Elections présidentielles 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elections présidentielles 2017

Message par Mickaelus le Ven 10 Fév 2017, 17:25

Je crée ce sujet pour ceux qui voudraient discuter de ce grand capharnaüm qui risque de nous occuper jusqu'aux portes de l'été, et même au-delà quant à l'établissement d'une politique à peu près stable, selon le vainqueur, même si au vu de la fragmentation des partis (ou de leur isolement comme pour le FN) et de l'opinion publique en général, cela s'annonce très difficile et même fort improbable. Après tout, les primaires ont favorisé le pouvoir des deux principaux partis dans la désignation des candidats, sous le faux couvert de plus de démocratie, partis que les Français ne supportent plus dans une large mesure ; quand plus aucun homme providentiel ne semble en mesure de faire vivre les institutions de la Ve république taillées pour cela, et après un processus de dégénérescence qui dure depuis au moins Jacques Chirac, ne demeure que la foire d'empoigne de petits arrivistes sans envergure.

Il n'y a pas que la situation des partis dominants (dits de gouvernement) très affaiblis qui rend cette élection a priori inédite dans sa rudesse déjà très perceptible, car je ne parle même pas des socialistes libéraux ou frondeurs qui se détestent, et des Républicains dont l'aile droite et centriste n'ont pas grand-chose à se dire. L'affaire qui touche François Fillon à travers les emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants (plus de 200 ans après l'abolition des privilèges, ces faux naïfs républicains sont assez cocasses), comme la construction ex nihilo de la candidature d'Emmanuel Macron, démontrent que les médias vont tenter d'exercer à fonds leur pouvoir sur l'opinion publique, en faveur de ce que l'on appelle le politiquement correct, donc ce qui va dans le sens de la mondialisation et du libéralisme économique comme moral. Il va de soi que la déconfiture idéologique du Parti Socialiste et la désignation d'un candidat fantaisiste, l'élection de Donald Trump et le Brexit qui font craindre trop de réussite pour le Front National, ou les liens supposés de François Fillon avec Vladimir Poutine (que le premier a vite tenté de démentir à travers quelques remarques), n'y sont pas étrangers. Si la gauche de gouvernement n'est pas en mesure de l'emporter, et puisque Alain Juppé a été mis hors-jeu (et même si François Bayrou apparaît comme sur le point de se lancer), il fallait miser sur l'homme dit nouveau, celui qui écrivait sur le roi manquant à la France mais qui s'est révélé comme un Brutus : Macron.

Bref, c'est fascinant tout autant qu'affligeant de regarder les chaînes info en ce moment, en se demandant comment il est possible de gloser avec autant d'aplomb et d'endurance sur du vide à longueur de journées. Ce ne sont que des confrontations d'ego à travers lesquelles on peine fort à discerner où se situerait quelque projet pour l'intérêt de la France. En tant que royaliste, c'est encore pire tant la notion essentielle de souveraineté est laissée de côté. Des seuls candidats les plus raisonnables, nous avons un François Fillon comme soit-disant souverainiste héritier de Séguin qui ne remet pas en cause l'Union européenne, une Marine Le Pen dont la souveraineté populaire est un ancrage aussi sûr que celui d'un navire sur des sables mouvants, malgré une approche plus saine du patriotisme, et un Dupont-Aignan dont on ne parle simplement pas. Quant à la laïcité, c'est une adhésion unanime : rigoriste ou libérale, désespérément républicaine et révolutionnaire, on ne voit rien là de français ni de propre à hiérarchiser culturellement, au moins, les religions et à donner une prééminence normale au catholicisme.


Pour finir sur le monarchisme (plutôt que sur le royalisme), je copie aussi ce qui a été écrit dans ce sujet :

FLF_BZH a écrit:Et c'est reparti pour les présidentielles:

http://www.allianceroyale.fr/candidat-royaliste-a-lelection-presidentielle-2017/
Mickaelus a écrit:Disons que ce n'est probablement pas très étonnant, étant donné que c'est la principale raison d'être de ce parti, que de faire la promotion d'une certaine forme de monarchie via les élections républicaines, même si à la fin de la vidéo, on comprend que ce n'est pas gagné au niveau des parrainages...

En tout cas, j'ai fait l'effort d'écouter le propos, qui tend à m'agacer d'emblée quand on a l'impression que ce parti représenterait les royalistes de France, alors que ce n'est pas du tout le cas. Il y a une chose qui est juste, le roi ne serait pas issu d'un parti et ne diviserait pas en ce sens, mais l'une des réparties est juste ; un roi qui gouvernerait même en partie, devrait être à l'initiative de lois et de valeurs, qui ne manqueraient pas de cliver, comme on dit aujourd'hui. Cependant, quand on entend qu'il s'agirait de conserver, en compagnie des pouvoirs régaliens pour le roi, la constitution de la Ve république et des assemblées, on a vite compris qu'on se trouve plus face à du bonapartisme que du royalisme. Et le sacre dans tout ça ? Couronner la république, rien n'a changé en quinze ans.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2684
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections présidentielles 2017

Message par Mickaelus le Sam 18 Fév 2017, 16:01

Environ une semaine après, cette campagne présidentielle, un peu occultée par les émeutes consécutives à l'"affaire Théo", n'en est pas moins toujours aussi triste - ce qui n'étonnera pas, je le crois, des royalistes à cause de sa nature démocratique et donc racoleuse -, du fait notamment des affaires qui cernent des candidats majeurs comme François Fillon, mais aussi Marine Le Pen désormais, à propos d'emplois fictifs liés au Parlement européen cette fois.

C'est à peine si l'on entend parler de programmes ou d'idées qui, si elles sont généralement médiocres et si l'on sait que les promesses sont rarement tenues, laissent un vide encore pire que d'habitude, excepté peut-être du côté d'Emmanuel Macron qui a su se dégager rapidement de son affaire passagère, soit l'accusation de relations homosexuelles en sus de son mariage. Chez ce dernier, on préfère au vide l'audace de positions contradictoires, histoire d'occuper le terrain : après tout, avec en marche et chez celui qui comptait substituer sa popularité en elle-même à quelque idée que ce soit, le mouvement compte plus que le contenu. Drôle de façon de se construire une carrure d'homme d’État, en effet, que d'aller décréter la colonisation crime contre l'humanité en Algérie... à moins qu'il n'y ait une communauté qui fasse son poids électoral en France ? Et puis, que de mouvement encore, quand on énonce un jour que les opposants au mariage homosexuel ont été maltraités par le pouvoir dont on faisait partie, pour rassurer le lendemain en se déclarant le protecteur de la communauté homosexuelle (ou LGBT, soyons à la page). Au moins, avec Jean-Luc Mélenchon, savons-nous à qui nous avons affaire, quand il annonce vouloir se débarrasser du concordat en Alsace. Mais que va-t-il faire de Benoît Hamon ?

Bref, ce serait vraiment le moment d'avoir une opposition royaliste solide dans le pays, face à une médiocrité et une corruption aussi généralisées, mais je crains que la simple "disponibilité" du prince comme du principe royal ne suffise pas en soi pour la reconquête du trône. Mille fois hélas !

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2684
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections présidentielles 2017

Message par Mickaelus le Jeu 23 Fév 2017, 15:40

Ces derniers temps, la campagne présidentielle tourne autour des couples qui se font, ou qui ne se font pas, avec un parfum d'éventuelle recomposition politique, ou bien de persévérance dans des habitudes anciennes :

- A la gauche de la gauche, les petits jeux de tractation entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon semblent bel et bien terminés, faute d'avoir pu se mettre d'accord sur quoi que ce soit d'essentiel, ou faute d'avoir jamais voulu, plus vraisemblablement, trouver une entente réelle. A partir du moment où Mélenchon avait refusé de participer à la primaire dite de la gauche (en réalité, celle du parti socialiste), il était évident qu'il n'allait pas ensuite se retirer au profit du vainqueur de ladite primaire, surtout quand le PC et le NPA sont hors-course. Hamon devra se contenter de l'apport très négligeable des décombres des Verts, alors même que François de Rugy (ancien Vert, donc opportuniste) l'a déjà trahi au profit de Macron...

- Emmanuel Macron justement, est l'autre ancien socialiste qui n'a pas voulu s'inscrire dans la primaire ironiquement appelée "de la belle alliance", pour être sûr de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle. De son côté, outre certains soutiens plus ou moins connus venant du PS et du centre, voilà un nouveau duo qui se forme avec la main tendue de François Bayrou, qui renonce donc de fait à être candidat lui-même, n'en ayant évidemment pas les moyens. Sous couvert de recomposition politique et d'une moralisation de la vie politique - au milieu des affaires qui encombrent la droite au sens large, l'arrivée de Bayrou ne fait que confirmer l'ancrage mondialiste et européiste de la candidature Macron, et son appartenance à la gauche libérale. C'est le candidat libéral libertaire, alors qu'on évoque une entremise de Cohn-Bendit entre les deux hommes.

- A la droite de la droite, on a l'impression que les uns et les autres sont hésitants et tergiversent devant cette vie politique française chaotique. Ainsi, quand Marine le Pen a lancé un appel aux patriotes rivaux, comme Nicolas Dupont-Aignan et Henri Guaino, ceux-ci n'ont certes pas accepté, mais le refus n'a pas été aussi véhément qu'il aurait pu l'être il y a quelques années encore, ce qui peut laisser supposer de nouvelles inflexions. On a même lu Guaino prétendre que l'élection de Macron pourrait être pire que celle de Le Pen, ce qui est nouveau pour quelqu'un issu de la droite classique au regard du "front républicain" habituel. Plus surprenant encore, c'est Philippe de Villiers qui a tenu des propos positifs sur Marine Le Pen il y a quelques jours, à propos de sa "carrure présidentielle", alors qu'il ne voulait entendre parler que de Marion la jeune il n'y a pas si longtemps. Peut-être à terme verra-t-on l'émergence d'un nouveau pôle patriote de droite.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2684
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elections présidentielles 2017

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum