Regard sur les élections présidentielles de 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mickaelus le Sam 27 Oct 2007, 16:05

Ces élections datent déjà de quelques mois et pourtant il n'est pas sûr qu'on en ait encore tiré toutes les conséquences ni toutes les leçons ; ce sujet est aussi l'occasion de parler de la façon dont chacun a vécu ces élections.

Pour ma part, j'étais alors adhérent du MPF de Philippe de Villiers depuis 2006, intéressé par un discours anti-socialiste, anti-immigration, pro-vie et pro-famille, protecteur contre le multiculturalisme, et bien sûr attentif à la souveraineté de la France - ou ce qu'il en reste (!). Evidemment, il y avait alors cette grande question de ce qu'on appelait l'union patriotique derrière Jean-Marie Le Pen, un Le Pen qui tentait d'avoir un discours plus avenant envers les minorités issues de l'immigration (témoin une célèbre affiche multicolore) et plus républicain (témoin la controverse de la célébration de Valmy) : il n'y avait pas de quoi m'attirer. A côté de ces deux droitiers, il y avait le petit candidat royaliste qui espérait passer le premier tour réel des 500 signatures, Yves-Marie Adeline, et que je découvrais alors à peu près complètement. Je lui souhaitais d'avoir ses signatures, et me trouvais en même temps quelque peu embarrassé d'imaginer qu'il les obtienne ; voterais-je alors pour lui ou Villiers ? Le destin en a décidé pour moi et j'ai voté pour le seul candidat qui me semblait avoir une petite touche réactionnaire. Ce fut peine perdue, puisque Villiers fit un score moindre qu'en 1995 - non que je m'attendisse à ce qu'il gagnât, mais à ce qu'il progressât quelque peu autour de 7 ou 8 %. L'explication en était simple, c'était le hold-up de Nicolas Sarkozy sur l'électorat dit national ou patriote, lui qui s'est approprié le thème de l'immigration. Il faut dire que l'électorat en question avait tellement peur de se voir dotée d'une présidente incompétente que l'issue n'était pas douteuse. L'appel de Philippe de Villiers à voter pour Sarkozy était la cerise sur le gâteau en donnant raison au frontistes qui nous avaient harcelé avec l'appel à voter Chirac de 2002 pendant toute la pré-campagne.

En bref, s'il y a une chose dont je puisse être redevable à ces élections, c'est de m'avoir complètement déssillé les yeux sur une quelconque possibilité d'action autre que locale par l'entremise d'un parti républicain, même réactionnaire. Cela m'a aussi amené à considérer la vanité de faire des concessions sur ses véritables convictions politiques, en ce qui me concerne le royalisme. Quitte à perdre à 2 %, autant le faire avec honneur et en vrai français (et pas seulement en partisan de la "vraie droite"). Dès lors, si j'en ai l'occasion en 2012, je n'hésiterai pas entre un parti royaliste qui réussirait à être au premier tour et un parti républicain, même réactionnaire.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par DPNI le Dim 28 Oct 2007, 16:04

Jamais le contraste n'a été aussi grand entre les espoirs que le camp nationaliste avait de refaire le coup de 2002 en mieux et la triste désillusion d'une défaite humiliante, jamais le découragement n'a pu être aussi grand pour les militants. Je n'en ai rien retiré comme enseignement, puisque les élections sont touours aussi imprévisibles, dans le bons sens en 2002, dans le mauvais en 2007. Rien de nouveau sous le soleil, nous sommes toujours minoritaires, plus divisés que jamais mais toujours là, en attendant de voir comment les choses évoluent, surtout au sein du FN.
avatar
DPNI
Roturier

Nombre de messages : 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Eboreus le Mer 31 Oct 2007, 20:32

DPNI a écrit:Jamais le contraste n'a été aussi grand entre les espoirs que le camp nationaliste avait de refaire le coup de 2002 en mieux et la triste désillusion d'une défaite humiliante, jamais le découragement n'a pu être aussi grand pour les militants. Je n'en ai rien retiré comme enseignement, puisque les élections sont touours aussi imprévisibles, dans le bons sens en 2002, dans le mauvais en 2007. Rien de nouveau sous le soleil, nous sommes toujours minoritaires, plus divisés que jamais mais toujours là, en attendant de voir comment les choses évoluent, surtout au sein du FN.
Les mouvement de droites réels n'ont jamais été aussi bas, et paradoxallement l' "opinion" n'a jamais été autant à droite...
Reste le mirage Sarkozy qui canalise encore pas mal cette radicalisation du peuple...

Eboreus
Roturier

Nombre de messages : 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mickaelus le Mer 31 Oct 2007, 21:53

Comme le dit DPNI, l'essentiel est sans doute pour les réactionnaires dans leur diversité d'être "toujours là" malgré les difficultés de notre camp au sens large, et de ne pas se résigner. Et s'il sera intéressant de suivre l'évolution de la situation du camp national républicain notamment à travers la succession à la tête du Front National, il me paraît par contre assez évident que les bonnes surprises sont peu probables si on se contente de recettes usées. Je n'appelle par exemple pas 2002 une si bonne surprise que cela puisque rétrospectivement le second tour a montré qu'il est presque impossible à un homme du camp national de gagner une élection présidentielle. On a dit que la cause en était la diabolisation de Le Pen, mais Villiers en a fait les frais aussi finalement, et encore plus en 2007, lui qui se voulait un "Le Pen courtois" (et c'était le cas, mais...). En vérité "être français" politiquement c'est déjà être diabolisé d'entrée dans le système républicain mondialisé. Parler contre le pluralisme religieux - même très prudemment comme Villiers à propos du contrôle, pourtant républicain, de l'islam - ou contre l'horizon européen politique, c'est se faire passer pour un arriéré ou, comble du blasphème, un "non-républicain". Et c'est bien là que je veux en venir - quand je souhaite un grand parti royaliste réactionnaire : c'est en montrant au peuple que les maux viennent des valeurs républicaines, de la république, que cela peut progresser. Or les républicains du FN, MPF, dénoncent des maux provenant de la république tout en s'accrochant à ce système, d'où l'élection mathématique d'une fausse droite au mieux, parce qu'une vraie droite, qui défend une vraie France, ne peut être républicaine. Il y a une équation insoluble entre n'être pas républicain et s'en réclamer parce qu'il le faudrait.

Justement, pour répondre à Eboreus, si je trouve d'entrée que l'opinion est en soi un concept qui tient autant du mirage que l'action de Sarkozy (d'ailleurs, Chirac aussi fut un mirage en son temps, et nous en sommes toujours au même point, la pièce est la même : seuls les acteurs ont changé), le fait même que l'opinion soit perçue comme quelque peu droitière n'est pas nécessairement notre bonheur. On peut faire son droitier en républicain et même en européen modialiste, c'est-à-dire de façon individualiste et égoïste, en se fichant de la civilisation française, en se disant qu'on veut un peu plus de sécurité et moins d'impôts. Mais la vraie France, c'est sans doute loin de se limiter à la vraie droite. C'est toute la problématique selon moi : est-ce que le camp dit national, réactionnaire, etc., se contente de borner son horizon à une droite républicaine impossible, ou est-ce qu'on passe à l'essentiel et le seul remède, la critique de la république ?

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Regard sur le élections présidentielles...

Message par Alain le Mer 31 Oct 2007, 22:19

Une critique de la République est indispensable. Déjà, le débat "politique" ne présente aucun attrait pertinent: Sincérement, en dehors d'effets d'annonces en tous genres et de gadgets iniques et grotesques, les dernières présidentielles ont été tout bonnement atrocement ennuyeuses... Maintenant, je crois que le mode de fonctionnement de "notre" République confine au n'importe quoi. Il est tout à fait possible de respecter l'Idée d'un système et d'en haïr la mise en oeuvre. Simplement, il faut avoir le courage d'envisager, dans un premier temps philosophiquement, le reconditionnement complet du "système républicain" actuel... Il est furieusement archaïque, inadapté et se produit anarchiquement depuis des opérations "marketing". Quand un "système" ne fonctionne pas, il y a nécessité de le reconstruire. Or, pour celà, une critique est bien sûr indispensable! Pour ma part, je pense que celà vaut le coup d'être essayé avant de jeter irrémédiablement l'idée républicaine à la poubelle. Wink De toute façon, je ne comprends pas pourquoi on révise sa voiture tous les ans et jamais le système qui nous fait être ensemble! Il serait grand temps de repenser son mode opératoire et toute sa "synoptique"!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mickaelus le Ven 02 Nov 2007, 16:01

Pour filer la métaphore de la fin de ton intervention, il semble que quand je souhaite changer de voiture, tu juges préférable de simplement réviser la tienne. Même si personnellement je pense que cette voiture, même neuve jadis, n'a jamais bien fonctionné au contraire de celle que je souhaite reprendre et qui a fait ses preuves pendant des siècles, s'il s'avérait impossible de changer de voiture je préférerais quand même opérer cette révision. Toutefois, on voit bien dans quel sens vont les seules personnalités politiques susceptibles d'occuper les charges qui permettraient de réviser la république : ou bien une sixième république (aveu de faiblesse, comparé à une monarchie évoluait sans changer de numéro ni bouleverser ses fondamentaux), ou bien ce qu'on voit actuellement avec M. Balladur et ses comparses, du bricolage inopérant sans s'occuper des vrais maux. Quant à respecter l'"Idée du système" que tu évoques, sans en apprécier l'application empirique actuelle, cela m'amène à quelques remarques de fond, qui montrent la différence entre un républicain et un contre-révolutionnaire :

- Le simple fait de réfléchir à des systèmes, de les comparer dans l'abstrait, en tenant compte d'un homme abstrait - auquel je ne crois personnellement pas - relève de l'héritage des Lumières, et même plus loin des utopies politiques qu'on voyait fleurir dans la littérature. Au contraire de celui pour qui tout est refondé par la pensée et l'abstraction, le réactionnaire et le contre-révolutionnaire se fonde sur une fidélité, un loyalisme, une tradition. Il est enraciné sur une terre, dans une civilisation, et pour le français, la fidélité l'amène nécessairement à défendre la monarchie comme garant de sa civilisation. Le républicain c'est autre chose, il brise par la pensée la tradition en croyant dégager une forme de gouvernement universellement bonne (où l'on voit que la disparition des frontières et des traditions est déjà programmée dans l'idéal utopiste et républicain, mais au temporel, quand pour le catholicisme cela ne concerne que le spirituel). Chez le français, l'universellement bon est déjà articulé dans le catholicisme, qui fonde la tradition associée à la monarchie.

- La deuxième remarque porte sur la défense à tout prix de cette république française : pour quoi faire ai-je envie d'écrire, à quoi bon, qu'a-t-elle jamais apporté de bon ? Jadis on parlait de res publica de manière non idéologique et plus sereine, et il n'est pas interdit de penser à reformuler cette res publica sous l'égide d'une monarchie restaurée réconciliant les Français avec leur histoire. Les diverses mouvances royalistes ont plusieurs options, mais qu'on songe par exemple à l'Alliance Royale qui parle de couronner la république (ce n'est pas ma formule préférée, mais passons) et de reformuler la représentation démocratique en brisant l'assise idéologique du parlement.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Alain le Ven 02 Nov 2007, 22:41

Mon regard n'est pas vraiment utopiste... L'Esprit "révolutionnaire", par contre, l'a été absolument: Je pense que nous aurions pu garder une monarchie si celle que nous avions au XVIIIème siècle avait été plus "intuitive", moins figée dans un "statisme" où même le meilleur et le plus "digne" des bourgeois était condamné - depuis Louis XIV - à ne jamais accéder à la noblesse. Un monde, même qui a fait ses preuves, doit rester éveillé aux innovations, aux nouveaux paradigmes... Simplement, de nouveaux "constructeurs" ayant le talent du "marchand" ont su profiter de leur maîtrise de la modernité naissante pour imposer un "nouveau monde" par le caprice sanglant de la révolution. C'est là ma "triste" manière de voir les choses! La révolution n'a été - finalement - qu'une technique opératoire de la prise de pouvoir par une "nouvelle" race d'homme aux origines de la modernité. Bien sûr, on peut considérer là qu'il s'agit du point de départ de la crise morale qui nous affecte, que le "nouveau monde" ( ou le nouveau véhicule!) n'accorde d'importances qu'au marketing et non aux représentations claires et distinctes autorisées par son prédecesseur... C'est vrai aussi que l'Esprit révolutionnaire n'est que le mode commercial à partir duquel il est rendu possible - par un langage sans Verbe - de justifier ce qui a été, en acte, inacceptable... Bref, il y a 220 ans, j'aurai trés probablement été un contre-révolutionnaire! Néanmoins, si on préfère "révisé" sa voiture plutôt que de la changer... et bien, on se maintient dans une logique contre-révolutionnaire! Wink C'est là tout le paradoxe d'un retour à la monarchie: On ne peut effacer ce qui a été fait. On peut simplement "l'optmiser" sans cesse (... le mot n'est pas trés "joli"! Embarassed ). La bourgeoisie a aussi une culture et les marchands ont fait beaucoup de choses ( et pas que des horreurs): Tout cela fait partie aussi de notre héritage, et, le remettre en question est un geste infiniment révolutionnaire. Alors que faire: Une "Révolution conservatrice"? Non, merci! Rester contre-révolutionnaire plus de deux siècles aprés? Pourquoi pas! Mais dans le monde "contemporain", il ne peut - je crains - s'agir que d'une posture d'honneur. Crying or Very sad Bref, quand on a un "monde", il ne faut pas hésiter à le critiquer, à le malmener et même à le décrier... Mais même si on lui connaît d'énormes défauts, je crains qu'il ne soit utopique que de vouloir en "changer"! Pour tes remarques:
. Un "homme abstrait": C'est juste. Mais, les "Lumières" - qui ont aussi apportées leur part de ténèbres - ont lancé des "abstractions" avant qu'elles ne soient conceptualisables. Peut-être, ( je dis bien "peut-être") que si l'homme contemporain faisait l'effort de les "incarner"; d'en avoir un Vrai concept, alors, un "enracinement" serait à nouveau possible.
. L'idéologique a remplacé effectivement une "poétique de l'honneur" ( c'est mon sentiment!). Le malaise réside dans la déliaison entre politique et poétique/ spiritualité, ces dernières étant remplacées par l'idéologique ( disons un "marketing populaire"!). Mais, la tâche du penser n'est-elle pas de produire l'éveil en ce qui éclaire le monde en deçà de son apparition vulgairement "idéologisée". Il y a inscrit dans le coeur des hommes - et quels que soient leur monde - un élan à éveiller pour que se reproduise le miracle de la réconciliation au Temps, aux mondes et à l'Histoire. Ce combat dépasse celui de l'organisation sociétale car il est simplement humain: Si nous voulons sauver le Monde, ce n'est pas en en changeant, c'est en inscrivant jusque dans chacune de ses parties ( les hommes) l'espoir d'accueillir enfin toutes les dimensions qui font "Monde". Il faut partir des "parties" pour sauver le "tout": Partir du "tout" en espérant sauver les "parties" c'est toujours déjà un acte révolutionnaire ne pouvant mener qu'à un crise... "idéologique". Une "nouvelle révolution" ne suffit pas, tout comme se vouloir "contre-révolutionnaire". La Vie et le Monde sont par delà ces chose là!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mickaelus le Dim 04 Nov 2007, 14:42

Je réponds à quelques points même si on s'écarte du sujet de base :
Je pense que nous aurions pu garder une monarchie si celle que nous avions au XVIIIème siècle avait été plus "intuitive", moins figée dans un "statisme" où même le meilleur et le plus "digne" des bourgeois était condamné - depuis Louis XIV - à ne jamais accéder à la noblesse.
La formulation est assez intéressante : les bourgeois étaient-ils en manque de pouvoir ou en manque de noblesse - comprendre voulaient remplacer les nobles, comme tu le sous-entends, consciemment ou pas ? En tout cas la présentation du règne de Louis XIV est, comme trop souvent chez les républicains, caricaturale par défaut de connaissance historique. En premier lieu, il convient de rappeler que la diversité sociale était beaucoup plus forte qu'on ne le croit aujourd'hui - en somme on se représenterait les nobles avec tout l'argent et le reste de l'autre côté - puisqu'il existait une variété d'états intermédiaires intéressante à étudier, en témoigne la répartition d'impôts de l'époque qui désignent des hiérarchies où le bourgeois riche passe bien avant le noble de campagne pauvre. Je n'ai pas besoin de rappeler que Racine, lecteur préféré du Roi, était bourgeois, et encore moins que Colbert, le plus célèbre ministre du règne, était fils de marchand. Le fait que Louis XIV adopte une situation médiane, qui fasse la part de l'hérédité et du mérite, permettait de conserver l'ordre social. Et cela était bien nécessaire, puisque en dehors de cela c'est le règne de l'arrivisme le plus pur : l'histoire l'a suffisamment démontré.
Un monde, même qui a fait ses preuves, doit rester éveillé aux innovations, aux nouveaux paradigmes...
Justement, la monarchie a su s'adapter pendant plus d'un millénaire, tandis que la république n'a pas mis 200 ans à mettre le pays plus bas que terre. Le cupidité d'une classe seconde a instrumentalisé des faiblesses passagères pour donner le résultat que l'on sait.
Simplement, de nouveaux "constructeurs" ayant le talent du "marchand" ont su profiter de leur maîtrise de la modernité naissante pour imposer un "nouveau monde" par le caprice sanglant de la révolution. C'est là ma "triste" manière de voir les choses! La révolution n'a été - finalement - qu'une technique opératoire de la prise de pouvoir par une "nouvelle" race d'homme aux origines de la modernité.
C'est plus qu'une prise de pouvoir, c'est une usurpation par une classe d'hommes qui a toujours trahi et qui trahira toujours, quand bien même on leur donne ce qu'ils veulent. L'orgueil et la bouffissure - qu'on retrouve très bien chez le bourgeois Robespierre notamment - ont eu raison de la France, mais cela ne s'est pas arrêté là. Les bourgeois se sont séparés de Napoléon - que je n'aime pas beaucoup, mais je souligne l'attitude des soutiens de son régime - quand les affaires (dans les deux sens du terme) ont mal tourné, et la même chose s'est passée sous Louis-Philippe, roi bourgeois par excellence. Je n'ai pas besoin de rappeler les "hauts faits" des bourgeois actuels. Les bourgeois défont, trahissent mais ne construisent pas. Ils ne peuvent pas incarner un vrai pouvoir d'Etat, puisque l'argent est hors-frontière et hors-civilisation. Il n'y a que le Roi et ses serviteurs qui pouvaient incarner la France.
Bref, il y a 220 ans, j'aurai trés probablement été un contre-révolutionnaire! Néanmoins, si on préfère "révisé" sa voiture plutôt que de la changer... et bien, on se maintient dans une logique contre-révolutionnaire! C'est là tout le paradoxe d'un retour à la monarchie: On ne peut effacer ce qui a été fait. On peut simplement "l'optmiser" sans cesse (... le mot n'est pas trés "joli"! Embarassed ). La bourgeoisie a aussi une culture et les marchands ont fait beaucoup de choses ( et pas que des horreurs): Tout cela fait partie aussi de notre héritage, et, le remettre en question est un geste infiniment révolutionnaire.
Le fait d'être conservateur aujourd'hui - puisque tu sembles te définir ainsi - c'est effectivement se condamner à ne faire que "réviser sa voiture", néanmoins un réactionnaire va plus loin et ne s'interdit pas de prendre dans le passé des recettes qui ont fait leur preuve et qui peuvent aider à améliorer le monde présent. A moins d'être emprisonné par le dogmatisme du progrès le plus de gauche, il n'y a rien là d'inconcevable. La monarchie française catholique donne des structures potentielles stables que la république n'offrira jamais, et je le répète, cette monarchie a incarné a gloire de la France pendant plus de mille ans. Bien fou celui qui s'interdirait une telle option ! D'ailleurs, il y a des royalistes comme ceux de l'Alliance Royale qui ne se contentent pas d'une posture contre-révolutionnaire mais imaginent comment institutionnellement la monarchie pourrait se restaurer en prenant pour base ce qu'il est bon de garder de la Ve république. Ensuite, sur le fond, la république elle, ne s'est jamais interdit de renier ce qui s'est passé pendant son histoire : on a bien mis Pétain au ban de l'histoire alors qu'il est bien moins honteux que la prétendue glorieuse Révolution française.
Rester contre-révolutionnaire plus de deux siècles aprés? Pourquoi pas! Mais dans le monde "contemporain", il ne peut - je crains - s'agir que d'une posture d'honneur. Bref, quand on a un "monde", il ne faut pas hésiter à le critiquer, à le malmener et même à le décrier... Mais même si on lui connaît d'énormes défauts, je crains qu'il ne soit utopique que de vouloir en "changer"!
On ne peut pas changer d'un coup de baguette magique, mais on peut vouloir le corriger dans ses dysfonctionnements. Sinon avec une telle logique autant prendre sa carte à l'UMP hein ? N'oublions pas non plus de savoir pourquoi on se bat : la France. C'est ce qui manque cruellement, mais logiquement dans l'optique républicaine, dans ton discours.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Cynisme électoral

Message par Mickaelus le Sam 19 Jan 2008, 23:30

Absolument rien à voir avec la conversation qui précède, mais sur le thème des présidentielles de 2007 on a quelques chiffres assez étonnants dans l'article qui suit :

Les surprises des comptes de campagne de la présidentielle
Samuel Laurent (lefigaro.fr) avec AFP, Le Parisien
18/01/2008

Frais de maquillage, installation de détecteurs de micros… les dépenses des 12 candidats à l'élection de 2007 ont été validées par la commission de contrôle. L'occasion d'apprendre quelques petits et grands secrets sur les postulants.

Pour la première fois cette année, ce n'est pas le Conseil constitutionnel, mais une commission de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) qui s'est livré au difficile exercice d'examiner toutes les factures et tous les reçus présentés par les 12 candidats à la présidentielle. Un document de synthèse sera disponible en juin, mais la CNCCFP a déjà livré la plupart des résultats.

L'occasion de connaître quelques chiffres. Au total, les candidats ont dépensé «environ 76 millions d'euros», dont 45 millions seront remboursés. Le plus économe est sans conteste Gérard Schivardi avec à peine 713.000 euros dépensés, alors que le plus dépensier s'avère, sans surprise, être Nicolas Sarkozy avec 20,962 millions d'euros. Ségolène Royal le talonne avec 20,615 millions.

[...]

La candidate socialiste a ainsi tenté de faire rembourser au titre de dépense de campagne l'acquisition, pour 53.581 €, d' «appareils de mesure de détection de fréquence». En clair, des détecteurs de micros, destinés à sécuriser son QG, au 282 boulevard St-Germain. La commission a refusé de rembouser ce matériel.

L'autre élément auxquels les deux finalistes de l'élection ont accordé de l'importance, du moins au vu des dépenses, n'est autre que… le maquillage et la coiffure. Ségolène Royal a demandé le remboursement de pas moins de 51.659 € sur ce poste. La commission lui en a accordé un tiers. Nicolas Sarkozy n'est pas en reste, qui réclamait le remboursement de 34.445 € de maquillage. Certaines factures se montaient à 450€ pour une heure de prestation.
Lire l'article dans son intégralité ici.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mifpo le Dim 20 Jan 2008, 11:07

Ils ne manquent pas de toupet!


Dernière édition par Pro Deo Regisque le Lun 24 Mar 2008, 01:37, édité 1 fois

_________________
IN SAPIENTIA ROBVR
SIC REFLORESCENT

PRO DEO ET LVDOVICO XX DEI GRATIA FRANCIAE ET NAVARRAE REGE CHRISTIANISSIMO

Слобода или Смрт!

"Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont." (les Inconnus)
avatar
Mifpo
Baron

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 571
Age : 43
Localisation : Amaillou
Affinités politiques : antirépublicain depuis toujours anarchiste devenu royaliste légitimiste donc antiphilippiste

http://mifpo.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mickaelus le Dim 20 Jan 2008, 14:21

Effectivement, c'est là que se confirme l'impression constante que la république médiatique n'est qu'un spectacle de plus en plus cynique... et méprisant envers un peuple qui est prétendument défendu.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Mavendorf le Dim 27 Avr 2008, 00:19

La manipulation de la masse est organisée autour de l'idée que la mondialisation est par nature bénéfique et doit être poussée dans sa logique la plus extrême, cette dictature médiatique est en réalité une idéologie mondialiste qui prône le mélange planétaire et vise à la disparition des frontières, des nations, des races et des religions ! Elle est par ailleurs de nature matérialiste et libertaire. Seule compte l'économie et tout doit être subordonné au développement des marchés car, pour le reste, aucun système de valeurs ne doit prévaloir et tout est permis dès lors que l'on respecte les "droits de l'homme"... En France, cette idéologie politiquement correcte est de surcroît mâtinée d'étatisme et de socialisme, et s'impose à tous avec une force quasi totalitaire...
avatar
Mavendorf
Baron

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 390
Age : 44
Localisation : Royaume de France
Affinités politiques : Royaliste Légitimiste

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard sur les élections présidentielles de 2007

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum