La Corse, avant-goût d'une France communautarisée et féodalisée ?

Aller en bas

La Corse, avant-goût d'une France communautarisée et féodalisée ?

Message par Mickaelus le Dim 21 Aoû 2016, 00:06

A la lecture de cet article, je me suis demandé si la situation décrite en Corse de manière assez intéressante (sauf pour le volet économique, soit le prétexte habituel) par rapport aux traditions familiales presque claniques, à propos d'histoires d'honneur et de vengeance notamment (nous avons quelques grands noms de la littérature française qui se sont penchés dessus, par exemple Balzac dans la Vendetta ou Mérimée dans Mateo Falcone), n'était pas une préfiguration de ce qui allait finir par arriver en métropole si la politique migratoire demeurait identique à celle des dernières décennies.

L'article semblerait presque, implicitement, décrire les Français comme des lâches ou des attentistes par rapport aux Corses (ce qui demeure probablement, néanmoins, un compliment de la part de quelqu'un qui considère que la tolérance extrême et la passivité totale sont les seules politiques culturelles possibles), néanmoins je pense que les choses pourraient changer dans un avenir relativement lointain où l'occupation de territoires islamisés conduirait les Français à se regrouper et à devoir faire face. Au pied du mur, en quelque sorte. En cela, nous ne serions plus si loin d'une situation de Reconquista, bien qu'il y manquerait l'essentiel... à savoir reconquérir au nom de quoi et comment, car sans religion ni roi, les occupants plus sûrs de leur culture disposent d'un avantage assez puissant.

Ce sera probablement un choix qui se dessinera sauf changement de cap imprévu dans un délais assez court ; la reconquête en retrouvant le sens des racines, de l'histoire, du sacré, ou bien devenir des dhimmis et des indiens d'Amérique dans des réserves, avec une Notre-Dame de Paris sœur de Sainte-Sophie de Constantinople.


Pourquoi les tensions communautaires sont si fortes en Corse

   Par Eugénie Bastié Mis à jour le 19/08/2016 à 14:32 Publié le 18/08/2016 à 16:52

FOCUS/VIDÉO - La rixe de Sisco n'est que l'énième épisode d'une série d'incidents opposant les communautés. L'Île de beauté est le laboratoire des fractures françaises.

Après la rixe qui a opposé habitants de Sisco et population d'origine maghrébine, tous les regards se tournent vers la Corse. Mais ce n'est pas la première fois que l'Île de Beauté est le théâtre privilégié des fractures françaises. Tout le long de l'année, les incidents opposant les communautés se sont multipliés. En janvier 2015, c'était un drapeau français brûlé et remplacé par celui du Maroc à l'école maternelle des Jardins de l'Empereur à Ajaccio. En décembre 2015, des pompiers avaient été agressés dans cette même cité sensible. Mais les actes contre les musulmans sont aussi nombreux : une boucherie halal mitraillée en février 2016, une mosquée incendiée en avril 2016, sans compter les restes de sangliers déposés devant les lieux de culte et les «arabi fuora» tagués sur les murs. Comme le relève Le Monde, un rapport de la CNCDH fait de la Corse la région la plus affectée par le nombre d'actes anti-musulmans par rapport au nombre d'habitants. Pourquoi la Corse est si sensible, et est devenue une sorte de laboratoire exacerbé des fractures françaises?

• Une communauté musulmane importante et de longue date

Les liens entre la population maghrébine et la Corse sont anciens: n'est-ce pas le Maure aux yeux bandés qui est devenu le symbole de l'île de Beauté? La tête de Maure, témoignage de la domination aragonaise sur les îles méditerranéennes était un symbole de la «reconquista» de la péninsule ibérique par les Aragon, qui chassèrent la civilisation musulmane de l'Espagne. La Corse avait auparavant subi de sévères incursions maures durant des siècles, et il se peut que la tête de maure ait été adoptée sous influence espagnole. On lui a depuis débandé les yeux en signe de libération du peuple corse.

Autrefois terre d'émigration (notamment dans les colonies), la Corse est devenu au XXe siècle une terre d'accueil, avec une forte immigration, surtout en provenance du Maroc. Aujourd'hui, il y a, selon les estimations, 42.000 musulmans sur l'île. «Auparavant, les gens ne se mélangeaient pas, mais il y avait moins de tensions qu'il n'y en a aujourd'hui entre jeunes issus de l'immigration et jeunes issus de familles corses», constate Laurent Marcangeli, député-maire (LR) d'Ajaccio.

• Une société organique et traditionnelle

Le caractère insulaire de l'île l'a longtemps protégé du multiculturalisme. Mais depuis plusieurs dizaines d'années, l'immigration a changé la donne. Et est venue bousculer une société familiale, où tout le monde se connait dans les villages, et qui repose sur des lois traditionnelles non écrites. «Les Corses ont une identité forte, ils sont attachés à un cadre de vie et à une manière de vivre», explique Laurent Marcangeli. «Pour eux, la métropole, ce sont les banlieues. Ils ont la phobie de voir arriver des zones de non-droit sur leur île. Les gens me disent “On ne veut pas devenir la Seine-Saint-Denis ou les quartiers Nord de Marseille”.»

«On assiste depuis quelques années à une libération des tensions raciales. Mais ici, à la différence d'ailleurs, les gens passent à l'acte. Je suis inquiet que ça monte crescendo. Ça devient compliqué d'être musulman en Corse, il y une suspicion généralisée vis-à-vis de l'islam», s'inquiète le député. Le regain des milices identitaires, comme la «Vigilenza Naziunale Corsa», qui prétend lutter contre l'islamisation de l'île, en atteste. Dans un communiqué publié peu après la mort du père Hamel, le FNLC l'a assuré: les Corses ne se laisseront pas faire par les islamistes. «Sachez que toute attaque contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans aucun état d'âme», ajoute encore le groupe indépendantiste. S'adressant, plus généralement «aux musulmans de Corse», le Front les appelle aussi à «prendre position» en dénonçant l'islamisme radical.

• Une tradition de la vengeance privée

C'est un cliché, mais le passé l'a montré: la tradition de la vendetta reste vivace en Corse. La vendetta est une tradition de vengeance personnelle, sans passer par l'intermédiaire de la justice ni recourir à la puissance étatique. Défiant envers les pouvoirs politiques, certains préfèrent régler eux mêmes leurs contentieux, comme ce qui s'est passé à Sisco.

• Une région pauvre

«N'oublions pas que la Corse est l'une des régions les plus pauvres de France», rappelle le député. En effet, avec un habitant sur cinq en dessous du seuil de pauvreté, la Corse est la lanterne rouge des régions françaises. Or les tensions sociales exacerbent souvent les tensions ethniques et raciales et l'immigration est vécue beaucoup plus difficilement dans un contexte économique tendu.

• Conséquence: un FN fort

Les prises de parole mesurées comme celle de Talamoni n'ont pas satisfait les plus radicaux. «Je ne serai pas surpris que la situation profite à Marine Le Pen», dit Laurent Marcangeli. Si le Front national ne fait pas de très bon scores aux scrutins locaux, éclipsé par les indépendantistes, il est à un niveau très élevé aux élections nationales: en 2012, Marine Le Pen était arrivée deuxième, à 24,5%, au premier tour derrière Nicolas Sarkozy. Insulaire et montagneuse, réplique miniature et bouillonnante de l'Hexagone, la Corse est le miroir exacerbé des fractures françaises.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Corse, avant-goût d'une France communautarisée et féodalisée ?

Message par Camisard le Lun 29 Aoû 2016, 09:04

Loin de moi de nier le caractère "français"  de la Corse mais il est bon de faire une nuance

Si la Corse est "Française" c'est parce que ses habitants dans leur immense majorité acceptent "l'allégeance" française. Pas parce qu'elle est culturellement française.

d'autres territoires (je n'aime pas le mot région)  ont des particularismes culturels forts, notamment l'Alsace ou le Pays Basque, mais la Corse présente une vrai particularité : il existe une société corse, distincte de la société française liée à son particularisme insulaire, sa faible population et la cohésion ethnique des autochtones (pas d'immigration de Français du continent). L'exemple le plus flagrant est la remontée spectaculaire de la langue corse depuis 30 ans (on va arriver bientot à la diglossie) . Si la Corse est française, la Corse n'est pas la France

Il existe une autre particularité: depuis l'affaire d'Aléria, l’état n'a cessé de reculer en Corse, jusqu'à quasiment disparaître et n'ose pas affronter les autochtones. Imaginez que l'affaire de Sisco se soit passée sur la Cote d'Azur ou en Vendée : tous les villageois se seraient retrouvés en G.A.V et seraient passés en comparution immédiate au TGI, le procureur n'aurait jamais prononcé le mot de "caïdat" et on aurait entendu les associations bien pensantes islamo-gauchistes(payées par l’état)  hurler au racisme ! La bas , rien de tout ça! les pouvoirs publics et leurs larbins à carte de presse ont étouffé gentiment le truc, comme cela avait déjà été le cas dans l'affaire ajaccienne des "Jardins de l'empereur" à Noël dernier.

L’État (lâche)  est fort avec les faibles et faible avec les forts! Cela nous renvoie une faible image de nous même (les continentaux)Mad
avatar
Camisard
Chevalier

Nombre de messages : 216

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Corse, avant-goût d'une France communautarisée et féodalisée ?

Message par Henry le Sam 10 Sep 2016, 20:09

Le gouvernement républicain semble en guerre contre les français. A quand la déportation? Pour la Corse, ce peuple veut se désolidariser d'une ethnie qui devient envahissante.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Corse, avant-goût d'une France communautarisée et féodalisée ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum