Situation dans les établissements d'enseignement

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par lmp le Lun 22 Mar 2010, 19:43

Mickaelus a écrit:
Vous pouvez toujours rêver, car si la situation continue à pourrir dans les grands pays d'Europe à ce rythme, votre minuscule pays sera balayé. Bien sûr, vous avez raison dans le sens où si votre âge est bien exact, vous ne serez pas là pour voir ce qui arrivera.

Quel pays ? liecht ? andorre ? monaco ?

lmp
Ecuyer

Nombre de messages : 128

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Ordre naturel le Lun 22 Mar 2010, 19:51

Liechtenstein.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par lmp le Lun 22 Mar 2010, 21:27

Quelle chance vous avez...

Pourriez vous me renseigner sur la possibilité de devenir Liechtensteinois ? (mon pays préféré What a Face )

lmp
Ecuyer

Nombre de messages : 128

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Ordre naturel le Lun 22 Mar 2010, 21:41

Il faut résider 30 ans avec je crois un maximum d'un mois d'absence par année séparément pour être candidat à la naturalisation, en général vous en avez pour peut-être dix ans ensuite pour être accepté. Sinon vous prenez rendez-vous avec le prince qui peut vous naturaliser par décret, mais à ma connaissance cela ne s'est jamais fait.

Je sais que cela peut décourager mais si vous voulez que vos enfant soit Liechtensteinois vous pouvez.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par lmp le Lun 22 Mar 2010, 21:46

Par le Roi, très bien, cela me parait le plus compliqué et le plus simple. Je vais voir...

Merci beaucoup

lmp
Ecuyer

Nombre de messages : 128

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Ordre naturel le Mer 24 Mar 2010, 05:22

Bonne chance alors. Wink
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Suite du fil...

Message par Minervalis le Mer 24 Mar 2010, 16:55

Un enseignant d'un collège de Créteil, dans le Val-de-Marne, a été frappé mercredi à coups de barre de fer par une élève de 15 ans, apprend-on de source policière.

Le professeur, âgé de 33 ans, a été hospitalisé mais son état n'inspire pas d'inquiétude.

L'auteur de l'agression, qui a été interpellé, "a sûrement cherché à se venger d'une exclusion temporaire du collège" Albert Schweitzer, a-t-on précisé de même source.

Le professeur avait en effet porté plainte mardi contre la jeune fille pour violences verbales.

L'affaire avait été classée par la police mais la direction de l'établissement avait décidé d'exclure la collégienne pendant sept jours.

Celle-ci est revenue mercredi matin dans l'établissement avec une barre de fer et une paire de ciseaux et a roué de coups le professeur avec lequel elle avait eu une altercation.

Un élève qui avait tenté de s'interposer a été également blessé.
avatar
Minervalis
Vicomte

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 861
Age : 58
Localisation : Lutèce
Affinités politiques : Anti-républicain, Anti-démocrate, Anti-parlementaire, Réactionnaire, Contre-Révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Ordre naturel le Lun 29 Mar 2010, 05:38

Et que fait ont de façon générale aux ''braves citoyens'' responsable de tels actes quand comme dans ce cas il n'est pas majeur.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Minervalis le Lun 29 Mar 2010, 08:40

Dans les pires des cas, un petit "rappel à la loi", voire une légère admonestation; il ne faut en effet pas traumatiser cette jeunesse dont la culture est souvent étrangère et donc supérieure à la nôtre: c'est à nous, anciens esclavagistes (entre autres) de faire des efforts de patience et de tolérance... Cela se comprend fort bien.
avatar
Minervalis
Vicomte

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 861
Age : 58
Localisation : Lutèce
Affinités politiques : Anti-républicain, Anti-démocrate, Anti-parlementaire, Réactionnaire, Contre-Révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mavendorf le Mar 13 Avr 2010, 19:38

Ces tragiques faits divers dans les écoles, montrent à quel point il va nous falloir redoubler d’efforts pour reconstruire dans l’esprit de la jeunesse française tout ce que l'éducation républicaine et nationale a détruit.

C'est une tâche immense qui va demander un effort particulier et considérable de tous les légitimistes. C’est bien pour cette raison que nous devons constamment nous former pour transmettre les bons principes à d’autres, afin d’occuper le terrain jusque dans le moindre hameau.

_________________
"Si j'avance, suivez moi; si je meurs, vengez moi; si je recule, tuez-moi" Henri de La Rochejaquelein
avatar
Mavendorf
Baron

Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 390
Age : 46
Localisation : Royaume de France
Affinités politiques : Royaliste Légitimiste

http://beaudricourt.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Pilipe31 le Dim 18 Avr 2010, 17:57

Mais il n'y a pas que les violences physiques ou les agressions qui sont terribles dans nos établissements scolaires... L'enseignement public est particulièrement touché par ce que notre Sa Sainteté nomme "les dictatures du relativisme et du conformisme", et malheureusement pour l'avenir de notre pays et de nos enfants, je ne peux que constater chez mes camarades un conformisme d'esprit soixante-huitard, marxiste, anticlérical et anticatholique. Mavendorf, il sera difficile de "reconstruire [...] la jeunesse française" tant qu'elle ne se rendra pas compte de sa propre misère ; pire, elle y persévère ! Elle ne se rend pas compte de son conditionnement voire de son formatage ; ce qui est parfaitement normal puisque l'Histoire est presque exclusivement enseignée par des professeurs gauchistes, avec toujours une vision positiviste des faits. Les jeunes pensent être libres, gobent tout un tas de bêtises mais n'arrivent pas à identifier en elles la cause de leurs tourments.

Pour ce qui est de la violence chez les plus démunis, le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] propose une vidéo très intéressante : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"L'escroquerie selon laquelle c'est la misère qui génère le crime est balayée par une étude sur la pauvreté publiée en 2009. Qui sont les vrais pauvres, où est la vraie misère dans ce pays ? Est-ce en Seine-Saint-Denis ? non, elle est dans le Cantal et dans la Creuse. Les formes de pauvreté les plus graves, la pauvreté monétaire, se trouvent dans le Cantal et dans la Creuse. Maintenant on en a la preuve. Des voitures brûlent-elles dans la Creuse ou dans le Cantal ? Y a-t-il des gens lynchés ? Cette histoire comme quoi c'est la misère qui génère le crime, elle est fausse depuis Victor Hugo, maintenant on le sait."

_________________
"Tout pour l'honneur"
avatar
Pilipe31
Ecuyer

Masculin
Lion Coq
Nombre de messages : 54
Age : 25
Localisation : Gascogne
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Ordre naturel le Ven 09 Mar 2012, 14:42

He bien oui tout expliquer par la misère est une façon pour l'Etat socialiste de justifier sa politique.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1079
Age : 102
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mer 05 Déc 2012, 20:26

SOS homophobie perd son agrément dans les écoles

Par Chloé Woitier Mis à jour le 04/12/2012 à 14:22 | publié le 04/12/2012 à 14:05

SOS homophobie est intervenu l'an dernier dans 533 collèges et lycées.

Le tribunal administratif estime que l'association, qui intervient régulièrement dans les établissements scolaires, a utilisé un document de travail peu équilibré et pouvant heurter les convictions religieuses.

Par une décision du tribunal administratif de Paris, l'association SOS homophobie a perdu le 23 novembre son agrément du ministère de l'Éducation nationale, qu'elle possédait depuis 2009. La Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC) avait engagé des poursuites en octobre 2009 contre elle après des interventions en classe qui avaient gêné certaines familles.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Jeu 13 Déc 2012, 18:44

On en revient au thème principal de ce sujet ; hélas !

Violences en hausse dans les lycées professionnels

Par Marie-Estelle Pech Mis à jour le 13/12/2012 à 16:08 | publié le 12/12/2012 à 15:05

Deux jeunes gens de 16 et 19 ans ont été placés en garde à vue, soupçonnés d'avoir jeté mardi une bouteille remplie d'acide chlorhydrique dans une classe d'un lycée professionnel d'Istres. Un incident loin d'être isolé.

Aussi choquante soit-elle, l'agression intervenue mardi dans une classe d'Istres est devenue commune dans les lycées professionnels. Un jeune homme de 19 ans a été placé en garde à vue mardi, soupçonné d'avoir jeté une bouteille remplie d'acide chlorhydrique et d'aluminium qui a explosé dans une classe de ce lycée professionnel d'Istres, faisant un blessé léger.

L'instigateur présumé de cette opération, «destinée à intimider le professeur» de cette classe, est un mineur, également placé en garde à vue.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Jeu 13 Déc 2012, 20:50

Oui... Je regretterai toujours de ne pas avoir eu ce genre de comportement quand j'étais Lycéen et plus encore quand j'étais Collégien. Il n'y a plus de professeurs mais des "entités enseignantes" qui font des études de "Pédagogie". A partir de là, il n'y a ni professeurs ni élèves. Ces derniers, sont devenus, pour le mieux des "aquoibonnistes" ( Boris Vian) et, plus souvent, des individus ayant des "droits" ( le Droit étant la pire prison de la création humaine). Dès lors, la nouvelles "entité apprenante" se doit d'être allergique à tout ce qui ne profite pas pour avoir "rémunération"....
Un summum vécu qui témoigne absolument du "jeune français" nouvelle génération:
J'ai offert des cours amicalement à une jeune fille de Terminale ES d'initiation à la Philosophie quand j'étais patron de Bar. Elle travaillait sur Platon en classe et ne connaîssait ni les genres de l'etre, la dialectique ascendante et descendante ou la Diairesis... Bon, le niveau de son "entité enseignante" était nul. Et puis, elle est venue une fois par semaine pour avoir des cours gratuits aux heures creuses...
Elle a eu 19/20 en philosophie au baccalauréat. J'ai eu droit a un chantage: "Maintenant, je t'ai rentabilisée et n'ai plus rien à faire de toi. Tu m'offres une double vodka tout de suite et quand je viens avec mes amis, c'est 20% de ristourne sur les consommations. Sinon, tu perds ma clientèle et celle de tous mes potes."
La gamine ne faisant ses 18 ans que le 03 Septembre de l'année en cours, j'ai bien sûr refusé. Je ne l'ai jamais revue que pour me faire un bras d'honneur quand je marchais dans une rue du village... Cette idiote n'a jamais su que j'avais commandé deux "girafes" pour faire un cocktail de ma création qui lui aurait été offert pour son anniversaire...
je crois que cet exemple témoigne de tout le mal qui arrive à la jeunesse de ce pays qui ne mérite plus aucune considération: Tout est immédiat; évènementiel. Rien ne s'inscrit et ne laisse trâce de sens ou d'habiter. Bien sûr, je sais qu'elle fait HEC comme françois Hollande et consorts ( apprendre à oser, quoi!). Qu'est-ce à dire? Qu'il ne faut pas donner une discipline de prestige à la fange? Qu'il faut garder pour soi le plus précieux?
La jeunesse de France est dressée au combat individuel ( la vie est un combat, il faut faire du Judo etc...) et à la déshérence civilisationnelle. Je ne sais pas... Toujours est-il que je ne veux plus revenir en "France"... Crying or Very sad

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mar 18 Déc 2012, 18:57

Calliope a écrit:Qu'est-ce à dire? Qu'il ne faut pas donner une discipline de prestige à la fange? Qu'il faut garder pour soi le plus précieux?
C'est une bonne question, mais bien compliquée et à laquelle il m'apparaît bien difficile de répondre définitivement ; personnellement, comme tu le sais, c'est sans doute plus la structure de l’Éducation nationale qui m'a fait dédaigner de vouloir persévérer à m'inscrire dedans. Pour compléter ce que tu as décrit très justement à propos de la création de pédagogues qui ne transmettent plus rien que la méthode la plus parfaite pour ne rien apprendre et en tirer fierté par-dessus le marché, je pense avoir constaté qu'on cherche de toute manière à recruter des professeurs qui sont mauvais, c'est-à-dire pour qui l'amour de leur discipline est secondaire et pour qui la soumission et le carriérisme passent avant tout. J'ai vu des étudiants qui rechignaient à lire les quelques ouvrages à étudier obtenir leurs concours. Parce que mon expérience m'a montré qu'on recrute sur un exercice de soumission ponctuel à des règles absurdes, plutôt que sur l'amour de la discipline et ses connaissances. A partir de là, on se retrouve avec une école faite d'une majorité de robots soumis à une entité totalitaire qui détruit tout processus de spiritualité. Il y a des exceptions bien sûr, mais toutes celles que j'ai eu la chance de croiser comme élève étaient d'une manière ou d'une autre en souffrance. J'ai le souvenir de mon professeur de philosophie qui nous disait de fuir l'éducation nationale, ou qui me racontait qu'il avait été convoqué chez la proviseur parce qu'il avait eu le malheur de faire lire du Proust avec du subjonctif imparfait à ses "élèves" ; j'ai le souvenir de mon professeur de français qui était quelqu'un de passionné, mais qui voyait bien que formalisme et structuralisme dévoraient l'enseignement de la littérature (chose que je n'ai que trop vu se confirmer à l'université, et qui explique largement la baisse de niveau irrémédiable des Humanités en général) ; j'ai encore le souvenir de ce professeur d'université spécialiste de Stendhal à qui j'avais écrit une lettre assez longue en réponse à une enquête de cours, et qui se révéla être d'accord avec mon analyse de l'université en décomposition. Nous avons vraiment un gros problème, et c'est bien possible que ces violences, comme tu le suggères Calliope, ne soient que la conséquence logique de la désintégration volontaire par les instances républicaines de toute volonté de transmission honnête du Savoir. Je demeure d'une certain façon reconnaissant à ces quelques professeurs qui m'ont ouvert certaines portes, en me demandant quelles sont toutes les horreurs qu'ils ont dû subir pour pouvoir demeurer dans ce système totalitaire et mécanique.

Et concernant le témoignage sur la jeune fille, c'est consternant d'avoir à constater encore une fois combien certaines personnes peuvent être sottes. Que dire de plus, sinon que je pense que ce genre de personne finit par récolter les fruits de sa méchanceté un jour ou l'autre.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Mar 18 Déc 2012, 19:16

Etre "jeune fille" devrait participer de la construction d'un évènement magnifique... Nous sommes nés "hommes" ,et, il fût un temps où je pensais que l'offrande du féminin au monde pouvait s'inscrire depuis une révélation du Vraie, d'une adhésion parfaite à la Vie... Dans un pseudo-monde où les "jeunes-filles" ont essayé tous les "sex-toys", y a t'il encore une place pour les hommes? Quand la gamine qui a pu jouer de l'art que tu lui a fait découvrir se soumet à HEC, as-tu le droit de te prononcer "homme"? Je ne crois pas... En France je n'ai pas su être le "témoin magnifique" que je rêvais être, à 17 ans, de la spiritualité universelle. Virtuellement, une épopée de la paix est sans doute possible. Aprés, il nous faut l'incarner depuis l'Immuable divin ( la personne du Roi), le prononcer harmonique des saisons. Peut-être celà est-il encore possible! Very Happy

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Mer 19 Déc 2012, 15:16

Les concours ( CAPES/ Agrégation) sont une hérésie totale que je n'ai JAMAIS voulu passer: De qui se moque t'on? L'Université qui a 1000 ans décerne des titres qui doivent être validés pa le régime de la république? Je crois rêver! Vos "concours" pour être "fonctionnaire" sont une offense à la Vérité. En Allemagne, il y a des listes d'aptitudes, en Suisse c'est recrutement depuis des aptitudes validées depuis des diplômes...
Il n'y a qu'en France où il faut des concours! Quand j'étais "entité enseignante", j'ai eu un "collègue" agrégé qui n'avait pas le Bac et avait été réformé P4 ( troubles psychologiques graves) de l'armée. Simplement, il avait été sportif de trés haut-niveau( surfeur!) et donc dispensé de tout diplômes pour passer les concours qu'il a réussi!!! Bon, avec ses collègues, il avait crée un "autre"types de concours: Celui du professeur qui ramonerarait le plus de chattes inexplorées ( entendez par là la défloration de Lycéennes...). Pitoyable! Dire que j'ai payé des impôts en France!!! Embarassed

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mer 19 Déc 2012, 19:57

Calliope a écrit:Quand la gamine qui a pu jouer de l'art que tu lui a fait découvrir se soumet à HEC, as-tu le droit de te prononcer "homme"? Je ne crois pas... En France je n'ai pas su être le "témoin magnifique" que je rêvais être, à 17 ans, de la spiritualité universelle. Virtuellement, une épopée de la paix est sans doute possible. Aprés, il nous faut l'incarner depuis l'Immuable divin ( la personne du Roi), le prononcer harmonique des saisons. Peut-être celà est-il encore possible!
Très franchement Calliope, l'échec est très clairement de son côté et pas du tiens à mon avis ; du simple fait qu'elle a triché dès le départ et qu'elle n'a pas échangé avec sincérité, il n'était pas possible de faire plus pour elle que ce que tu as proposé et accompli très généreusement. C'est effectivement triste, mais en religion c'est la même chose, on essuie bien des déceptions du fait que l'homme est libre de persister dans l'erreur et dans l'errance ; l'accès à la Vérité et au Beau, cela nécessite toujours une part de chemin accomplie par l'individu concerné, et personne ne peut le faire à sa place.

Calliope a écrit:Les concours ( CAPES/ Agrégation) sont une hérésie totale que je n'ai JAMAIS voulu passer
J'ai passé une fois le Cafep (le Capes destiné au privé, mais comme c'est sous contrat le concours est exactement le même du reste), surtout pour faire plaisir à mes parents ; il en est résulté un reçu d'admissibilité qui traîne dans une pile d'autres papiers. Ça ne m'a jamais dérangé de passer un écrit, après tout celui du Capes n'est jamais qu'une vérification des connaissances générales sur l'un des trois grands genres, le roman, la poésie ou le théâtre ; cette année où j'ai réussi l'écrit, c'était tombé sur la poésie, qui n'est pas mon genre de prédilection pourtant. Par contre concernant l'oral, je n'ai jamais réussi à me forcer ni à faire semblant ; autant je parviens toujours à marquer du recul à l'écrit, autant en personne je ne sais pas le faire. C'est en cette occasion que le mot concours prend tout son sens dérisoire et irrespectueux des étudiants sincères, celui de loterie. Commenter un texte reçu au hasard après une petite demie-heure de réflexion, selon des méthodes reçues à l'IUFM (où je n'avais pas mis les pieds) : bon, je crois que les gens que j'avais en face de moi ont très bien compris que je n'adhérais pas du tout à cette connerie et à cette forfanterie. Je pense sincèrement que les Allemands et les Suisses ont bien de la chance à cet égard ; je crois que mon mémoire de maîtrise de 200 pages à 17/20 sur un sujet littéraire, historique et politique, vaut autrement plus de considération qu'un jeu de loterie méprisant pour ceux qui ne trichent pas. Résultat, on se retrouve avec des professeurs pitoyables comme ceux que tu évoques ; tout le monde est perdant, le pays comme les élèves. C'est ça la république, tout l'art de mettre en l'air des aptitudes réelles, de promouvoir des médiocres, parce que mieux vaut récompenser la servilité que la connaissance réelle.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par FLF_BZH le Mer 19 Déc 2012, 22:53

Dire que je me destine à l'enseignement..... Plutôt et prioritairement l'histoire, mais dans le supérieur; enseigner cette discipline dans le secondaire ne m'attire plus pour des raisons que vous comprendrez assez facilement (par contre, enseigner l'allemand, j'y suis moins réticent). De plus, ça s'est complexifié pour devenir enseignant dans le secondaire: il y a depuis peu des masters spécialisés enseignement dans chaque discipline, et il faut avoir à la fois le master et le concours (capes/cafep) il me semble pour enseigner; et ça a l'air compliqué le fonctionnement de ces masters ! Et autre chose: pour le concours lui-même, il y figure une drôle d'épreuve (à laquelle les étudiants sont préparés dans leur cursus de master) intitulée "agir en fonctionnaire de l’État de façon éthique et responsable"... Il y en a de ces choses, et cet exemple n'est qu'une aberration parmi d'autres; et dire qu'il s'agit de former les élèves et les étudiants... La situation n'est pas prêt de s'améliorer.

_________________
Potius mori quam foedari
Kentoc'h mervel eget bezañ saotret
avatar
FLF_BZH
Ecuyer

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 71
Age : 27
Localisation : Bretagne

http://royalistesbretons.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Jeu 20 Déc 2012, 14:15

Bonjour FLF_BZH: Effectivement, les choses se sont modifiées dans le secondaire. J'ai appris, par exemple, qu'environ les 2/3 des étudiants de Toulouse II Le Mirail étaient inscrits en "Pédagogie". Je ne comprends pas qu'il puisse s'agir là d'une discipline à part entière. Le travail d'un "vrai" professeur devrait de servir une discipline qu'il aime en la transmettant à la jeunesse.
Mettre la "pédagogie" au rang de discipline à part entière, c'est considérer que le vecteur du savoir est plus important que le savoir lui-même. C'est là la politique existentialiste " droit-de-l'hommiste": Le réseau est plus important que ce qui y circule. je me souviens d'un certain Daniel Parrochia ( Professeur hors classe à Lyon III) qui affirmait que la communication établie était une chose en soi qui ne méritait aucune validation de sens ou de raison. Désincarnation du sujet et du sens au profit de l'immédiat du réseau évanescent, omni-présent et omnipotent qui se justifie et s'auto-légitime en dehors de toute question morale, éthique ou philosophique. Je crains que la "pédagogie" ne soit que la servante de ce genre de conception du monde...
J'ai vu qu'en France le Deug était devenu "pluri-disciplinaire", que la Licence était spécialisée et que la suite était "pédagogique" pour y devenir "enseignant". Est-ce à dire qu'un professeur d'histoire, de philosophie ou de Langue n'a étudié qu'une seule année la discipline qu'il enseigne? Là, je suis trés inquiet!
C'est moche... L'Université ( fille aînée des Rois de France) est salie, violée. Pourtant, qu'est-ce que j'ai pu l'aimer! Si vous pouvez la servir depuis une noble discipline, alors, faîtes-le! Je rêve d'un jour où elle renaîtra à elle-même lin de tous les tordus qui la souillent! Wink

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Ven 21 Déc 2012, 20:28

Puisque ce sujet s'intéresse autant aux violences physiques, morales, qu'aux dérives de l'Education nationale, allons-y pour le bilan du Figaro sur Peillon :

Vincent Peillon : élève appliqué mais brouillon

Par Marie-Estelle Pech, Caroline Beyer Publié le 19/12/2012 à 21:35

Le ministre de l'Éducation, qui a lancé à la rentrée une énième «refondation de l'école», vient de rendre son projet de loi. Une bonne raison d'évaluer son premier trimestre.

Pour ses grands débuts de ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon avait commencé tambour battant. Au lendemain de sa nomination, il proclamait le retour à la semaine de quatre jours et demi à l'école primaire pour 2013, avant d'être sèchement repris par Jean-Marc Ayrault. Il ne faut pas oublier de «concerter»,lui avait-il en substance été indiqué. Le casse-tête administratif et financier que représente une telle réforme lui avait-il échappé? À ce jour, cette dernière a été partiellement reportée.

Cet été, il annonçait que les vacances de la Toussaint seraient allongées, au risque de susciter l'incompréhension dans l'opinion, puisque les spécialistes du sujet ne cessent de répéter que les élèves français ont trop peu de jours de classe. Début septembre, il s'exprimait un peu vite sur un possible «zonage des vacances d'été». Les annonces font souvent pschitt, tant l'Éducation nationale a une capacité à faire le dos rond, le temps que les orages passent…

Une énième «refondation de l'école» a été proposée à tout le gratin de l'Éducation nationale, réuni à la Sorbonne, en octobre, en présence de François Hollande. De ce grand raout sont sorties quelques «mesures annonces» dont on ne peut pas franchement dire qu'elles sont révolutionnaires: les devoirs pris en charge par les enseignants, davantage d'élèves de zones défavorisées scolarisés avant trois ans, la fin de la notation-sanction, un nouveau plan de lutte contre la violence scolaire…

Une méthode fondée sur le consensus

Mais la méthode Peillon, faite de consensus, fonctionne malgré tout auprès des syndicats et autres spécialistes de l'Éducation nationale, comme l'atteste l'adoption du projet de loi la semaine dernière au Conseil supérieur de l'éducation. Ancien enseignant, agrégé de philosophie, le ministre fait partie du sérail et rassure. Sa câlinothéraphie séduit. Il suffit de se promener dans les couloirs du ministère pour voir et entendre des mines réjouies au sujet d'un homme «qui aime vraiment les enseignants» et qui «sait leur parler». Outre les 43.000 recrutements annoncés - pour 22.100 départs à la retraite -, il leur a promis de rétablir dès la rentrée 2013 une formation. D'augmentation salariale, en revanche, il n'est pas question…

Sa capacité à flatter la fibre républicaine des enseignants est un indéniable succès. Avec la création des cours de «morale laïque», ce lettré qui cite volontiers Michelet, Quinet, Victor Hugo ou Jules Ferry a marqué des points auprès de l'opinion, au-delà même de son propre camp.

Candidat idéal aux «couacs gouvernementaux»

Invité quasi quotidien des médias, Vincent Peillon a le verbe haut, ce qui fait de lui le candidat idéal aux «couacs gouvernementaux». Ses déclarations intempestives sont-elles vraiment involontaires? Numéro trois du gouvernement Ayrault, le ministre Peillon pourrait bien briguer Matignon et apprécie les projecteurs. «Si on était un ballet, il serait notre danseur étoile», indiquait à son sujet Benoît Hamon, son collègue au gouvernement, dans Libération.

Il dispose de nombreux atouts dans sa main. Avec un budget de 44,5 milliards d'euros, hors dépenses de retraites (+0,6%), l'Éducation nationale fait partie des ministères préservés. Les syndicats enseignants sont aux anges. N'est-ce pas le moment de négocier des réformes d'importance, surtout en première partie de législature? Évoqué en début de mandat par le ministre, le raccourcissement des vacances d'été, qui fâcherait les enseignants, est soigneusement mis de côté. Et il reste flou lorsqu'il promet pour 2014 de réformer la carte scolaire ou de modifier le temps de travail des enseignants. «Nous ne pouvons pas ouvrir tous les chantiers en même temps. Patience», répond-on au ministère.

• Morale laïque

La morale laïque… Voilà un sujet sur lequel peuvent se retrouver droite et gauche. Elle sera enseignée et évaluée, a promis le ministre. Mais, sur le terrain, la morale laïque ne passe pas toujours bien. Où va-t-on trouver les heures? Les enseignements d'histoire ou d'éducation civique ne suffisent-ils pas? Sans parler du mot «morale», qui gêne parfois les enseignants… Dans l'esprit du ministre, il s'agit davantage de «laïcité». Il se propose d'éclairer les professeurs, souvent confrontés aux communautarismes, sur le sens de ce terme, qui ne doit aucunement se résumer à «la neutralité».

Le philosophe Abdennour Bidar a présenté ses conclusions le 11 décembre devant le Haut Conseil à l'intégration. Son ouvragePour une pédagogie de la laïcité à l'école, conçu comme un support à destination des enseignants, est préfacé par le ministre.

• Rythmes scolaires

Sujet grand public, la réforme des rythmes scolaires a suscité de nombreux coups d'éclat du ministre. Dès sa prise de fonction, il avait promis aux écoliers une journée scolaire allégée et riche d'activités péri éducatives, annonçant le retour de la semaine de quatre jours et demi dans toutes les communes pour 2013. Les collectivités ont crié au manque de moyens et les syndicats de professeurs ont dénoncé un accroissement des inégalités territoriales.

À tel point que François Hollande a choisi de lâcher du lest aux maires de France en leur laissant le choix de mettre en œuvre la réforme en 2013 ou 2014. Le gouvernement espère que la moitié des élèves et «le plus possible de communes» auront basculé dans la réforme dès la rentrée prochaine. Un fonds d'amorçage incitatif d'un montant de 250 millions d'euros a ainsi été annoncé par François Hollande. Mercredi, les maires ont reçu les détails de ce soutien étatique.

Les communes qui auront adopté la réforme dès 2013 seront indifféremment soutenues, à raison de 50 euros par élève - sachant que le coût supplémentaire de la réforme est évalué à 150 euros annuels par enfant. En plus de cette somme, les communes les plus fragiles recevront 40 euros par écolier. Les collectivités ont accueilli cette décision avec satisfaction. La «petite rallonge» promise par Vincent Peillon, dont le montant n'a pas encore été précisé, devrait achever de les convaincre…

Reste que le bien-être des enfants est passé en arrière-plan. Le raccourcissement des vacances d'été qui permettrait réellement de décharger les journées de plus d'une demi-heure n'est clairement plus une priorité.

• Statut des enseignants

Après avoir choyé les enseignants ces derniers mois à coups de multiplications des postes et de concertations en tous genres, Vincent Peillon a pris tout le monde à rebours en annonçant la semaine dernière une hausse des salaires des professeurs liée à une possible évolution de leurs statuts.

Prêt à ouvrir des discussions sur «la refondation du métier d'enseignant», il affirme que la conséquence d'une discussion sur le métier est «évidemment une question salariale». Le ministre cite le modèle allemand et note que les professeurs y sont payés 20% de plus qu'en France, mais avec davantage d'heures de cours. Tient-il enfin avec ce sujet sa vraie grande réforme? «C'est une réforme fondamentale qui est sur la table. Nous en sommes convaincus. Elle sera débattue courant 2013», affirme-t-on dans son entourage.

Le dossier est des plus délicats, les ministres précédents ont d'ailleurs fini par l'esquiver ou l'enterrer par peur d'une bronca syndicale. François Hollande ne l'avait d'ailleurs pas abordé pendant sa campagne électorale. Il s'agit pourtant d'une question essentielle: les obligations de service des professeurs sont encadrées par les mêmes décrets depuis 1950, alors que le métier et la société ont considérablement évolué. Mais avec quels moyens peut-il manœuvrer, alors que le gouvernement n'a cessé de rappeler que les enseignants seraient plus nombreux mais ne gagneraient pas plus?

Pour le moment, rien n'est décidé. Sur ce sujet à la fois très technique et explosif politiquement parlant, le professeur Peillon est attendu au tournant. Au-delà des bonnes intentions.

• Relations avec les syndicats

Avec 41 voix pour, 9 contre et 16 abstentions (parmi lesquelles la FSU et la Peep) le projet de loi sur l'école a reçu le 14 décembre un avis largement favorable du conseil supérieur de l'éducation (CSE).

Le texte a réussi le tour de force de rassembler dans le même camp, Sgen et Snalc, deux syndicats symbolisant le clivage entre «pédagos» et «républicains»…

«Outre la transmission des connaissances, la nation fixe comme mission première à l'école de faire partager aux élèves les valeurs de la République». «Cette phrase du texte justifiait à elle seule que l'on se prononce pour», résume Albert-Jean Mougin, vice-président du Snalc.

Mais l'état de grâce vit peut-être ses dernières heures. Les décrets et circulaires qui viendront préciser le texte - les premiers concerneront les rythmes scolaires et la création des écoles supérieures du professorat et de l'éducation -, promettent des négociations musclées. Et déjà, les mots de Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa, syndicat réformiste, se font durs. S'il adhère à la pensée du ministre, il remet en cause la méthode, dénonçant sur le dossier des rythmes scolaires «atermoiements, hésitations et volte-face… Autant de signes d'une grande impréparation». «Nous voulons un calendrier des négociations à venir», poursuit-il avant de mettre en garde le ministre d'une grogne qui monte sur le terrain.

«Ces organisations qui se plaignent de ne pas être consultées sont celles qui pratiquent le plus l'antichambre ministérielle», glisse un syndicaliste. Et dans ce jeu de négociation très codifié, «il n'y a plus guère que la FCPE qui soutient aveuglément le ministre», s'amuse un autre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mer 02 Jan 2013, 21:24

A propos de la violence dans les établissements scolaires ou plus simplement entre enfants, il semble que cela peut commencer de plus en plus tôt et même avant l'école. De quoi fortement encourager à bien prendre garde à qui on confie ses enfants, pour quelque durée que ce soit.

Un enfant agressé par un autre dans une crèche en Moselle

Par Caroline Beyer Mis à jour le 28/12/2012 à 06:48 | publié le 27/12/2012 à 15:54

Pendant la sieste, en l'absence d'adultes, un enfant de 17 mois a subi les violences d'un garçon de 2 ans. Ses parents portent plainte contre la structure semi-publique, située à Behren-lès-Forbach.

Traces de morsures sur le front et les bras, ecchymoses autour des yeux, boursouflure de la lèvre supérieure… C'est dans cet état que, le 18 décembre, un père a récupéré son enfant de 17 mois, à la crèche People and Baby de Behren-lès-Forbach, en Moselle. La petite victime s'est fait littéralement tabasser par un garçon de 2 ans, pendant la sieste, sans que l'équipe de professionnels s'en aperçoive.

L'assistante maternelle qui surveillait le dortoir a expliqué qu'elle avait dû sortir lorsqu'un parent est venu récupérer son enfant. Elle a ensuite été alertée par les cris. La crèche n'a pas averti la famille, la directrice rapportant qu'elle n'avait pas remis la main sur leur numéro de téléphone…

Après avoir constaté l'étendue des blessures chez le pédiatre, les parents, Patrick et Caroline Toriello, ont porté plainte contre la crèche au commissariat de Behren-lès-Forbach. Dans Le Républicain lorrain , la mère dit avoir tenté de joindre la crèche à plusieurs reprises dans la journée pour prendre des nouvelles de son fils, qui pleurait le matin, sans succès. Ils dénoncent une situation de désordre administratif liée à un changement de structure deux semaines plus tôt.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mar 29 Avr 2014, 18:53

Un directeur d'école sur deux agressé par des parents

       Par Isabelle Raynaud
       Mis à jour le 29/04/2014 à 09:40
       Publié le 29/04/2014 à 08:41

Une étude montre que les rapports entre parents et corps enseignant se tendent. Les professeurs sont de plus en plus méfiants face à l'augmentation des agressions.

49% des directeurs d'écoles élémentaires et maternelles déclarent avoir été agressés, verbalement ou physiquement par des parents d'élèves pendant l'année scolaire 2012-2013, selon une étude auprès de 4000 directeurs, réalisée par Georges Fotinos, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale et chercheur associé à l'Observatoire international de la violence à l'école.

Les directeurs agressés se disent principalement victimes de harcèlement (38,6%), viennent ensuite les menaces (26,7%), les insultes (23,1%) et les coups (0,7%), révèle ce mardi Le Parisien . Les parents reprochent en premier lieu (53,3%) aux directeurs, et plus largement aux enseignants, les sanctions infligées à leurs enfants. Les professeurs notent que de plus en plus d'élèves ne font plus leur punition, avec le soutien de leur famille. Les autres différends concernent la surveillance et la maltraitance entre élèves (45,4%) ainsi que les résultats et les difficultés scolaires (33,1%).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mer 14 Mai 2014, 19:25

Un exemple de l'école comme lieu de décérébration :


Lycées: l’académie de Nantes invite les garçons à se mettre en jupe le 16 mai

   Par Julie-Anne De Queiroz
   Publié le 14/05/2014 à 10:51

Entre autres mesures pour lutter contre les discriminations, les filles mais aussi les garçons sont invités à venir au lycée en jupe. Une mesure qui fait débat.

Tous en jupe au lycée. Telle est l’idée de la journée «ce que soulève la jupe», qui aura lieu dans 27 lycées de l’académie de Nantes le 16 mai prochain. Inscrite noir sur blanc dans un communiqué de l’académie, la mesure ne fait pas l’unanimité, c’est le moins que l’on puisse dire.

Il s’agit d’une initiative «100 % lycéenne» insiste l’académie, l’action ayant été imaginée et proposée par les élus au conseil de vie lycéenne pour lutter contre les discriminations. Reste qu’elle est soutenue par l’académie, et donc de facto par le ministère de l’Education nationale. Le rectorat est en effet libre de valider ou non les projets présentés dans le cadre des conseils académiques de vie lycéenne.

Des parents «pas tous au courant»


Cette journée d’action du 16 mai n’est pas la première édition de cette initiative surprenante. Une manifestation similaire a déjà eu lieu, sans faire de vague, le 12 avril 2013. Déjà, les garçons étaient invités à venir en jupe au lycée, et différentes actions (cafés citoyen, débats…) étaient organisés dans les établissements scolaires. 20 lycées de l’académie avaient alors répondu à l’appel.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 36
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum