Les manifestations des policiers contre l'impuissance de l'exécutif et de la justice républicains

Aller en bas

Les manifestations des policiers contre l'impuissance de l'exécutif et de la justice républicains

Message par Mickaelus le Jeu 27 Oct 2016, 19:05

Voici un article qui propose une synthèse assez utile sur ces manifestations des forces de l'ordre qui risquent de renforcer, s'il en était seulement besoin, le thème de la sécurité lors de l'année électorale à venir :

Après les manifestations de policiers, le durcissement sécuritaire de l'opinion

   Par Jérôme Fourquet Mis à jour le 26/10/2016 à 20:33 Publié le 26/10/2016 à 13:42

[...] Suite à l'agression de policiers à l'entrée du quartier de la Grande-Borne à Grigny, le 8 octobre dernier, attaque dans laquelle un adjoint de sécurité allait être très grièvement brûlé par un cocktail Molotov, des mouvements de protestation secouent la police nationale. Dans la nuit du 17 au 18 octobre, plusieurs centaines de fonctionnaires de police se sont réunis et ont défilé à Paris, même scénario la nuit suivante à Marseille, et depuis lors, le phénomène a fait tache d'huile. Dans plusieurs villes de France, des policiers manifestent arme à la ceinture et avec leur véhicule de fonction alors que certains sont en service, et ce, en contravention totale avec leur statut qui leur interdit de faire grève et a fortiori de défiler munis de leur arme. Le caractère spontané, ces défilés n'étant ni organisés ni encadrés par les syndicats, pourtant très bien implantés dans la police, tout comme la contestation de la hiérarchie (le directeur général de la Police Nationale, Jean-Marc Falcone ayant été hué par plusieurs centaines de policiers à Evry) marquent les esprits et interpellent les responsables politiques.

Une mobilisation policière qui n'est pas sans en rappeler d'autres

Cette poussée de colère n'est pourtant pas sans précédent. En juin 1983, par exemple, plusieurs centaines de policiers avaient déjà manifesté à la suite de la mort de deux des leurs, abattus par des membres d'Action Directe dans le 9ème arrondissement de Paris. En novembre 2001, un mouvement similaire avait embrasé les rangs de la police nationale, une nouvelle fois après que deux fonctionnaires ont perdu la vie dans une intervention au Plessis-Trévise dans le Val-de-Marne . En 2001 comme aujourd'hui, le décès de policiers servit de déclencheur à une colère plus profonde amalgamant revendications catégorielles (salaires et primes, vétusté du matériel, temps de travail et horaires à rallonge en 2001 dans le cadre du passage à l'Euro, qui avait beaucoup sollicité les forces de police comme aujourd'hui l'activation du plan Vigipirate au niveau rouge pour répondre à la menace terroriste), sentiment de déconsidération des «flics de base» de la part de leur hiérarchie et d'une partie de la société.

S'ajoute à cela le ressenti d'une violence montant crescendo et n'ayant plus aucune limite se traduisant d'après de nombreux policiers par le fait que l'uniforme qui jadis les protégeait et imposait le respect, les désigne aujourd'hui comme des cibles ambulantes. Dans ce contexte, une des revendications qui revient actuellement en boucle dans les cortèges concerne l'assouplissement des conditions de la légitime défense. Plus globalement, la colère des policiers s'exprime vis-à-vis de l'institution judiciaire qui ferait preuve de trop de laxisme à l'encontre des délinquants.

Cette critique non plus n'est pas nouvelle. Lors du mouvement de 1983, les policiers fustigeaient le garde des Sceaux Robert Badinter, symbole d'une gauche au pouvoir qui avait aboli la peine de mort. En 2001, la loi Guigou sur la présomption d'innocence, dénommée «Loi Guigou-loi voyous» dans les commissariats était dans le viseur de policiers tout comme le sont aujourd'hui la Loi Taubira et la politique pénale du gouvernement qui, selon les policiers, aboutiraient à ce que les délinquants multirécidivistes soient trop souvent relâchés ou condamnés à de trop courtes peines. Il n'est d'ailleurs pas anodin que les représentants syndicaux policiers aient été reçus d'abord au ministère de l'Intérieur, mais aussi ensuite au ministère de la Justice, car leurs principales revendications concernent bien la politique pénale actuellement appliquée.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Le Figaro)

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les manifestations des policiers contre l'impuissance de l'exécutif et de la justice républicains

Message par Henry le Sam 19 Nov 2016, 11:23

Les forces de l'ordre sont aussi en proie à des troubles internes. Nous voyons leur impuissance, à agir ou à faire modifier des lois, puisqu'il sont eux-mêmes les plus concernés, de sécurité des personnes et d'arrestations d'individus armés ou violents, verbalement ou physiquement. Oui nous voyons des politiciens, faire des lois sans être sur le terrain, ou agir et dicter de lois, de leurs bureaux, sur la rue...
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 53
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum