Citations et interventions du roi, Louis XX.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:06

Huchet a écrit:Car il est bon d'entendre et de respecter la parole de notre roi légitime, Louis XX, et pour que tous les royalistes, quelles que soient les convictions religieuses, leurs opinions politiques, leur orientation sexuelle, ou leur origine sociale, soient avertis des bons sentiments du roi à l'égard de son peuple.

Louis de Bourbon, duc d'Anjou, Louis XX :

« Je n’entends pas m’adresser aux nostalgiques mais aux porteurs d’espoir ; à ceux qui n’ont pas peur des lendemains selon la belle formule du feu Saint-Père. Je le fais avec d’autant plus de conviction que cet espoir n’est pas une utopie. Il est prouvé en permanence par les dix siècles d’histoire que ma famille a écrit avec les Français. Espoir insufflé par Hugues Capet et les premiers capétiens lorsqu’ils ont restauré le royaume au Xème siècle. Espoir de la souveraineté retrouvée avec Jeanne d’Arc et Charles VII lorsque certains avaient failli faire disparaître la France avec le traité de Troyes qui sacrifiait notre indépendance en même temps qu’il niait la légitimité de la succession statutaire. Espoir encore, incarné avec le bon Roi Henri IV lorsqu’il a reconstruit le royaume après trente ans de guerres. Chaque fois ce fut l’union de la dynastie avec les Français qui a permis de reprendre le chemin des lendemains meilleurs. Quelle belle leçon ! Cet espoir, en tant qu’héritier légitime des Rois de France, je souhaite l’incarner. » (Extrait d'un message à l'occasion des cérémonies du 21 janvier 2008)

Source :

generationfa8.com/
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:07

Huchet a écrit:«Vous tombez pile poil pour la fin des biberons ! » Jean, baskets, chemise à carreaux, le prince Louis de Bourbon déboule dans le hall de la résidence new-yorkaise où il a posé ses valises il y a sept mois. Avant de le rencontrer, j’avais demandé à son secrétaire particulier, Xavier Bureau, comment s’adresser à lui. « Appelez-le, “Monseigneur”, ce serait parfait », m’avait-il répondu comme une évidence. Sauf qu’en voyant débarquer ce gaillard souriant de 1,90 mètre, au look très hidalgo et au fort accent espagnol, cela ne m’est pas venu à l’esprit un instant. En exclusivité, il nous présente Louis, l’aîné de ses jumeaux, dauphin de France.

Paris Match. Que vous êtes-vous dit quand Louis est né ? “Vive la France” ?
Louis de Bourbon. J’étais d’abord très ému en tant que père, et puis, en effet, je suis conscient de l’importance d’avoir un héritier mâle. Je remercie Dieu de m’avoir envoyé deux garçons. Je suis heureux que ma lignée continue...

Comment allez-vous éduquer le dauphin ?
Exactement comme mes parents m’ont élevé, c’est-à-dire de façon normale. Entre jumeaux, c’est toujours mauvais de dire à l’un qu’il est l’aîné et à l’autre le cadet, donc les deux seront traités pareil. Progressivement, j’essaierai de leur transmettre l’héritage Bourbon.

Vous avez l’air d’être un pur produit de votre époque, vous ne portez pas votre chevalière avec blason, êtes-vous vraiment monarchiste ? Oui, mais pas antirépublicain.
Vous vous voyez monter un jour sur le trône de France ? Si les Français m’appellent, je ne me déroberai pas. Mais je ne revendique rien.

Vous en sentez-vous capable ?
Je me sens prêt. Ce sera un changement de vie important, bien sûr, mais les grandes responsabilités ne me font pas peur. Marguerite, ma femme m’aide. Quand elle s’est mariée avec moi, elle savait qui elle épousait. Elle m’accompagnera là où j’irai. Elle prend des cours de français à l’Alliance française au cas où...

Si vous devenez roi de France, quel est votre programme ?
Je vois une monarchie constitutionnelle à l’espagnole, avec un roi qui fait office d’autorité morale, d’ambassadeur de son pays à l’étranger, garant de l’unité du pays, rappel de l’Histoire.


Dans l’esprit des Français, le prétendant au trône de France est le prince Henri d’Orléans, fils du comte de Paris, pas vous !
Le comte de Paris a intenté un procès à mon père pour contester son titre de duc d’Anjou et ses armes “pleines” [les trois fleurs de lys], et la Cour de cassation lui a donné tort en 2003. Depuis, les choses sont claires, et comme je viens d’avoir un héritier mâle, je le présente à la France.

Ne craignez-vous pas de rallumer la querelle ancestrale entre les Bourbons et les orléanistes ?
Je ne cherche de querelle à personne et n’ai aucun ressentiment. Aux célébrations des quatre cents ans de la mort d’Henri IV, j’ai
revu le prince Jean, le fils d’Henri d’Orléans, et ça s’est très bien passé entre nous.

Mais on vous reproche d’être espagnol. Etes-vous français aussi ?
Les deux ! J’ai un passeport français. Ce qui est dommage, c’est que le nom Bourbon soit tombé dans l’inconnu en France. L’autre jour, je suis allé au consulat français de New York inscrire mes enfants. J’ai fait la queue comme tout le monde, et quand j’ai décliné mon nom, je voyais bien qu’il ne disait rien à la dame qui s’occupait de moi. Il y a deux cents ans, elle n’aurait pas réagi ainsi...

Avez-vous beaucoup vécu en France ?
Non, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. A la fin des années 80, mes parents m’ont inscrit au lycée Passy-Buzenval, à côté de chez ma mère qui habitait à Garches. Et puis mon père est mort accidentellement en 1989. Ce fut dramatique et, pour m’aider à me reconstruire, ma mère a préféré m’envoyer chez ses parents à Madrid, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Jusqu’à ma majorité, j’ai donc été isolé de la France, mais pas coupé. J’étais au lycée français. Mes grands-parents maternels, très proches de mon père, m’ont encouragé à prolonger son héritage, entretenir le contact avec ses amis. Ils me parlaient beaucoup de la France. Pendant ce temps, ma grand-mère paternelle assurait la “régence” en me représentant à certains événements. A 18 ans, j’ai joué pleinement mon rôle de prétendant au trône de France. Aujourd’hui, j’y viens quatre ou cinq fois par an, pour des occasions importantes.

Quand avez-vous réalisé que vous étiez prince ?
Lors du millénaire capétien, en 1987. J’avais 13 ans. Je voyais mon père sollicité de toutes parts. J’ai compris qu’au-delà de sa vie professionnelle [il était vice-président du Banco Exterior après avoir été ambassadeur d’Espagne en Suède], il représentait quelque chose d’important. Mais il est parti trop tôt. Je n’étais pas l’aîné de la famille. Le prétendant, c’était François, qui est mort en 1984, et il s’est passé trop peu de temps entre ce décès et celui de mon père pour que celui-ci me transmette tout ce qu’il savait. Je le regretterai toujours.

La France a-t-elle vraiment besoin d’un roi ?
Pourquoi pas ? Pour moi, la ­monarchie est une forme de continuité, un lien avec l’Histoire. C’est une notion évolutive, moderne.
Avec la mondialisation, on perd parfois le nord... La monarchie est un repère. Vous ne pouvez pas vous construire un futur si vous ne connaissez pas votre passé.

Comment cela ?
Prenez le général Franco. C’est mon arrière-grand-père. Ma grand-mère maternelle, dont j’étais très proche, était sa fille unique. Le gouvernement espagnol actuel fait tout pour effacer son héritage. On abat des statues, on rebaptise des rues, et c’est regrettable. Franco a créé la classe moyenne en Espagne, il a créé des forêts, des lacs et des routes, il a empêché que le pays n’entre dans la guerre et que le communisme s’installe. Evidemment il y a eu la guerre civile, mais il ne l’a pas voulue. Il ne faut pas gommer l’Histoire. Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas la monarchie qu’il faut la faire oublier. Sans elle, Versailles ne serait pas là !

Mais vous savez bien qu’en France, depuis la Révolution, la monarchie n’est guère populaire...
La Révolution française, comme la guerre civile en Espagne, fut un moment très délicat de l’Histoire où les familles se sont entre-déchirées. C’est affreux, mais le mal est fait.

Mais où vous situez-vous, dans ces épisodes dramatiques de ­l’Histoire ?
Ce n’est pas mon rôle de ­prendre parti. A droite comme à gauche, il y a du bon et du mauvais. Mon rôle est de rappeler que la monarchie a fait de grandes choses. Henri IV, par exemple, a unifié la France et jeté ses bases économiques. Il est important de le rappeler, et je ne suis pas sûr que les manuels scolaires le fassent bien.
"Je ne vote pas"

Vous suivez la politique française ?
Je ne vote pas, autant par goût personnel que par souci de rester au-dessus des partis. Cela dit, dans mes déplacements en France, je me sens aussi bien accueilli par les représentants de droite que par ceux de gauche. Je me souviens d’une manifestation à Lyon où j’ai été salué très sympathiquement par des élus communistes.

A quoi rêviez-vous quand vous étiez enfant ?
A rien de particulier. J’ai toujours aimé l’économie, voilà pourquoi j’ai suivi un cursus en finance après le bac. Je suis rentré dans la banque, chez BNP Paribas d’abord, puis dans la banque de mon beau-père, à Caracas, dont je suis vice-président chargé de l’international.

Des passions ?
Oui, le sport. J’aime tout : le ski, le polo, le hockey sur glace, le rugby, la course à pied, le tennis, la pêche sous-marine, la chasse, le squash, la planche à voile... J’ai fait le Raid Gauloises et deux fois le marathon de New York. J’adore l’action.

Avez-vous besoin de travailler pour vivre ?
Oui, je n’ai pas de fortune personnelle ni de château ! Quand je vais à Paris, je loge chez ma mère, qui vient d’acheter un petit appartement, ou chez des amis.

Où habitez-vous aujourd’hui ?
A Caracas, depuis mon mariage, il y a bientôt six ans, avec Marguerite. Nous nous sommes rencontrés par l’intermédiaire d’un ami, à Malaga. Elle était de passage en vacances, ce fut le coup de foudre immédiat. Elle avait 17 ans, moi 26, j’ai tout plaqué pour la suivre. Depuis le début de l’année, elle habite New York pour des raisons de sécurité, car à Caracas on vit avec des gardes du corps et roule en voiture blindée, tant les enlèvements sont fréquents. Je fais l’aller-retour chaque week-end pour la retrouver, ce qui n’est pas simple car les vols directs sont rares. En plus, je n’aime pas l’avion !

Quelles sont vos chances de ­devenir roi de France ?
Je ne sais pas, ce n’est pas un chemin facile. Peut-être que de mon vivant c’est optimiste, mais ce n’est pas très grave. Je travaille aussi pour mes enfants...Point final


Source : parismatch.com/Royal-Blog/Monde/Actu/Bourbon-Louis-XX-194036/
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:07

Huchet a écrit:"Je suis au service de la France et si les Français le veulent, je serai toujours là. » Louis XX, le 31 mars 2011. "

source : richemont.hautetfort.com/tag/vigo
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:08

Huchet a écrit:Une interview de Louis de Bourbon
Le Parisien | Propos recueillis par Vincent Mongaillard | 08-10-2011 10:48

Louis de Bourbon : «Henri IV doit retrouver la nécropole royale à Saint-Denis»

En 1793, durant la Terreur, la tête d'Henri IV, monarque qui reposait, depuis 1610, dans la nécropole royale de Saint-Denis, a été séparée de son corps par les révolutionnaires. En décembre dernier, après bien des décennies de pérégrinations, le crâne, retrouvé deux ans plus tôt chez un octogénaire, a été authentifié par une équipe de scientifiques et d'historiens orchestrée par le médecin légiste Philippe Charlier.

Le chef actuel de la maison de Bourbon, Louis de Bourbon, duc d'Anjou et aîné des descendants d'Henri IV, en est aujourd'hui le «dépositaire». Pour ce banquier franco-espagnol âgé de 37 ans qui vit à Madrid, Henri IV, ou plutôt ce qu'il en reste, «doit retrouver la nécropole royale à Saint-Denis». «Monseigneur» nous annonce qu'il a sollicité en ce sens le président de la République.

Pourquoi estimez-vous qu'il est juste qu'Henri IV retrouve la nécropole royale à Saint-Denis?

Si je suis dépositaire aujourd'hui de cette tête, c'est par la volonté de son découvreur qui pendant 50 ans a cherché à l'identifier. Il a souhaité me la confier parce que je suis le porteur d'un héritage important : celui des rois de France. J'assume cet héritage et j'ai écouté cet homme modeste qui, avec l'humilité des gens de provinces, m'a dit qu'il désirait rendre hommage au « Bon Roi Henri ». Je souhaite aussi respecter sa volonté.
Saint-Denis étant la nécropole royale, je pense qu'il n'y a pas de meilleur emplacement pour enterrer un roi de France. C'est un roi qui fut aimé des Français, qui se préoccupa beaucoup de leur qualité de vie et qui contribua de façon conséquente au développement de la France. Il est donc parfaitement légitime de le ré-inhumer à Saint Denis.

C'est pour vous une sorte de «retour» à la maison...

Le terme «retour» est pour moi important car à sa mort, il fut inhumé dans la nécropole, puis son cercueil, comme de trop nombreux autres, furent l'objet de profanations inqualifiables et enfin, son chef fut volé. Il est normal qu'il repose maintenant en paix là où reposent les autres membres de ma famille. Ce n'est ni une pièce de musée, ni un reste archéologique. C'est une partie de la dépouille d'un homme, d'un chef d'Etat. Il mérite le respect.

Quelles sont les démarches à accomplir pour que votre vœu devienne réalité?

Une fois la tête authentifiée, j'ai sollicité, comme aîné de ma Maison, héritier moral et premier descendant de ce grand roi, l'Etat en la personne du Président de la République. Henri IV est en effet un personnage important de l'Histoire de France et de surcroit un chef d'Etat. La nécropole royale est placée sous la responsabilité du chef de l'Etat et du ministère de la Culture, je me devais donc de leur demander l'autorisation de faire ré-inhumer le roi Henri IV. Je suis très sensible à la question de l'unité et je sais combien aujourd'hui il est essentiel d'avoir l'unité entre les Français. Henri IV a réconcilié les partis en guerre. C'est un très bon exemple de chef d'Etat qui a vu en premier lieu l'intérêt supérieur de la Nation avant les conflits personnels et partisans.

Vous voyez dans votre démarche des vertus de réconciliation...

Les profanations et la période de la Terreur restent ancrées dans la mémoire collective avec une douleur inconsciente mais pourtant bien réelle. Pour moi, la réconciliation, c'est aussi faire que l'aîné des descendants des rois de France et le président de la République française aillent d'un même élan redonner à ce grand roi l'éternel repos qu'il mérite. J'aimerais que des élèves des écoles puissent être présents car c'est notre mémoire, notre patrimoine collectif.

Est-ce que cela doit donner lieu à une cérémonie, à l'instar de celle organisée en 2004 en la mémoire de Louis XVII?

Je pense effectivement qu'Henri IV mérite une cérémonie officielle. Le cœur de Louis XVII fut enterré officiellement. A la mort de Louis XVI, il est devenu de droit Roi de France même s'il n'a pas régné. Henri IV fut roi et régna, il mérite bien les honneurs de la France et je le répète, c'est une bonne occasion de réconcilier les Français avec une période trouble de notre histoire.Nous avons besoin de cohésion nationale. La découverte de la tête du roi Henri IV est un formidable clin d'œil de l'Histoire pour notre monde actuel. Cela ne souffre aucune contestation ni querelle par respect pour ce qu'Henri IV a fait pour notre pays. Son retour à la nécropole royale de Saint Denis doit dépasser les questions partisanes pour le bien de la France.


Source : lysardent.skyrock.com/tags/kUMwO0c6huf-crane-d-Henri-IV.html
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:08

Huchet a écrit:Potentiel futur roi de France Louis de Bourbon sera de la partie
More Sharing ServicesPartager 21 contributions

Publié le dimanche 15 mai 2011 à 11H00 - Vu 1089 fois

L'aîné des Capétiens et chef de la maison

L'aîné des Capétiens et chef de la maison

Descendant direct de Louis XVI, le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou sera présent à la messe anniversaire de demain. Il a accepté de répondre à nos questions.
Vos parentes (les princesses de Bourbon Parme) sont venues samedi dernier, jour anniversaire de la première pierre de la cathédrale, pourquoi avez-vous fait un autre choix ?
« Mon emploi du temps professionnel m'oblige à faire un choix entre toutes les célébrations auxquelles on m'invite. La semaine dernière, mes cousins sont venus à cette journée car il est bien qu'il y ait toujours une représentation de la famille. »
Qu'est-ce qui motive votre venue à Reims ? Avez-vous des liens avec la ville ?
« La cathédrale de Reims est un des lieux phare dans l'histoire de France au même titre que Versailles ou la basilique royale de Saint-Denis. C'est un des joyaux de la France non seulement par son architecture, mais aussi par sa symbolique. J'ai reçu par ma naissance un héritage particulier : celui d'être l'aîné des successeurs des rois de France. Par nature, j'ai un lien tout particulier avec la ville. Je me dois de venir honorer la mémoire de la France millénaire. Au-delà de la dimension historique, je suis déjà venu à plusieurs reprises à Reims. J'avais visité la cathédrale, le palais du Tau et bien sûr des caves de champagne. J'ose vous avouer que j'ai d'ailleurs un faible pour le champagne. J'ai également des amis qui ont résidé à Reims et que j'ai visités à plusieurs reprises. »
Descendant de Louis XIV
Pouvez-vous rappeler votre ascendance royale ? Si la monarchie revenait en France, seriez-vous le roi ?
« Selon les Lois fondamentales et les lois saliques, depuis la mort du comte de Chambord, en 1883, qui a vu s'éteindre la branche aînée issue de Louis XV, c'est la branche suivante à qui revient la couronne. Je descends en ligne directe par les hommes du Roi Louis XIV. À ce titre, aujourd'hui, je suis l'aîné des Capétiens et le chef de la maison de Bourbon. »

Pensez-vous que la monarchie puisse revenir un jour en France ?
« Voilà une très bonne question, mais je n'ai pas de boule magique. Cela ne dépend pas de moi. J'assume d'être le successeur des rois et donc d'être au service de la France et des Français. La Monarchie, c'est un vrai système de gouvernement. Le roi est une sorte d'arbitre garant de l'union de la nation et par là même de la démocratie et de la pérennité d'un pays. Le roi doit transmettre un pays le mieux possible à son fils à qui la tâche incombera ensuite. C'est un système étonnamment très moderne et qui d'ailleurs fonctionne dans de nombreux pays en particulier en Europe. Je suis intimement persuadé qu'il manque cette stabilité à la France. La représentation nationale est une partie du dispositif, mais comme pour le rugby, les capitaines des équipes ne suffisent pas. Il faut un arbitre au-dessus de la mêlée. »


Source : lunion.presse.fr/article/aisne/potentiel-futur-roi-de-france-louis-de-bourbon-sera-de-la-partie
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 12:09

Huchet a écrit:"J'assume d'être le successeur des rois et donc d'être au service de la France et des Français. La monarchie est un système de gouvernement très moderne, qui fonctionne dans de nombreux pays d'Europe. le roi y est garant de l'union de la nation et, par là-même, de la démocratie et de la pérennité nationale".

Louis XX mai 2001, dans l'Union, d'après Daniel de Montplaisir, Louis XX petit-fils du roi soleil
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Mickaelus le Mer 26 Déc 2012, 20:36

Allez, je vous en propose une autre, du fait que je l'avais déjà publiée sur le forum (ici, "Souverain et souveraineté"), et que j'apprécie particulièrement ce qui y est déclaré, pour le propos lui-même et parce qu'il permet de nuancer radicalement les autres :

Mgr le duc d'Anjou a écrit:Le sujet abordé ce soir "souverain et souveraineté" fait partie des grandes questions de société desquelles il n'est guère possible de faire abstraction. Il est au cœur de la fonction de gouverner et du devoir d'état. Le destin des Capétiens et des Bourbons s'y trouve tout entier résumé. Le Souverain est celui qui exerce le pouvoir suprême, la souveraineté. Telle est bien la fonction sociale la plus haute et aucun Etat ne peut se passer d'un souverain. Le choix que l'on en fait décide de ce que sera le corps social et donne son sens à l'Etat. Les rois de France, mes aïeux, ont très tôt fixé leur doctrine : le roi, souverain béni par l'onction du sacre, selon une belle formule définie par les juristes "est empereur en son royaume". Durant des siècles, pour concrétiser cette idée, ils ont dû lutter à la fois contre les dangers de l'étranger toujours prêt à vouloir imposer ses règles à la souveraineté nationale et contre les périls intérieurs de ceux qui voulaient limiter la souveraineté du roi pour mieux dicter leur loi. Entre ces deux écueils, la France s'est bâtie et a prospéré.
Aujourd'hui, la question est loin d'être inactuelle et il me semble que si vous m'avez demandé d'être parmi vous c'est parce que vous avez tous conscience que le rôle des souverains est toujours aussi essentiel et qu'ils demeurent l'expression la plus sûre de la souveraineté et de la permanence de l'Etat. Ce devoir, nous l'incarnons depuis que la France est France.
Vous pouvez être assurés que pour demain, que pour les jeunes qui, avec moi, auront à construire le nouveau siècle et à lui donner ses valeurs, je saurai prendre mes responsabilités et assumer l'héritage de la tradition.

Il est vrai que cette déclaration-ci est plus ancienne que celles que vous nous citez ci-dessus (mon sujet date de 2007, je crois que les paroles du duc d'Anjou n'étaient pas plus anciennes que 2005 dans le pire des cas), mais elle a au moins le mérite de rappeler un enjeu consubstantiel au destin des Capétiens : celui de la souveraineté royale. C'est bien pourquoi j'ai quelque mal à comprendre comment on peut d'un côté rappeler que le roi est empereur en son royaume et que chaque état a besoin d'un souverain, et de l'autre, laisser entendre que les monarchies européennes fonctionnent bien (en vérité, cela n'advient que parce que les rois laissent aux gouvernements prétendument représentatifs tout le pouvoir exécutif - on constate déjà combien l'idée de l'avènement du prince Charles fait râler en Angleterre parce qu'il n'hésite pas à faire entendre son avis, et je ne parle même pas de l'Europe !), ou que la monarchie est la garante de la démocratie (formule prononcée exactement telle quelle par Juan Carlos, mais enfin la démocratie, soit le pouvoir du peuple, est précisément l'inverse de la monarchie, le pouvoir du souverain). Il reste à s'interroger sur ce dont il est question avec le principe de représentation nationale ; car il est indéniable que le moyen-âge et même l'ancien régime ont connu des formes de représentation, y compris dans les villages et sous des formes paroissiales. L'assemblée nationale, dépositaire du pouvoir de la Nation proclamée souveraine en république et dans tout régime se réclamant de la révolution (on concède un hold-up au Napoléon absolutiste toutefois), ne m'a jamais paru compatible avec la monarchie française capétienne, en ce qu'elle ne permet justement pas au roi, comme le souhaite le duc d'Anjou, de jouer ce rôle d'arbitre capital. On ne peut pas comparer cela à du sport : le roi n'est pas là pour rappeler les règles du jeu comme s'il avait, par exemple, le pouvoir législatif (ce n'est d'ailleurs pas le cas en monarchie parlementaire), il faut qu'il ait une emprise sur le monde politique pour ce faire, et donc qu'il dispose d'une bonne dose de pouvoir exécutif au minimum (Charles X l'a compris à ses dépends). En somme, il ne peut pas avoir moins de pouvoir qu'un président de la Ve république, ou c'est suicidaire et vain - il est d'ailleurs amusant de préciser que le réconciliateur Henri IV a été aussi un des grands promoteurs de l'absolutisme royal. La souveraineté royale n'est pas discutable à mon sens, ce qui l'est c'est la manière de l'exercer : quelle place donne le roi à ses conseillers et à ses ministres, et bien sûr, à côté de cela, comment redonner vie aux provinces et sous quelle forme de représentation (étant bien entendu qu'il ne s'agit pas là de concurrencer le pouvoir exécutif royal).

Je tiens à bien souligner combien cette citation a été importante pour la confirmation de mes convictions légitimistes à l'époque, du fait que je suis venu du MPF et au royalisme grâce à l'aboutissement d'une réflexion sincère sur le principe de souveraineté (s'y sont ajoutées bien d'autres thématiques comme les guerres de Vendée, ma foi catholique et autres principes de la civilisation française naturellement).

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mer 26 Déc 2012, 20:50

Effectivement ces propos datant de 1999 peuvent laisser à penser que le roi était à ce moment là favorable à une monarchie absolue.

Si vous me le permettez je ne débattrai pas de ce que le roi a voulut dire ou non dans tel ou tel propos. Ce serait s'avancer bien loin en conjonctures et s'exprimer en son nom.

Je préfère me contenter des citations, laissant à chacun le soin de les interpréter avec leur cœur et leur raison.

avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Ordre naturel le Jeu 27 Déc 2012, 10:36

Personnellement je vois mal l’intérêt d'une telle page, s'il s'agit uniquement de donner des citations de Louis XX les une après les autres sans intention de créer un débat, autant simplement donner un lien vers un recueil compilé au préalable.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Jeu 27 Déc 2012, 10:43

Les interventions du roi sont si rares, qu'il est agréable de pouvoir les lire lorsqu'il y en a.

Deplus j'ai trop vu de personnes parler en son nom pour estimer nécessaire de rappeler ses vraies paroles.

avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Ordre naturel le Jeu 27 Déc 2012, 11:40

Je n'ai jamais vue parler au nom de Louis XX en tant que personne pour dire des choses autre que ce qu'il a dit, par contre pour Louis XX en tant que légitime héritier au trône de France on n'est pas obliger de dire selon c'est parole, parce que le rôle du roi à l’intérieur des principes monarchique transcende la personne du roi.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Mickaelus le Jeu 27 Déc 2012, 15:41

la_rochejaquelein a écrit:Effectivement ces propos datant de 1999 peuvent laisser à penser que le roi était à ce moment là favorable à une monarchie absolue.

Si vous me le permettez je ne débattrai pas de ce que le roi a voulut dire ou non dans tel ou tel propos. Ce serait s'avancer bien loin en conjonctures et s'exprimer en son nom.

Je préfère me contenter des citations, laissant à chacun le soin de les interpréter avec leur cœur et leur raison.
1999, c'est pire que je ce que je pensais ou que ce dont je me souvenais ; s'il était favorable à une monarchie plus traditionnelle alors (rien ne le prouve non plus, d'aucun pourraient dire le lieu de la réunion et l'identité de l'assemblée oriente le discours), il est possible que des courtisans intéressés aient eu une influence néfaste depuis. Mais ce n'est là qu'hypothèse.

De manière plus générale et à propos de ce sujet, je ne puis qu'être d'accord avec Ordre naturel, d'autant qu'il existait déjà un sujet regroupant quelques discours du duc d'Anjou (celui-ci, mais il est vrai que du fait de ma longue absence, il faudra que je le mette à jour avec quelques morceaux choisis) : cette section du forum invite de plus au débat sur les principes royalistes. Vous ne permettrez également de vous faire remarquer que vous ne faites pas que citer Louis XX : vous mettez en gras uniquement les passages qui confortent une optique libérale et constitutionnelle ; mieux, vous avez omis la citation que je vous ai proposé, du fait qu'elle ne concordait pas avec vos préférences, alors que vous la connaissiez, ou bien vous n'auriez sans doute pas pu me fournir la date. Je ne pense donc pas que vous puissiez prétendre à la neutralité de cette démarche.

C'est d'autant plus visible à propos de la première citation qui est reprise de ce forum même (on voit que FA8/Franck Abed, que j'ai croisé jadis sur des fora bonapartistes, l'a reprise ici, puisque les mots entre parenthèses sont de moi) : vous mettez en gras la partie qui concerne les nostalgiques, et laissez dans l'indifférence ce qui est pourtant le plus intéressant. Voici les mots capitaux qu'on peut lire là : souveraineté, indépendance, légitimité. Eh bien, rien n'indique que ces principes soient fait pour les nostalgiques et qu'ils n'aient pas un rôle déterminant à jouer pour la renaissance de la France, et encore moins que le duc d'Anjou n'en ait pas conscience. Rien ne prouve non plus que bien des déclarations qui sont citées comme paroles d'évangile ne soient pas fort diplomatiques. La seule chose qui soit certaine, c'est qu'il y a contradiction entre les propos, et qu'on ne pourrait avoir ni souveraineté ni indépendance avec une monarchie telle qu'elle existe en Espagne.

En conclusion, je ne vous invite certes pas, si tel n'est pas votre souhait, à commenter ces dires, mais j'ai à cœur pour ma part de me situer au niveau des principes capétiens et de bien montrer quels sont les enjeux réels. Le cœur dites-vous, d'ailleurs... Il est un fait que le lien d'affection entre le roi et ses sujets sera à restaurer également, mais il est tout aussi vrai que le romantisme en royalisme a fait beaucoup de mal dans les rangs légitimistes au XIXe siècle. Soyons conscients qu'en tant que gardiens du principe capétien, car il ne reste plus guère de gens à en parler, nous n'avons pas le droit à l'approximation. La raison, donc, doit effectivement être sauvegardée.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Jeu 27 Déc 2012, 16:29

Maintenant que je suis en pause et que j'ai enfin le temps de répondre, je vais pouvoir réagir, mais fort brièvement.

Première concernant le fait d'avoir cité en gras quelques propos. Mea culpa, mea proxima culpa. J'ai cité, et fait un copier coller, de ce que j'avais posté sur un autre forum, où j'avais cité ces propos et mis en évidence ce qui était nécessaire pour moucher un jeune coq présomptueux qui osait prétendre que le roi déclarait le contraire de que l'on trouve ici. Et refusait d'entendre mes démonstrations et exemples.

Il faut savoir dire la vérité, tels sont les propos du roi. Ce fanfaron se gargarisant de ses soit-disant origine refusait d'entendre raison en quoique ce soit, je devais lui mettre le nez devant les faits.
Donc effectivement il n'y a point de neutralité, aux origines, j'ai seulement ici commit l'erreur de ne pas corriger cette mise en évidence.

Mais je vous rejoins dans l'idée que ces propos ont été tenus par un roi qui est aussi un homme et qui peut être convaincu du bienfondé de telle ou telle opinion par ses proches. Et qu'ainsi même si les propos qu'il tient maintenant depuis une dizaine d'années sont propres à soutenir une monarchie parlementaire et beaucoup trop démocratique, il peut très bien, je le pense du moins, être séduit par des idées plus traditionalistes.

Et je pense qu'il peut d'ailleurs en être plus facilement convaincu si le peuple lui même l'est. Ce qui n'est pas le cas actuellement.


Concernant le propos de 1999 que vous avez cité, je ne le connaissais pas avant que vous ne citiez. J'ai simplement fait une recherche le concernant, voilà pourquoi je ne l'avais pas moi même cité.

Je ne suis ni un libéral, ni un démocrate, je suis pour un régime fort. Mais le roi défend une opinion et on ne peut lui en prêter une autre.
Bien mal avisé serait d'ailleurs celui qui ose prétendre savoir ce à quoi aspire le roi en son coeur, et si ses déclarations ne sont pas dictées plus par pragmatisme que par fidélité à la dynastie capétienne. Faute de mieux, en quelque sorte.

Après tout, Louis XVI a bien "approuvé" publiquement la constitution de 1791 tout en défendant ses droits en privé selon vous. Chose dont je suis également convaincu par le voyage à Montmédy, lorsqu'il comprit qu'il perdait tout contrôle face aux révolutionnaires.


Peut-être y-t-il là un paradoxe? En m'avançant un peu loin, et en ne faisant que des suppositions, j'oserai presque dire que nous sommes dans une situation bien étrange où les royalistes attendent du roi qu'il s'exprime alors que celui-ci attendant d'eux qu'ils le convainc.

Qu'en pensez-vous?



Dernière édition par la_rochejaquelein le Jeu 27 Déc 2012, 16:57, édité 1 fois
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Mickaelus le Jeu 27 Déc 2012, 16:56

Je prends bonne note de vos explications et éclaircissements, en vous en remerciant ; il est vrai que vous auriez pu supprimer le passage en gras, mais je conviens de ce que c'est un peu fastidieux. Du reste, je m'accorde avec vous sur le fait qu'il ne sert de rien, bien au contraire, de tenter de travestir la manière dont le duc d'Anjou s'exprime sur tel ou tel sujet : il vaut mieux avoir conscience des choses telles quelles sont pour pouvoir penser, agir et se positionner en conséquence. J'avoue que cette espèce d'incertitude a été l'une des nombreuses raisons qui ont motivé mon absence du monde de l'échange royaliste sur internet ; entre cela et l'état général du monde royaliste français, c'est assez pénible.

la_rochejaquelein a écrit:Après tout, Louis XVI a bien "approuvé" publiquement la constitution de 1791 tout en défendant ses droits en privé selon vous. Chose dont je suis également convaincu par le voyage à Montmédy, lorsqu'il comprit qu'il perdait tout contrôle face aux révolutionnaires.
Selon moi, ou surtout Evelyne Lever qui cite la lettre en question dans sa biographie de Louis XVI. Mais c'est vrai que de toute façon, même sans cette lettre et d'autres détails, on ne m'aurait jamais fait croire que Louis XVI avait accepté de bon cœur ce qu'il n'avait pas provoqué de lui-même, était contraire à son héritage comme à sa foi, et était imposé par la force et une violence illégitimes et immorales. La différence avec aujourd'hui étant que naturellement, c'était la vie du roi qui était alors en jeu et que la pression était autrement forte et palpable.

la_rochejaquelein a écrit:Peut-être y-t-il là un paradoxe? En m'avançant un peu loin, et en ne faisant que des suppositions, j'oserai presque dire que nous sommes dans une situation bien étrange où les royalistes attendent du roi qu'il s'exprime alors que celui-ci attendant d'eux qu'ils le convainc.

Qu'en pensez-vous?
Je ne peux pas parler au nom des autres royalistes, que ce soient nos amis de ce forum ou bien d'autres et d'ailleurs, mais pour ma part en tout cas, je suis clairement gêné par la situation du prince qui se situe comme en réserve et en attente de la manifestation du désir royal de la part des Français, un peu en dehors des quelques mouvements légitimistes dont on ne sait pas vraiment ce qu'il pense. C'est pourquoi je comprends, même si je n'y réagi pas de la même manière, parce que je suis un homme de vérité avant d'être un homme de politique, votre dilemme au sujet du roi et des principes capétiens. Je crois aussi qu'il est probable qu'un certain nombre de ceux qui envisagent quelque monarchie espagnole soient bien-intentionnés, mais ils se trompent simplement sur un point qui est l'épine dans le pied de tout régime : la nature humaine. C'est pourquoi nos grands principes capétiens, il ne faut pas cesser de les promouvoir : c'est notre civilisation et notre fierté, mais c'est aussi, et c'est cela qu'il serait bon que le prince entrevoie, la condition pour que le trône ne tombe pas aussi vite qu'il serait revenu, et celle pour que ce rôle de garant de l'unité du royaume qu'il revendique soit effectif et non pas seulement symbolique. Est-ce que quiconque dans nos rangs imagine réellement qu'on pourrait arbitrer de façon royale l'UMP et le PS ? Cela ne fonctionnerait pas. Il faudra qu'à un moment ou à un autre, le prince prenne conscience des moyens minimum nécessaire pour mener à bien la mission d'un souverain : c'est l'intérêt de la France et du Bien commun qui doit motiver cela, pas les comptes à rendre aux idéologues révolutionnaires qui, il faut bien le dire, n'ont vraiment pas de leçon ni en morale ni en efficacité à nous donner. En un mot, ne battons pas notre coulpe, et témoignons pour montrer au prince que nous attendons qu'il lève le drapeau blanc des Bourbons. Ce jour-là, la question de mouvements, des partis et autres petitesses ne se posera plus.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Jeu 27 Déc 2012, 17:18

Voilà des paroles qui font chaud au cœur. Merci et puissiez-vous être entendu.
avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Mickaelus le Lun 28 Jan 2013, 18:40

A noter que la question de la monarchie constitutionnelle à l'espagnole avait déjà été discutée sur un sujet datant de juin 2010 : à lire ici.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Vodrebka le Mar 29 Jan 2013, 16:50

avatar
Vodrebka
Ecuyer

Masculin
Capricorne Coq
Nombre de messages : 68
Age : 35
Localisation : Angers
Affinités politiques : bourboniste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations et interventions du roi, Louis XX.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum