Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Aller en bas

Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Alain le Ven 25 Déc 2015, 17:37

Après Jean-Bernard et René, la chronique "mes amis" par votre dévoué Calliope est destinée à se terminer avec celle-ci: Mon amie Delphine.
Je dois dire que je n'ai pas du tout aimé la tonalité de certains membres du forum qui depuis des "MP" m'ont fait comprendre que je n'étais pas à ma place parmi les légitimistes. J'ai une espérance absolue en notre Roi, et, depuis mon insignifiance, je ne peux accepter être considéré comme malhonnête. Je pense en tant qu'humain qu' à une seule chose: Habiter ma contrée avec bienveillance. Ma contrée est fribourgeoise à présent. Je pense devenir fribourgeois pour toujours: La Vie m'a fait rencontrer une contrée que j'aime et que je sais habiter. Et, c'est là une offrande magnifique.
Par contre, si je suis avec vous absolument, vous devez savoir pourquoi, je suis athée et non-catholique ( ce qui m'est reproché avec violence par certains). Et là, je dois vous raconter mon amour pour Delphine:
Nous sommes en 1984, je suis élève au Caousou à Toulouse. Une gamine de mon âge perd son père technico-commercial dans un accident de voiture. Sa maman perd la belle maison achetée à crédit. Sa fille, Delphine, se met à sacraliser son "papa". Moi, gamin de 14 ans j'essaie de lui faire comprendre que ce qu'on a inscrit dans son cœur est éternel. Et puis, il y a les prédateurs: Les enseignants. Le père étant mort, c'était le moment idéal de se "faire" la fille. Un jour j'ai vu mon professeur d'espagnol prendre par derrière Delphine à même le bureau de la classe. Le Prof d'anglais m'a menacé de mort si je parlais. Le bon abbé Cussol m'a signifié que c'était normal... Moi, j'avais 14 ans... J'ai vu ma copine de classe se faire prendre par le prof d'espagnol et d'anglais durant toute l'année scolaire... Et puis, j'ai décidé d'impacter très fort pour faire cesser la barbarie. J'ai été menacé de mort le bon Père Lagaillarde, proviseur et aujourd'hui curé défroqué ( ce porc puant a engrossé une prof d'anglais stagiaire). Il a rigolé. Delphine s'était suicidé. Elle était morte. Elle n'a pas supporté sa vie d'esclave sexuelle d'un établissement catholique . Aujourd'hui, je m'en veux encore. Cette Delphine était une jeune-fille fantastique.
Après cet "évènement", non, je ne suis plus catholique. La Loi Morale me l'interdit. Je ne peux pas humainement être chrétien après ce qu'a vécu mon amie Delphine. La France est d'essence chrétienne. C'est une réalité que je suis prêt à défendre. Mais, je ne suis pas catholique après ce que j'ai vécu. Je suis désolé, mais je ne peux pas... La vie a été très moche à mon endroit. Et, je n'aspire qu'à être un type bien. Mais Delphine était une super jeune fille qui ne demandait qu'à vivre! Elle est toujours dans mon cœur d'ailleurs.

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Dim 27 Déc 2015, 23:13

Cher Calliope,
ne sous-estimez pas la puissance du Bon Dieu.
Vous avec subi une hiérarchie humaine, et non chrétienne. Lorsque celle ci s'est mis en place dans les années soixante, il ne restait plus guère de bons messagers de Dieu. Ces sadducéens du Nouveau-monde, auront à rendre compte de ce que vos yeux ont vu, par le scandale. Ils se moquent de la loi des hommes, dans la violence sur des innocents, dont c'est la fête demain. Ils auront à rendre compte du scandale direct, comme votre soeur Delphine. Comme dit Notre Seigneur, ils vaudraient mieux qu'ils ne fussent pas nés.

Je prie pour vous, dans l'espoir que vous accédiez dans une paix intérieure, en laissant ces interférences s'estomper, et ne voir que la beauté des enfants que vous connaissez dans le sourire de l'Eternel.
Bien à vous, et vive le Roy du ciel et celui de la Terre.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Mickaelus le Dim 27 Déc 2015, 23:27

Je dois dire que cette chronique-ci est particulièrement effroyable ; elle fait froid dans le dos, ce n'est rien de le dire, même si cela appelle quelques commentaires, bien que je sois certain qu'un philosophe aura conçu ces arguments et points de vue depuis longtemps. Et il est vrai que la vie se construit aussi depuis des événements marquants et pas seulement depuis la raison, je le sais bien.

Voyons d'abord un moment la question du légitimisme et de l'athéisme. Je n'étais pas au courant de ces messages privés très virulents sur ce thème, et j'imagine qu'ils datent d'une période lors de laquelle le forum était plus animé... J'ai évidemment conservé le souvenir de ces débats récurrents sur le thomisme et kantisme notamment, que j'essayais de modérer au mieux, mais ce n'était pas facile. Certes, je sentais bien que le respect pour l'autorité du forum que l'on proclamait publiquement, n'était pas toujours ressentie pareillement dans l'intimité, mais passons, cela n'a plus grande importance. Ce qui est important, c'est de dire qu'on peut être agnostique ou athée et légitimiste, dès lors que l'on ne s'oppose pas au caractère catholique de la monarchie capétienne traditionnelle. Ce qui est ton cas d'après toutes tes déclarations sur le présent forum. Il ne faut pas oublier du reste, que d'après le thomisme même (donc, la théologie de Thomas d'Aquin), le mal n'est pas tant un principe en soi qu'une privation selon la complétude qu'est le bien. C'est-à-dire que dans le cas d'un agnostique, le fait de ne pas parvenir à croire peut être un défaut de Grâce qu'il est difficile de juger, aussi il faut être patient quand il y a bonne volonté envers la morale et les principes du bien. C'est un autre cas que de donner sa fidélité à une religion ou à des principes ennemis de la religion d’État du royaume. C'est alors problématique mais un autre cas.

Bref, laissons là les considérations générales pour dire quelques mots sur le sort infâme et surtout inqualifiable réservé à ta camarade Delphine. Ces mots doivent être forts et nets : ces personnes qui ont œuvré depuis la religion et l'enseignement catholiques, n'ont absolument rien de chrétien. Ceux qui se prétendent catholiques et qui agissent au rebours de l'enseignement du Christ et des Commandements divins, ne font pas l’œuvre de Dieu, mais celle de l'Ennemi, de Satan pour être parfaitement clair. C'est le moyen d'action le plus pervers de ce dernier, que de détourner la religion de sa mission sacrée. Car que dire du viol d'une jeune fille innocente, fait abject et digne de tous les châtiments s'il en est ? Le dogme de l’Église catholique défend la sainteté de l'Amour, qui est le don réciproque et consentant de deux âmes à travers le sacrement du mariage ; la profanation satanique d'une jeune vierge par de faux clercs est tout sauf catholique. Souvenons-nous encore de la lettre des Évangiles, dans lesquels Jésus Christ insiste sur la manière dont il faut traiter les enfants, qui est un critère important selon lequel nous serons jugés à notre mort. Ai-je vraiment besoin de continuer ? Il y a malheureusement de ces hommes monstrueux qui ont sombré dans un mal radical, et certains d'entre eux, parmi les pires, prétendent servir l’Église pour abuser des innocents de diverses manières. Mais ces criminels ne sont pas l’Église, celle voulue par le Seigneur et les Apôtres, car l’Église est l'épouse du Christ. Je pense que ce serait donner acte au mal qui tente de l'abattre de l'intérieur - et notre époque l'éprouve particulièrement - que de ne plus voir que cela...

Je viens de lire le message d'Henry qui a publié pendant que je finissais de rédiger le mien, aussi je m'associe pleinement à son commentaire et à sa prière. Je suis certain que le Seigneur a accueilli Delphine dans sa Lumière chaleureuse et miséricordieuse, et que ceux qui lui ont fait autant de mal connaîtront une chaleur d'un tout autre genre, en répondant de leurs crimes. Cela ne doit rendre que plus ardent à faire le Bien et à promouvoir ce qu'est vraiment l'Evangile. Il est évident qu'avoir été témoin de quelque chose d'aussi horrible entraîne un blocage, mais j'ai toujours trouvé que la manière dont tu considérais les autres, d'après tes témoignages sur le forum, était faite d'une gentillesse et d'une sensibilité chrétienne ; la foi est toujours là quelque part, quand la Parole de Dieu agit sur les cœurs. Bref, nous sommes avec toi et prions pour Delphine.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Lun 28 Déc 2015, 02:55

Beaucoup de prêtres vont en Enfer voir la vidéo du même nom.
comment ces personnes ne peuvent-elles pas être inquiétées?
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Alain le Ven 01 Jan 2016, 17:39

Merci l'ami Henry. Tu as su me faire une grande sympathie.
Après... Je suis désolé. C'était Noël. Et, je suis toujours malheureux à Noël.
Pour Delphine, elle est morte il y a plus de 30 ans. Il y a prescription.
Pour le reste... Il est probable que j'ai su rejoindre le côté obscur de la force comme le pense visiblement le "thomiste", notre ancien collègue en ce forum. Mais je l'assume.
Le vrai problème est de savoir si nous devons tolérer que des sous-porcs jésuites aient pour devise: "Perinde ad cadaver" à savoir "semblable au cadavre". Si être, c'est être condamner à se considérer comme cadavre, alors, l'Eglise catholique est contre la Vie ( selon eux). Je comprends pourquoi Louis XV a chassé les jésuites de l'éducation... Ces gens sont abonnés au stupre. Ils sont contraires aux fondements de la Foi, et, aussi, de la Loi Morale. J'avoue être catastrophé de voir "François" le jésuite être Pape. Mes bras m'en sont tombés...
Chez les jésuites, j'espérais à 14 ans avoir la Parole des pères fondateurs de l'Eglise, comprendre l'articulation sensible/ intelligible/ an-hypothétique suprême. Je pensais que cette secte "catholique" me ferait l'offrande d'une spiritualité clef en main prête à être habitée pour que je la prolonge. Le résultat, c'est que je ne crois plus au "clef en main". Mais alors, du tout.
Je ne comprends pas pourquoi- certains "cathos"- lèchent les bottes de la république virile. C'est le cas de la FSSPX ( bien planquée fiscalement dans le canton de Zoug). La FSSPX m'a dégoûté quand elle s'est réfugiée à Zoug. La fiscalité y est superbe... Mais quel rapport avec la FOI??? Moi-même j'y ai pensé à me fiscaliser sur ce foutu canton de Zoug... Mais je préfère payer beaucoup d'impôts à Fribourg dans la mesure où il y a tout ce que Zoug ne possède pas: Université, Hôpitaux etc.... Mais le bien commun ne semble pas être en "solidarité" avec la FSSPX.
Autant j'ai aimé Benoît XVI, autant le "François" signifie, je crains, la fin de l'occident.
Nous sommes et donc nous serons.



Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Ven 01 Jan 2016, 18:41

La FSSPX est faite par des hommes religieux. L'homélie de ce matin portait sur la responsabilité du prêtre.

La devise des jésuites que vous signalez, est le combat contre le vieil homme, c'est à dire nos mauvais penchants.

Les jésuites, un ordre qui n'existe presque plus dans la ligne de conduite prescrite par les pionniers. Après les bons et les mauvais cas dans un ordre, je ne suis pas juge ou assez informer pour chaque cas.

Nous ne raisonnons pas Dieu; ou nous croyons en lui, ou pas. Nous ne pouvons servir deux maitres à la foi(s)

Vous avez un caractère combattif, sinon pourquoi pensez encore à ceux qui ne sont plus, à ceux qui sont autour de vous, tous les jours?
Parce que cela vous tient au cœur, et ceux vous pousse vers l'avant. Pourquoi vouloir aimer le Roi et ne pas avoir une petite pensée pour son Créateur comme dans ces quelques versets a et b du Livre de Daniel:


a)51 Alors ces trois hommes, comme d'une seule bouche, louaient, glorifiaient et bénissaient Dieu dans la fournaise, en disant :

52 Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères, digne d'être loué, glorifié et exalté à jamais.
Béni est votre nom saint et glorieux, digne de suprême louange et exaltation à tout jamais.
53 Vous êtes béni dans le temple de votre sainte gloire, digne de suprême louange et gloire à jamais.
54 Vous élus béni sur le trône de votre royaume, digne de suprême louange et exaltation à jamais.
55 Vous êtes béni, vous dont le regard pénètre les abîmes, et qui êtes assis sur les Chérubins, digne de suprême louange et exaltation à jamais.
56 Vous êtes béni au firmament du ciel, digne de louange et de gloire à jamais.

57 Bénissez toutes le Seigneur, œuvres du Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
58 Anges du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
59 Cieux, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
60 Eaux et tout ce qui est au-dessus des cieux, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
61 Puissances du Seigneur, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le, et exaltez-le à jamais.

62 Soleil et lune, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
63 Astres du ciel, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
64 Pluies et rosées, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
65 Vents que Dieu déchaîne, bénissez tous le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.

66 Feux et chaleurs, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
67 Froid et chaleur, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
68 Rosées et givres, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
69 Gelées et frimas, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
70 Glaces et neiges, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.

71 Nuits et jours, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
72 Lumière et ténèbres, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
73 Eclairs et sombres nuages, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
74 Que la terre bénisse le Seigneur ; qu'elle le loue et l'exalte à jamais !

75 Montagnes et collines, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
76 Plantes qui croissez sur la terre, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
77 Fontaines, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
78 Mers et fleuves, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.

79 Monstres et tout ce qui s'agite dans les eaux, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
80 Oiseaux du ciel, bénissez tous le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
81 Bêtes sauvages et troupeaux, bénissez tous le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
82 Enfants des hommes, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
83 Qu'Israël bénisse le Seigneur ; qu'il le loue et l'exalte à jamais !

84 Prêtres du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
85 Serviteurs du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
86 Esprits et âmes des justes, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
87 Saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.
88 Ananias, Azarias et Misaël, bénissez le Seigneur ; louez-le et exaltez-le à jamais.




Car il nous à tirés du schéol, et délivrés de la puissance de la mort ; il nous à sauvés du milieu de la fournaise de flamme brûlante, et tirés du milieu du feu.
89 Célébrez le Seigneur, car il est bon, car sa miséricorde dure à jamais.
90 Vous tous, hommes pieux, bénissez le Seigneur, le Dieu des dieux ; louez-le et célébrez-le, car sa miséricorde dure à jamais.










b)1 Il y avait un homme qui demeurait à Babylone, et son nom était Joakim.
2 Il prit une femme nommée Susanne, fille d'Helcias, d'une grande beauté et craignant Dieu ;
3 car ses parents, qui étaient justes, avaient instruit leur fille selon la loi de Moïse.
4 Or Joakim était fort riche, et il avait un jardin près de sa maison, et les Juifs affluaient chez lui, parce qu'il était le plus honorable de tous.

5 On avait établi juges cette année-là deux anciens d'entre le peuple, dont le Maître a dit : " L'iniquité est sortie de Babylone par des vieillards qui étaient juges, qui paraissaient régir le peuple. "
6 Ils fréquentaient la maison de Joakim, et tous ceux qui avaient des différends se rendaient auprès d'eux.
7 Vers le milieu du jour, lorsque le peuple s'était retiré, Susanne entrait dans le jardin de son mari et s'y promenait.
8 Les deux vieillards la voyaient chaque jour y entrer et s'y promener, et ils conçurent pour elle une ardente passion.
9 Ils pervertirent leur sens et détournèrent leurs yeux pour ne pas voir le ciel et ne pas se souvenir des justes jugements de Dieu.
10 Ils étaient donc blessés d'amour pour elle, mais ils ne se communiquaient pas mutuellement leur souffrance,
11 car ils avaient honte de révéler l'un à l'autre la passion qui leur faisait désirer d'être avec elle.
12 Ils l'observaient chaque jour avec soin pour la voir, et ils se dirent l'un à l'autre :
13 " Allons chez nous, c'est l'heure du dîner. " Et ils sortirent et se séparèrent.
14 Mais étant revenus sur leurs pas, ils se rencontrèrent, et s'étant demandé le motif de leur retour, ils s'avouèrent leur passion ; puis ils convinrent entre eux du moment où ils pourraient la trouver seule.

15 Comme ils épiaient un jour convenable, il arriva que Suzanne entra dans le jardin, comme elle l'avait fait la veille et l'avant-veille, sans autre compagnie que deux jeunes filles ; elle voulut se baigner dans le jardin, car il faisait chaud.
16 Il n'y avait là personne, sinon les deux vieillards, qui s'étaient cachés et qui l'épiaient.
17 Elle dit aux jeunes filles : " Apportez-moi de l'huile parfumée et des onguents, et fermez les portes du jardin, afin que je me baigne. "
18 Elles firent ce que Suzanne avait commandé et, ayant fermé la porte du jardin, elles sortirent par une porte de derrière, pour apporter ce qui leur avait été demandé ; elles ne savaient pas que les vieillards étaient cachés dans le jardin.

19 Dès que les jeunes filles furent sorties, les deux vieillards se levèrent, coururent à Susanne et lui dirent :
20 " Vois, les portes du jardin sont fermées, personne ne nous aperçoit, et nous brûlons d'amour pour toi ; consens donc à notre désir et sois à nous.
21 Si non, nous nous porterons témoins contre toi, et nous dirons qu'un jeune homme était avec toi, et que c'est pour cela que tu as renvoyé les jeunes filles. "
22 Susanne soupira et dit : " De tous côtés l'angoisse m'environne. Si je fais cela, c'est la mort pour moi, et si je ne le fais pas, je n'échapperai pas de vos mains.
23 Mais il vaut mieux pour moi tomber entre vos mains sans avoir fait le mal que de pécher en présence du Seigneur. "
24 Alors Susanne jeta un grand cri, et les deux vieillards crièrent aussi contre elle.
25 Et l'on d'eux courut ouvrir les portes du jardin.
26 Quand les serviteurs de la maison entendirent les cris poussés dans le jardin, ils se précipitèrent par la porte de derrière pour voir ce qu'il y avait.
27 Lorsque les vieillards se furent expliqués, les serviteurs eurent grande honte, parce qu'on n'avait jamais dit chose semblable de Susanne.

28 Le lendemain, le peuple s'étant rassemblé chez Joakim, mari de Susanne, les deux vieillards y vinrent aussi, tout remplis de pensées méchantes contre elle, afin de la faire périr.
29 Ils dirent devant le peuple : " Envoyez chercher Suzanne, fille d'Helcias, femme de Joakim. " Et on envoya aussitôt.
30 Elle vint avec ses parents, ses fils et tous ses proches.
31 Or Suzanne, avait les traits délicats et une grande beauté.
32 Comme elle était voilée, les juges méchants commandèrent qu'on lui ôtât son voile, pour se rassasier de sa beauté.
33 Mais tous les siens et tous ceux qui la connaissaient versaient des larmes.
34 Les deux vieillards, se levant au milieu du peuple, mirent leurs mains sur sa tête.
35 Elle, en pleurant, regarda vers le ciel, car son cœur avait confiance dans le Seigneur.
36 Les vieillards dirent : " Comme nous nous promenions seuls dans le jardin, elle est entrée avec deux jeunes filles et, après avoir fait fermer les portes du jardin, elle a renvoyé les jeunes filles.
37 Et un jeune homme qui était caché est venu à elle et a fait le mal avec elle.
38 Nous étions dans un coin du jardin ; en voyant le crime, nous avons couru à eux, et nous les avons vus dans cette infamie.
39 Nous n'avons pu prendre le jeune homme, parce qu'il était plus fort que nous, et qu'ayant ouvert la porte, il s'est échappé.
40 Mais elle, après l'avoir prise, nous lui avons demandé quel était ce jeune homme, et elle n'a pas voulu nous le dire. Voilà ce que nous attestons. "
41 La foule les crut, parce que c'étaient des vieillards et des juges du peuple, et ils la condamnèrent à mort.

42 Alors Susanne s'écria à haute voix et dit : " Dieu éternel, qui connaissez ce qui est caché et qui savez toutes choses avant qu'elles n'arrivent,
43 vous savez qu'ils ont rendu un faux témoignage contre moi ; et voici que je meurs, sans avoir rien fait de ce qu'ils ont méchamment inventé contre moi. "
44 Le Seigneur entendit sa voix.
45 Comme on la conduisait à la mort, Dieu éveilla l'esprit saint d'un jeune enfant nommé Daniel.
46 Il cria à haute voix : " Pour moi, je suis pur du sang de cette femme ! "
47 Tout le peuple se tourna vers lui et lui dit : " Que signifie cette parole que tu dis-là ? "
48 Daniel, se tenant au milieu d'eux, dit : " Etes-vous donc insensés à ce point, enfants d'Israël, de faire mourir une fille d'Israël sans examen, sans chercher à connaître la vérité ?
49 Retournez au tribunal, car ils ont rendu un faux témoignage contre elle. "

50 Alors le peuple retourna en hâte, et les anciens dirent à Daniel : " Viens, prends place au milieu de nous, et expose-nous ton avis, car Dieu t'a donné l'honneur de la vieillesse. "
51 Daniel dit au peuple : " Séparez-les loin l'un de l'autre, et je les jugerai. "
52 Quand ils furent séparés l'un de l'autre, Daniel en appela un et lui dit : " Homme vieilli dans le crime, les péchés que tu as commis autrefois sont maintenant venus sur toi,
53 toi qui rendais des jugements injustes, qui condamnais les innocents et relâchais les coupables, quand le Seigneur a dit : Tu ne feras pas mourir l'innocent et le juste.
54 Eh bien, si tu l'as vue, dis sous quel arbre tu les as vus s'entretenant ensemble. " Il répondit : " Sous un lentisque. "
55 Daniel dit : " Justement tu dis un mensonge pour ta perte ; car l'ange de Dieu qui a déjà reçu l'arrêt divin va te fendre par le milieu. "
56 Après l'avoir renvoyé, il ordonna d'amener l'autre, et il lui dit : " Race de Chanaan, et non de Juda, la beauté d'une femme t'a séduit et la passion a perverti ton cœur.
57 C'est ainsi que vous en agissiez avec les filles d'Israël, et elles, ayant peur de vous, vous parlaient ; mais une fille de Juda n'a pu souffrir votre iniquité.
58 Dis-moi donc maintenant sous quel arbre tu les as surpris s'entretenant ensemble. " Il dit : " Sous un chêne. "
59 Daniel lui dit : " Justement tu as dit, toi aussi, un mensonge pour ta perte ; car l'ange du Seigneur attend, le glaive en main, le moment de te couper par le milieu, afin de vous faire mourir. "

60 Alors toute l'assemblée jeta un grand cri, et ils bénirent Dieu qui sauve ceux qui espèrent en lui.
61 Puis ils s'élevèrent contre les deux vieillards, que Daniel avait convaincus par leur propre bouche d'avoir rendu un faux témoignage, et ils leur firent le mal qu'eux-mêmes avaient voulu faire à leur prochain ;
62 afin d'accomplir la loi de Moïse, et ils les firent donc mourir, et le sang innocent fut sauvé en ce jour-là.
63 Helcias et sa femme louèrent Dieu au sujet de leur fille Susanne, avec Joakim, son mari, et tous ses parents, parce qu'il ne s'était trouvé en elle rien de déshonnête.
64 Et Daniel devint grand devant le peuple, à partir de ce jour et dans la suite des temps.


avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Ven 01 Jan 2016, 18:46

Être désolé est un terme de discussion. mais qu'auriez vous fait aux milieu des bergers de la Crèche? N'auriez vous pas senti votre intuition qui vous a toujours guidée, vous forcez l'admiration devant cet enfant royal dans le froid d'une nuit d'hiver en Palestine, et en particulier à Betheléem?(maison du Pain)

Royales amitiés et beaucoup de joie pour ce nouvel an de grâce.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Alain le Sam 02 Jan 2016, 15:58

Il est probable que Suzanne soit inscrite en moi...
Après, cher Henry, je vous demande pardon: Ce n'est en aucun cas le traditionalisme catholique que je condamne ni même la FSSPX. A mon âge et à mon niveau d'expérience, j'ai appris beaucoup de la crainte des certitudes. Et, surtout l'adhésion aux réalités que mes lectures m'ont autorisées à discerner pour ce qui est de comprendre les pires mises en péril depuis les expériences de Vie ont su faire de moi une personne sur le retraît; sur un fil où tout peut basculer.
Quand je pense aux jésuites ou aux dérives fiscales de la FSSPX ( notament depuis un certain entrepreneur en vin du Valais), je pense à la pensée platonicienne. Et... Je me souviens de la réalité de la dialectique ascendante: Atteindre la vérité de l'Un est un chemin de Vérité. Mais, une fois que l'Un est contemplé et habité par un esprit humain, alors, ce dernier, dès lors qu'il redescend en direction du sensible est destiné à l'incompréhension de tous et de chacun et est destiné à la mort ( lire "le Sophiste" ou la "République V"). La dialectique ne peut être descendante. Quand on rejoint l'Un, on ne peut revenir en ce monde. C'est un fait que Platon nous apprend.
C'est pour cela que je ne parviens pas à avoir confiance en des structures établies de transcendance: Si on a contemplé L'UN, et qu'on en est revenu, alors on se situe depuis des distorsions impossibles à gérer depuis le monde réel et sensible. Par là, les structures théologiennes voulant témoigner d'une Foi la plus authentique ne peuvent qu'être torturées depuis ces distorsions intra-mondéennes.
Je ne peux que vous témoigner qu'une de mes triste expériences. Un jour une "Idée" m'a accablée: Refaire vivre un café sur la place d'un village en face une église. L'Idée était généreuse: Offrir à un village un lieu de partage. Mais quand mon "Idée" a rejoint la phase sensible d'établissement dans le monde concret, elle s'est révélée monstrueuse. J'ai eu mon café de village mais c'était un lieu de débauche absolu, le rendez-vous de tous les BDSM de bretagne ( bondage/ domination/sado-masochisme). On pouvait y négocier des petites-filles pour 300 Euro, les gens y venaient y échanger une passe avec un trisomique pour une bouteille de Ricard. C'était l'enfer terrestre. Quand je me suis rendu compte des dérives de mon établissement j'ai procédé à sa destruction sans regarder l'argent que je perdais.
Pourquoi je raconte cela? Simplement parce que l'Idée qui s'incarne dans le sensible est une affaire extrêmement compliquée. Moi, j'ai échoué lamentablement. Mais, au moins, j'ai eu la dignité de détruire l'horreur que j'ai su créer depuis une compétence que je n'avais pas mais que je pensais avoir. Mais, cette réalité a valeur pour tout: Y compris pour les gens qui ont une Idée de l'Un magnifique... Quand l'Idée se heurte au sensible, elle peut créer autre chose que le merveilleux qui lui était prédestiné. Je doute que les jésuites aient été corrompus à l'origine de leur commencement, mais, confrontés au sensible, ils sont devenus des salauds. Quant à la FSSPX - si j'étais chrétien- je serais traditionaliste, ils se retrouvent pris dans le sensible depuis des enjeux qui ne sont pas ceux de de la Foi. La dialectique descendante, comme le disait Platon, ne parvient jamais à s'incarner dans un discours sensible. Et donc, la dérive est systématique. Par là je crois qu'il n'y a que des chemins allant jusqu'à l'en-haut. Mais que nul ne peut témoigner de ce chemin dans la mesure où, l'en-haut atteint, on ne peut en témoigner dans la mesure où nul ne saurait en revenir.
Et j'ai la même peine pour mon bistro infect que pour la FSSPX qui, finalement, s'enferme dans la logique de l'enfer fiscal en ayant choisi le canton de Zoug pour s'établir: L'Un est l'Un et ne peut s'inscrire ici bas depuis aucune structure. C'est ainsi. Croire l'inverse est au mieux une immaturité dans la pensée. Au pire une imposture. j'espère néanmoins. Et... Si ces gens vous apportent des faisceaux merveilleux dans votre exister, alors je les aime. mais, je n'oublie pas pour autant les leçons de Platon. C'est ainsi. Et puis... Heureuse et sainte année à vous Henry!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Sam 02 Jan 2016, 17:42

L’échec vient plutôt que dans le même cas de Delphine, on a abusé de vous et de votre loyauté, si je peux réagir à ce que vous avez écris.

La dérive ou le conseil que je me permets de donner, vient que vous n'arrivez pas à vous séparer de mauvais éléments en entreprise à temps, ou comme votre comportement avec les profs dans le 1er cas.


Dernière édition par Henry le Sam 02 Jan 2016, 17:55, édité 1 fois
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Henry le Sam 02 Jan 2016, 17:52

C'est pour cela que je vous conseille de plus approfondir l'Autel et le Trône dans ses divers aspects.

Si vous avez les moyens, achetez vous les vies des Saints des petits bollandistes (17 volumes en brocante; XIXème)
parce c'est de l'histoire, vécue par les saints, dans les joies et les douleurs.

Il vous faudrait voir un prêtre de la Fraternité pour discuter de vos scrupules, et de la mélancolie qui en découle.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Mickaelus le Mar 05 Jan 2016, 17:51

C'est vrai qu'il y a "prescription" pour l'histoire de Delphine, vieille de trois décennies, même si apprendre une telle histoire, tout ancienne qu'elle soit, a quelque chose d'actuel pour le destinataire de la narration. Et puis, cela fait écho à d'autres histoires qui éclosent, mille fois hélas, assez régulièrement dans les médias, à propos de scandales liés à la pédophilie et à l’Église. Ce sont des sujets très douloureux qui suscitent autant mon indignation que mon incompréhension. Je ne comprends pas plus comment des hommes peuvent souiller à ce point les idéaux qu'ils ont fait le vœu sacré de servir, ni comment les rapporteurs de ces histoires font semblant de croire que ces comportements déviants ont véritablement à voir avec ces idéaux. Il est honteux de s'en prendre au célibat des prêtres par ce biais, alors que la pédophilie n'est en aucune façon liée à cela. Je pense que cela mérite d'être rappelé à cette occasion.

Pour le reste, je crois que ce qui est dit à propos de Platon touche simplement à la place du sage dans la cité, pour reprendre une terminologie un peu plus antique. En ayant lu la Légende dorée de Jacques de Voragine tout au long de l'année qui vient de s'achever, j'ai croisé d'assez nombreux cas de saints qui ont été poussés à prendre des responsabilités dans l’Église, que ce soit en devenant abbés ou évêques, alors qu'ils n'en avaient pas le moindre désir et que, pour certains, ils faisaient tout pour fuir cette fonction. On peut se demander si la voie érémitique est la seule possible pour une sanctification complète, comme saint Antoine au désert, dans la grande tradition égyptienne. Car après tout, la grande différence entre le (néo)platonisme et le christianisme, c'est que dans le premier cas, l'homme cherche la Vérité seul, dans un mouvement uniquement ascendant en effet, alors que dans le second, la Vérité s'est incarnée dans le Christ, Fils de Dieu. Celui-ci a demandé à ses apôtres de transmettre la Foi et la Bonne Nouvelle que constitue le rachat du péché des hommes par le sacrifice divin, ce qui est le fondement de l’Église. Les hommes sont imparfaits et parfois monstrueux, je suis le premier à le penser (et je ne suis pas sans avoir un pessimisme qui ressemble parfois à un peu de jansénisme peut-être, alors que la casuistique légendaire des jésuites me laisse un peu sceptique), mais penser que le Ciel est fermé est encore plus dommageable. Je crois que si la liberté (au rebours de la prédestination protestante radicale) introduite dans le monde permet le mal, il faut aussi croire dans la possibilité de la rédemption par Dieu. D'où la mission d'hommes sages ou saints dans la cité.

Pour autant, il est vrai qu'aujourd'hui, il est difficile de souscrire aveuglément à ce "prêt-à-penser" évoqué, à cause des problèmes évidents qui secouent le monde religieux depuis qu'il s'est jeté dans l'ère démocratique. En cela en effet, le "réformisme" du pape François risque d'être très dangereux s'il franchit certaines lignes rouges, alors que le pape Benoît XVI, on le sentait autant par son attitude que dans ses écrits, était un ami de la tradition au sens large. Quoi qu'il en soit, il y aura certes toujours beaucoup de mal dans le monde sensible, parce qu'il est le lieu des épreuves. Mais s'il y a bien un repère qui demeure, c'est Dieu et ce qu'Il nous a envoyé pour nous guider dans les ténèbres.

Enfin, sur la question du rapport entre le forum et la religion, il y avait ces sujets où cela avait été un peu discuté :

- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (d'un point de vue plus personnel).

De quoi il ressort notamment que ce forum a toujours considéré que le légitimisme était lié de par ses institutions à un catholicisme traditionnel (et pas nécessairement traditionaliste si vous saisissez la nuance), mais que ce n'est pas son rôle non plus que de trancher la question de la tradition entre la papauté et les traditionalistes. De même que le degré de foi de chacun le regarde dès lors que le caractère sacré de l'institution monarchique est respecté et qu'on ne promeut pas une religion ennemie du royaume et de ses principes.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon amie Delphine ou pourquoi je ne suis pas catholique.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum