Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Aller en bas

Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Ven 23 Jan 2009, 20:51

C'est là une excellente nouvelle qui doit démontrer la bonne volonté de notre Souverain Pontife envers la tradition de notre Eglise. Reste à attendre de voir selon quelles modalités ce processus arrivera à terme. En tout cas, on assiste déjà à un grand bain de boue médiatique : ce soir sur TF1 on entendait quelqu'un dire que selon Vatican II on pouvait être sauvé en étant adepte de n'importe quelle religion (et son nez ne s'est pas allongé !) ; et on a lourdement insisté sur les propos "négationnistes" de Mgr. Williamson. Deux articles aussi, même si vous vous doutez que je ne partage pas l'emploi du terme intégriste qu'on y trouve (comme à la télévision d'ailleurs).

Benoît XVI se réconcilie avec les intégristes
Jean-Marie Guénois
22/01/2009 | Mise à jour : 23:23 | Commentaires 143

Le Pape va lever l'excommunication des quatre évêques ordonnés par Mgr Lefebvre. Une étape capitale avant la fin du schisme.

La nouvelle n'est pas officielle, mais elle est très sérieuse et non démentie par le Saint-Siège : Benoît XVI s'apprête à publier dans les prochains jours un décret levant l'excommunication prononcée, en 1988, contre Mgr Marcel Lefebvre et les quatre évêques qu'il avait alors consacrés bravant l'interdiction de Rome.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

22/01/2009 15:36
Rome pourrait lever l’excommunication des intégristes

Un décret du pape levant l’excommunication prononcée en 1988 contre Mgr Lefebvre et les quatre évêques ordonnés illicitement par lui pourrait être publié dans les prochains jours

Benoît XVI s’apprêterait à mettre fin à l’excommunication frappant les responsables de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX). L’information de la publication toute proche d’un décret levant cette excommunication, prononcée en 1988 suite à la consécration illicite de quatre évêques par Mgr Lefebvre, circulait depuis plusieurs jours au Vatican. Deux quotidiens italiens ont décidé d’en faire l’annonce jeudi 22 janvier au matin, sans attendre de connaître le contenu du décret.

Selon nos informations, cette publication serait imminente, en fin de semaine ou début de semaine prochaine. Elle marquerait une nouvelle étape dans le long processus visant à mettre fin au schisme créé par la FSSPX, processus lancé par Jean-Paul II, mais que l’arrivée de Benoît XVI a fortement accéléré.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Partisan_Blanc le Ven 23 Jan 2009, 21:39

Sur le site de France 2, ils donnent l'impression de lever l'excommunication car négationnistes...

Partisan_Blanc
Baron

Gémeaux Coq
Nombre de messages : 474
Age : 37

http://partisanblanc.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mifpo le Sam 24 Jan 2009, 13:41

Un seul de ces évêques a nié l'existence des chambres à gaz au cours d'un entretien avec un journaliste suédois.

_________________
IN SAPIENTIA ROBVR
SIC REFLORESCENT

PRO DEO ET LVDOVICO XX DEI GRATIA FRANCIAE ET NAVARRAE REGE CHRISTIANISSIMO

Слобода или Смрт!

"Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont." (les Inconnus)
avatar
Mifpo
Baron

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 571
Age : 44
Localisation : Amaillou
Affinités politiques : antirépublicain depuis toujours anarchiste devenu royaliste légitimiste donc antiphilippiste

http://mifpo.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Partisan_Blanc le Sam 24 Jan 2009, 14:17

Oui mais entre la réalité et les info...

Cet évêque est limite sedévancatiste et ne veut pas du rapprochement avec Rome.

Partisan_Blanc
Baron

Gémeaux Coq
Nombre de messages : 474
Age : 37

http://partisanblanc.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Mar 27 Jan 2009, 18:42

De toute façon, en ce qui concerne Mgr. Williamson, je ne crois pas que des opinions sur l'histoire aient grand chose à voir avec la théologie et l'organisation d'une religion, d'autant que je ne crois pas que cet évêque, s'il est sceptique sur ce point, en appelle par conséquent à assassiner les juifs en masse aujourd'hui. Il faut savoir rester rationnel, ce que ne risquent pas de faire les médias qui ne se sont intéressés qu'à cela.

Un petit florilège des réactions des prélats français via La Croix qui montre que tout cela ne va pas être simple :
26/01/2009 21:22
Après la main tendue aux intégristes, l’Eglise de France s’interroge

Interloqués, évêques, prêtres et laïcs attendent des précisions de la part de Rome

Fidèles et loyaux, mais interloqués. La majorité des évêques français ont été surpris en apprenant vendredi la levée par Benoît XVI de l’excommunication des quatre évêques intégristes. Rien, dans les contacts entre Rome et Paris, ne laissait prévoir cette décision. Et nulle lettre du pape n’est venue leur réserver la primeur, comme pour le Motu proprio de 2007…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les réactions principales via [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (anticipée) du Cardinal André Vingt-Trois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], supérieur de l'Institut du Bon Pasteur. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Mer 28 Jan 2009, 16:27

Les dernières nouvelles :

Mgr Fellay demande pardon au pape Benoît XVI

Le 27 janvier 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Suite aux propos polémiques de Monseigneur Richard Williamson, le supérieur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X a écrit au Pape Benoît XVI dans un communiqué transmis ce mardi par le Vatican. Mgr Williamson est l'un des quatre évêques en faveur desquels Benoît XVI vient de lever l'excommunication prononcée en 1988.

Communiqué de Presse de S.E. Mgr Fellay, Supérieur Général de la Fraternité Saint-Pie X

Nous avons eu connaissance d’une interview accordée par Monseigneur Richard Williamson, membre de notre Fraternité Saint-Pie X, à la télévision suédoise. Dans cette interview, celui-ci s’exprime sur des questions historiques, en particulier sur la question du génocide juif par les national-socialistes.

Il est évident qu’un évêque catholique ne peut parler avec une autorité ecclésiastique que sur des questions concernant la foi et la morale. Notre Fraternité ne revendique aucune autorité sur les autres questions. Sa mission est la propagation et la restauration de la doctrine catholique authentique, exposée dans les dogmes de la foi. C’est pour ce motif que nous sommes connus, acceptés et estimés dans le monde entier.

C’est avec une grande peine que nous constatons combien la transgression de ce mandat peut porter tort à notre mission. Les affirmations de Mgr Williamson ne reflètent en aucun cas la position de notre société. C’est pourquoi je lui ai interdit, jusqu’à nouvel ordre, toute prise de position publique sur des questions politiques ou historiques.

Nous demandons pardon au Souverain Pontife, et à tous les hommes de bonne volonté, pour les conséquences dramatiques d’un tel acte. Bien que nous reconnaissions l’inopportunité de ces propos, nous ne pouvons que constater avec tristesse qu’ils atteignent directement notre Fraternité dans le but de discréditer sa mission.

Cela nous ne pouvons l’admettre et nous déclarons que nous continuerons de prêcher la doctrine catholique et de dispenser les sacrements de la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Menzingen, le 27 janvier 2009
+ Bernard Fellay Supérieur Général
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le pape Benoît XVI condamne toute thèse négationniste de l'Holocauste

VERS LA PLEINE COMMUNION

Le 28 janvier 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Après la catéchèse, Benoît XVI a évoqué sa décision de lever l'excommunication prononcée en 1988 à l'encontre des quatre prêtres ordonnés évêques par Mgr. Marcel Lefebvre sans mandat pontifical: "J'ai décidé ce geste de paternelle miséricorde parce que ces évêques m'ont plusieurs fois manifesté leur vive souffrance de la situation dans laquelle ils se trouvaient. J'espère que mon geste sera suivi par leur ferme engagement d'accomplir le chemin encore nécessaire pour réaliser leur pleine communion dans l'Eglise, afin de témoigner d'une authentique fidélité et d'une véritable reconnaissance du magistère comme de l'autorité du Pape et du Concile Vatican II".

NI OUBLI NI NEGATION

La Shoah, a dit également le Pape, "doit être pour tous un avertissement. On ne saurait l'oublier, la nier ou la redimensionner, d'autant que la violence contre un seul être humain est un violence contre l'humanité entière". Rappelant la présente commémoration de l'Holocauste, Benoît XVI a dit que dans le seul camp d'Auschwitz, qu'il a visité en juin 2006, "s'est accomplie l'extermination de millions de juifs, victimes d'une haine raciale et religieuse aveugle".

"Renouvelant avec affection ma totale et indiscutable solidarité envers nos frères destinataires de la Première Alliance, j'espère que le souvenir de la Shoah pousse l'humanité à méditer sur l'imprévisible puissance du mal lorsqu'il a conquit le coeur de l'homme... La Shoah enseigne à tous, et aux jeunes en particulier, que seul une patiente poursuite de l'écoute et du dialogue, de l'amour et du pardon, peut conduire peuples, cultures et religions vers la fraternité et la paix dans la vérité" que nous attendons tous. "Que jamais plus la violence n'humilie la dignité humaine!".
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Jeu 29 Jan 2009, 14:20

En tout cas, je pense que les propos de Mgr Williamson sont surtout un prétexte pour attaquer l'ennemi traditionaliste en ce qu'il a d'anti-moderne. Certains articles font directement le lien entre le monde royaliste et les catholiques traditionalistes, tout particulièrement avec l'Action Française. Sans en être, je me doute bien cependant qu'un ultraroyaliste est mis dans le même sac. Deux exemples :

Le Monde :
Venu en droite ligne de l'Action française, parti royaliste et ultranationaliste de Charles Maurras, le mouvement créé par Mgr Lefebvre n'a pas bonne presse au sein d'une partie de l'épiscopat français, du clergé et des fidèles les plus âgés. Attachés à la tradition liturgique, contempteurs de la liberté religieuse et du dialogue avec les autres confessions, les intégristes sont convaincus que le "modernisme" porté par VaticanII est à l'origine de la crise de l'Eglise.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La Croix :
Mgr Lefebvre s’est lui-même peu exprimé sur le judaïsme et l’antisémitisme. Dans son homélie de Lille, le 29 août 1976, devenue un texte de référence de l’intégrisme catholique, il y avait un passage à connotation antijuive, qu’il retirera in extremis par crainte de la réaction de la communauté juive.

En outre, son éducation a été très marquée par la pensée de Charles Maurras. Son père (déporté pour faits de Résistance, il est mort en 1944 au camp de concentration de Sonnenburg) était membre de la Ligue d’action française fondée par cet écrivain et homme politique français pour qui l’affaiblissement de la France était dû aux « quatre États confédérés : juifs, protestants, maçons, métèques »…

Marcel Lefebvre sera aussi étudiant au Séminaire français de Rome au moment où celui-ci est dirigé par le P. Le Floch, partisan de Maurras dont il tentera, en 1926, de faire éviter la condamnation par Pie XI. « Au Séminaire français, on aimait Maurras, mais on pensait sans Maurras », tempère toutefois l’historien Émile Poulat.

Vatican II le résultat d’un « complot judéo-maçonnique »...
Reste que la veine maurrassienne demeure bien présente chez les intégristes, dont certains n’hésitent à voir en Vatican II le résultat d’un « complot judéo-maçonnique » contre l’Église. Et, si rares sont ceux qui dévient sur la pente d’un antisémitisme de type racial – ou vers le négationnisme : les réactions claires contre les propos de Mgr Williamson n’ont pas manqué non plus du côté intégriste –, il n’en demeure pas moins que la pensée lefebvriste est aujourd’hui encore très marquée par l’antijudaïsme chrétien, dominant dans l’Église catholique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Partisan_Blanc le Jeu 29 Jan 2009, 16:41

C'est bien on est pratiquement mort, pour l'instant et on nous attaque encore...

Partisan_Blanc
Baron

Gémeaux Coq
Nombre de messages : 474
Age : 37

http://partisanblanc.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Mar 03 Fév 2009, 20:21

Je vous propose cet article un brin polémique que j'ai publié aujourd'hui sur mon blog :
Il n'appartient certes pas au simple fidèle catholique que je suis - ni conciliaire ni traditionaliste mais traditionnel, au sens de fidèle à la tradition immuable de l'Eglise - de porter un jugement sur une affaire ô combien douloureuse puisqu'elle touche à l'unité de l'Eglise et à la paix et à l'union qui doivent régner en son sein, mais il ne me paraît pas mauvais de porter un regard humble sur des causes et des conséquences malheureuses qui entourent ladite affaire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Je vous recommande aussi (et surtout !) de signer [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour manifester votre soutien à Benoît XVI :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L’appel de simples fidèles catholiques

Cette lettre réunit des fidèles catholiques, toutes tendances confondues, qui souhaitent soutenir le pape dans son geste courageux. Les animateurs de ce site vous assurent de l’entière confidentialité qui sera garantie aux noms des signataires dont la liste sera uniquement remise au Saint-Siège.

Le 21 janvier 2009, vous avez décidé, Très Saint Père, de retirer* l’excommunication qui pesait sur les évêques de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Par ce geste courageux, vous avez agi en pasteur du troupeau confié par Dieu.

Hommes et femmes investis dans la vie de notre cité, pères et mères de familles ou célibataires, après des temps houleux où « la barque semblait prendre l'eau de toutes parts », nous souhaitons bâtir avec vous l’Église de demain sur sa Tradition. Ce dessein passe nécessairement par la transmission de la foi aux générations futures, par l’amour de la liturgie catholique et par la défense de la vie humaine.

Par cette lettre, nous souhaitons avant tout vous exprimer notre vive gratitude. Si ce geste historique peut vous attirer le désaveu de certains médias hostiles recourant aux amalgames, il suscite en nous une joie immense et nous remplit d’espérance. Nous avons prié à vos intentions, à la suite de la demande que vous formuliez au seuil de votre pontificat : « Priez pour moi, afin que je ne me dérobe pas, par peur, devant les loups » (1).

Nous voulons en apposant notre signature à cette lettre faire part de notre âge et du nombre de nos enfants pour vous dire qu’avec vous, nous voulons construire pour les générations qui nous suivront une Chrétienté qui sera, nous l’espérons de tout cœur, décomplexée et proclamera à toute la face du Monde le Credo.

C’est dans un esprit de respect filial que nous vous apportons notre soutien et nos prières quotidiennes pour la poursuite de votre pontificat afin que l’Église de Dieu en sorte grandie.

(1) Benoît XVI, 24 avril 2005

« Rien n'enhardit autant l’audace des méchants que la faiblesse des bons »

Léon XIII, encyclique Sapientæ Christianæ, 10 janvier 1890
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Petit Normand le Ven 13 Fév 2009, 19:47

Le Salon Beige nous rapporte aujourd'hui les déclarations de deux importants rabbins nord-américains à propos de la levée de l'excommunication :

Le rabbin Yehuda Levin, qui dirige l’association Jews for Morality et représente plus de 1000 rabbins en Amérique du Nord connus pour des positions clairement pro-vie et pro-famille, a jugé adéquate la réaction du Vatican dans l’affaire Williamson. Il salue le retour de la Fraternité Saint Pie X, et dit comprendre l’importance de ramener des traditionalistes dans le giron de l’Eglise, malgré le fait que l’un d’entre eux soit un «fou négationniste». Leur retour au bercail serait bienvenu afin de contrer les «gauchistes qui font un tort immense à la foi.»

"A mon sens, il est très important de remplir les bancs de l’église catholique non avec des 'catholiques culturels' et des gauchistes qui aident à détruire l’Eglise catholique et à en corrompre les valeurs [...] cette corruption a un effet de contamination sur chaque communauté religieuse du monde entier. [...] Que fait le Pape ? Tenter de ramener les traditionnalistes parce qu’ils ont des choses très importantes à apporter, pour le plus grand bien du catholicisme."

De même, la semaine dernière, la Rabbin Irwin Kula (photo) a, dans le Washington Post, jugé tout à fait exagérée la réaction de la communauté juive aux propos de Mgr Williamson «un vieil homme obscur, acariâtre et dénué de toute pertinence».



Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Petit Normand
Chevalier

Masculin
Nombre de messages : 157

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mavendorf le Sam 14 Fév 2009, 09:12

Il y a un entretien video interessant de Mgr Bernard Fellay sur le site de la FSSPX :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Si j'avance, suivez moi; si je meurs, vengez moi; si je recule, tuez-moi" Henri de La Rochejaquelein
avatar
Mavendorf
Baron

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 390
Age : 46
Localisation : Royaume de France
Affinités politiques : Royaliste Légitimiste

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mifpo le Sam 14 Fév 2009, 12:37

Petit Normand a écrit:Le Salon Beige nous rapporte aujourd'hui les déclarations de deux importants rabbins nord-américains à propos de la levée de l'excommunication :
Deux rabbins de bon sens!

_________________
IN SAPIENTIA ROBVR
SIC REFLORESCENT

PRO DEO ET LVDOVICO XX DEI GRATIA FRANCIAE ET NAVARRAE REGE CHRISTIANISSIMO

Слобода или Смрт!

"Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont." (les Inconnus)
avatar
Mifpo
Baron

Masculin
Poissons Tigre
Nombre de messages : 571
Age : 44
Localisation : Amaillou
Affinités politiques : antirépublicain depuis toujours anarchiste devenu royaliste légitimiste donc antiphilippiste

http://mifpo.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Ven 20 Fév 2009, 14:50

Je vous propose de lire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Mgr Williamson en date du 9 février pour le journal allemand Der Spiegel. En lisant l'article on peut aisément concevoir que, même si on ne partage pas le doute de cet évêque sur la question des chambres à gaz, on ne peut pas se contenter de le qualifier de "fou négationniste" ou de "vieil homme obscur" comme dans l'article des deux rabbins, intéressant quant au reste. Je suis personnellement très gêné par le fait de résumer un homme à son opinion sur un événement historique : les modernistes qui dénoncent l'Inquisition catholique d'antan ne se gênent pas pour mettre à mort médiatiquement (ce qui est l'équivalent du bûcher de jadis, exposition publique et exemplaire) un homme parce qu'il n'adhère pas à la grande religion victimaire. Il est évident que c'est une nouvelle inquisition, et je n'y céderai certainement pas. En attendant, les négationnistes qui ne reconnaissent pas le génocide vendéen, les plus grands négationnistes qui ne croient pas en Dieu ni en la Passion du Christ, peuvent dormir tranquilles... Dernier rebondissement de l'hystérie collective :

Williamson doit quitter l'Argentine
AFP
19/02/2009 | Mise à jour : 21:01
L'Argentine somme l'évêque britannique négationniste Richard Williamson de quitter le pays avant dix jours sous peine d'être expulsé, a déclaré aujourd'hui le ministère de l'Intérieur argentin.

"Le ministre de l'Intérieur Florencio Randazzo a annoncé aujourd'hui que la Direction nationale des Migrations sommait Richard Williamson de quitter impérativement le pays dans un délai de dix jours sous peine d'être expulsé", selon le communiqué du ministère.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Minervalis le Ven 20 Fév 2009, 20:28

Tout cela est absolument ridicule: au siècle dernier, un illuminé a écrit un livre dans lequel il démontre que Napoléon n'était qu'un mythe et n'a donc jamais existé... Je ne sache pas qu'on a jamais brûlé ni lui ni son livre touchant à un point pourtant si essentiel de l'Histoire...
avatar
Minervalis
Vicomte

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 861
Age : 57
Localisation : Lutèce
Affinités politiques : Anti-républicain, Anti-démocrate, Anti-parlementaire, Réactionnaire, Contre-Révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Sam 28 Fév 2009, 20:25

Exactement Minervalis, et il est évident qu'il n'y a qu'une société totalitaire au sens le plus dur du terme qui puisse condamner sans appel un homme à cause d'une opinion historique. Le plus triste, et j'en suis bien déçu, c'est que le Vatican semble se faire le complice de cette chasse à l'homme, et je vais finir par me demander si l'adhésion à la grande religion victimaire du XXe siècle fait désormais partie du credo catholique.

L'étau se resserre autour de Mgr Williamson

27/02/2009 | Mise à jour : 20:15
Le Vatican a jugé les excusesde l'évêque Richard Williamson insuffisantes.

L'Allemagne pourrait émettre un mandat d'arrêt européen contre l'évêque lefebvriste et négationniste et le Vatican exige qu'il se rétracte.

L'affaire Williamson, qui ­ébranle l'Église catholique depuis le 21 janvier dernier, semble sur le point de connaître des développements judiciaires. Vendredi, la ministre allemande de la Justice, Brigitte Zypries, a en effet affirmé que «l'Allemagne pourrait émettre un mandat d'arrêt européen» contre l'évêque lefebvriste. Dans ce cas de figure, Berlin devrait s'appuyer sur de nouvelles dispositions européennes qui, adoptées en 2007, répriment par une peine de trois ans de prison les personnes reconnues coupables d'avoir nié la Shoah ou le génocide rwandais. «Je signale que dans la plupart des États européens, le négationnisme peut être poursuivi», a même averti Jacques Barrot, commissaire européen à la Justice.

Intervenant quarante-huit heures après l'arrivée de Richard Williamson sur le sol britannique, ce raidissement des autorités européennes fait suite à la diffusion, fin janvier, d'une interview télévisée dans laquelle l'évêque remet en question le nombre des victimes de la Shoah et nie que des juifs ont été tués dans les chambres à gaz. Devant le tollé international suscité par ses propos, Williamson a été contraint cette semaine de quitter l'Argentine. Jeudi, il a en outre écrit au Vatican pour «demander pardon devant Dieu à toutes les âmes qui se sont senties honnêtement scandalisées par ce qu'(il a) dit.» Sans renier le fond de ses propos, l'évêque ajoute dans le même courrier : «Si j'avais su avant tout le mal et les blessures que cela a provoqués, en particulier envers l'Église mais aussi envers les survivants et les proches des victimes de l'injustice du IIIe Reich, je ne l'aurais pas fait.»
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Ven 19 Juin 2009, 19:46

Le Vatican accélère le dialogue avec les lefebvristes
Jean-Marie Guénois
19/06/2009 | Mise à jour : 09:50

Après la réhabilitationde la messe en latin et la levée des excommunications des évêques intégristes, Benoît XVI veut une discussion de fond sur le concile Vatican II.

Le dossier intégriste avance dans l'Église catholique comme aucun autre. Après la réhabilitation de la messe en latin comme rite «extraordinaire», le 7 juillet 2007, la levée des excommunications, le 24 janvier dernier, des quatre évêques consacrés par Mgr Marcel Lefebvre, dont le fameux Mgr Williamson, Rome doit publier vendredi ou très prochainement, un motu proprio (sorte de décret d'application) pour faciliter les discussions de fond avec la Fraternité Saint Pie X sur le concile Vatican II qui reste la véritable pierre d'achoppement. Les échanges entre experts théologiques pourraient même commencer à l'automne prochain. De leur issue dépend le succès, ou l'échec de la volonté de Benoît XVI de réintégrer la communauté lefebvriste dans l'Église catholique.

[...] L'abbé Lorans, porte-parole de la Fraternité Saint Pie X, résumait cette semaine, la problématique telle qu'il la perçoit : «La ligne de partage n'est pas entre Ecône et Rome, mais entre l'Église qui a deux mille ans et celle qui n'a pas cinquante ans… l'Église conciliaire.» Sont récusés l'œcuménisme et le dialogue interreligieux parce qu'ils mettent en cause la prééminence de l'Église catholique. Mais aussi la perte de la dimension «sacrificielle» de la messe au profit d'une célébration communautaire. Et la dilution du sens de «salut de l'âme» et du renoncement pour l'implication sociale du chrétien dans la société selon l'image du «levain dans la pâte».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Dim 20 Jan 2013, 23:27

Plus de trois ans après, il apparaît comme manifeste que je me suis montré un peu optimiste à propos du titre de ce sujet... Apparemment, le dialogue n'est toutefois pas tout à fait clos.

Rome tend de nouveau la main aux lefebvristes

Par Jean-Marie Guénois Mis à jour le 20/01/2013 à 22:13 | publié le 18/01/2013 à 19:52

Une lettre propose aux prêtres de la Fraternité Saint Pie X une méthode pour reprendre le dialogue.

C'est un peu la lettre de la dernière chance. Celle que l'on écrit avec son intelligence mais aussi avec tout son cœur pour sauver une situation en apparence perdue. Cette lettre n'a pas été rendue publique et n'a pas vocation à l'être mais elle circule depuis peu dans les milieux de la Fraternité Saint Pie X. Elle a été rédigée par Mgr J. Augustine Di Noia, un ami personnel de Benoît XVI, en novembre dernier. Elle a été adressée avant Noël à Mgr Bernard Fellay, supérieur général de cette Fraternité sacerdotale en rupture avec Rome et héritier direct de Mgr Marcel Lefebvre, son fondateur.

Une lettre très importante car son signataire, Mgr Di Noia, un Américain, a été spécialement appelé des États-Unis à Rome en juin dernier par le Pape pour lui confier la responsabilité de la vice-présidence de la commission Ecclesia Dei, chargée, dans le cadre de la congrégation pour la Doctrine de la foi, de gérer les relations avec les lefebvristes. Il n'y a donc pas plus autorisé sur le sujet. Et il est évident, compte tenu de l'importance du sujet aux yeux du Pape et du silence très actif de ces derniers mois sur ce dossier que Benoît XVI en est l'inspirateur et qu'il a dû en viser le contenu. La lettre le dit toujours «extrêmement désireux de surmonter les tensions».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La lettre en question ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

(Les paragraphes et intertitres figurent dans le texte original qui est publié ici dans son intégralité)

S.E. Monseigneur Bernard FELLAY Supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X

Avent 2012

Excellence, chers frères prêtres de la Fraternité sacerdotale saint Pie X,

C'est avec joie que j'ai appris la satisfaction que vous a donnée notre dernière déclaration en date du 28 octobre. Il était important d'affirmer de manière publique et autorisée que les relations du Saint-Siège avec la Fraternité sacerdotale saint Pie X restent ouvertes et pleines d'espérance. Jusqu'ici, à part ses décisions officielles, le Saint-Siège s'est, pour différentes raisons, abstenu de rectifier certaines affirmations inexactes au sujet de sa conduite et de sa compétence dans ces relations. Quoi qu'il en soit, vient le moment où, dans l'intérêt de la vérité, le Saint-Siège sera obligé de faire état de certaines de ces indélicatesses. Particulièrement douloureuses ont été les prises de position qui attaquent la mission et la personne du Saint-Père: cela, désormais, demande une réponse.

De récentes prises de position de membres de la Fraternité qui y occupent d'importants postes d'autorité ne peuvent que faire douter de la possibilité effective d'une réconciliation. On pense, en particulier, à des entretiens accordés par le Supérieur du district d'Allemagne, ancien Supérieur général de la Fraternité (18 septembre 2012) et par le premier Assistant général de la Fraternité (16 octobre 2012), ainsi qu'à un récent sermon du Supérieur général (1er novembre 2012). Le ton et le contenu de ces déclarations ont suscité une certaine perplexité sur le sérieux et même sur la possibilité effective d'une poursuite de nos relations. Tandis que le Saint-Siège attend patiemment une réponse officielle de la Fraternité, certains de ses supérieurs tiennent, dans des communications non officielles un langage qui, aux yeux du monde entier, apparaît comme un rejet des dispositions requises pour la réconciliation et la régularisation canonique de la Fraternité dans l'Église catholique.

De plus, en revoyant l'histoire de nos relations depuis les années 1970, on est amené à faire le constat objectif que les termes de notre désaccord au sujet du Concile Vatican II demeurent, en fait, inchangés. Avec son autorité magistérielle, le Saint-Siège a toujours affirmé qu'il fallait interpréter les textes du Concile à la lumière de la Tradition et du Magistère, et non l'inverse, tandis que la Fraternité a insisté pour dire que certains enseignements du Concile sont erronés et donc non susceptibles de recevoir une interprétation en harmonie avec la Tradition et le Magistère. Au fil des ans, cette impasse est restée plus ou moins telle quelle. Tout en permettant un fructueux échange de vues sur des thèmes précis, les trois années de colloques doctrinaux qui viennent à peine de s'achever n'ont pas fondamentalement changé la situation.

Dans ces circonstances, tandis que l'espérance demeure, il est clair qu'un élément nouveau doit être introduit dans nos échanges, si nous ne voulons pas apparaître à l'Église, au grand public et, au fond, à nous-mêmes, comme engagés dans un échange courtois, mais sans issue ni fruit. Il faut développer des considérations nouvelles, de nature plus spirituelle et théologique, qui transcendent les désaccords importants et apparemment insurmontables sur l'autorité et l'interprétation du Concile Vatican II, objet de notre division actuelle; ces considérations seront centrées sur notre devoir de préserver et de chérir l'unité et la paix de l'Église, qui sont voulues par Dieu.

Il me semble opportun d'introduire ces nouvelles considérations sous la forme d'une lettre personnelle pour l'Avent, adressée à vous-même ainsi qu'aux membres de la Fraternité sacerdotale. Son enjeu n'est autre que l'unité de l'Église.

Le maintien de l'unité de l'Église

Dans ce contexte, les mots de saint Paul reviennent à l'esprit: « Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à vivre de manière digne de l'appel que vous avez reçu, avec beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, en vous supportant les uns les autres avec amour, en ayant à cœur de garder l'unité de l'Esprit par le lien de la paix. De même que votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous » (Ep 4, 1-6).

Par ces mots, l'apôtre Paul nous invite à garder l'unité de l'Église, l'unité qui est donnée par l'Esprit et nous unit au Dieu unique « qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous» (Ep 4, 6). La véritable unité est un don de l'Esprit, et non le résultat de notre action.

Toutefois, nos décisions et nos actions nous rendent aptes à coopérer dans l'unité de l'Esprit ou à agir contre les motions de l'Esprit. Par conséquent, saint Paul nous exhorte « à vivre de manière digne de l'appel que nous avons reçu » (Ep 4, 1), à vivre en gardant le don précieux de l'unité.

Afin de persévérer dans l'unité de l'Église, saint Thomas d'Aquin remarque que, d'après saint Paul, « il faut cultiver quatre vertus et proscrire les quatre vices qui leur sont opposés » (Commentaire de la Lettre aux Éphésiens, § 191). Que faut-il éviter sur la voie de l'unité?
L'orgueil, la colère, l'impatience et le zèle désordonné. D'après l'Aquinate, « le premier vice rejeté par [saint Paul] est l'orgueil. Quand une personne arrogante décide de diriger les autres, alors que ces autres, dans leur fierté, refusent de se soumettre, des désaccords surgissent dans la société, et la paix disparaît... La colère est le deuxième vice. Car un colérique est porté à l'injustice, verbale ou physique, ce qui provoque la confusion. .... Le troisième est l'impatience. Parfois, un homme humble et doux, qui s'interdit de provoquer le trouble, ne supporte pas avec patience les attaques effectives ou projetées qu'on porte contre lui. ... Le quatrième vice est le zèle désordonné. Le zèle désordonné peut porter sur n'importe quoi; à cause de lui, les hommes vont juger de tout ce qu'ils voient, sans attendre le bon moment ou le bon endroit, et c'est une catastrophe pour la société» (ibid.).

Comment pouvons-nous agir contre ces vices? Saint Paul nous dit: « Ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour » (Ep 4, 2).

D'après l'Aquinate, en nous faisant voir la bonté présente chez les autres et reconnaitre nos propres forces et nos propres faiblesses, l'humilité nous aide à éviter l'esprit de rivalité dans nos rapports avec autrui. La douceur « aplanit les difficultés et préserve la paix » (Commentaire de la Lettre aux Éphésiens, § 191). Elle nous aide à éviter les manifestations désordonnées de colère en nous donnant la sérénité de faire notre devoir avec égalité d'humeur et dans un esprit de paix. La patience nous rend capables de supporter la souffrance pour obtenir le bien recherché, surtout s'il est difficile à atteindre ou si des circonstances extérieures militent contre la réalisation de l'objectif. La charité fait éviter le zèle désordonné en nous donnant de nous soutenir les uns les autres, « en portant les défauts des autres avec charité» (ibid.). Saint Thomas donne ce conseil: « Quand quelqu'un tombe, il ne faudrait pas immédiatement le corriger, à moins qu'il y ait un temps et un lieu pour cela. Il faudrait attendre avec compassion, puisque la charité supporte tout (1 Co 13, 7). Il ne s'agit pas de tolérer par négligence ou complicité, par familiarité ou amitié charnelle, mais par charité. ... Nous qui sommes forts, nous devons porter les infirmités des faibles (Rm 15, 1)) (ibid.).

Le prudent conseil de saint Thomas peut nous être utile, si nous acceptons d'être formés par sa sagesse. Au cours des quarante dernières années, nos relations n'ont-elles pas parfois manqué d'humilité. de douceur, de patience et de charité?

Souvenons-nous de ce qu'a écrit le pape Benoît XVI à ses frères dans l'épiscopat pour expliquer la promulgation du motu proprio Summorum Poniificum : « En regardant le passé, les divisions qui ont lacéré le corps du Christ au cours des siècles, on a continuellement l'impression qu'aux moments critiques où la division commençait à naître, les responsables de l'Église n'ont pas fait suffisamment pour conserver ou conquérir la réconciliation et l'unité; on a l'impression que les omissions dans l'Église ont eu leur part de culpabilité dans le fait que ces divisions aient réussi à se consolider. Ce regard vers le passé nous impose aujourd'hui une obligation: faire tous les efforts afin que tous ceux qui désirent réellement l'unité aient la possibilité de rester dans cette unité ou de la retrouver à nouveau» (Lettre du 7 juillet 2007).

Comment les vertus d'humilité, de douceur, de patience et de charité peuvent modeler nos pensées et nos actions. D'abord, si nous cherchons humblement à reconnaitre la bonté qui existe chez ceux avec qui nous pouvons être en désaccord sur des points même apparemment fondamentaux, nous sommes capables d'examiner des questions disputées dans un esprit d'ouverture et en toute bonne foi. Deuxièmement, si nous avons une véritable douceur, nous pouvons garder un esprit de sérénité, en évitant de parler sur un ton qui divise ou de développer des considérations imprudentes qui offenseront au lieu de favoriser la paix et la compréhension mutuelle. Troisièmement, si nous gardons une vraie patience, nous reconnaitrons que, dans la recherche du bien précieux que nous poursuivons, nous devons vouloir, si nécessaire, accepter la souffrance de l'attente. Enfin, si nous sentons encore le besoin de corriger nos frères, ce doit être avec charité, au bon moment et au bon endroit.

Dans la vie de l'Église, toutes ces vertus visent à préserver « l'unité de l'Esprit par le lien de la paix » (Ep 4, 3). Si nos rapports sont marqués par l'orgueil, la colère, l'impatience et le zèle désordonné, notre recherche inquiète du bien de l'Église ne nous conduira qu'à l'amertume. Si, d'autre part, la grâce de Dieu nous fait grandir en vérité dans l'humilité, la douceur, la patience et la charité, notre unité dans l'Esprit sera maintenue et nous grandirons plus profondément dans l'amour de Dieu et du prochain, en accomplissant toute la loi que Dieu nous a donnée.

Si nous insistons tant sur l'unité de l'Église, c'est qu'elle reflète la communion de la sainte Trinité et s'opère par elle. Comme nous le lisons dans un sermon de saint Augustin: cc Le Père et le Fils nous ont souhaité d'être en communion avec eux et entre nous; par ce don, qu'ils possèdent tous deux comme s'ils ne faisaient qu'un, ils ont souhaité nous unir à eux et nous unir entre nous par l'Esprit saint qui est Dieu et le don de Dieu » (Sermon 71, 18).

L'unité de l'Église n'est pas une chose que nous obtiendrions pour nous- mêmes par notre propre pouvoir, mais c'est un don de la grâce divine. C'est en reconnaissant ce don qu'Augustin peut dire: « Un ennemi de l'unité n'a pas de part à l'amour de Dieu. Par conséquent, ceux qui sont en dehors de l'Église n'ont pas l'Esprit saint » (Lettre 185, § 50). Voilà des mots qui glacent: un ennemi de l'unité devient ennemi de Dieu, car il rejette le don que Dieu nous a fait. « Comment prouver que nous aimons notre prochain? » demande saint Augustin. « En ne brisant pas son unité, car nous observons la charité» (Homélies sur la première lettre de saint Jean 2, 3). Écoutons ce que dit saint Augustin à ceux qui divisent l'Église: « Vous n'avez pas la charité, parce que, au nom de votre honneur, vous provoquez des divisions dans l'unité. Comprenez donc par là que l'Esprit vient de Dieu .... Vous vous écartez vous-mêmes de l'unité du monde, vous divisez l'Église par des schismes, vous lacérez le corps du Christ. Il est venu dans la chair pour le rassembler ; vous, vous criez pour le déchirer » (ibid.. 6, 13).

Comment pouvons-nous éviter de devenir des ennemis de Dieu? « Que chacun interroge son cœur. Si quelqu'un aime son frère, l'Esprit de Dieu habite en lui. Qu'il regarde, qu'il s'éprouve lui-même sous le regard de Dieu! Qu'il voie s'il existe en lui un amour de la paix et de l'unité, un amour de l'Église répandue sur toute la terre! » (ibid. 6, 10). Comment donc nous comporter avec ceux dont il nous est difficile d'être les amis? Écoutons saint Augustin: « Aimez vos ennemis de manière à souhaiter les avoir pour amis ; aimez vos ennemis de manière à en faire des compagnons» (ibid. 1, 9). Pour Augustin, la forme authentique de l'amour ne peut être qu'un don de Dieu: « Demandez à Dieu de pouvoir vous aimer les uns les autres. Vous devriez aimer tous les hommes, même vos ennemis, non parce qu'ils sont vos frères, mais parce qu'ils peuvent le devenir, de manière à pouvoir être toujours embrasés de l'amour fraternel, soit pour celui qui est devenu votre frère, soit pour votre ennemi, si bien qu'en l'aimant, il puisse devenir votre frère» (ibid. 10,7).

L'exemple de l'amour qui transforme nos ennemis en amis nous vient, en dernière analyse, du Christ lui-même: « Aimons-nous, car il nous a aimés le premier (4, 19). Comment aimerions-nous, s'il ne nous avait aimés le premier? Par son amour, nous sommes devenus ses amis, mais il nous a aimés comme ennemis, de manière à faire de nous ses amis. Il nous a aimés le premier et nous a accordé les moyens de l'aimer » (ibid. 9, 9).

Pour saint Augustin, l'unité de l'Église vient donc de la communion de la Bienheureuse Trinité et doit être maintenue, si nous voulons rester en communion avec Dieu même. Par la grâce de Dieu, nous devons préserver cette unité avec une grande détermination, même si cela implique des souffrances et une patiente endurance: « Supportons le monde, supportons les tribulations, supportons le scandale des procès. Ne rebroussons pas chemin. Tenons bon dans l'unité de l'Église, tenons bon dans le Christ, tenons bon dans l'amour. N'abandonnons pas les membres de son épouse, n'abandonnons pas la foi, de manière à pouvoir être glorifiés en sa présence, et nous serons en sûreté en lui, dès maintenant par la foi, et plus tard par la vision, dont l'Esprit saint nous a donné le gage » (ibid. 9, 11).

La place de la Fraternité sacerdotale dans l'Église

Que vous est-il donc demandé dans la situation présente? Non pas de perdre le zèle de votre fondateur, Monseigneur Lefebvre. Loin de là! Au contraire, il vous est demandé de raviver la flamme de son zèle ardent pour la formation des hommes au sacerdoce de Jésus-Christ. Le moment est sûrement venu d'abandonner la rhétorique âpre et contre-productive qui a surgi au cours des années passées.

Retourner au charisme jadis confié à Monseigneur Lefebvre, le charisme de la formation des prêtres dans la plénitude de la Tradition catholique pour entreprendre auprès des fidèles un apostolat qui jaillisse de cette formation sacerdotale. Voilà le charisme que l'Église discerna lorsque la Fraternité sacerdotale saint Pie X fut approuvée en 1970. Nous n'avons pas oublié le jugement élogieux porté par le Cardinal Gagnon sur le séminaire d'Écône en 1987.

Le charisme authentique de la Fraternité consiste à former des prêtres pour le service du peuple de Dieu, non à se donner la mission de juger et de corriger la théologie ou la discipline d'autrui dans l'Église. Vous aurez à vous centrer sur la transmission d'une formation philosophique, théologique, pastorale, spirituelle et humaine à vos candidats, pour qu'ils puissent prêcher la parole du Christ et agir comme des instruments de la grâce de Dieu dans le monde, en particulier par la célébration solennelle du saint Sacrifice de la Messe. Il faudra certainement prêter attention aux passages du Magistère qui vous semblent difficiles à concilier avec l'enseignement magistériel, mais ces questions théologiques ne devraient pas constituer le centre de votre prédication ou de votre formation.

Sur la question de savoir qui est compétent pour corriger un abus, nous pouvons considérer le cas de saint Pie X et de ses interventions dans le domaine de la musique sacrée. En 1903, saint Pie X promulgua le célèbre motu proprio Tra le sollecitudini, qui promouvait dans toute l'Église une réforme de la musique sacrée. Ce document marquait l'aboutissement de deux initiatives antérieures de Giuseppe Sarto: un votum sur la musique sacrée écrit à la demande de la Sacrée Congrégation des Rites en 1893, et une lettre pastorale sur la réforme de la musique sacrée dans l'Église de Venise publiée en 1895.

Ces trois documents avaient substantiellement le même contenu. Pourtant, le premier était une liste de suggestions pour la Curie romaine, le deuxième une instruction pour les croyants placés sous la juridiction du Patriarche de Venise, et le troisième une série de dispositions valables pour l'Église universelle. En tant que Pape, saint Pie X avait l'autorité nécessaire pour signaler les abus en matière de musique sacrée dans le monde entier, tandis que, comme évêque, il ne pouvait intervenir que dans son diocèse. Par ses prescriptions disciplinaires et doctrinales, saint Pie X pouvait traiter les problèmes dans l'Église sur un plan universel, précisément à cause de son autorité universelle.

Même si nous sommes convaincus que notre point de vue sur une question particulière disputée est le bon, nous ne pouvons pas usurper la mission du Souverain Pontife en nous arrogeant le droit de corriger publiquement les autres dans l'Église. Nous pouvons proposer et chercher à influer, mais non pas manquer de respect à l'égard des autorités locales légitimes ou agir contre elles. Nous devons respecter le genre propre de différentes sortes d'instances: c'est la foi qu'il faudrait prêcher dans nos chaires, et non la dernière interprétation de ce que nous croyons problématique dans un document magistériel. Ce fut une erreur de faire de tout point difficile de l'interprétation théologique de Vatican II la matière d'une controverse publique, en cherchant à pousser ceux qui ne sont pas compétents en théologie à adopter notre point de vue au sujet de points théologiques délicats.

L'Instruction Donum Veritatis sur la vocation ecclésiale du théologien (Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 1990) affirme qu'un théologien peut « se poser des questions portant, selon les cas, sur 1'opportunité, sur la forme ou même le contenu d'une intervention du Magistère », bien que « la volonté d'acquiescement loyal à cet enseignement du Magistère en matière de soi non irréformable doive être la règle » (§ 24). Toutefois, un théologien « ne présentera pas ses opinions ou ses hypothèses divergentes comme s'il s'agissait de conclusions indiscutables. Cette discrétion est commandée par le respect de la vérité ainsi que par le respect du Peuple de Dieu (cf. Rm 14, 1-15; 1 Co 8 ; 10, 23-33). Pour les mêmes raisons, le théologien renoncera à leur expression publique intempestive » (§ 27).

Si, après une intense, patiente et loyale réflexion de sa part, des difficultés demeurent, « c'est un devoir /pour le théologien de faire connaître aux autorités magistérielles les problèmes que soulève un enseignement en lui-même, dans les justifications qui eI1 sont proposées ou encore dans la manière selon laquelle il est présenté, Il le fera dans un esprit évangélique, avec le désir profond de résoudre les difficultés. Ses objections pourront alors contribuer à un réel progrès, en stimulant le Magistère à proposer 1'enseignement de l'Église d'une manière plus approfondie et mieux argumentée. -Dans ces cas, le théologien évitera de recourir aux mass-media plutôt que de s'adresser à l'autorité responsable, car ce n'est pas en exerçant ainsi une pression sur 1'opinion publique que 1'on peut contribuer à la clarification des problèmes doctrinaux et servir la vérité » (§ 30).

Cette partie de la tâche du théologien menée dans un esprit loyal et animée par l'amour de l'Église, peut parfois être difficile. cc Ce peut être un appel à souffrir dans le silence et la prière, avec la certitude que si la vérité est vraiment en cause, elle finira nécessairement par s'imposer » (§ 31).

Toutefois, un examen critique des actes du Magistère ne doit jamais devenir une sorte de « magistère parallèle » des théologiens (cf. § 34), car il doit être soumis au jugement du Souverain Pontife, qui a « la tâche de préserver l'unité de l'Église, avec la sollicitude d'offrir à tous l'assistance pour répondre avec les moyens opportuns à cette vocation et grâce divine » (Lettre apostolique Ecclesiae unitatem § 1). Nous voyons donc que, pour ceux qui, dans l'Église, ont le devoir ou la mission canonique d'enseigner, il y a place pour un engagement vraiment théologique et non polémique avec le Magistère. Intellectuellement parlant, de toute façon, nous ne pouvons pas nous centrer uniquement sur la controverse. Les problèmes théologiques difficiles ne peuvent être adéquatement traités que par l'analogie de la foi, c'est-à-dire la synthèse de tout ce que le Seigneur nous a révélé. Nous verrons chaque doctrine et article de foi comme soutenant les autres et apprendre à comprendre les liens internes qui existent entre chacun des éléments de notre foi.

Pour entreprendre des études de théologie, nous devons avoir une expérience culturelle, biblique et philosophique adéquate. Je pense, par exemple, à un passage du Code de Droit canonique de 1917 reproduit dans l'introduction de Benziger à l'édition anglaise de la Somme Théologique: « Les religieux qui ont déjà fait leurs humanités devront étudier la philosophie pendant au moins deux ans, et la théologie pendant quatre ans, en suivant l'enseignement de saint Thomas et en accord avec les instructions du Siège apostolique» (CIC 1917, can. 589). Considérons la sagesse de cette directive: la théologie doit être entreprise par ceux qui ont été formés aussi bien dans les humanités qu'en philosophie. La Congrégation pour l'Éducation catholique a récemment demandé que l'étude de la philosophie dure trois ans pendant la formation au sacerdoce. Sans cette ouverture, notre recherche théologique n'aura pas le riche terreau de culture sur lequel la foi s'enracine et qui est indispensable pour une pleine compréhension des concepts et des termes philosophiques qui sous-tendent les formulations doctrinales de l'Église.

Si nous nous centrons seulement sur les questions les plus difficiles et les plus controversées, - qui doivent, certes, faire l'objet d'une grande attention - nous pouvons finir par perdre le sens de l'analogie de la foi et nous mettre à voir la théologie surtout comme une sorte de dialectique intellectuelle sur des sujets conflictuels plus que comme un engagement de la sagesse avec le Dieu vivant qui s'est révélé à nous en Jésus Christ et qui, par l'Esprit saint, inspire notre travail, notre prédication et notre action pastorale.

Conclusion

Avec sa façon magnanime d'exercer le munus Petrinum, le pape Benoît XVI est extrêmement désireux de surmonter les tensions qui ont existé entre l'Église et votre Fraternité. Une réconciliation ecclésiale immédiate et totale mettra-t-elle fin aux soupçons et à la méfiance qui ont surgi de part et d'autre? Sans doute pas si facilement.

Mais ce que nous cherchons n'est pas une œuvre humaine: nous cherchons la réconciliation et la guérison par la grâce de Dieu, sous la conduite aimante du Saint-Esprit. Rappelons-nous les effets de la grâce articulés par saint Thomas: guérir l'âme, désirer le bien, réaliser le bien qu'on s'est proposé, persévérer dans le bien et, pour finir, obtenir la gloire (cf. Somme Théologique la Irae, 111, 3).

Nos âmes ont d'abord besoin d'être guéries, purifiées de l'amertume et du ressentiment nés de trente ans de soupçons et de tourments de part et d'autre. Nous devons prier le Seigneur de nous guérir de toutes les imperfections qui sont venues précisément à cause des difficultés, surtout du désir d'autonomie qui est, en fait, étranger aux formes traditionnelles de gouvernement dans l'Église. Le Seigneur nous donne la grâce de désirer certains biens: en ce cas, le bien d'une unité et d'une communion ecclésiales totales. C'est un désir que bon nombre d'entre nous partagent, humainement parlant, mais ce que nous avons besoin de recevoir du Seigneur, c'est la communication de ce désir à nos âmes, de manière à nous faire désirer le ut unum sint avec le désir même du Christ. C'est seulement alors que la grâce de Dieu nous permettra de réaliser le bien que nous nous proposons. C'est Lui qui nous pousse à chercher une réconciliation et la porte à son achèvement.

Voici venu le moment d'une grâce extraordinaire: saisissons-le de tout notre cœur et de tout notre esprit. En nous préparant â la venue du Sauveur du monde au cours de cet Avent de l'Année de la Foi, prions et espérons avec confiance: ne pouvons-nous pas aussi espérer la réconciliation, attendue depuis longtemps, de la Fraternité sacerdotale saint Pie X avec le Siège de Pierre? Le seul avenir imaginable pour la Fraternité sacerdotale saint Pie X se trouve sur le chemin d'une pleine communion avec le Saint-Siège, dans l'acceptation d'une profession de foi inconditionnelle en sa plénitude, et donc avec une vie sacramentelle, ecclésiale et pastorale convenablement ordonnée.

Ayant reçu de Pierre la charge d'être un instrument de réconciliation de la Fraternité sacerdotale, j'ose faire miennes les paroles de Paul en nous exhortant à « vivre fidèlement 1'appel reçu, avec beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, en nous supportant les uns les autres avec amour, en ayant à cœur de garder l'unité de l'Esprit par le lien de la paix ».

Sincèrement vôtre dans le Christ,

+ J. Augustine Di Noia, O.P.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Ordre naturel le Dim 20 Jan 2013, 23:54

Des rumeurs disent que Mgr Alfonso de Galarreta pourrait supplanter Mgr Fellay, ce que pour ma part je ne souhaite pas.

Le texte est très juste à mon sens.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Mickaelus le Ven 25 Jan 2013, 22:23

Oui, je trouve que cette lettre témoigne d'un esprit chrétien réel. A la suite d'une relecture récente du Nouveau Testament, il me semble qu'alors que le Vatican n'a pourtant pas renié le dogme catholique (je ne mélange pas nécessairement comme d'autres les questions purement politiques avec la foi), certaines fraternités courent le risque d'être assimilables aux Pharisiens et d'être coupées de l'Esprit saint.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Benoît XVI devrait lever l'excommunication des évêques de la FSSPX

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum