La question royale et sa réponse...

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La question royale et sa réponse...

Message par lulo le Lun 03 Aoû 2009, 22:39

"Quant à moi je ne me considère en aucun cas comme un "traître" ou un "Alliance royale", juste un serviteur de Dieu et du Roi qui n'attend que son retour pour enfin redresser la France et la voir revenir vers ses vraies valeurs."

Et vous croyez que vous contribuez au redressement de la France, en apportant votre soutien aux ennemis pratiques de Dieu (refus du règne social de NSJC) et du Roi (volonté de "choisir" le monarque)?

"Mais, à mon sens, il ne peut s'agir d'un seul combat."

Parce que vous vous trompez lourdement: les légitimistes ne se battent pas pour la monarchie en général, ou pour un "prétendant", mais pour les seules insitutions capables d'assurer le bien commun. Comme à beaucoup de royalistes, cet aspect fondamental vous échappe, tout comme la perversité de la Révolution, la science politique, etc...
Vous êtes prêt à suivre n'importe qui, du moment qu'on vous montre ce que vous attendez...

"Toutes les volontés sont le bienvenue."

Oui, à condition que les volontés soient conduites par l'intelligence, soumise au réel...
La bonne volonté, mais soumise à ses propres caprices, ne peut donner que l'inverse de son intention: nous le voyons trop avec l'AR...

"Quant à la Vérité, seul Dieu la détient."

Ce n'est pas un argument... En tant que catholique, vous devriez savoir que Dieu a crée, dans Son infinie sagesse, les vérités naturelles, accessibles à tout homme (par la science politique, dans notre domaine), et les vérités révélées, tranmises par l'Eglise.
Votre phrase n'est qu'une excuse pour ne surtout rien changer à une manière de faire paresseuse dont 150 ans d'expérience nous montrent la vanité: le combat est intellectuel aujourd'hui, et ceux qui ne veulent pas se donner cette peine ne font que se leurrer.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question royale et sa réponse...

Message par Alain le Mar 04 Aoû 2009, 00:20

Vous êtes tous insupportables de bêtises... Et le pire, c'est que dans ma suprême naïveté, je ne parviens pas à avoir de rancoeur à votre endroit si "statique". Calmez-vous donc tous! Il était une fois et donc nous serons tous "habités"... Simplement, le sens des concepts; le "vivre" des traditions; la matérialisation conceptuelle de l'Idée, nous sépare. Même si nous espérons chacun pouvoir accueillir le traît de cette dernière depuis des motifs essentiels différents (?).
Pardon... Mais il me faut oeuvrer dans un sens de réconciliation depuis la joie du construire ( même si vous êtes tous bien fastidieux et matérialistes...Et oui!). Mais cessez adhérez à l'élan qui peut conjuguer- non un "vivre ensemble" - mais un être ensemble onto-théologique prêtant écoute à l'essence de l'Esprit européen et au caractère sacré de France! Le traît dogmatique de toute imposition de Sens doit laisser être la saine Nature de l'advenir de l'objective pensée... Autant laisser être cette dynamique! Ce qui doit Etre se doit moralement d'advenir. La réalité de de mon ignorance quant à la question du destin ne doit, en aucun cas, vous autoriser à produire de la division... Et, laissez donc mon "Kant-à-moi" libre de votre joug autoritaire!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question royale et sa réponse...

Message par Ingomer le Mar 04 Aoû 2009, 08:33

"Seulement à l'AR il y a des gens de bonne volonté"

La bonne volonté, la sincérité ne font pas la vérité. Seule la défense de la Vérité mérite notre combat, "le reste c'est du temps perdu" pour reprendre l'expression du Saint Curé d'Ars dont nous fêtons cette année le 150e anniversaire de la mort.

La citation exacte pour ceux que cela intéresse (où, pour reprendre un débat récent sur Kant qui prétendait que l'on ne pouvait pas connaître Dieu... le Saint Curé précise l'exact contraire) :

"Qu'il est beau, qu'il est grand de connaître, d'aimer et de servir Dieu, nous n'avons que cela à faire en ce monde. Tout ce que nous faisons en dehors de cela est du temps perdu" (Saint Curé d'Ars Jean-Marie Vianney, in A. Monnin, Esprit du Curé d'Ars, M.Vianney dans ses catéchismes, ses homélies et sa conversation, Paris, 1864, 7ème édition, 1873, p. 64-65).

Nous ne nous battons pas pour une personne, mais pour une institution.

Oui, nous nous battons pour des principes.

Magnifique réponse de Lulo, comme d'habitude, qui recadre les choses.

@
Quant à moi je ne me considère en aucun cas comme un "traître" ou un "Alliance royale", juste un serviteur de Dieu et du Roi qui n'attend que son retour pour enfin redresser la France et la voir revenir vers ses vraies valeurs. Mais, à mon sens, il ne peut s'agir d'un seul combat. Toutes les volontés sont le bienvenue.

Certes, c'est très bien, mais nous n'avons pas le droit de prendre n'importe quel moyen pour la défense de la vérité car la fin ne justifie et ne sanctifie encore moins les moyens... Nous sommes catholiques, Dieu d'abord, il y a des principes non négociables, comme le principe d'autorité, le principe de souveraineté, d'où émane la souveraineté, si vous faites un compromis avec les démocrates vous tombez dans l'hérésie de la souveraineté qui prétend résider dans l'homme pour restaurer ensuite les droits de Dieu... Bref, c'est exactement comme prétendre aller enfer pour restaurer le paradis.
avatar
Ingomer
Banni

Masculin
Nombre de messages : 37
Affinités politiques : Légitimiste

http://christroi.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question royale et sa réponse...

Message par Mickaelus le Mar 04 Aoû 2009, 15:45

Je crois qu'il n'est pas très utile de trop se fatiguer à propos du soutien de V.F.H.78 à l'Alliance Royale, dès lors qu'il s'agit de quelque chose d'à la fois inconditionnel et irraisonné : il ne veut pas être convaincu - par naïveté ou par calcul, je ne sais pas. Ce qu'il faut par contre c'est bien souligner la complète incompatibilité de sa position avec la pensée légitimiste, par égard pour les lecteurs qui découvrent cette pensée et ne doivent pas être induits en erreur. Et c'est là tout le danger que constituent ces prétendus légitimistes qui soutiennent ce parti : faire croire par un exemple perfide (car je crois que c'est calculé par nos ennemis, même s'il y a aussi des naïfs qui se font utiliser je n'en doute pas) qu'on peut être légitimiste tout en soutenant un groupe qui nie à la fois l'origine du pouvoir par Dieu, la nature entière de la souveraineté indivisible et les règles de succession. Excusez du peu ! A ce tarif-là, et s'il s'agit simplement de gens bien intentionnés et d'améliorer un peu les choses, pourquoi ne pas dire la même chose des royalistes du MPF et du FN ? Il n'y a aucune différence, sinon d'intensité. On aura bien du mal à me faire croire qu'on peut se battre pour une tradition en intégrant des groupes qui proposent des notions tout à fait contraires. Ou bien les légitimistes auraient dû accueillir à bras ouverts les Napoléon et Louis-Philippe... La chimère, c'est de croire qu'on va œuvrer pour la tradition française en favorisant des groupes, mouvements, partis, qui en sont l'ennemi. Je sais, malheureusement, trop bien la raison de ces dévoiements : c'est le désespoir et la lâcheté. On se préoccupe plus de son petit confort moderne que de réfléchir à une vraie résistance ; il est certain qu'un sous-royalisme soumis aux urnes, en comparaison du légitimisme traditionnel défendu par les Vendéens avec leurs vies, fait pitié. C'est d'ailleurs le même comportement des catholiques, la lâcheté, qui a fait les beaux jours de la république. Alors, oui, nous sommes dans une situation catastrophique. Est-ce une raison pour brader notre honneur ? Non, mille fois non, car il n'y a que nos espoirs et nos prières qui font encore vivre un peu l'âme de la France.

Calliope a écrit:La réalité de de mon ignorance quant à la question du destin ne doit, en aucun cas, vous autoriser à produire de la division... Et, laissez donc mon "Kant-à-moi" libre de votre joug autoritaire!
J'avais pourtant l'impression d'avoir été simple et clair dans l'autre message. Ce qui produit de la division vis-à-vis de la perpétuation de l'héritage philosophique et politique de la France, c'est le comportement de ceux qui, par orgueil, ne conçoivent pas que l'essence de la tradition historique et religieuse de leur nation ne soit pas compatible avec leurs goûts et opinions personnels (Kant en ce qui te concerne). C'est une conception relativiste qui est impensable par rapport au légitimisme qui est lui fidélité. Réclamer que les conceptions catholiques et kantiennes soient mises sur un pied d'égalité, c'est du pur esprit républicain et démocratique (surtout qu'au niveau politique, il suffit de taper "Kant+Révolution française" dans Google pour constater que ce monsieur est au moins ambigu), c'est l'essence même de la laïcité républicaine... Le problème n'est pas que tu apprécies Kant ou le jargon philosophique à titre privé, mais de nier que la France est née et a vécu comme un royaume catholique, et qu'elle ait besoin de cette religion d'État pour sa cohérence civilisationnelle. Si on ne veut pas de cela, on peut faire ce choix : mais il ne faut plus réclamer le beau nom de Français !

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question royale et sa réponse...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum