SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Mer 24 Fév 2010, 19:35

C'est le titre d'un article de l'abbé Laguérie, supérieur de l'Institut du Bon Pasteur:

http://blog.institutdubonpasteur.org/spip.php?article117

Biographie de l'auteur:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Lagu%C3%A9rie

Le début est fort juste, avec l'amalgame épiscopal entre traditionalisme et maurrassisme, intenable du simple point du vue du réel...

L'hommage à ses analyses ou à son talent littéraire sont une simple opinion, que beaucoup de légitimistes sont loin de partager!

La critique du nationalisme est assez juste, quoique un peu trop sommaire et schématique. Quant à la phrase: "Aucun concept, surtout érigé en absolu, ne rendra jamais compte de la réalité", elle paraît erronée, au regard des enseignements de la providence naturelle: le relativisme temporel est aussi absurde que son pendant spirituel.

Le problème se trouve à la fin.

La nation est une réalité incontournable, vitale, splendide et décisive, certes.

Oui, à la condition de ne la prendre que pour ce qu'elle est, surtout dans l'ordre politique...

Parce que la France s’est constituée plus vite que les autres et compte dans son histoire une série de génies insurpassables, elle n’a pas échappé à cette maladie funeste qui fait de soi une totalité, s’érige en absolu, et s’identifie au Léviathan.

La France ne s'est pas constituée (sous-entendu, toute seule), elle a été constituée par la volonté royale: il n'y a pas de nation sans volonté politique.
Et c'est à partir de là que le discours part dans la pure fantaisie historique... Il est absurde, car contraire aux faits, de dire que la monarchie a versé dans l'autonomie: c'est tout à fait à l'opposé de l'esprit de ses institutions.


Et ça nous a pris très tôt ! La monarchie française, dès la fin de la guerre de 100 ans, telle une femme qui se contemple dans le miroir, n’aura de cesse que de se trouver belle, de ruiner sa féodalité, d’abaisser les corps intermédiaires, d’absolutiser le pouvoir, de centraliser à outrance.

On retrouve tout à fait le discours des historiens catholiques du XIX°siècle, mâtiné de romantisme et d'influences révolutionnaires... Le problème est que ces données sont contredites par un siècle et demi de recherches historiques!
L'abaissement de la féodalité a été un vecteur d'augmentation du bien commun.
L' "absolutisation" du pouvoir a commencé... avec les Capétiens! Elle correspond exactement aux exigences naturelles et révélées:

http://www.viveleroy.fr/article67.html

L' "abaissement des corps intermédiaires" est ridicule, d'abord parce que les corps intermédiaires ne possèdent pas la souveraineté, et ensuite parce que leur marge d'autonomie a certes varié, mais a toujours été respectée en principe. Le contrôle de l'Etat sur ceux-ci leur a été largement bénéfique, avec les intendants.

La "centralisation à outrance" n'existe tout simplement pas avant 1789... L'action centralisatrice des rois a eu pour effet une meilleure pratique du bien commun, adaptée aux évolutions de la société: n'oublions pas que la majorité des Français, jusqu'en 1789, n'a jamais eu, dans toute sa vie, affaire directement à l'Etat!


Le jacobinisme, le plus visiblement sanguinaire des nationalismes, a ses racines dans le pré carré de Louis XI, chez Richelieu, chez Louis XIV et bien d’autres.

C'est faux, parce que l'esprit des institutions et des hommes d'Etat est radicalement opposé au nationalisme autonome.


Ca nous donnera le triste privilège d’avoir créé l’Etat moderne et de l’exporter depuis dans le monde entier.

Encore faux, à cause de la différence d'esprit des institutions: la monarchie reste axée sur l'hétéronomie jusqu'en 1789, sans aucune discontinuité.


Robespierre : un nationaliste. Bonaparte : un nationaliste ("j’ai un budget de 100 000 hommes par an"). Bismarck : un nationaliste. Mussolini, Hitler, et même Staline, pour les besoins du moment : des nationalistes. Quinze années de ravage de l’Europe par Napoléon et deux guerres mondiales : voilà à quoi on a fait servir le nationalisme. La ruine de la civilisation chrétienne.

C'est d'autant plus vrai que le nationalisme EST un des aspects de la Révolution.


Résultat des courses, la fille ainée de l’Eglise a le triste privilège de n’avoir participé (ou peu s’en faut) à aucun combat pour le nom chrétien, pour l’Eglise ("la seule internationale qui tienne") depuis les croisades de son seul roi canonisé.

Le classique reproche des historiens catholiques du XIX°s., qui pèsent tout à l'aune de l'ultramontanisme théocratique de leur temps, en bafouant allègrement au passage les impératifs de l'ordre temporel, et sa distinction du spirituel.

Elle avait autre chose à faire, pensez ! Travailler à sa propre hégémonie, renforcer son pouvoir, piller les richesses de l’Italie, puis celle de l’Egypte.

Les rois de France ont travaillé au bien commun de leurs peuples, précisément pour leur faciliter le salut éternel. C'est-à-dire la mission que l'Eglise assigne justement aux gouvernements temporels.

S’allier aux turcs contre le Saint Empire.

Les nécessités de la politique étrangère ne sont de la compétence que des seuls souverains... Le chef des Etats de l'Eglise l'a appris à ses dépens: l'alliance avec Charles Quint lui a juste rapporté le sac de Rome...

Etre absente à Lépante.

Quid des guerres de Religion? Il fallait laisser le champ libre aux huguenots?

Laisser crouler l’empire d’orient (la plus forte armée du monde après celle de Mahomet II était celle de Charles VII le mal-nommé "Victorieux").

Quid de la disponibilité des forces armées au moment de la bataille de Castillon?

Complètement absente de l’évangélisation du nouveau continent

Quelle est la présence française dans le Nouveau Monde avant le XVII° siècle???

et ne débarquant en Algérie que pour de basses questions financières...

La décence veut qu'on ne mette pas sur le dos de Charles X l'action de ses successeurs de fait...

Restons-en là! La théologie a beau être supérieure aux sciences humaines, être théologien ne veut pas dire qu'on acquiert ipso facto les qualités et les méthodes de l'historien, du sociologue, du juriste, etc...
Etre clerc ne signifie pas non plus qu'on a les grâces d'état pour oeuvrer dans le temporel autrement qu'en rappelant la stricte doctrine catholique.

A chacun ses compétences, et la restauration religieuse et politique feront un grand pas.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Mer 24 Fév 2010, 19:37

Oups! A tout seigneur, tout honneur: merci au forum VLR pour cette référence que je n'aurais pas trouvé autrement!

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Lorenz le Mer 24 Fév 2010, 19:58

Bien, je vais parler en petit-fils d'Espagnols, et donc du côté de Philippe II d'Espagne à l'époque des faits : ne pas être à Lépante, ce n'était vraiment pas beau.

Mais, bon, depuis 1700, il n'y a plus de Pyrénées, donc l'incident est clos ! Very Happy

Lorenz
Chevalier

Masculin
Bélier Chèvre
Nombre de messages : 241
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Mer 24 Fév 2010, 20:22

Les guerres de Religion ne comptent donc pour rien? Fait-on le même reproche aux portugais et aux polonais?

Cette vision de l'histoire est détestable, parce qu'elle est un prétexte pour juger l'autorité.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Mickaelus le Sam 27 Fév 2010, 16:37

Je déplace dans la rubrique "royalisme" vu que la discussion penche beaucoup plus vers la politique et l'histoire.

Lorenz a écrit:Bien, je vais parler en petit-fils d'Espagnols, et donc du côté de Philippe II d'Espagne à l'époque des faits : ne pas être à Lépante, ce n'était vraiment pas beau.

Mais, bon, depuis 1700, il n'y a plus de Pyrénées, donc l'incident est clos ! Very Happy
Je pense qu'on ne peut pas considérer le cas de Lépante tout seul, puisque cela touche plus spécifiquement au problème de l'Empire byzantin. Il ne faut pas oublier que dès la première croisade, à cause des rapports plus ou moins difficiles entre catholiques et orthodoxes et des ambitions de certains seigneurs, certains croisés auront un rapport ambigu avec les Byzantins. C'est particulièrement perceptible chez Bohémond qui conservera Antioche au lieu de la rendre à l'Empereur bien qu'il soit sous serment... Bien sûr, ce n'est rien en comparaison de la prise de Constantinople en 1204.

Tout cela est un immense gâchis et l'affaiblissement puis la chute de Constantinople se répercute jusqu'à aujourd'hui : c'était un poids politique régulateur dans cette région qui est toujours agitée. Si cet Empire avait perduré, nous n'aurions peut-être pas les Américains dans le coin (enfin, c'est sans doute surréaliste de spéculer car tant de variables auraient pu être potentiellement modifiées). En tout cas, après cela il ne faut pas s'étonner qu'avec la disparition de l'"écran protecteur" byzantin, certains aient dû se défendre contre les Ottomans (d'où Lépante, une conséquence).

Pour les Bourbons de France toutefois, on peut tout de même citer la bataille de Navarin en 1827 sous Charles X. Évidemment, les Grecs d'alors ne sont plus des Byzantins...

Enfin, on peut aussi utiliser des faits qui ne nous plaisent pas forcément comme argumentaire : Lépante, les Ottomans et cie. suffisent pour prouver aux républicains que la France d'alors n'était pas une théocratie et qu'elle agissait au niveau géopolitique de façon pragmatique et pas forcément "idéologique". On est loin de l'ingérence révolutionnaire et démocratique de la république depuis l'origine.

lulo a écrit:et ne débarquant en Algérie que pour de basses questions financières...

La décence veut qu'on ne mette pas sur le dos de Charles X l'action de ses successeurs de fait...
Il aurait dû s'intéresser au comte de Chambord par exemple :

http://trone.forumpro.fr/histoire-f10/le-comte-de-chambord-t467-45.htm#6777

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Sam 27 Fév 2010, 17:40

A lire
Chanoine A Cormier chez Plon
Mes entretiens de prêtre avec Charles Maurras.
Mars-Nov 1952
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Sam 27 Fév 2010, 17:42

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cet ouvrage, cher Henry?

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Sam 27 Fév 2010, 18:16

Au début, il y un fac similé manuscrit de Maurras de l'Ave maria en provençal.
Mgr Gaillard (Tours) envoie le chanoine Cormier, à la clinique St Grégoire de Tours, ou Maurras est soigné, pour le visiter.

Propos de Maurras: "On a toujours voulu me faire dire ce que je n'avais pas dit" en référence aux livres(L'action française et le vatican, L'action française et la religion catholique). Le chanoine explique plus un endormissement de la foi qu'un reniement ou un agnosticisme notoire.

P 75: Ayant revétu le surplis et l'étole, pour notre dernier entretien, après le cofitéor et l'absolution, je fis l'Extrême onction.(Cette phrase résume un paragraphe)
Il rendit son âme à Dieu le jour de la St Martin.

C'est écrit dans un style d'après guerre à la Claudel.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Sam 27 Fév 2010, 22:32

Tout ce qu'on peut souhaiter à Maurras, c'est une réelle conversion in articulo mortis.
Conversion qui n'a pas d'effet rétroactif pour autant... Les oeuvres de Maurras restent celles d'un moderne: c'est la conclusion, citations à l'appui, d'un de nos excellents conférenciers de l'UDT 2009.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Minervalis le Sam 27 Fév 2010, 22:32

lulo a écrit:

et ne débarquant en Algérie que pour de basses questions financières...

La décence veut qu'on ne mette pas sur le dos de Charles X l'action de ses successeurs de fait...


Je n'avais pas vu ceci. Rappelons ce fait connu et incontestable que la Méditerranée était littéralement écumée par des pirates basés à Alger. Charles X l'en a définitivement débarrassée.
avatar
Minervalis
Vicomte

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 861
Age : 56
Localisation : Lutèce
Affinités politiques : Anti-républicain, Anti-démocrate, Anti-parlementaire, Réactionnaire, Contre-Révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Sam 27 Fév 2010, 23:20

A lire
La Dernière Conquête du Roi Tomes I-II
Alger 1830 Ed Calmann-Lévy; nouvelle collection historique(1930)
Prince Sixte de Bourbon
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par joel le Dim 28 Fév 2010, 00:28

lulo a écrit:Tout ce qu'on peut souhaiter à Maurras, c'est une réelle conversion in articulo mortis.
.
J'y crois moyennement. Si Maurras admirait sincérement l'Eglise catholique, il méprisait le christiannisme (" le Christ hébreu entouré de juifs obscurs"). Ce qu’admirait Maurras, c'était la discipline que l'Eglise imposait au christiannisme et à la société, rendant ainsi inoffensif le venin de l’Évangile.
D’intelligentes destinées ont fait que les peuples policés du Sud de l’Europe n’ont guère connu ces turbulentes Écritures Orientales que tronquées, refondues, transposées par l’Église dans la merveille du Missel et de tout le Bréviaire. Ce fut un des honneurs philosophiques de l’Église, comme aussi d’avoir mis aux versets du Magnificat une musique qui en atténue le venin
avatar
joel
Chevalier

Masculin
Gémeaux Chien
Nombre de messages : 238
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par lulo le Dim 28 Fév 2010, 13:52

Vous avez certes raison, Joël, mais on peut lui souhaiter de s'être réellement converti au moment de sa mort.

Cela étant, il est hors de question d'en tirer argument, comme beaucoup l'ont fait, pour sanctifier une oeuvre qui ne se rattache ni à la tradition religieuse, ni à la tradition monarchique.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Mar 31 Aoû 2010, 11:16

La question que se pose l'abbé est sur la société. non sur "l'éxpérience qu'il déduit" et qui raméne à l'actualité.
Ce qui faut démontrer, c'est ce qu'il a conclu.
Richelieu jacobin? Par certain côtés, il n'as pas tort. (Comment faire disparaître le clan des dévôts, gagner des mérites qui ne sont pas les siens et raser les châteaux en trois leçons)
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Mickaelus le Ven 03 Sep 2010, 13:22

Henry a écrit:Richelieu jacobin? Par certain côtés, il n'as pas tort. (Comment faire disparaître le clan des dévôts, gagner des mérites qui ne sont pas les siens et raser les châteaux en trois leçons)
Je suis tout de même dérangé par le fait qu'on puisse trouver des côtés jacobins dès qu'on évoque le renforcement de l'état et de l'administration. Ou alors c'est donner raison à une certaine lecture de l'histoire libérale qui fait de Richelieu, Mazarin et Louis XIV les responsables et précurseurs de la Révolution. C'est aussi donner indirectement raison aux frondeurs. Et personnellement, je trouve que les trois derniers Bourbons qui ont régné auraient bien eu besoin d'un Richelieu ou d'un Mazarin.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Ven 03 Sep 2010, 15:09

Un problème que Richelieu a commis et je vais me répéter sans doute la dessus, c'est en rasant de nombreux chateaux de province, Louis XIII et Louis XIV furent obligés de recueillir à la cour des nobles sans domicile qui n'avaient pas la connaissance de ce milieu, qui eurent mieux fait de reconstruire leurs châteaux détruits.

Sur le clan des dévots, que Richelieu a évincé, par l'orgueil et l'assassinat, des prérogatives royales pour s'approprier une autorité politique et suivre Louis XIII pour lui imposer ses vues.

Les libéraux se servent de Richelieu comme les journalistes, un jour blanc, un jour noir. je ne suis pas libéral, je porte un jugement de moralité sur ces deux cardinaux, sur les protestants, sur le Saint Empire, sur la Valteline et le palatinat pour l'un, l'idéal florentin ou vénitien pour l'autre.


Il est évident que magnifier les arts, le corps humain, l'architecture, dans le côté sensuel, que le spectateur, admire ou écoute, n'est pas propice, pour suivre le bon sens chrétien.

La question que je me pose, c'est que ces cardinaux, adulés par les révolutionnaires, contre les "dévots" puissent vous émouvoir. Mon parti est pris sur eux. Marillac, le Cardinal de Bérulle, le père Joseph, Saint Vincent de Paul, furent contre la politique de ce cardinal, pour celui que je connais mieux, et ses agissements.

Je resterai du côté des dévots, malgré l'estime que vous portez à Richelieu et Mazarin.
Ne m'en veuillez pas trop!!!

avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Mickaelus le Ven 03 Sep 2010, 19:56

Ah, mais loin de moi l'idée de vous en vouloir parce que vous avez un avis contestable, ce serait mesquin Wink .

Faire de Richelieu et de Mazarin des précurseurs des jacobins et des hontes pour la France, je trouve que c'est franchement assez incroyable sur un forum royaliste. Que ces personnages aient eu de grands défauts quant à la soif de pouvoir pour l'un et à la vénalité pour l'autre, je le veux bien, mais ils restent de grands hommes d'état. Les juger d'un point de vue exclusivement moral, c'est presque d'un sentimentalisme étrange.

Quant au libéralisme, méfiez-vous donc, on a bien vu lors de nos discussions avec Ordre Naturel que la limite avec le féodalisme n'était pas loin, quand il s'agissait de pleurer les frondeurs et de condamner le renforcement de l'autorité royale (d'ailleurs, la politique visant à attirer la noblesse à Versailles, je doute qu'elle n'ait été que réactive). Je suis navré mais Louis XIV a bénéficié de leurs politiques, c'est un fait historique, et c'est bien une qualité de la monarchie absolue que de pouvoir absorber de tels talents ambitieux au service de la France.

Le camp dévot, je ne vois pas bien ce dont il s'agit aujourd'hui : où donc sont les coteries de cour, quand il n'y a plus de cour ? Il y a dévots et dévots d'ailleurs : Bossuet ou Fénelon pour prendre parmi les plus connus. On a bien vu que la dévotion de Louis XVI lui a servi à bien mourir, quand le "léger" Louis XV fut le dernier Bourbon à énoncer les principes de la monarchie absolue. Le problème est loin d'être manichéen. Et en ce qui me concerne, je demande aux gens d'être bons légitimistes, étant royaliste et non théocrate.

Il est évident que magnifier les arts, le corps humain, l'architecture, dans le côté sensuel, que le spectateur, admire ou écoute, n'est pas propice, pour suivre le bon sens chrétien.
Avec de tels principes je devrais jeter au feu une bonne partie de ma bibliothèque (parce que d'un point de vue ultra-rigoriste, on pourrait trouver à redire à une grande partie de la littérature classique), ce qui m'ennuierait un peu je vous l'avoue...

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Henry le Sam 04 Sep 2010, 18:59

Oui il est difficile, actuellement de critiquer leur rôle, aux vues des gouvernements incompétents et successifs que nous avons. oui les maitres du palais ou le féodalisme, sont des chancres quand on voit le statut de Charles le Téméraire. Mais son Altesse Louis XIV a écrit le Code noir qui est une bonne chose parmi une foule d'autre que j'octroie également au Majestés Louis XV et Louis XVI.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Mickaelus le Dim 05 Sep 2010, 18:47

Henry a écrit:Oui il est difficile, actuellement de critiquer leur rôle, aux vues des gouvernements incompétents et successifs que nous avons.
En fait, ce n'est surtout pas la critique, soit la juste appréciation des actes d'un homme de pouvoir, qui me dérange ; au contraire il est sans doute très sain de discerner les petites erreurs de nos longs siècles de monarchie pour ne pas avoir à les reproduire. Ce sont surtout un jugement trop catégorique et le terme de jacobin qui m'ennuient. Jacobin implique pour moi la volonté de destruction de la royauté comme de la religion, et cela me paraît beaucoup trop pour ces deux cardinaux.

Sur le reste, je n'ai jamais caché que mon roi préféré parmi les derniers rois de France est incontestablement Louis XIV. Mais, sachons voir un peu ce qui a préparé le Grand Règne aussi. Il y a eu parfois de bons ministres qui ont pu apporter quelques bonnes choses ou servir utilement, je ne dis rien de plus.

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Ordre naturel le Dim 19 Sep 2010, 03:29

Je dois dire que bien qu’hostile à Richelieu, je dois dire qu’on ne peut le comparer au jacobins, (ni au communisme bien sûr, je tient une fois de plus a répéter que j’avais pris l’exemple pour faire une analogie avec la méthode consistant à dire que tout ceux qui sont contre la centralisation monarchique étaient du même camp) en toute simplicité parce que les actions centralisatrices qu’il a commise reste des parenthèses, la noblesse à souffert, mais elle est resté une entité légale, la fidélité au pape à chancelé, mais la place du pape et sa légitimité spirituel n’a pas était remise en cause, il a augmenté les impôts mais moins que les jacobins et de façon moins arbitraire, il a centralisée mais a toujours reconnu une part des souverainetés locales, notamment celle du en vertu de l’alliance avec la Bretagne.

En revanche le jacobinisme est un model politique qui a comme base la destruction des tradition politiques et local pour former un état-nation régler comme une horloge.

Pour Maurras, je pense qu’il doit être bannie de la tête de tous bon royaliste, il ne fut qu’un socialiste.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: SOMMES-NOUS MAURRASSIENS?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum