Pierre Boulez: Un génie de l'institution administrative nous quitte.

Aller en bas

Pierre Boulez: Un génie de l'institution administrative nous quitte.

Message par Alain le Jeu 07 Jan 2016, 14:23

Pierre Boulez nous a quitté à 90 ans. Après 4 heures de discours lénifiants sur Espace 2 et RSR 1, je suis bien fatigué. Oui, il était certainement un grand chef d'orchestre ( même s'il a transformé les symphonies de Malher en marches militaires - en mon sens - alors que Bernstein, lui, avait su les transmettre... Mais celà n'a pas empêché Boulez de prendre sa suite et pas vraiment pour le meilleur du musicien). Mais s'il n'y avait que ses interprétations que je n'apprécie pas... Avoir avec l'abominable pseudo-metteur en scène Patrice Chéreau transformer "les filles du Rhin" de la tétralogie de Wagner en putains obscures et remplacer les chutes du même fleuve en barrage hydraulique en 1976, on pouvait voir en lui un contestataire accompli, un renégat de la bienséance. Mais je crains que le monsieur n'était même pas cela. Il était un homme de la vérité administrative.
Il est des évènements dont je ne saurais saisir l'ampleur. Mais en 1958, Pierre Schaeffer avait crée le GRM ( groupe de recherche musical). Deux ans après le GRM était rattaché à l'ORTF. Du GRM est né la musique concrète, la musique acousmatique. Des chercheurs passionnants ont suivi l'aventure ( Michel Chion, François Bayle, Pierre Henry etc...). Pierre Schaeffer a écrit un ouvrage aujourd'hui encore considéré comme étant de valeur internationale " Le traîté des objets musicaux". Et... En 1969, selon le bon vouloir de Pierre Boulez est crée l'IRCAM grace à Pompidou. Depuis mes connaissances il s'agissait d'un doublon de circonstance. Je ne comprends pas cette logique. Le GRM était un lieu de création incroyable. L'IRCAM est devenu le terreau idéologique de Monsieur Boulez.
Bien sûr le GRM est très technique ( Schaeffer était sorti de Polytechnique et était Docteur en Philosophie). Depuis son fondateur, et ceux qui ont su le prolonger, j'ai réalisé des voyages depuis des enjeux fantastiques. Par contre depuis Mr. Boulez ( aucune formation musicologique, abandon d'étude en science en 1ère année de classe prépa), il ne m'est rien resté. Il y a bien sûr des enjeux intéressants à l'IRCAM depuis des collaborateurs "circonstanciels". Mais, pour moi, rien n'a remplacé le GRM de Schaeffer. Ah oui... J'ai lu il y a peu que Schaeffer avait écrit sur Boulez " le Staline de la Musique". C'est hélas l'expérience que j'ai de ce "manipulateur" du sonore qui n'en comprenait pas grand chose du sonore, justement. Là, je viens d'entendre un musicologue historien qui expliquait que Boulez se référant à Malraux osait affirmer " On ne peint pas en regardant un paysage mais en regardant un tableau". Il n'avait rien compris de la musique concrète: Là, il faut composer depuis les sons bruts issus de l'environnement et non depuis des sons déjà composés et déjà mis en musique... Mais à l'époque Boulez voulait "son" IRCAM et Malraux était ministre de la culture. Il y est arrivé, mais, cette simple phrase ne grandit pas le personnage. Moi... Je regrette l'anonymat de la disparition de Schaeffer. Il y a une énorme injustice. Crying or Very sad

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum