"Versailles, le rêve d'un roi", ce soir sur F2

Aller en bas

"Versailles, le rêve d'un roi", ce soir sur F2

Message par Mickaelus le Jeu 03 Jan 2008, 13:25

Louis XIV, le monarque bâtisseur
Muriel Frat
03/01/2008 | Mise à jour : 11:17 |

«Versailles, le rêve d'un roi», ce superbe docu-fiction retrace les étapes de la construction du château, à la fois œuvre d'art et instrument de pouvoir.

Nous sommes en 1649. Soutenu par la province, Paris se soulève contre le pouvoir. Louis XIV n'est qu'un enfant de 10 ans lorsqu'il entend crier à mort contre sa mère, Anne d'Autriche, la régente, et le cardinal Mazarin qui exerce le pouvoir depuis la mort de Louis XIII. L'enfant n'oubliera jamais cette nuit de cauchemar. Il ne laissera jamais quiconque posséder plus de pouvoir et de richesse que lui. Pour marquer sa toute-puissance, il fera construire, des années plus tard, le ­château de Versailles.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
Mickaelus
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Versailles, le rêve d'un roi", ce soir sur F2

Message par Petit Normand le Ven 04 Jan 2008, 18:54

J'ai regardé le téléfilm; sa première partie ne faisait que reprendre les habituels poncifs de l'historiographie républicaine contre Louis XIV. Tout y était fait pour nous donner du Roi l'image d'un tyran froid, cruel, démesuré et égoïste, presque celle d'un Néron. Nous avons d'ailleurs eu droit à la célèbre citation apocryphe "L'Etat, c'est moi".

C'est pour cette raison que j'ai été surpris par la seconde partie, à partir du moment où la Cour s'installe à Versailles. Le ton y change, et justice a été faite de l'un des traditionnels préjugés, lorsque le film révèle que Versailles était ouvert au tout venant, et que n'importe quel homme du peuple pouvait aborder directement le Roi. Et plusieurs fois, Louis clame que tout ce qu'il bâtit, il le fait pour le peuple. La réaction du Roi découvrant la Galerie des Glaces et poursuivant son chemin sans commentaire est à ce titre, significative, car ce n'est pas pour lui mais pour la France qu'il a commandé cette réalisation.

Donc, au final, je dirais que ce film reflète assez la confrontation entre deux versions de l'Histoire de l'Ancien Régime : l'une, nourrie de préjugés antimonarchistes, et l'autre, qui sans pour autant être influencée par le royalisme (d'ailleurs, le risque qu'il en soit ainsi est bien faible au vu de ce que représente le royalisme aujourd'hui Rolling Eyes ), a une réelle volonté de dépasser les généralités mensongères enseignées par l'école républicaine et de remonter directement aux sources. C'est sur cette seconde façon d'étudier l'Histoire que doivent se porter nos espoirs, car c'est de son impartialité que naîtra la prise de conscience dont la Monarchie a besoin pour être réhabilitée, puis restaurée.

A ce titre, je ne saurais que trop conseiller de lire la biographie de Louis XIV par Jean-Christian Petitfils.

Petit Normand
Chevalier

Masculin
Nombre de messages : 157

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Versailles, le rêve d'un roi", ce soir sur F2

Message par Mickaelus le Sam 05 Jan 2008, 14:13

Je constate que nous avons ressenti exactement la même chose en regardant ce docu-fiction Wink . La première partie donne effectivement une impression quelque peu désagréable quant au caractère de Louis XIV, et je crois que le trait a été forcé quant à la froideur et au côté pointilleux, encore que l'exigence chez un roi soit une qualité tout à fait recommandée de mon point de vue. Là où j'ai craint que le film n'enchaîne des moments de démagogie insupportables a été le moment où le fils d'une ouvrière s'est tué en faisant une chute, ce qui a provoqué un instant de déclamation populaire démagogique contre le "tyran" dans lequel ne devait pas manquer de se reconnaître le français moyen. Heureusement, le ton change ensuite et, si le téléspectateur s'est remis du nombre de morts occasionné par le chantier de Versailles, il aura pu comprendre que ce Versailles n'est pas le palais doré d'un tyran égoïste mais une œuvre nationale qui doit servir la France, en matière de prestige international et comme moyen de hiérarchisation entre le roi et sa noblesse ; en somme Versailles est un projet politique autant qu'artistique, et en aucun cas personnel. Outre cela, il est bien dit que le roi est en constante représentation, que sa vie est entièrement vouée à la France et que Louis le Grand, aussi grand soit-il, ou plutôt justement parce qu'il est aussi grand, ne s'appartient aucunement. On constatera cela une dernière fois quand le roi, à l'article de la mort, voudra que celle-ci soit partagée par sa cour comme sa vie l'a été. Bref, il y a là de quoi comprendre combien le métier de roi est fait de grandeur et d'un poids écrasant, et que cette fonction est loin d'être nécessairement enviable, jamais une sinécure.

En ce qui concerne votre point de vue sur l'histoire nous sommes bien d'accord encore une fois. Si je suis devenu royaliste et, mieux encore, légitimiste, c'est parce que des livres d'histoire relativement honnêtes ont vu le jour et que j'ai pris la peine d'en lire quelques-uns - à cela je devrais ajouter de bons auteurs des siècles passées, car la littérature véhicule une charge poétique et affective qui n'est pas pour rien dans la fidélité royale. La vérité est évidemment de notre côté, il suffit qu'elle soit connue - quand on pense à un cas tel que celui du génocide vendéen, cela est plus qu'évident.

A propos de Louis XIV, je n'ai pas lu Petitfils - dont j'entends souvent dire beaucoup de bien soit dit en passant - mais quelques oeuvres de François Bluche - réunies dans un gros volume intitulé Le grand règne - que j'ai trouvées de très bonne qualité (petit bémol sur le fait que l'auteur semble n'avoir pas digéré la révocation de l'Edit de Nantes qu'il qualifie d'erreur, mais rien n'est parfait).

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
Mickaelus
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Versailles, le rêve d'un roi", ce soir sur F2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum