Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Alain le Mar 05 Mai 2015, 14:35

En France, l'ensemble des bibliothèques universitaires comptent au niveau national moins d'ouvrages que la seule Faculté de Lettres de Göttingen en Allemagne. Pourquoi?
L'Enssib ( Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques) a décidé de détruire tous les mémoires de Maîtrise ou de D.E.A.. A l'origine il ne s'agissait que de détruire les travaux postérieurs à 1994 n'ayant pas obtenus de "mention TB". En pratique, c'est très différent. Ayant été chercheur à l'Université Toulouse II ( nouvellement "Jean Jaurès"), je me suis rendu compte que tous les mémoires de recherche avaient été mis à la benne... En voulant retrouver un mémoire de l'année 1954 intitulé " Le temps sonore chez Herder" et en obtenir un double "micro-film", je me suis vu répondre que celui-ci n'existait plus... Après vérification, je me suis rendu compte que TOUT avait été détruit, non seulement les travaux postérieurs à 1994 mais tous ceux du XX ème siècle. C'est une perte infinie. Une douleur immense qui ne compensera jamais la mémoire de ceux qui se sont investis dans des horizons merveilleux dont il ne reste plus RIEN!
BOYCOTT FRANCE!!!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Henry le Mar 12 Mai 2015, 19:10

C'est malheureusement une façon de faire bien révolutionnaire de détruire ce qui gène, et de faire porter le chapeau aux opposants du régime.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 519
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Alain le Mar 12 Mai 2015, 21:07

C'est pire Henry... Les étudiants de l'ENSSIB ont un statut de "fonctionnaire" ( comme ceux de l'ENA). Ils sont rémunérés durant leurs études. Et, c'est eux qui prédestinent aux archives, à la mémoire et qui décident finalement ce qui doit être effacé. Ils ne font pas dans la dentelle. Sur leur "site", pour savoir si "on" est fait pour l'ENSSIB, il faut répondre à un test: "Etes-vous faits pour être fonctionnaire?". Bref, c'est l'Etat républicain qui destine à la mémoire... De ce qui doit demeurer et de ce qui doit disparaître. A part le positivisme, l'existentialisme et le structuralisme, ils font tout disparaître. Ces gens n'accuseront personne: Ce sont les nouveaux nettoyeurs. Et là, la France n'est même pas née en 1789; elle est juste née hier. Le temps est aplati et rien ne pourra jouer la mémoire à jamais. Ainsi, il ne reste plus dans les archives universitaires comme trace d'un Professeur que j'ai apprécié qu'un seul Mémoire qu'il avait dirigé et qui a été soutenu en 1973 ( sur des dizaines sans compter ses propres travaux)... C'est des millions de pages de notre histoire qui ont été détruites.
Ils ne feront "porter le chapeau à personne": En 1994, j'avais eu administrativement la promesse que tous ces travaux de recherche seraient numérisés et accessibles en ligne par téléchargement. En 2015, j'apprends que non seulement ces travaux n'ont pas été numérisés mais sont partis à la benne. Il y a un problème exorbitant de conservation en France: C'est des écoles de fonctionnaires qui gèrent la mémoire universitaire. Le résultat est qu'il ne reste plus rien de cette dernière. Le "Tout-Etat" tue notre civilisation, c'est tout. Et, si vous dîtes aux administratifs que ce sont des monstres, ils vous répondront que tous ces textes n'avaient pas été consultés depuis trois années. Ces vrais, mais ils n'étaient pas consultables...
C'est odieux! Voilà où nous en sommes... Dans l'horreur de l'anéantissement des témoignages de recherche de nos "anciens".

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Henry le Jeu 14 Mai 2015, 15:04

Comme la terre avait une certaine rondeur, l'histoire aussi est en train de devenir très plate. Au bout de l'histoire de l'EnSSib, il y  des dragons, ou c'est du territoire vierge?

Je pense que déjà les constitutions passées avaient curé les archives ou autres bibliothèques de France, (voir tampons d'estampilles républicains ou napoléoniens sur les livres d'archives), sans compter celles qui ont brulé.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 519
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Alain le Lun 18 Mai 2015, 16:13

L'école des Chartes avait été créée par Louis XVIII pour essayer de sauver ce qui avait pu l'être depuis les délires de la révolution. Je pense que des gens ont fait du beau travail de sauvegarde au début du XIX ème siècle. Aujourd'hui, l'endroit me semble infesté par les nationaux bolchéviques... Oui, cela peut surprendre mais çà existe des gens "ainsi".
Quant à l'ENSSIB, je ne comprends pas comment une telle école peut avoir autant de pouvoirs. J'ai alerté plusieurs universitaires au sujet du massacre déjà commencé, mais, j'ai peur de n'arriver à rien. Vous savez, Henry, c'est dur d'aimer la France même si c'est pour des gens comme nous un Devoir.

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Alain le Mer 10 Juin 2015, 16:01

Là, je ne suis parvenu à aucun résultat... Les gens qui auraient pu sont morts. Les autres soucieux de leur confort ( tant qu'on anime des colloques à l'ENS, on est bien) sont dans le système. Parfois je me prends pour l'agent Smith dans le film "Matrix": Les intellectuels républicains sont des virus et je suis l'antidote.
Les mémoires de Maîtrise et de DEA étaient des travaux de recherche jusqu'en Octobre 1993 ( selon l'ENSSIB). Après, c'est devenu des épreuves d'examens, donc, destructibles. Mais, ils ont tout détruit... Y compris les thèses et tous les travaux antérieurs à 1993... Je ne peux RIEN faire. Je n'ai plus aucune écoute, plus rien du tout. Le PDG du parti socialiste ( Cambadélis) s'est inscrit 8 années en première année de Droit et est sorti avec un Doctorat! Joëlle Ceccaldi-Reynaud est Notaire sur le papier... Pourtant la PDG de l'EPAD a échoué 4 fois au baccalauréat avant de ne pas obtenir une graduation en Droit en 4 années selon son propre père. Bref, le combat contre la civilisation c'est maintenant!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Mickaelus le Sam 13 Juin 2015, 16:53

En lisant de telles sinistres nouvelles, je dois bien avouer que l'on ne peut qu'être saisi d'effroi face à cette attitude barbare et criminelle, en effet, vis-à-vis du patrimoine des idées et de la vie intellectuelle française. J'ignorais parfaitement que nous en étions là au niveau du mépris intégral du savoir, et cela paraît d'autant plus absurde à l'ère du numérique, où l'on vante des sites comme Gallica, ou bien encore quand on peut accéder de plus en plus aisément aux archives départementales pour constituer son arbre généalogique (cela au moins, nous l'avons encore, du moins quand on n'a pas le malheur de découvrir qu'une commune a été privée de ses actes d'avant le XVIIIe siècle à cause de la Révolution et de ses destructions, comme il a pu m'arriver de le constater en Vendée).

Je partage votre sentiment Henry, cela fait furieusement penser à la tristement célèbre méthode de la Révolution française que l'on appelle la "table rase", mais pas seulement, car je n'ai pas employé le mot barbare au hasard ci-dessus. Ne trouvez-vous pas qu'alors que tout le monde fait semblant de s'offusquer des destructions commises par Daesh, le dit état ou califat islamique, au détriment du patrimoine archéologique et culturel des régions qu'il occupe et vide des chrétiens et autres minorités comme des témoignages antiques, il y a là comme une parenté bien obscure et une belle hypocrisie ? Que doit-on penser de gens qui brûlent des livres sous le prétexte du désintérêt de leur propos, pour mieux s'assurer le contrôle de ce qui doit être dit ou non à l'université ? Et nous connaissons les républicains : alors que lors de sa visite en Bretagne, le prince Louis de Bourbon a rendu honneur à la mémoire des chouans et a même clairement reconnu le terme de "génocide vendéen" dans l'article du Télégramme, le régime qui occupe illégitimement la France, ne l'a jamais fait, et fait tout pour taire cet épisode peu glorieux pour sa mythologie républicaine. En fait, la Révolution me fait penser à l'islam : des barbares champions du vide et de la violence, tout comme on dit parfois que l'islam est un communisme avec Dieu. Et le communisme, on sait d'où il vient.

Concernant les idéologies au pouvoir au sein de l'Université française, je ne connais pas le milieu aussi bien que toi Calliope, loin s'en faut, et faute d'avoir persévéré vers le doctorat à cause, justement, de ce que j'avais entrevu il y a environ dix ans. Quand je lis les propos sur le positivisme et le structuralisme notamment, cela me ramène avec tristesse à mes désillusions sur l'enseignement de la littérature - pardon, des lettres, la nuance est signifiante justement - en faculté. Il y a des gens qui veulent faire de la littérature une science, et c'est pourquoi elle a été de plus en plus associée aux départements des langues, à la linguistique, au détriment des liens avec les sciences humaines, ce que j'ai estimé être catastrophique. J'ai pu constater qu'en vérité, il y a un courant d'analyse formaliste issu des années 70 qui a plus ou moins mis aux oubliettes les anciennes histoires littéraires. Ce qui ne veut pas dire que ces outils étaient forcément invalides en tant qu'outils, mais quand on privilégie la forme sur le fonds, il faut toujours se méfier. Et quand on m'a fait comprendre, à l'époque, malgré un très bon mémoire de maîtrise, que je devrais "donner des gages", en quelque sorte, à la clique des linguistes et formalistes pour continuer, moi qui aimais les passerelles entre la littérature et l'histoire, ou la philosophie ou autres modes de la pensée véritable, j'ai préféré garder mes convictions, comme je l'ai toujours fait.

Oui, nous avons chacun nos raisons pour constater que l'enseignement français va bien mal depuis des années, et que tout est fait pour détruire la promotion du savoir en tant que tel. A partir de là, il ne reste bien que des fonctionnaires qui doivent flatter les factions dominantes pour subsister dans le milieu. C'est ainsi que professeurs et chercheurs sont recrutés. La recherche est partie ailleurs. Tu as bien du courage, c'est vrai, de te mesurer à cela, Calliope, même sur des sujets ponctuels.

Un dernier mot sur les mémoires toutefois : je pense que de nos jours, si l'ont veut qu'il reste disponible, le mieux est de l'auto-éditer (les moyens ne manquent pas), ou de le distribuer en mode numérique. Ce n'est pas ça qui redorera le blason des universités françaises, mais au moins un travail peut rester vivant si on estime qu'il peut intéresser par sa valeur.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le génocide civilisationnel de l'Enssib.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum