du diocèse de Saint Brieuc a alors donné des coups de main pour remplacer ses confrères curés. Un jour les habitants de son village natal ont pensé qu'il ferait aussi un bon maire… adjoint. Ce qui fut fait en 2001.

Tellement bon qu'il fut élu maire de cette commune de 650 habitants en 2008. Et que son agenda de septagénaire se partage aujourd'hui entre des rendez-vous préfectoraux pour l'urbanisme, le développement économique et la construction d'une EPAD de 72 lits mais aussi pour des célébrations de messes, de baptêmes, d'enterrements et de… mariages.

«Je suis réglo avec la loi»

Mariage civil et religieux… Et le mariage gay? La polémique sur l'objection de conscience pour des maires qui refuseraient de célébrer l'a fait sortir de sa réserve. «j'ai été tiré de ma torpeur, raconte cet homme vif bourré d'humour, par le journal local qui est venu me demander mon avis. En tant que maire, je ne peux être que réglo avec la loi. Et dans ma position je suis conscient de ce que signifie la séparation Église-État.»
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pour terminer de manière plus positive :

Mariage gay : l'enseignement catholique s'empare du débat

Par Caroline Beyer Mis à jour le 28/12/2012 à 18:34 | publié le 28/12/2012 à 15:58

INTERVIEW - Éric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique, a adressé une lettre à ses 8500 chefs d'établissements privés, expliquant son opposition au projet de loi sur le mariage gay.

Éric de Labarre, le secrétaire général de l'Enseignement catholique invite les chefs d'établissement à s'emparer du débat «en conscience et avec clairvoyance» à travers «les initiatives» leur paraissant «localement les plus adaptés pour permettre à chacun l'exercice d'une liberté éclairée à l'égard des choix aujourd'hui envisagés par les pouvoirs publics.»

Certains y voient un appel déguisé à participer à la manifestation contre le mariage gay, programmée le 13 janvier prochain à l'initiative de Frigide Barjot. Voire une prise en otage des 2 millions d'élèves de l'enseignement catholique et de leurs familles, ainsi que de quelque 210.000 personnels, enseignants et autres. Immanquablement, ce sujet qui touche aux établissements sous contrats, dont les rapports avec l'État sont définis dans la loi Debré de 1959, fait polémique

LE FIGARO.- Pourquoi avoir a choisi de prendre position a sur le mariage homosexuel à travers ce courrier aux chefs d'établissements privés catholiques?

Éric DE LABARRE -Je suis étonné que cette lettre, adressée il y a 15 jours aux chefs d'établissement, et dont je n'avais reçu aucun écho, fasse autant de bruit aujourd'hui.

Nous n'avons pas eu de demande ou de pression de qui que ce soit pour prendre position. Mais, dans la perspective de la présentation du projet de loi devant le Parlement fin janvier, il était nécessaire de dire, en tant qu'éducateur, notre point de vue, comme bien d'autres l'ont fait.

On nous annonce quand même une «réforme de société et de civilisation», selon les mots du gouvernement. Il est donc nécessaire que l'ensemble des français comprenne ce qui est en jeu.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Par rapport à ce qui est évoqué par Eric de Labarre :

Le mariage gay adopté en Conseil des ministres

Par Agnès Leclair Mis à jour le 07/11/2012 à 14:13 | publié le 06/11/2012 à 20:44

Le projet de loi implique de «désexualiser» le Code civil.

Bouleversement sociétal et chamboulement juridique, le projet de loi du «mariage pour tous» a été adopté mercredi en Conseil des ministres. Le président François Hollande a déclaré que ce projet devait être «un progrès pas seulement pour quelques-uns mais pour toute la société».Il a souhaité aussi que le débat soit «maîtrisé» et «respectueux des opinions comme des croyances», selon des propos rapportés par la porte-parole du gouvernement Nadjat Vallaud-Belkacem.

Travail d'écriture pour certains, véritable métamorphose pour d'autres: le Code civil devrait à coup sûr être retouché pour s'adapter aux couples de même sexe. La première et principale modification proposée par le projet devrait être la création d'un nouvel article. Ce dernier occuperait une place vide dans le Code civil, celle du numéro 143. Selon les versions de travail du texte, il pourrait être rédigé en ces termes: «Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe.» Cette réforme entraînerait dans la foulée la réécriture de nombreux articles du Code civil pour les «désexualiser», c'est-à-dire enlever les références sexuées à l'homme et la femme, au père et à la mère ou encore à l'aïeul et à l'aïeule pour s'adapter aux couples de personnes de même sexe. Les termes «père» et «mère» ne seront pas tous gommés du texte et transformés en parents, nuance cependant la Chancellerie. Leur emploi au pluriel permettrait notamment une interprétation assez large de la filiation pour correspondre aux nouveaux cas de figures. «Attendez de voir le projet de loi (…) avant d'avancer des choses totalement fausses comme l'idée du parent 1 et du parent 2», a souligné mardi Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par FLF_BZH le Sam 29 Déc 2012, 23:46

Il est vrai que ce prêtre et maire breton est un peu particulier (ça va être difficile de rassurer Calliope...^^). Certains vont se dire que ce prêtre est "ouvert", "moderne", et qui prend en compte les "évolutions de la société". Beaucoup de gens considèrent que s'opposer à cette loi, à ce sujet, veut dire que nous soyons homophobes et que nous éprouvons donc de la haine, ce qui est naturellement faux et qui relève de la pure caricature. Mais bon, difficile de se faire comprendre dans une société tellement polluée par toute sorte de mauvaises idées et par les idéologies, notamment l'égalitarisme.

Pour l'enseignement catholique, je ne sais pas si c'est son rôle de rentrer elle-même dans cette affaire. Il ne disent pas "opposition" mais "débat"; ils rentrent ainsi dans le piège du démocratisme, et donc leur tentative sera vaine, car ils sont pas assez nombreux et n'ont que peu d'influence dans ce régime. Certes, ils ont réussi à faire reculer le gouvernement en 1983, car la survie de cet enseignement catholique était en jeu et qu'ils faisaient "masse"; mais là, je ne le crois pas, car cette loi n'a pas de rapport direct avec eux (bien qu'ils défendent les valeurs chrétiennes), et en plus il y a désolidarisation de certains parents d'élèves notamment.

Plus généralement, je trouve que les catholiques que nous sommes, traditionalistes ou pas d'ailleurs, n'ont pas à intervenir dans ce "débat". Cela concerne le mariage devant la mairie, le mariage républicain, succédané du mariage à l'église, le sacrement du mariage, le vrai je pense. En clair, que le mariage à la mairie soit autorisé pour des couples du même sexe n'est vraiment pas problématique, et c'est dans la suite logique du processus révolutionnaire, du moment que le mariage sacrement de l’Église puisse demeurer tel qui l'est. Ainsi les rassemblements de Caritas et autres traditionalistes dans la rue, manifestants contre cette future loi, sont illogiques et stupides même. Ce n'est pas le vrai mariage qu'ils défendent, et ils s'épuisent en vain. La République et la religion catholique sont vraiment incompatibles.

_________________
Potius mori quam foedari
Kentoc'h mervel eget bezañ saotret
avatar
FLF_BZH
Ecuyer

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 71
Age : 26
Localisation : Bretagne

http://royalistesbretons.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Dim 30 Déc 2012, 19:26

A propos des notions de démocratie et de débat, l'enseignement catholique a de toute façon un vice de forme et un problème intrinsèque, c'est qu'il est sous contrat avec l’Éducation nationale et donc contrôlé par la république (les concours de recrutement des professeurs sont exactement les mêmes mis à part un entretien avec un chef d'établissement en plus) ; il ne faut donc pas s'étonner qu'il ne puisse pas y avoir autre chose que l'émission de réserves formulées avec prudence. Je pense tout de même que ces établissements sont un peu concernés du fait que j'imagine que la propagande à propos de la normalisation de la vision morale de l'homosexualité doit y avoir cours sous quelque forme également (je ne me souviens pas avoir assisté à ce genre d'intervention de mon temps, même en public, mais ça a dû empirer). En tout cas, que des catholiques s'expriment sur ce projet de changement du statut civil de la famille, cela ne me dérange pas.

De la même façon et plus généralement, et tout en comprenant bien la distinction que vous faites, FLF_BZH, il n'empêche que tous ceux qui vivent en France et qui se marient sont obligés de passer par ce mariage, et que tout civil qu'il soit, il n'en recèle donc pas moins un enjeu moral. On voit bien, et cela est presque indépendant du régime au vu du temps qu'il a duré déjà (hélas !), que les générations successives sont de plus en plus perméables aux idées qui légitiment les déviances et à tout ce qui promeut l'égalité de manière caricaturale. Ce qui est effrayant dans tout cela, c'est que les jeunes générations vont grandir avec cette interprétation de la famille, et bientôt nous allons subir la révision idéologique du dictionnaire qui va avec. Alors, ce n'est peut-être pas du domaine du catholicisme traditionaliste, mais de la même façon que je n'approuve pas ceux qui disent ne pas vouloir se marier du tout pour ne pas passer devant le maire, je pense qu'il faut rester vigilant devant les pertes de sens qui progressent à vitesse galopante. C'est pourquoi j'approuve le Pape quand il invite le clergé français à s'exprimer pour changer un peu. L'incompatibilité entre la république et le catholicisme ou la séparation entre l’Église et l’État, comme le dit le prêtre-maire de l'article, je veux bien, mais cela ne justifie pas de laisser perdre les âmes sans rien dire.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Camisard le Dim 30 Déc 2012, 21:32

mais cela ne justifie pas de laisser perdre les âmes sans rien dire..


C'est à nous a réagir à chaque fois!

Je me souviens , un jour ou un de mes fils me ramene son livre de cours d'education civique avec au programme de la leçon suivante: " Les droits du gardé à vue-les droits du prevenu-les droits du condamnés"

Dans la mminute j'etais dans ma voiture, direction le college! J'ai vu dans la demi heure, la professeur en question, et j'ai obtenu que ce sujet ne soit pas abordé et cette leçon abandonnée! Maigre victoire me direz vous, mais importante pour moi!

J'ai compris comment fonctionne l'education nationale: "pas de couilles-pas d'embrouilles" (excusez la vulgarité du propos): la peur du scandale les mets en position de faiblesse dans un rapport de force. C'est ce qu'on bien compris les partisans du hallal et du voile!

Ne rien lacher!
avatar
Camisard
Chevalier

Nombre de messages : 216

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mer 02 Jan 2013, 21:34

Ah, les cours d'éducation civique ! Un nom fourre-tout pour faire passer un bon nombre de saloperies, pardonnez-moi le mot un peu vulgaire Very Happy . Et quand on voit les envies de remise au goût du jour d'une espèce de morale à l'école, bien évidemment républicaine et relativiste et donc anti-morale, il y a de quoi s'inquiéter sérieusement. En tout cas, bravo à vous Camisard, vous avez bien raison, il ne faut pas laisser les enfants se faire prendre en otage plus qu'ils ne le sont déjà par les petits prêtres de la république.


Concernant l'enseignement catholique dont il était question juste au-dessus, il semble que la communication était un peu plus ferme ou du moins claire que ne le laissait supposer l'article précédent, ce qui est toujours bon à savoir :

Dans un courrier adressé à ses 8500 chefs d'établissement, l'enseignement catholique exprime officiellement son « désaccord » avec le projet de loi du gouvernement sur le mariage homosexuel.

Le Secrétariat général à l'enseignement catholique (SGEC) a décidé d'entrer dans le débat sur le mariage homosexuel. En toute logique, la polé­mique est au rendez-vous. Dans une ­lettre adressée le 12 décembre aux 8500 chefs des établissements catholiques sous contrat, le SGEC pose officiellement son «désaccord» avec le projet de loi sur le mariage gay. Rappelant «des références sociales aussi fondamentales que le mariage, union d'un homme et d'une femme», le texte, signé d'Éric de Labarre, «patron» du SGEC, invite chaque établissement à «prendre les initiatives qui lui paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l'exercice d'une liberté éclairée à l'égard des choix aujourd'hui envisagés par les pouvoirs publics». Si certains y voient un appel à peine déguisé à participer à la manifestation du 13 janvier, Éric de Labarre s'en défend, mettant en avant le débat qui doit enfin s'ouvrir «en conscience et avec clairvoyance».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Enfin, il semble que la ligne du FN, sur la réserve à propos de ce sujet, tende à se confirmer :

Florian Philippot, vice-président du Front national, a indiqué aujourd'hui sur Europe 1 qu'il ne prendrait "personnellement" pas part à la manifestation contre le mariage homosexuel, le 13 janvier, et que le FN prendrait lui sa décision "dans les jours qui viennent". "Nous prendrons cette décision dans les jours qui viennent (...) Moi, personnellement, non, je pense que je n'y serai pas, je l'ai dit", a-t-il déclaré.

"Notre position est très bien connue, nous sommes contre le mariage homosexuel. Contrairement à l'UMP, ce n'est pas chez nous qu'il y a des divisions sur le sujet", a-t-il dit, en affirmant qu'à l'UMP, "environ 25% du groupe votera pour ce mariage homosexuel à l'Assemblée nationale". "Il y aura des gens chez nous qui n'iront pas" à la manifestation pour laquelle l'UMP mobilise ses militants, "d'autres qui iront". "Il y aura de toute façon une grande liberté pour nos adhérents. C'est ça un parti normal, adulte, c'est un parti politique qui fait vivre le débat", a assuré Florian Philippot.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Ven 04 Jan 2013, 21:12

Et voilà, il fallait s'en douter : on va vouloir faire passer les opposants au mariage pour tous pour des homophobes purs et durs. Je n'apprécie pas du tout la manière dont Peillon s'inquiète doucereusement des effets d'un "débat" dont les socialistes sont les promoteurs et donc les responsables ; ce ne sont tout de même pas les catholiques qui ont demandé à ce que cette loi voie le jour !

Mariage gay : Peillon recadre l'enseignement catholique

Par Marie-Estelle Pech Mis à jour le 04/01/2013 à 16:25 | publié le 04/01/2013 à 13:51

EXCLUSIF - Dans une lettre adressée à tous les recteurs de France, le ministre de l'Éducation nationale met en avant la crainte d'une recrudescence des incidents homophobes dans les établissements scolaires.

Dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] adressée à tous les recteurs de France que Le Figaro s'est procurée, le ministre de l'Éducation nationale a décidé aujourd'hui de recadrer l'enseignement catholique au sujet du mariage gay. Il appelle à «la plus grande vigilance à l'égard des conditions du débat légitime qui entoure le mariage pour tous (...) notamment dans les établissements privés sous contrat d'association. Le caractère propre de ces établissements ne saurait leur permettre de déroger au strict respect de tous les individus et de leurs convictions». Interviewé par Le Monde, le ministre est allé plus loin, évoquant « [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] » de l'enseignement catholique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

«Peillon cherche à faire culpabiliser les chrétiens»

Par Delphine de Mallevoüe Mis à jour le 04/01/2013 à 18:38 | publié le 04/01/2013 à 18:33

INTERVIEW - Laurent Wauquiez s'insurge contre les propos «scandaleux» du ministre de l'Éducation, qui a tancé vendredi l'enseignement catholique pour ses prises de position sur le mariage gay.

Député (UMP) de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez a été ministre chargé des Affaires européennes puis ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Conseiller politique de l'UMP depuis 2009, il a fondé La Droite sociale, un club de réflexion de parlementaires voué à faire entendre la sensibilité sociale au sein de la droite.

LE FIGARO. - Comment réagissez-vous aux déclarations de Vincent Peillon?

Laurent WAUQUIEZ. - C'est parfaitement scandaleux de laisser croire que la vision de la famille dans l'enseignement catholique serait responsable de suicides chez les jeunes homos. Cela relève au mieux de l'ignorance, au pire du mépris pour l'enseignement catholique. C'est une grande manipulation politique qui cherche à faire culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l'opposition au mariage homo et à l'adoption est le fait d'une minorité.

Les débats autour du mariage homosexuel donnent jour, selon vous, à une «cathophobie intolérable», que dénoncez-vous précisément?

La volonté de rejeter tout rapport avec les religions est très frappante depuis ce nouveau gouvernement socialiste. Tout particulièrement avec les chrétiens, à en juger par la violence et la cristallisation dont ils font l'objet dans les débats sur le «mariage pour tous». Au lieu d'être le projet de tolérance dont se réclament ses défenseurs, cette réforme est d'abord la réforme du rejet, du mépris et de la haine à l'égard des religions.

Vous vous scandalisez que l'on réduise l'opposition au projet aux seuls catholiques…

Le mariage homosexuel et l'homoparentalité, c'est un sujet pour tous et pour toutes les religions. Les juifs, les musulmans, les protestants s'y opposent. Or le gouvernement marque une volonté scandaleuse de réduire l'opposition à un seul groupe réactionnaire qui serait les cathos. Bien commode.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Léandre de Brisaux le Dim 06 Jan 2013, 14:32

Mickaelus a écrit:Et voilà, il fallait s'en douter : on va vouloir faire passer les opposants au mariage pour tous pour des homophobes purs et durs.

Je suis sans doute "homophobe" au sens de notre société... Mais au moins j'ai ma conscience de catholique pour moi... Ça me fait toujours marrer ces gens qui se battent contre une homophobie prétendue en plus de se battre contre le mariage homosexuel... Qui a envie de ressembler à la mère Barjot ?

_________________
« Avant d’être Royaliste, je suis Catholique et Français. Je dirais même que je ne suis Royaliste que parce que je suis Catholique et Français... » (Comte M. d’Andigné)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Léandre de Brisaux
Roturier

Masculin
Gémeaux Coq
Nombre de messages : 19
Age : 25
Localisation : Bugey Blanc
Affinités politiques : Royaliste, monarchiste, légitimiste, absolutiste, traditionaliste & contre-révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Alain le Dim 06 Jan 2013, 15:21

J'ai bien peur que ce pseudo-combat pour le "mariage" des homosexuels ne soit que l'avant-garde d'une réalité plus a-naturelle encore: La famille, soyons rationnels, c'est ce qui découle de l'amour de deux êtres, à savoir un homme et une femme. Bon, je ne vais pas faire des illustrations! Laughing
C' est comme çà la Vie... Et, elle peut être trés belle! Very Happy
Si nous abolissons ( elfin la république) cette réalité naturelle, il n'y aura plus de frontières entre la raison et le fantasme, voire la barbarie. Les homosexuels n'ont rien à voir là dedans ( qu'ils vivent leur vie comme ils veulent: Ils ne font de mal à personne) mais la république les prend en otage pour affirmer la destruction du droit naturel. Là, c'est dangereux. La république de France est le seul état du monde qui a autorisé légalement des associations pédophiles comme le FLIP ( soutenu par les quotidiens "Le Monde" et "Libération" de Serge July dans les années 1970)... Se servir des homosexuels pour détruire les structures sociétales de base est un complot infect qui ouvre les portes aux pires satanistes. La Vie a ses réalités: Le "Droit" puant des républicains n'a rien à y faire!!! Shocked

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Vodrebka le Mar 08 Jan 2013, 23:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Le monde politique s'est saisi d'un sujet remettant en cause l'institution universelle et intemporelle qu'est la Famille, ce qui constitue une menace aux fondements mêmes de notre société. L'humanité toute entière et, en particulier, notre histoire commune, celle de la France, s'est bâtie sur le seul socle familial. Mille ans de notre histoire reposent sur une famille dont je suis l'héritier, le fils aîné, et que j'ai l'immense charge de représenter auprès de vous.

Or, certains souhaitent que l'institution du mariage, sur laquelle repose toute la structure familiale, soit banalisée au point de l'étendre aux personnes du même sexe et, par voie de conséquence, de permettre l'adoption et donc la filiation d'enfants résultant de cette union.

De tous temps, l'homme et la femme se sont unis, naturellement, pour concevoir et élever des enfants. Que serions-nous si nos parents, nos aïeux n'avaient pas suivi ce processus naturel, institutionnalisé et sacralisé ensuite par le mariage chrétien? Comment accepter d'établir un droit à l'enfant au risque d'aller à l'encontre des droits de l'enfant ?

Nos hommes politiques ne peuvent prendre la responsabilité de redéfinir les lois immémoriales de la nature humaine. Certes, nous devons nous adapter continuellement aux évolutions de notre société mais certains principes immuables tels que l'union d'un homme et d'une femme pour fonder une famille et éduquer des enfants ne peuvent être remis en cause.

Nous avons le devoir de nous manifester auprès des responsables politiques qui souhaitent traiter ces questions d'une extrême gravité pour leur faire part de nos réflexions et de nos craintes. Il n'est nullement question de stigmatiser la communauté homosexuelle, dont je sais qu'elle est loin d'être unanime sur la question du mariage pour des personnes de même sexe, de l'adoption des enfants par ces derniers et de leur filiation. Il faut, au contraire, l'écouter tout en s'assurant que la cellule familiale n'est pas menacée. Je refuse que cette discussion soit traitée sous un angle politicien ou idéologique. La défense de l'institution du mariage entre un homme et une femme est un sujet de civilisation que la France doit aborder sans passion.

La vision de mes aïeux, et notamment celle d'Hugues Capet, de Saint Louis, d'Henri IV ou encore de Louis XIV, était de construire, dans l'intérêt de tous, une Nation française qui rayonnerait pendant des siècles. Elle ne s'arrêtait pas aux intérêts particuliers susceptibles de compromettre ses valeurs fondatrices. Mon regretté père, le prince Alphonse, dans la lignée de laquelle je m'inscris, disait qu'"il ne saurait y avoir dans quelque société que ce soit de permanence et de continuité sans le respect des droits fondamentaux de la Famille qui est la cellule de base de toute société constituée selon l'ordre naturel et chrétien. Il appartient à chacun d'y réfléchir. Puisse la miséricorde divine pourvoir à cette utile méditation pour que chacun se reprenne à espérer. ".

J'appelle donc aujourd'hui, hors de toute position politique partisane, tous les Français à défendre les valeurs si chèrement défendues pendant des siècles par nos aînés et à faire connaître leur soutien aux défenseurs de la Famille et des droits de l'enfant. Il en va de notre avenir. Les Français doivent montrer l'exemple aux autres nations.

Paris, le 8 janvier 2013.

Louis, duc d'Anjou
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 36
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Ven 11 Jan 2013, 20:21

Comme quoi, le souhait émis à la fin du sujet sur certaines citations Louis XX n'était pas tout à fait vain ! C'est même mieux que des vœux de bonne année en bonne et due forme, et cela inaugure parfaitement cette année du côté de mon petit blogue Smile .

Ce manifeste, comme on intitule ce texte sur le site de l'Institut duc d'Anjou (voir la version originale [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), me fait extrêmement plaisir. Cela non seulement parce que le duc d'Anjou se manifeste justement, de la façon dont on attend de lui qu'il le fasse quand il s'agit des grands principes qui définissent notre civilisation française et même chrétienne plus largement, mais aussi parce qu'il rappelle à travers ce sujet, un des rôles fondamentaux du roi de France. De par sa souveraineté et l'héritage qu'il reçoit et qu'il doit transmettre intact, il est le gardien des piliers de notre société, dont l'un d'entre eux et le plus important est la famille (on a trop oublié de nos jours combien l’Église a dû combattre jadis contre l'adultère, le concubinage mais aussi contre la polygamie), et cela ne peut se faire que par le processus inverse de celui qui prévaut dans la république. Ce ne sont pas les intérêts particuliers ni tous les fragments d'une société éclatée qui doivent s'affronter pour tenter d'imposer une norme relative ou de placer plusieurs normes contradictoires au même niveau de légalité ou de moralité, au risque de briser tout repère et tout sens de la vie humaine, mais ce sont bien des valeurs qui sont au-dessus des hommes, de par Dieu, la tradition et la loi morale, qui doivent continuer à unir les Français au nom du Bien commun. Et cela, seule le roi peut le rappeler en tout légitimité. On est vraiment dans le rappel des vertus d'une autorité verticale basée sur une transcendance et donc une volonté de Vérité et de Bien, contre ce qui constitue aujourd'hui une bouillabaisse horizontale où chacun voudrait que sa manière de penser soit légitime. Quand orgueil rime avec décadence.

Par rapport aux interventions de Léandre et de Calliope, je crois qu'effectivement la problématique n'est pas l'homophobie ni véritablement la volonté de la communauté homosexuelle ; certes nous avons comme d'habitude des soutiens très médiatiques comme les homosexuels de la télévision, Ruquier et Stéphane Bern (bonne publicité pour les orléanistes au passage), mais ce sont vraiment des paravents illusoires. Il y aura toujours des gens qui seront en dehors de la norme pour une raison ou pour une autre, c'est hélas ainsi, mais le vrai enjeu c'est que le mariage ne perde ni son sens chrétien ni son sens social, ce sont des acquis de haute lutte contre les véritables siècles d'obscurantisme à cet égard. Par contre, je n'apprécie pas non plus le politiquement correct qui voudrait qu'on n'ait rien le droit de dire sur les homosexuels parce qu'ils sont homosexuels : ce sont des êtres humains comme les autres et non une espèce protégée, tous les goûts sont critiquables. Il existe bien des asexués, je n'aurais jamais idée de m'offusquer qu'ils trouvent les rapports sexuels répugnants en général. La question ici c'est de ne pas s'en prendre aux individus, voilà tout.


Sinon, à ajouter au dossier, ce qui nous fait redescendre très bas, l'hypocrisie du gouvernement à propos de sa prétendue neutralité - même si, de toute manière, je ne vois pas comment il peut être question de neutralité quand un gouvernement s'occupe de légiférer sur la vie privée contre la tradition et une sagesse qui le dépasse de loin, de très loin.

Quand une ministre louait le mariage homo dans un collège

Par lefigaro.fr Mis à jour le 06/01/2013 à 18:25 | publié le 05/01/2013 à 18:05

En visite dans une école du Loiret en octobre, Najat Vallaud-Belkacem présentait le mariage homosexuel comme «une avancée». La porte-parole du gouvernement se défend aujourd'hui de tout «prosélytisme».

La consigne de Vincent Peillon, qui a jugé hier qu'il ne lui semblait pas «opportun» d'importer dans le débat sur le mariage gay à l'école, n'a pas toujours été scrupuleusement respectée par les membres du gouvernement, souligne-t-on chez les opposants à ce projet de loi.

Lors d'une visite dans un collège du Loiret cet automne, la ministre du Droit des Femmes, Najat-Vallaud Belkacem, a présenté le «mariage pour tous» comme une «avancée». «Cela va permettre plus d'épanouissement. Plus de liberté. Plus d'égalité dans la société», a-t-elle dit à une assistance d'une dizaine de collégiens dans le cadre d'une action de sensibilisation à la lutte contre l'homophobie, selon des images prises par BFMTV.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


A noter également, la mise au point de l'enseignement catholique :

Pour y mettre fin, Éric de Labarre a donc procédé à une explication de texte: oui, la question du mariage gay est «grave» et appelle au débat. Oui, il est de la responsabilité de l'enseignement catholique d'éclairer sur les conséquences de ce mariage sur l'éducation des enfants, et oui, les «initiatives locales» ont tout leur sens dans un tel contexte. Mais non, il n'est pas question de débats organisés avec les enfants, et certainement pas pendant les heures de cours qui,selon les termes de la loi Debré, sont placées sous la responsabilité du ministère.

Des soupçons «inacceptables»

«En revanche, la “vie scolaire” est de la seule responsabilité des établissements privés. La tutelle ne saurait s'imposer sur ce temps», s'est empressé d'ajouter Éric de Labarre, rappelant le fameux «caractère propre» de ces établissements. Et quand bien même des élèves poseraient des questions sur le mariage gay dans le cadre, par exemple, du chapitre «Devenir homme ou femme» du cours de sciences de la vie et de la terre (SVT), «faut-il se taire et attendre qu'un ordre vienne du ministre?», interroge Éric de Labarre. La réponse, de toute évidence, est négative.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mar 15 Jan 2013, 15:21

Mobilisation historique contre le mariage pour tous

Par Agnès Leclair Mis à jour le 13/01/2013 à 23:50 | publié le 13/01/2013 à 20:44

Selon les organisateurs, près d'un million de personnes ont défilé dimanche à Paris. Ils demandent à être reçus à l'Élysée.

Une marée humaine «bleu-blanc-rose» a déferlé sur Paris. Dimanche 13 janvier, la Manif pour tous, rassemblement national contre le projet de loi du mariage pour tous, a remporté le pari de la mobilisation.

Quelque 340.000 opposants au projet de loi sur le mariage homosexuel ont battu le pavé selon la Préfecture de police. Ils étaient environ un million, selon les organisateurs. Cette dernière estimation ferait du défilé la première manifestation la plus importante sur un sujet sociétal depuis trente ans. Quel que soit le chiffre retenu, la Manif pour tous arrive ainsi au-dessus du seuil de 300.000 personnes que ses organisateurs s'étaient fixé comme objectif. De quoi donner des ailes au collectif soutenu par l'Église catholique et l'UMP et emmené par la médiatique et provocatrice Frigide Barjot, autoproclamée «catho déjantée»
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mariage gay : la plus grande manif depuis trente ans

Par Christophe Cornevin, Service infographie du Figaro Mis à jour le 14/01/2013 à 10:12 | publié le 13/01/2013 à 19:37

Cette manifestation est la troisième plus importante dans Paris en trente ans, juste derrière le défilé pour la révision de la loi Falloux en 1994 et celui pour la défense de l'école libre de 1984.

INFOGRAPHIE - Les organisateurs affirment avoir rassemblé un million de personnes. De leur côté, les forces de l'ordre estiment la mobilisation à 340.000 personnes.

«Une mer d'huile…» En une image, un responsable de la Préfecture de police a résumé l'atmosphère calme, festive et familiale qui a régné dans les trois cortèges géants qui ont convergé dès 15 heures sur le Champ-de-Mars, à Paris. En dépit d'un froid sec, les organisateurs de la marche hostile au projet de loi sur le mariage gay ont réussi leur pari. Peut-être même au-delà des espérances. Alors qu'une véritable marée humaine continuait de déferler depuis la porte Maillot, de Denfert-Rochereau et de la place d'Italie jusqu'au pied de la tour Eiffel, les organisateurs affirmaient avoir rassemblé 500.000 personnes.

À la nuit tombée, ils corrigeaient le chiffre à la hausse en considérant que la mobilisation a franchi la barre du million de personnes. Ce qui en ferait, en termes de fréquentation, le troisième plus important rassemblement dans la capitale en trente ans, juste derrière le défilé pour la révision de la loi Falloux en 1994 et celui pour la défense de l'école libre de 1984, où un million d'hommes, de femmes et d'enfants avaient battu le pavé parisien pour faire reculer le pouvoir socialiste.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'Élysée admet que la manif était «consistante»

Par Nicolas Barotte Publié le 13/01/2013 à 20:05

Malgré la mobilisation, le gouvernement se veut inflexible et rejette l'hypothèse d'un référendum avancée par les opposants au projet de loi.

C'est lui qui est en première ligne. Même si François Hollande était surtout accaparé ce week-end par la situation au Mali, même si la réforme du mariage pour tous n'a jamais été sa principale conviction. C'est vers le chef de l'État que se tournaient dimanche les manifestants opposés à la réforme. Pour lui demander de «suspendre» le projet. Ou pour effectuer des parallèles douteux, comme celui de ce porte-parole, Xavier Bongibault, comparant François Hollande à Adolf Hitler! Une déclaration aussitôt critiquée par les organisateurs de la manifestation.

Au terme de la journée, on était réservé au sein de l'exécutif. Entre 340 000 et 800 000 personnes ont défilé. La manifestation était «consistante», admet-on à l'Élysée. «Elle exprime une sensibilité qui doit être respectée mais elle ne modifie pas la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote de la loi.» Bref, François Hollande espère désormais sortir de cette séquence.

Au sein de la majorité, on trouve que le débat a été mal engagé par le chef de l'État et par le gouvernement. «Ce n'était pas un enjeu pour François Hollande», note un observateur engagé dans la communauté gay. Le chef de l'État aurait trop hésité, faute d'avoir approfondi la réflexion. «Il a fait l'essuie-glace», estime-t-on. Un pas en avant puis un en arrière, comme lorsqu'il a évoqué un droit à la «liberté de conscience» des maires qui ne voudraient pas célébrer de mariage homosexuel.

Changement de ton concernant la PMA

Le président avait voulu rassurer les sceptiques, il a inquiété les convaincus. Puis il avait reçu en toute hâte l'Inter-LGBT, association militante de la cause homosexuelle, donnant le sentiment qu'il était sous l'influence d'un lobby. «C'était une erreur», estime un proche du président.

Quoi qu'il en soit, le gouvernement se veut inflexible et rejette l'hypothèse d'un référendum avancée par les opposants au projet de loi. Le projet de loi ouvrant le mariage pour tous et le droit à l'adoption sera donc déposé le 29 janvier. Pourtant l'opinion est divisée. Selon LH2, 56 % des Français sont favorables au mariage pour tous. En ce qui concerne l'adoption, seulement 45 % des personnes interrogées sont pour. Signe d'une opinion désemparée: 62 % des Français selon l'Ifop trouvent que le débat prend trop de place. Mais à l'Élysée on se réfugie derrière l'exemple du pacs, qui avait suscité une forte contestation lors de son examen à l'Assemblée sans être remis en cause ensuite.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


A propos du manifeste du duc d'Anjou contre le mariage pour tous, Le Figaro en a publié de larges extraits dans une brève, accompagnée d'un lien vers le manifeste sur le site de l'Institut duc d'Anjou. Là où je veux en venir, c'est que les commentaires sont dans une large mesure consternants si ce n'est pas affligeants ; on prend vraiment la mesure du travail herculéen qu'il reste à accomplir, quand les commentateurs de ce genre de site au lectorat profus sont confrontés à la monarchie. Du coup, je me suis "amusé" à répondre à tous ces gens, cela fait toujours un bon exercice ; je n'ai quasiment pas été censuré, ce qui est déjà un bon point.

L'article se trouve [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Vodrebka le Mar 15 Jan 2013, 15:27

Etonnant quand on connait les origines du Figaro.

670 000.....je trouve ça sous estimé.

De la même manière que "consistant" est un euphémisme.
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 36
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mar 15 Jan 2013, 15:55

Je vois Le Figaro comme un journal de droite au sens large et selon l'acception républicaine contemporaine, donc je n'en attends rien de plus au niveau idéologique ; mais cela reste à peu près honnête comme relai de l'information en général, d'où mon utilisation intensive du site. Par contre, c'est vrai que si je me contente de regarder sur Wikipédia, l'histoire du journal n'est pas si sympathique à ses débuts :

Le 15 janvier 1826 parait Le Figaro, un quotidien satirique à Paris, sous l'impulsion d'un chansonnier, Maurice Alhoy, et d'un écrivain et homme politique, Étienne Arago. Le « journal satirique, spirituel et batailleur », est baptisé du nom d'un personnage de Beaumarchais pour faire un pied-de-nez à la censure monarchique. Il se présente sous un format de quatre pages, petit-folio et est publié avec de nombreuses interruptions. Parmi ses premiers rédacteurs, on trouve Félix Davin, Léon Gozlan, Auguste Jal, Jules Janin, Alphonse Karr, Nestor Roqueplan, George Sand, Jules Sandeau. Le journal aux discours satiriques met le rire et l’allusion politique afin de « faire la barbe » aux royalistes. Comme l’épigraphe « La vérité, quand même !... », mentionné en bas à droite chaque fois dans les premiers numéros, qui est particulièrement provocant car elle détourne le « Vive le roi, quand même » des royalistes. De cette façon, Le Figaro se pose subtilement en adversaire des royalistes qui appuient Charles X et ses sympathies libérales se confirment promptement.

Après la chute de Charles X, il accueille favorablement la révolution de Juillet parce que le vieux titre a contribué au renversement du régime. Son directeur Victor Bohain y gagne alors une place de préfet. Le journal garde cependant son indépendance d'esprit et, sous la direction de Henri de Latouche, se montre ensuite très critique envers la Monarchie de Juillet.

Je suis d'accord avec vous à propos des chiffres, là il est indiqué qu'il s'agit d'une moyenne entre les estimations officielles et celle des organisateurs, mais comme vous le faites remarquer justement, la réaction très contestable de l'Elysée laisse à penser d'emblée que les chiffres ont été revus à la baisse. Quoi qu'il en soit, c'est un grand succès qui est toujours plaisant en ce qu'il place le pouvoir face à ses contradictions. Ces gens de gauche qui en appellent toujours à leur soutien du peuple quand cela les arrange, n'hésitent pas à promouvoir des réformes européennes au nez et à la barbe des gens, et dans le cas qui nous intéresse, comme par hasard il n'est plus question de "peuple" mais de "démocratie représentative" (les termes de Mme Taubira). Le pire étant la manière dont on écarte toute possibilité de référendum de par la constitution qui l'interdirait sur les sujets relevant du "social", qu'on prend grand soin de distinguer du mot "sociétal." Ce n'est pas facile de justifier son hypocrisie.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mar 15 Jan 2013, 19:31

Quelques précisions à propos du référendum justement :

Un référendum sur un sujet de société est-il possible ?

Par Guillaume Perrault Mis à jour le 14/01/2013 à 20:08 | publié le 14/01/2013 à 20:03

Controverse juridique autour des propos de Christiane Taubira concernant l'impossibilité d'organiser un référundum sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.

Un référendum sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels: plusieurs sondages suggèrent qu'une majorité de Français approuvent cette revendication. Cependant, Christiane Taubira, garde des Sceaux, a assuré dès dimanche soir sur TF1 que la Constitution n'autorisait pas un référendum sur ce sujet. «La Constitution précise les domaines dans lesquels un référendum est possible, et ça n'est pas le cas», a-t-elle argumenté. Une telle consultation «ne correspondrait pas à notre droit actuel», a ajouté Christiane Taubira lundi.

Qu'en est-il? L'article 11 de la Constitution permet au président de soumettre au référendum un projet de loi «portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale» ainsi que sur «les services publics qui y concourent» ou la ratification de certains traités. Les expressions de «droit civil» ou de «questions de société» ne figurent pas dans cette liste de thèmes. Pour la grande majorité des universitaires, comme Olivier Duhamel ou Guy Carcassonne, un référendum sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels est donc impossible.

Quelques-uns de leurs collègues, de sensibilité gaulliste, défendent toutefois la thèse inverse. Anne-Marie Le Pourhiet, vice-présidente de l'Association française de droit constitutionnel, observe qu'un projet de loi relatif à la politique sociale peut être soumis au référendum. Or, soutient-elle hardiment, les questions de société relèvent des questions sociales au sens large. Dès lors, selon elle, «les questions de société ne sont pas exclues des sujets pouvant être soumis aux Français par référendum». Le refus d'organiser un référendum serait donc un choix politique, que l'exécutif devrait assumer comme tel, et non une impossibilité juridique. C'est aussi l'avis d'Armel Pécheul, professeur de droit public à l'université d'Angers. «Le champ d'application du référendum n'est pas vraiment limité», estime-t-il.

[...]

Depuis 2008, un référendum est de droit si une proposition de loi en ce sens est approuvée par un cinquième des députés et des sénateurs. La proposition de loi doit ensuite être soutenue par une pétition signée par un dixième des électeurs inscrits, soit 4.400.000 personnes. Mais la loi organique précisant les modalités pratiques de ce nouveau type de référendum, indispensable pour y recourir, n'a pas encore été adoptée par le Parlement. De surcroît, un tel référendum devrait encore obtenir le feu vert des Sages avant d'être organisé.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Lorenz le Mar 15 Jan 2013, 22:28

Article 11 alinéa 1 : (les termes en gras sont de moi)

Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux assemblées, publiées au Journal officiel, peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions.

Le mariage des personnes de même sexe, n'est-ce pas une mesure à caractère social ?

Social : relatif à la société. Les homosexuels ne feraient-ils pas partie de la société pour les socialistes ? Après les droits des homosexuels qui dépendent du ministère des droits des femmes, maintenant, cela ! Ce n'est pas seulement ridicule, c'est gravement insultant pour ces personnes.

Shocked


Lorenz
Chevalier

Masculin
Bélier Chèvre
Nombre de messages : 241
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mer 16 Jan 2013, 20:04

Eh oui, Lorenz, je suis tout autant étonné que vous l'êtes par le grand déploiement de sophismes auquel nous assistons ces temps derniers afin de faire passer ce projet de loi en force. D'après ce que j'ai entendu ici et là, il s'agit désormais de distinguer le mot "social" du mot "sociétal", en faisant revêtir au mot "social" une acception qui tendrait uniquement vers les considérations économiques. Et bien sûr, on nous évoque un "débat" au parlement dont on imagine déjà la teneur ; comme c'est facile, et comme je le disais ci-dessus cela rappelle vraiment la manière dont on s'arrange pour nous faire passer toujours plus d'Europe politique régulièrement.

A côté de cela, je trouve que l'Eglise catholique est décidément trop timide et n'ose pas s'appuyer sur ce grand élan. C'est dommage !

Mariage gay : pour l'Église, il ne faut pas «ignorer» la rue

Par Jean-Marie Guénois Publié le 16/01/2013 à 17:59

Réagissant pour la première fois depuis la manifestation des opposants au mariage pour tous, les évêques de France appellent la majorité à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez tant de Français.

Trois jours après la manifestation monstre contre le mariage homosexuel, les évêques de France appellent directement la «majorité politique» à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez «tant de nos compatriotes» car elles ont été spectaculairement mises en évidence par «l'ampleur exceptionnelle» de cette mobilisation.

Refuser de le voir ne serait pas «sans dommage pour le bon fonctionnement démocratique» préviennent-ils. Ils appellent donc les responsables gouvernementaux à «rassembler le pays» pour ne laisser s'installer un «clivage» qui serait «malvenu» dans le contexte de la crise économique et sociale.

Lors de ses vœux à la presse, mercredi matin, le président Hollande a toutefois assuré, sur un mode allusif, qu'il n'entendait «pas opposer une France à une autre» mais qu'il poursuivrait ses œuvres de «modernisation» en «respectant les opinions et le débat».

Chercher une troisième voie

Sans évoquer un référendum, les évêques demandent donc concrètement aux élus impliqués dans le «débat parlementaire» d'imaginer «des solutions et des formulations qui soient respectueuses du caractère hétérosexuel du mariage, de la filiation et des personnes homosexuelles». Ce qui reviendrait à réserver strictement le mot «mariage» à l'union d'un homme et d'une femme et à chercher une troisième voie - par exemple une union civile renforcée - comme ils l'avaient déjà suggérée, dans un document, en septembre dernier.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Beaujeu le Mer 16 Jan 2013, 21:41

Belle hypocrisie de prétendre distinguer "social" de "sociétal" lorsqu'il s'agit d'appliquer la constitution, puisque "sociétal" n'existait apparement pas en 1958 ! Je n'ai aucun souvenir d'avoir entendu ce mot dans mes jeunes années. Le social de la constitution englobe donc nécessairement le sociétal.

avatar
Beaujeu
Ecuyer

Nombre de messages : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Mer 16 Jan 2013, 21:57

Bien vu, Beaujeu ! D'ailleurs, je viens de vérifier dans mes Grand Robert dont l'édition date de 1990-91, le mot sociétal n'y apparaît même pas...

Par contre, la définition du mot social comporte bien un passage expliquant ceci : "relatif aux rapports entre les personnes, à la sociabilité ou au groupe."
Ou mieux encore : "qui forme une société ou un élément de société. [...] La famille."

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Camisard le Jeu 17 Jan 2013, 12:59

societal est un terme qui date des années fin 90- 2000!
il a été popularisé par les socialistes à l’époque ou ils étaient au pouvoir! De memoire il me semble que c'est aubry qui a été la première a l'utiliser souvent (à propos des 35 h) puis segolène lorsqu'elle fit campagne en 2002

C'est un néologisme d'incultes parisiens, puisque les fidèles laquais du pouvoir, à savoir les journalistes ne cessent de l'utiliser à toutes les sauces!
avatar
Camisard
Chevalier

Nombre de messages : 216

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Alain le Jeu 17 Jan 2013, 14:48

Ce terme insipide, je l'ai déjà rencontré, il me semble chez Jean-François Lyotard. A la fin des années 70, des "sociologismes" délirants sont nés en nombre ( chez Derrida aussi sans oublier la comique déjantée Cixous). Aprés, ces délirants concepts ont été ressortis massivement à la fin des 90. Mais, ils existaient déjà depuis une vingtaine d'années. Mais les "gauchistes" sont des stars du marketting: Pour nous servir du réchauffer, ils sont champions!
J'en reste de mon côté à me demander ce qu'un type gentil et intelligent comme Deleuze pouvait branler avec ces cliques de tarés! Crying or Very sad

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Mickaelus le Lun 28 Jan 2013, 23:26

Une petite mise au point sur la situation en Europe :

Mariage gay : une étude bouscule les clichés

Par Agnès Leclair Mis à jour le 24/01/2013 à 09:36 | publié le 23/01/2013 à 20:05

Les partisans du projet de loi qui sera débattu fin janvier dans l'Hémicycle semblent convaincus que le mariage homosexuel constitue un standard européen.

• Mariage homosexuel: six pays sur 27 l'ont adopté

Dans le débat, les exemples de la Belgique ou de l'Espagne qui ont autorisé en 2003 et 2005 le mariage gay sont fréquemment cités. Pour autant, une minorité de pays membres de l'Union européenne a fait ce choix aujourd'hui. Ainsi, six pays sur 27 ont légalisé le mariage homosexuel (Pays-Bas, Belgique, Espagne, Suède, Portugal et l'année dernière, Danemark). Au Royaume-Uni, un projet de loi est en cours.

• Le mariage «à la française», une exception européenne

Si la très catholique Espagne a opté pour le mariage de personnes de même sexe, pourquoi pas la France? «La réforme n'a pas la même portée symbolique dans les deux pays. En France, elle est bien plus forte», estime Jean-Thomas Lesueur, délégué général de l'Institut Thomas More. Depuis 1792, le mariage civil enregistré en mairie est le seul valable aux yeux de la loi. Une spécialité que la France partage avec la Belgique et le Luxembourg. Chez nos autres voisins européens, il ne faut pas obligatoirement passer devant le maire avant de pouvoir se marier religieusement. «L'ouverture du mariage civil aux homosexuels a moins heurté en Espagne où il coexiste avec le mariage religieux qui est reconnu avec effet civil», note le juriste Christophe Eoche-Duval.

• Le contrat d'union civile, une norme européenne

La majorité des membres de l'UE ont opté pour l'union civile. Seize pays sur 27, en comptant la France qui a voté le pacs en 1999, ont retenu cette solution, chacun avec ses spécificités et un alignement plus ou moins important des droits entre les couples homosexuels et hétérosexuels mariés. «En Europe, c'est la voie moyenne», résume Jean-Thomas Lesueur. En France, nombre d'opposants au mariage pour tous plaident actuellement en faveur de l'élargissement des droits du pacs ou la création d'une «alliance civile» afin de donner de nouveaux droits aux couples homosexuels sans pour autant ouvrir l'adoption ou la filiation.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Quelques autres effets prévisibles :

Bientôt trois livrets de famille différents

Par Stéphane Kovacs Mis à jour le 28/01/2013 à 17:09 | publié le 28/01/2013 à 12:39

Si le texte sur le mariage pour tous est adopté, il y a aura trois types de livrets de famille: un pour les couples hétérosexuels, et deux pour les couples homosexuels.

«Il n'y aura pas de parent 1, ni de parent 2.» Christiane Taubira l'a «di(t) dix fois», elle l'a encore répété dimanche soir au «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro». Pour parer à toutes les situations, il devrait y avoir, en revanche, trois types de livrets de famille, a précisé la ministre de la Justice: un pour les couples hétérosexuels et deux pour les couples homosexuels, selon leur lien avec l'enfant.

Pour les couples hétérosexuels, rien ne change, a affirmé la garde des Sceaux au JDD. «Nous avons choisi de ne pas désexuer le livret de famille: y sera donc maintenue la référence au père et à la mère», souligne-t-elle.

Pour les couples homosexuels, «si l'un des membres du couple a une relation biologique avec l'enfant, a indiqué dimanche soir Christiane Taubira, il apparaîtra très clairement comme le père ou comme la mère de l'enfant, et le conjoint qui peut adopter apparaîtra comme le deuxième parent».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nom de famille : la nouvelle controverse ?

Par Agnès Leclair Publié le 25/01/2013 à 19:29

Le mariage pour tous pourrait entraîner un changement dans le choix du nom de famille des enfants.

Pour les opposants au projet de loi, c'est tout un symbole. Le mariage pour tous pourrait entraîner un changement dans le choix du nom de famille des enfants. En effet, en absence de déclaration conjointe à l'état civil mentionnant le choix du nom de l'enfant, ce dernier prendrait le nom de chacun de ses deux parents, accolés selon l'ordre alphabétique, selon la dernière version du texte sortie de la commission des lois.

Aujourd'hui, un enfant peut porter le nom de sa mère, de son père ou des deux. Mais, en cas de désaccord entre les parents, il porte le seul nom du père.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mariage pour tous

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum