C'EST QUOI LA DROITE?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Ven 12 Mar 2010, 12:25

Une belle histoire, trouvée grâce au SB:

http://sostoutpetits38.hautetfort.com/archive/2010/03/11/c-est-quoi-la-droite.html

On me permettra d'amorcer la suite, sans doute différente de ce qu'imagineraient les nationaux-catholiques:

"_Dis, Papa, depuis combien de temps les catholiques votent, et à quoi ça a servi?..."

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par cavipo le Ven 12 Mar 2010, 13:35

on pourrait aussi imaginer ça :

c'est quoi une France Catholique, Royal et légitime ?

On pourrait dire aussi :

" Dis, Papa, depuis combien de temps les royalistes légitime et autres ne votent pas, et à quoi ça a servi?..."
avatar
cavipo
Roturier

Nombre de messages : 15

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Ven 12 Mar 2010, 13:40

Le père répondrait:

"Eh bien, vois-tu, les légitimistes ont voté tout au long du XIX°siècle, sans que ça ne serve à rien d'autre que renforcer la Révolution. Alors, ceux qui sont venus après, grâce aux livres de savants comme Cochin ou le père Maignen, en ont tiré les leçons. Et pendant que la plupart des catholiques se font les complices objectifs de ce qu'ils prétendent combattre, les légitimistes d'aujourd'hui avancent sans compromissions."

Vous me direz que pour un enfant de 10 ans, ce ne serait pas facile à comprendre! Mais ça l'est assurément pour vous, cher Cavipo, qui êtes un adulte.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Mickaelus le Ven 12 Mar 2010, 21:05

Lulo, aussi sympathique peut-il être par certains aspects, j'ai trouvé que cette petite histoire était tout à fait typique des défauts des mouvements chrétiens ou des politiques démocrates se revendiquant du christianisme, c'est-à-dire qu'ils ne s'intéressent qu'à des symptômes, des conséquences - ici l'avortement - pour définir des oppositions gauche droite qui n'ont aucun sens si on ne remonte pas à la cause, la Révolution. De fait, votre conclusion est tout à fait bienvenue : la légalisation de l'avortement est le fruit de la sape de la morale traditionnelle opérée nécessairement, mécaniquement, par la vie démocratique, qui s'appuie sur le chaos des opinions individuelles, et sur l'égoïsme tendu vers un progressisme, nihiliste en ce sens qu'il ne peut conduire qu'à l'atomisation de la Cité. Et l'avortement est bien l'égoïsme suprême.

Il y avait une affiche républicaine et révolutionnaire qui disait : "liberté, égalité, fraternité ou la mort" (voir ici). Eh bien aujourd'hui, le "ou" est un "et".

cavipo a écrit:c'est quoi une France Catholique, Royal et légitime ?
Vous pouvez cliquer sur le lien dans ma signature, pour lire le Manifeste légitimiste. Cela devrait vous donner quelques pistes... Mais attention, c'est un peu plus long et surtout beaucoup plus compliqué qu'un programme électoral (il vaut mieux prévenir pour ceux qui n'ont jamais lu autre chose qu'une affiche du FN).

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Ven 12 Mar 2010, 23:27

Mickaelus a écrit:la légalisation de l'avortement est le fruit de la sape de la morale traditionnelle opérée nécessairement, mécaniquement, par la vie démocratique, qui s'appuie sur le chaos des opinions individuelles, et sur l'égoïsme tendu vers un progressisme, nihiliste en ce sens qu'il ne peut conduire qu'à l'atomisation de la Cité.
Avant d'être le fruit de la démocratie coupable, l'avortement est d'abord une pratique ancestrale de protection de la moralité publique des familles. On faisait sauter le bâtard, on virginisait l'héritière.

La loi Veil n'a pas créé l'avortement. Son premier motif fut d'hospitaliser la pratique courante.
Après quoi, la loi a donné lieu à des dérives...
Mais s'il est un endroit où l'avortement légal recule, c'est bien dans la grande démocratie américaine. Comme quoi, les "théories" ne s'accordent pas toujours avec les faits réels.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Ven 12 Mar 2010, 23:39

Les "théories" ne s'accordent pas toujours avec les faits réels, c'est bien vrai! Aussi, cher Kardaillac, faites-nous la grâce de nous prouver par des faits ce que vous avancez, c'est-à-dire autrement qu'avec des arguments d'autorité.
Depuis le temps, vous devriez savoir que ça ne suffit pas... pour les légitimistes du moins.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Sam 13 Mar 2010, 00:13

Sans vous commander, veuillez commencer par là, en suivant les liens proposés, pour comprendre que le corps médical US se retourne,
puis je vous passerai les chiffres de l'amorce de la décrue :

http://www.abort73.com/abortion/medical_testimony

Si comme on dit souvent les USA ont 10 ans d'avance, sur l'Europe occidentale, on devrait voir un jour la sortie du tunnel ici. Les cliniques privées avortent de moins en moins en France, au prétexte économique mais au fond les chirurgiens n'aiment pas.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Sam 13 Mar 2010, 00:30

Voici un article laissant comprendre que l'offre de plateaux IVG diminue. On y cite un rapport de l'IGAS.

SANTE - C’est l’une des mesures attendue pour remédier aux carences dans la prise en charge des avortements…

Les forfaits versés aux établissements pratiquant des interruptions volontaires de grossesse (IVG) vont être augmentés de près de 50% dès 2010, a annoncé ce lundi la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, dans le cadre d’un plan pour améliorer la prise en charge des grossesses non désirées.

Cette mesure et une série d’autres dispositions, que la ministre doit détailler, complètent celles déjà annoncées début février après la remise au gouvernement d’un rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas), qui pointait les carences dans la prise en charge des avortements.

Une activité déficitaire pour les hôpitaux

Ce rapport relevait notamment que les IVG chirurgicales constituaient une activité déficitaire pour les établissements de santé, conduisant certains à s’en désengager et à réduire le nombre de lieux de prise en charge pour les femmes.


Et un article du Point du 2 septembre 2009 confirmant cette tendance.

Fermetures de centres pratiquant l'IVG, refus de prise en charge par des médecins, rendez-vous tardifs : se faire avorter relève du "parcours du combattant" en France, selon plusieurs acteurs du secteur, et en particulier à Paris où la mairie a présenté jeudi un plan d'action. Fatima Lalem, l'adjointe à la mairie de Paris chargée de l'égalité femmes-hommes qui a présenté le plan, dénonce "une offre de service défaillante" dans la capitale, et même "une dégradation" de l'accès à l'IVG (interruption volontaire de grossesse). Elle montre du doigt "les tabous qui perdurent" et "un désinvestissement des médecins, les militants des années 70 étant partis à la retraite". "L'avortement, ce n'est pas la partie noble de la gynécologie (...) et il y a un problème de coût", lance-t-elle. Une fausse-couche coûte 600 euros, le double environ d'un avortement, assure l'élue, laissant entendre que l'IVG rapporte moins. Elle dénonce la fermeture de centres pratiquant l'IVG, notamment dans les cliniques, et des délais trop longs pour obtenir un rendez-vous.

Ca va aller pour les faits ?

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Minervalis le Sam 13 Mar 2010, 08:43

Si je comprends bien, l'avortement sera passé de mode une fois que la population française aura été entièrement remplacée...
avatar
Minervalis
Vicomte

Masculin
Sagittaire Rat
Nombre de messages : 861
Age : 56
Localisation : Lutèce
Affinités politiques : Anti-républicain, Anti-démocrate, Anti-parlementaire, Réactionnaire, Contre-Révolutionnaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Sam 13 Mar 2010, 09:32

Cher Kardaillac,

Le deuxième volet de vos propos initiaux est assez prouvé. Que le nombre d'avortements baisse ici et là est une chose, mais il reste toujours une possibilité légale et un "droit".

La loi Veil a justement institutionnalisé un crime: la dérive était dans l'essence même de la loi.

Maintenant, il s'agit de nous prouver l'assertion suivante:

"Avant d'être le fruit de la démocratie coupable, l'avortement est d'abord une pratique ancestrale de protection de la moralité publique des familles. On faisait sauter le bâtard, on virginisait l'héritière."

Quelques rappels utiles, sur le prétendu caractère "traditionnel" (et indo-européen, ou boréen?) de l'infanticide:

http://www.avortementivg.com/article-22914399.html

http://www.avortementivg.com/pages/Histoire_de_l_avortement_en_France-471938.html

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Sam 13 Mar 2010, 10:57

Il n'y a pas d'assertion à prouver.
L'usage bourgeois de la faiseuse d'ange est d'acception courante.
Si vous aviez vécu dans le monde réel, vous l'auriez su.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Sam 13 Mar 2010, 11:00

En évitant de faire de l'avortement une pratique courante à toutes les époques, on s'approche mieux du réel... C'est du moins le sens des articles que j'ai cité.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Henry le Sam 13 Mar 2010, 14:56

Messieurs,
Mme veil n'est qu'un bouclier derrière lequel se cache les apothicaires sans sucre.

Les faiseuses d'anges, si souvent décriées les lois de la IVéme république, puis de la V république et les ministres masqués par la ministre Veil, arrangeaient les familles, mais, si la virginité apparente du corps par un choix familial ou personnel reste une offense à son corps et un péché capital.

Cette déçision incombe à la mère et au père faiseurs de l'embryon.

C'est encore une décision arbitraire de l'état qui ne l'as jamais soumis à réferendum, et qui aurait pu s'en laver les mains par ce biais, qui fomente la querelle, avec une éléction gagnée en 1981 pour le même cas avec la peine de mort.

c'est à dire qu'un parti X ou Y, gagne des élections, avec des promesses législatives à faire de tout à l'égo, du pléthorisme et népotisme, et ne s'occuper de rien.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 519
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Lorenz le Sam 13 Mar 2010, 15:07

Kardaillac a écrit:Il n'y a pas d'assertion à prouver.
L'usage bourgeois de la faiseuse d'ange est d'acception courante.
Si vous aviez vécu dans le monde réel, vous l'auriez su.

Justement, le monde bourgeois n'est qu'une partie du monde réel. Certains d'entre nous n'y ont jamais vécu et ne veulent pas de ce monde bourgeois, où l'hypocrisie et la non-observance des principes énoncés sont de règle.

Lorenz
Chevalier

Masculin
Bélier Chèvre
Nombre de messages : 241
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Sam 13 Mar 2010, 16:39

Vous avez raison de dire que l'avortement était plus courant dans cette classe moyenne.

Au-dessous de la classe bourgeoise, les ouvrières n'avortaient que rarement. Elles se mariaient aussi bien moins que les autres catégories sociales. Elles allaient à terme et passaient le bébé au guichet des soeurs de St Vincent de Paul.

Au-dessus de la classe bourgeoise, le plus grand secret était de mise et généralement on plaçait le bébé, quitte à subvenir aux frais. On dit aussi que les fils d'archevêque faisaient de belles carrières Very Happy

La loi Veil n'avait pour premier motif que d'hospitaliser la pratique, elle succédait à la loi Neuwirth autorisant la contraception. Les intentions de départ ont été perverties par l'usage qu'en fit et qu'en fait la Planning familial et les féministes.

Par contre, la réponse de Lorenz est décalée. Si le réel est le tout et le bourgeois partie du tout, vivre dans le réel permet de connaître cette partie du tout. What a Face

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Sam 13 Mar 2010, 17:01

Pour revenir au sujet de départ, il n'y a plus de "droite" en France depuis la Libération. Les partis de gauche se répandent sur tout le spectre politique et les extrêmes se touchent. A preuve le réservoir de voix du Front national quand il était en crue provenait des classes populaires qui jusque là votaient communiste.
Mais quelle importance, si l'existence même des partis est pour vous une abomination. On peut donc s'exclure des scrutins et s'exclure ce faisant de la société elle-même. C'est un choix que Jean Raspail anticipait dans sa formule du "camp des saints". Vous sortez de scène, vous n'y accèderez plus. Intellectuellement, c'est peut-être difficile, mais pour la pratique politique, pour la physique sociale, c'est hyper-confortable car il n'y a plus de contradiction.
Le légitimiste intégral devient un corps astral (immatériel).

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Henry le Sam 13 Mar 2010, 17:28

Si vous nous voyez sortir de scène, que voyons nous en nous retounant?

La maçonnerie interdite a libéré les femmes de l'emprise du clergé lui permettant ainsi de voter.

Un systême judiciaire et législatif travesti plus qu'en 1791.

Je pense plutôt que la politique s'est excentrée de son rôle et de sa validité.

Si elle connaissait ses maîtres, elle ne jouerait pas avec la funeste et antropophage guerre des partis.

Votre jugement est vrai au travers du vote. Parce nous enlevons le carcan éléctoral, et pouvons envisager une constitution plus sereine. Il n'y a plus le prisme de la révolution, et les partis sont tombés du blason du royaume.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 519
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Mickaelus le Sam 13 Mar 2010, 22:20

Kardaillac a écrit:
Mickaelus a écrit:la légalisation de l'avortement est le fruit de la sape de la morale traditionnelle opérée nécessairement, mécaniquement, par la vie démocratique, qui s'appuie sur le chaos des opinions individuelles, et sur l'égoïsme tendu vers un progressisme, nihiliste en ce sens qu'il ne peut conduire qu'à l'atomisation de la Cité.
Avant d'être le fruit de la démocratie coupable, l'avortement est d'abord une pratique ancestrale de protection de la moralité publique des familles. On faisait sauter le bâtard, on virginisait l'héritière.

La loi Veil n'a pas créé l'avortement. Son premier motif fut d'hospitaliser la pratique courante.
Après quoi, la loi a donné lieu à des dérives...
Mais s'il est un endroit où l'avortement légal recule, c'est bien dans la grande démocratie américaine. Comme quoi, les "théories" ne s'accordent pas toujours avec les faits réels.
Premièrement, j'ai parlé de "légalisation de l'avortement", je sais donc très bien que l'avortement comme le mal en général a toujours existé (mais doit être combattu, aussi bien le vol, le crime que l'avortement par exemple), deuxièmement, franchement, la "moralité publique des familles" j'appelle cela de l'hypocrisie et de la faiblesse. Et la réponse de Lorenz n'est pas décalée comme vous l'écrivez, parce que vous savez très bien que sous le règne des rois de France et quand la christianisation a œuvré en profondeur, le climat des villes et donc de la bourgeoisie, réputé corrompu dès l'antiquité, n'est pas celui des campagnes (on comprend pourquoi vous parlez d'ouvrières plutôt que de paysannes). Sans vouloir non plus prétendre que tous les bourgeois seraient hypocrites et corrompus, ce qui serait un peu facile.

Votre argument sur la "grande" (jugement que je ne partage pas) démocratie américaine est un sophisme parce que d'une part, la démocratie américaine conserve une pression religieuse et donc pas tellement démocratique que nous ne connaissons pas, d'autre part, vous ne pouvez pas prouver que si les États-Unis étaient une monarchie et pas une démocratie, l'avortement ne serait pas encore plus réduit. En France, on peut faire la comparaison, parce que nous avons connu des variations politiques tranchées et parce que nous sommes une vieille nation.

La théorie que je défends est celle-ci, que quand l'État malmène morale et religion, encourage au vice et à l'égoïsme au nom du prétendu Bonheur inventé au XVIIIe siècle par les prétendues Lumières, les mœurs se relâchent dans la sauvagerie de la concupiscence. Dans tous les cas, même si cela ne fait pas tout, les autorités doivent montrer la voie du Bien : c'est aussi le sens de l'alliance du Trône et de l'Autel. Et pour montrer un peu concrètement, donc par les faits, comment les rois de France comprenaient cela, je vous propose l'édit du roi Henri II contre l'infanticide datant de 1556, confirmé sous Louis XIV :

http://mickaelus.blogspot.com/2010/03/edit-du-roi-henri-ii-contre.html

Sur la question de la droite (moi je dirais simplement : comment prétendre être de droite sous un régime et ses pratiques de gauche dont on accepte les règles ?), cela a été débattu ici :

http://trone.forumpro.fr/le-royalisme-et-la-contre-revolution-f7/etre-de-droite-t325.htm

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2685
Age : 34
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Pilipe31 le Dim 14 Mar 2010, 09:10

Elle est bien belle la droite : Adoption par les couples homosexuels

Bientôt l'hétérosexualité sera interdite par la loi ?

_________________
"Tout pour l'honneur"
avatar
Pilipe31
Ecuyer

Masculin
Lion Coq
Nombre de messages : 54
Age : 23
Localisation : Gascogne
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Dim 14 Mar 2010, 19:29

Mickaelus, d'accord avec vous.
Si j'ai parlé des ouvrières, c'est que j'avais l'information.
Je n'en ai pas pour les paysannes. Qui en a d'ailleurs, le milieu rural étant (encore aujourd'hui) très fermé aux analyses. On y a découvert l'inceste dans des proportions plus larges qu'ailleurs, mais pour les avortements et infanticides, on n'a presque rien.

"Grande démocratie" que l'Amérique du Nord, au sens de "vaste", mais aussi au sens premier ; l'Opinion est très déterminante des choix politiques des élites. Quand on pense que la police, la justice basse est élue ! C'est quand même un vrai pouvoir du citoyen, même si vous le jugez maléfique.
Ce n'est pas aux Etats-Unis où l'on fabriquerait un scrutin-usine-à-gaz de déviation de l'expression populaire comme celui appliquée en France depuis la loi Raffarin, pour les régionales.
Quant à la monarchie, les Etats-Unis sont vaccinés contre. La nation a été fondée par une victoire sur la monarchie. Avant cela, il n'y avait rien ! Pas de repères comme ici.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Lun 15 Mar 2010, 20:20

Quelques commentaires sur les propos de Kardaillac:

-Dire qu'il n'y a plus de droite depuis 1945 n'est pas juste: il y a toujours une droite, qui comme avant 1945, n'est que la conservatrice des succès d'hier de la gauche. Quand l'une pousse à la roue, l'autre essaie de limiter les dégâts en gardant les principes... Un rappel salutaire:

http://www.viveleroy.fr/article71.html

-Sur "le réservoir de voix du Front national quand il était en crue provenait des classes populaires qui jusque là votaient communiste", et le passage d'un extrême à l'autre, c'est vrai. Il ne faut pas oublier que le PCF a su jouer subtilement du nationalisme populaire, il n'y a encore pas si longtemps (le "produisons français" des années Marchais).

-L'existence des partis est effectivement une abomination, parce qu'il n'y a qu'un seul bien commun et une seule autorité pour le réaliser.
Après, quand on accepte sans broncher la souveraineté nationale (qui est une hérésie, faut-il le rappeler, cf l'abbé Maignen), le suffrage universel est la chose la plus naturelle du monde!

-S'exclure des scrutins n'est pas s'exclure de la société elle-même. C'est s'exclure de la Révolution.
Mais pour cela, il ne faut pas confondre le fait et le droit, reconnaître la dimension morale de la politique et accepter ainsi transcendance et autorité: c'est beaucoup trop pour les Modernes!

Dès lors, nous n'avons que faire de la reconnaissance des libéraux: nous ne courons pas après un succès malhonnête et illusoire, prélude à un effondrement encore plus terrible (c'est la leçon des deux derniers siècles), mais après une restauration globale et intégrale du bien commun. Nous ne parlons vraiment pas de la même chose.

-Dire que c'est confortable parce que sans contradiction est absurde, et prouve une méconnaissance totale de la vie des cercles et de l'UDT!

-Le légitimiste intégral devient un corps astral (immatériel). C'est faux, le légitimiste intégral quitte la sphère illusoire où il perd son temps, ses forces et sa foi, pour avancer discrètement par le chemin du solide.
C'est sans doute fort difficile à comprendre pour ceux qui courent après l'Opinion!

-On ne résume pas des siècles d'histoire démographique en trois lignes: veut-on éclairer cette question? Qu'on pose des bornes nettes (chronologiques notamment), qu'on consulte et qu'on cite les ouvrages d'histoire sociale.

-Sur les USA, c'est une évidence de dire que "l'Opinion est très déterminante des choix politiques des élites", puisque ce sont elles qui la font!!!

-L'élection de la police et de la justice basse n'a rien de maléfique, a priori, parce qu'elle s'applique au niveau de compétence de l'électeur: c'est certes un vrai pouvoir du citoyen, mais pas à n'importe quel niveau.
Maintenant, il n'en reste pas moins qu'un avis compétent serait plus utile que nos bavardages.

-Sur le rapport des Etats-Unis et de la monarchie, c'est exact. Il n'en reste pas moins que la monarchie est le meilleur des régimes, et que ce n'est pas un hasard si le libéralisme contemporain est né là-bas.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Lun 15 Mar 2010, 23:30

Pour les Etats-Unis, je pense qu'un voyage est à prévoir prochainement pour les cadres influents de l'UCLF afin de se mettre à jour et finir par ressentir les réalités "locales", ce qui économisera beaucoup de compilation documentaire. Il y a une vie après la bibliothèque.
Very Happy
le légitimiste intégral quitte la sphère illusoire où il perd son temps, ses forces et sa foi, pour avancer discrètement par le chemin du solide.
C'est tout le mal que je lui souhaite, mais la perception de son environnement étant toujours une illusion, le chemin du solide garde quand même quelque chose d'éthéré. D'où la métaphore du corps astral, qui va bien d'ailleurs avec la compagnie intime de l'ange gardien.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Mar 16 Mar 2010, 08:37

Pour les Etats-Unis, cette manière de présenter les choses est éloquente: il faudrait aller sur place pour "ressentir" les choses... Pour nous, nous préférons éviter justement cette subjectivité qui fait de ses impressions le critère du vrai: reconnaître qu'on a un besoin impérieux de l'avis de plus compétent que soi est le premier pas vers l'objectivité.

Enfin, je constate qu'il est toujours aussi commode, et "hyper-confortable", de nous voir comme des idéologues.
C'est aussi on ne peut plus logique quand on a aucune notion de l'être, de la morale politique, etc... c'est-à-dire une vision biaisée du réel, loin de toute vérité immuable et objective.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Kardaillac le Mar 16 Mar 2010, 12:36

Bon, j'ai un peu plus de temps pour répondre à votre tirade, et soigner votre ulcère rebelle. Je ne réponds pas quand nous sommes d'accord.

lulo a écrit:Il y a toujours une droite, qui comme avant 1945, n'est que la conservatrice des succès d'hier de la gauche.
Non. A l'issue de la Libération il n'y avait plus de droite en France. Elle était soit au cimetière, soit exilée, et les surgeons préservés se faisaient tout petits. De Gaulle ayant fait un boulevard aux communistes, ceux-ci prirent en main l'université et Thorez rédigea le Code du travail.
Peu à peu la droite revint ... en littérature et se gauchisa pour survivre jusqu'au moment de l'OAS où elle releva la tête. Vaincue à nouveau, elle disparut. Exemple : les occidentés Devedjian, Madelin, Longuet sont devenus de redoutables notables.

Après, quand on accepte sans broncher la souveraineté nationale (qui est une hérésie, faut-il le rappeler, cf l'abbé Maignen), le suffrage universel est la chose la plus naturelle du monde!
Hérésie, la souveraineté nationale, je n'en sais rien. Mais c'est un leurre aussi désuet que l'indépendance natioanle. Le défi du pays est de gérer ses dépendances dans une configuration de puissance. Le reste, le suffrage universel est un hochet comme un autre qui peut remplacer le cirque romain. Le refrain trotskyste "élections, piège à cons" fait florès : 54% d'abstentions dimanche dernier. Le slogan légitimiste n'a pas encore crevé son plafond de discrétion, et retiré à l'ashram, ne le crèvera jamais.

S'exclure des scrutins n'est pas s'exclure de la société elle-même. C'est s'exclure de la Révolution. Mais pour cela, il ne faut pas confondre le fait et le droit, reconnaître la dimension morale de la politique et accepter ainsi transcendance et autorité: c'est beaucoup trop pour les Modernes!
Les "modernes" ne s'intéressent pas à la transcendance qui pour eux est un joug moral et religieux du même tonneau que le "bateau blanc" des Nouvelles Hébrides. Les "modernes" font la société, et ne pas voter pour ou contre eux vous en exclue. Cette société je ne l'aime pas plus que vous, mais le droit plie sous les circonstances (piton), sous la dictature des faits. Mais ça vous ne pouvez pas l'accepter, puisque il n'est chez vous de droit que révélé.

nous ne courons pas après un succès malhonnête et illusoire, prélude à un effondrement encore plus terrible (c'est la leçon des deux derniers siècles), mais après une restauration globale et intégrale du bien commun
Je retiens surtout que vous ne courez pas du tout. Que personne d'ailleurs ne vous attend et que le plus sûr aboutissement d'une mise en pratique de vos réflexions serait de tailler une principauté à vos mesures, et on en revient au camp des saints de Raspail. Vous n'êtes pas miscible dans les sociétés modernes que vous avez le droit de rejeter, mais qui ne s'effondreront pas pour autant. Elles mutent en continu comme vous pourriez le voir et le mesurer si vous les observiez mieux, avec seulement la contrariété de la loi Vaysse-Villiers qui entrave la marche en avant. Vous, vous ne pesez rien dans ce processus.

Dire que c'est confortable parce que sans contradiction est absurde, et prouve une méconnaissance totale de la vie des cercles et de l'UDT!
D'accord, je méconnais, peut-être pas "totalement" mais je méconnais. Toujours pas mort.

On ne résume pas des siècles d'histoire démographique en trois lignes: veut-on éclairer cette question? Qu'on pose des bornes nettes (chronologiques notamment), qu'on consulte et qu'on cite les ouvrages d'histoire sociale.
J'ai retenu les propos (personnels) de chercheurs que je croyais compétents car venant de l'EHESS, mais je leur dirai à l'occasion qu'ils ne font pas le poids. Merci de m'avoir prévenu.

Sur les USA, c'est une évidence de dire que "l'Opinion est très déterminante des choix politiques des élites", puisque ce sont elles qui la font!!!
Faux. Les gens ne sont pas intoxiqués par la politique comme ici. Peut-être par la pub et le consumérisme, mais pas la politique. Allez y voir... mais revenez.

Maintenant, il n'en reste pas moins qu'un avis compétent serait plus utile que nos bavardages.
Les avis me viennent de ma famille installée en diverses villes des EU. Ils vivent leurs avis et corroborent mes réflexions ou (pseudo-)études. Very Happy


Je reviens sur un point.
Vous débinez souvent les "perceptions" de vos interlocuteurs pour les rabaisser - ainsi vous sentez-vous plus grand -, et exigez d'eux une connaissance approfondie et documentée de tout sujet évoqué. Vous avez raison sur le second point, mais le défaut de perceptions est "perceptible" chez vous. Vous avez une approche tout à fait livresque du monde au point de tout rapporter dans votre bibliothèque. Vous ne devez pas collectionner les "flyer miles". Ca se voit.

Kardaillac
Banni

Masculin
Nombre de messages : 300
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par lulo le Mar 16 Mar 2010, 18:18

Sur mon prétendu "ulcère", c'est curieux, cette propension des Modernes à juger de tout, y compris sonder les reins et les coeurs...
Le réel met heureusement bon ordre dans les prétentions des présomptueux, et ceux qui me connaissent opineront!

Sur la droite, voilà une très curieuse manière de tirer un bilan global: on scrute le mécanisme sans se soucier de voir que ces échecs sont consubstantiels à l'idée même de "droite", à une acceptation plus ou moins tacite de la Révolution. Les variations historiques et personnelles ne sont qu'une question de degrés.

Oui, la souveraineté nationale est une hérésie, car elle renverse complètement l'ordre de la Création, où l'autorité est déléguée du haut vers le bas.

L'abstention de dimanche montre, s'il en était besoin, que l'on ne détruit bien que ce que l'on remplace.
Or, il ne s'agit que d'un refus flou et désordonné d'une immense somme d'individualismes: le souci du véritable bien commun n'est pas encore celui d'une part critique de la population, mais nous travaillons à changer cela, discrètement.
Donc ne vous inquiétez pas pour les légitimistes: ils avancent pas à pas, et le fait qu'on ne les voit pas dans le paysage politique révolutionnaire est le meilleur signe que l'on puisse attendre: faire du tapage pour se prouver d'abord à soi-même qu'on existe, prétendre racoller l'Opinion à coups de t-shirts qui cachent mal une idéologie tout aussi révolutionnaire que les autres, tout cela produit des résultats bien connus.

Nous n'en avons pas besoin.

L'observation des tombés de la dernière pluie royaliste, encouragés par les conseilleurs virtuels (qui ne sont pas les payeurs réels), parle d'elle-même: les régionales 2010 sont à marquer d'une pierre blanche pour les nationaux-libéraux-royalistes.
Alors, de grâce, pas de prédictions aussi ridicules que suffisantes: les leçons du passé sur la soudaineté des renversements de situation n'ont pas été oubliées par tout le monde.

Sur les Modernes, nous sommes d'accord sur le début. Dire que le droit plie sous les circonstances est absurde, et contraire à la notion même de droit...!
Mais, c'est vrai, le réel ramène sottement à la notion de transcendance...

Accepter, tacitement ou non, les règles du jeu des autonomes, c'est se faire autonome. C'est déjà absurde du point de vue du réel (naturel ET RÉVÉLÉ, eh oui!), mais vouloir les prendre à leur propre jeu est un défi à l'expérience et à l'intelligence.
Mais l'Histoire ne rentre pas dans les 10 cm2 autour du nombril des Modernes.

Très curieuse aussi, cette manière de tout juger depuis le point de vue panoramique qu'offre la pensée autonome et nombriliste... S'imaginer que les légitimistes n'existent pas parce qu'ils sont hors du champ de vision des Modernes prouve assez que l'action discrète, chemin de croix des orgueilleux et des génies méconnus, est assurément le moyen le plus efficace.

Dire que personne ne nous attend relève aussi de l'argument purement idéologique: il suffit d'engager une conversation pour voir que l'aspiration au bien commun, encore stérile car désordonnée, est tout à fait réelle. Les légitimistes, qui ne sont pas des rentiers mais des gens bien insérés dans leur environnement social et professionnel, en font l'expérience quotidienne.

Il est ridicule de penser que nous aspirerions à un "Légitimiland": c'est là une pure utopie d'idéologues trouillards, au nationalisme chiffonné, comme certains "conférenciers" nationaux-royalistes (ayant subi depuis une damnation memoriae) qui rêvaient de base arrière dans les monts d'Arrée: on en rit encore!

Nous ne sommes certes pas "miscibles dans les sociétés modernes", qui, c'est vrai, "mutent en continu" par le double moyen du suffrage universel et des groupes réducteurs.
Cependant, il n'y a aucune fatalité à cela, sauf pour ceux qui croient sottement au sens de l'Histoire...
Les Modernes sont aussi concernés par le réel qu'ils bafouent, et les moyens de miner le Système sont à la portée de tous: le groupe d'étude est le préalable à une pratique quotidienne du bien commun. Il n'y aura pas de restauration sans efforts à la fois individuels et coordonnés.

Nous ne pesons certes rien dans le processus révolutionnaire: c'est une garantie de succès, au regard des résultats plus ou moins lointains (avant-hier appartient déjà à l'Histoire!) obtenus par ceux qui se croient plus malins que les révolutionnaires.

La méconnaissance des activités de l'UCLF a un remède fort simple, mais somme toute inconfortable: égrener des présupposés bien assis derrière un écran évite pas mal de contradictions.

Les propos des chercheurs sont valables quand ils sont vérifiables... Le coup des arguments imparables mais non diffusables sur Internet nous a déjà été servi!!!

Dire que le jugement des Américains, perverti "peut-être par la pub et le consumérisme", reste sain et objectif en politique est assurément un tour de force! Quant à le prouver, références à l'appui... Les avis et opinions de votre famille sont assurément fort valables, à leur niveau: vos parents sont-ils tous des juristes, des historiens, des sociologues?

Je ne débine que les arguments d'autorité, formulés par la subjectivité érigée en magistère.
Avoir des "perceptions" et les livrer à tout venant est à la portée de tout le monde, prouver qu'elles sont conformes au réel en est une autre: l'immanence n'en relève pas.
On peut avoir des opinions sur le choix d'un papier peint, pas dans les domaines où existe une vérité objective à laquelle les ego doivent se plier.

Les sciences humaines et la théologie ne sont pas des passe-temps pour intellectuels: elles sont maîtresses de vérité.
L'obstacle le plus redoutable au bien commun est sans doute l'usurpation de compétences: le simple fait d'avoir une opinion sur tout, et surtout une opinion, quitte à en remontrer aux spécialistes du haut de son orgueil, est l'essence même de la modernité. C'est cela, la Révolution, et Mgr Gaume ne l'a pas définie autrement.

Les légitimistes refusent cette attitude, parce qu'ils n'oublient pas l'ordre providentiel des priorités: avant de se préoccuper des remous électoraux au Béloutchistan, ils travaillent là où ils sont.
Du reste, on ne sache pas que cette méthode ne leur ait pas réussi: un quart de siècle d'expérience a suffi pour montrer d'un côté la division, l'autonomie et la fraternité illusoire des Gribouille, de l'autre l'unité, la solidité doctrinale et l'expansion. On reconnaît décidément l'arbre à ses fruits.

Une fois de plus, je constate qu'il est plus facile de nous faire passer pour des idéologues que de le prouver par les faits; que l'Alzheimer volontaire est parfois une règle de conduite politique, et que de ce fait l'on ne craint pas d'affronter le passif des autonomes.
Mais, somme toute, c'est bien humain de vouloir nous entraîner dans une dégringolade, qui est bien réelle, elle.

Le réel n'est pas la société contre-nature où nous vivons, ni la masse informe des subjectivités et des individualismes, fussent-ils "catholiques" ou "royalistes": il commence là où finit le nombril de ceux qui usurpent la place de Dieu.

lulo
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 1160
Localisation : DIJON
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'EST QUOI LA DROITE?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum