Situation dans les établissements d'enseignement

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Mer 14 Mai 2014, 20:53

Il faut que nous sachions tous qu'il n'y a aucun sens dans la machinerie de l'éducation nationale. Le coup de la jupe, c'est invraisemblable... Il n'y a plus aucun sens.
J'ai eu une jeune fille de Terminale S qui a été victime en plein cours d'une agression depuis le fils d'une collégue "professeure" de français... Elle avait eu l'indécence de porter une gentille robe "Laura Ashley" qui était tout à fait décente. J'ai eu une jeune fille agressée en plein cours parcequ'elle portait de gentils nu-pieds plats avec un pantalon large: Ce n'ètait pas conforme. J'ai renoncé à comprendre...
Me contraindre à porter une jupe à 18 ans, je l'aurai très mal vécu. Par contre, outrager une jeune fille parcequ'elle porte du long avec des sandales plates, je ne comprends pas... J'ai eu des lycéennes qui portaient des talons hauts avec des mini-jupes: Pas de problèmes. je ne comprends plus rien. Le "long" avec des chaussures plates, je trouve cela adéquat avec les cours et la jeunesse de lycéen. Par contre, ce qui devient conforme jusque dans l'obscénité, je ne comprends pas... Porter une jupe à 17 ans lorsqu'on est un jeune homme, je suis désolé, c'est indécent. Par contre, porter une jupe longue et des sandales plates quand on est une jeune fille de 17 ans, je trouve cela charmant... Et pourtant, je sais que cette dernière est destinée à être la risée de ses camarades de classe. C'est bien triste!

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Mickaelus le Mar 25 Oct 2016, 15:05

Le pape et la théorie du genre : la polémique en cinq questions

   Par Anne-Laure Frémont Mis à jour le 03/10/2016 à 21:19 Publié le 03/10/2016 à 16:44

VIDÉOS - Le pape François a accusé dimanche les manuels scolaires français de propager l'«endoctrinement de la théorie du genre». La ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem «regrette» la parole «légère et infondée du souverain pontife». Faisons le point.

1/ Que reproche le Pape aux manuels scolaires français?

Le pape François a accusé dimanche les manuels scolaires français de propager la «colonisation idéologique» de la «théorie du genre». S'exprimant devant les journalistes dans l'avion qui le ramenait à Rome après trois jours dans le Caucase, il a raconté une anecdote rapportée par un père de famille français dont le fils de 10 ans envisage de devenir une fille. Selon le pape, ce père de famille catholique a raconté comment son fils, interrogé pendant un repas de famille sur ce qu'il voulait faire plus tard, lui avait répondu: «Être une fille». «Le papa s'était alors rendu compte que dans les livres du collège, on enseignait la théorie du genre. Ceci est contre les choses naturelles! Pour une personne, une chose est d'avoir cette tendance, cette option, et même de changer de sexe, autre chose est de faire l'enseignement dans les écoles sur cette ligne, pour changer la mentalité. C'est cela que j'appelle la colonisation idéologique.»

2/ Qu'est ce que la théorie du genre?

Ceux qui la dénonce affirment que la théorie du genre vise à effacer toute différence, biologique comme sociale, entre les hommes et les femmes. Elle est selon eux introduite insidieusement à l'école, notamment via les manuels scolaires. En réponse, face à eux il est opposé qu'ils ont une mauvaise lecture des «gender studies» anglosaxons. Ces études de genre se sont développées depuis une quarantaine d'années dans le monde universitaire, notamment outre-Atlantique. Elles visent, selon leurs partisans, à comprendre les mécanismes sociaux qui conduisent aux inégalités entre les hommes et les femmes, et non à nier la différence des sexes.

3/ Est-ce la première fois que le Pape évoque la théorie du genre?

Non. Le pape s'est souvent élevé contre la théorie du genre depuis son élection, sans toutefois viser directement l'enseignement français. Il l'avait notamment évoquée en juillet dernier, lors d'une rencontre avec les évêques de Pologne, déplorant qu'«aujourd'hui, on apprenne à l'école à des enfants - à des enfants! - que tout le monde peut choisir son sexe. (...) Nous vivons dans un moment de destruction de l'homme en tant qu'image de Dieu». L'an dernier, il affirmait que «la prétendue théorie du genre» semble être «l'expression d'une frustration et d'une résignation qui vise à effacer la différence sexuelle car on ne parvient plus à l'assumer». En 2014, il martelait: «On ne peut rien expérimenter avec les jeunes et les enfants! Ce ne sont pas des cobayes de laboratoire!»
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Le Figaro)




Lorànt Deutsch persona non grata dans les collèges de Trappes

   Par Elena Scappaticci Mis à jour le 18/10/2016 à 15:38 Publié le 18/10/2016 à 13:21

VIDÉO - Le comédien, vulgarisateur à succès de l'histoire de France, devait intervenir le 4 novembre prochain auprès de collégiens des Yvelines. Face au boycott de l'événement par deux professeurs, il a préféré faire marche arrière.

Lorànt Deutsch n'a décidément pas les faveurs du milieu enseignant. Après avoir subi leurs nombreuses critiques lors de la parution de ses deux ouvrages de vulgarisation historique, c'est désormais sa dernière initiative, à destination des collégiens de Trappes, qui est sabotée par deux enseignants d‘histoire-géographie de la ville des Yvelines. Alors qu'était programmée pour le 4 novembre prochain une conférence de l'acteur à destination des élèves de quatrième et de troisième des collèges de la ville, les deux professeurs, Nicolas Kaczmarek et Marie-Cécile Maday, ont en effet déclaré ne pas souhaiter participer à l'événement, contraignant Lorànt Deutsch à annuler son intervention.

«Lorànt Deutsch devant nos élèves? Ce sera sans nous», ont-ils ainsi déclaré dans une tribune pour le blog enseignant «Aggiornamento Histoire-Géo». Selon ces deux enseignants, «la venue de M. Deutsch à Trappes n'est que la conséquence de l'idée selon laquelle les élèves des quartiers populaires du département, d'ascendance immigrée récente, ne seraient pas assez attachés à la République. L'urgence serait de leur faire aimer la France et la République, et le seul moyen pour y parvenir serait de les divertir et de les émouvoir dans une Histoire de France présentée sous la forme d'un roman national».

Et de mentionner plus tard les «images d'Épinal» véhiculées par le comédien sur la France. Ces propos font écho aux polémiques déclenchées dans un premier temps par l'adaptation télévisuelle en 2012 du Métronome, le best-seller de Lorànt Deutsch. À l'époque, plusieurs professeurs et historiens l'avaient accusé de véhiculer une image biaisée de l'histoire, fortement influencée par ses opinions monarchistes.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Le Figaro)


Lorànt Deutsch: «Deux profs militants m'empêchent d'aller à Trappes»

   Par Bertrand Guyard Mis à jour le 20/10/2016 à 16:59 Publié le 20/10/2016 à 09:37

INTERVIEW - Le comédien «passeur d'histoire» ne rencontrera pas les élèves d'un lycée de Trappes le 4 novembre comme il l'avait prévu. Il estime que c'est le parti pris idéologique de deux enseignants encartés au Front de gauche qui a forcé sa décision.

La vision enthousiaste de l'histoire de France de Lorànt Deutsch, auteur à succès d'ouvrage de vulgarisation, ne semble pas faire l'unanimité dans le corps enseignant. Sa rencontre, prévue le 4 novembre, avec les élèves de 4e d'un lycée de Trappes a dû être annulée après la levée de boucliers de deux professeurs, Nicolas Kacmarek et Marie-Cécile Maday, qui ont publiquement déclaré qu'ils ne partageaient pas les valeurs et l'approche du comédien.

Pour Le Figaro, Lorànt Deutsch explique que cette position, qui se pare de vertus pédagogiques, est en fait guidé par l'idéologie de deux militants du Front de Gauche.

LE FIGARO - Qui sont les deux professeurs qui vous empêchent de venir parler d'histoire et de géographie aux élèves de Trappes?

Lorànt DEUTSCH - Ces deux enseignants, dont je ne remets pas du tout leurs compétences en cause, sont des militants du Front de Gauche. Leur démarche est, me semble-t-il, idéologique. Je souhaite simplement rencontrer les élèves pour leur faire partager ma passion de l'histoire. Eux, ils se servent de l'histoire pour faire passer des idées politiques. Cela me rappelle une querelle que j'avais eue avec Alexis Corbière, qui avait voulu tout bonnement interdire mon travail au Conseil de Paris. Mais peu importe, j'étais prêt et je suis toujours prêt à débattre avec eux.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - Le Figaro)

_________________
Fondateur & administrateur du forum.
Miles litteratus - Si tout se vaut, plus rien ne vaut.
avatar
Mickaelus
Comte

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 2689
Age : 35
Localisation : Vendée
Affinités politiques : Royaliste, légitimiste, absolutiste, contre-révolutionnaire

http://mickaelus.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Alain le Lun 05 Déc 2016, 00:22

Je ne connais pas Lorant Deutsch. Néanmoins la dynamique qui semble l'animer me semble mesurée et honnête. Mais l'éduquer-à-la-Nation-républicaine est une structure ultra-réactionnaire fondée sur le conformisme égalitariste radical.
L'enseignant ( j'ai désormais 20 ans de recul depuis que j'ai quitté le métier en 1998) est un agent d'exécution qui doit remplir un cahier des charges. On ne lui demande rien qu'obéïr. Il transmet à la jeunesse l'avant-garde des délires des positivismes sociologisants. C'est tout. Le résultat, c'est que seuls les tocards restent dans la profession. On en arrive à former nos héritiers depuis les pires abrutis ratés de notre propre civilisation.
Un exemple effarant: Etudiant, j'avais beaucoup de "copains". Il y avait des gens très sérieux et motivés ( je vous en ai présenté un professeur à Daniélou), des gars qui avaient peur de la vie mais qui voulaient l'habiter, des gars qui se la jouaient "romantiques" mais qui étaient sous-tendus par une soif de connaîssance etc... Bref, des gens de 20 ans ni pire ni meilleurs que ceux d'aujourd'hui. Mais il y avait aussi de vrais petits salopards: Ceux qui empruntaient les cours et les rendaient jamais, qui lançaient des rumeurs nauséabondes sur les mœurs de leur camarade totalement infondées, qui dégonflaient les pneux des étudiants qui avaient une voiture etc... Ceux là, ce sont ceux qui ont eu le CAPES, qui sont devenus membres de la LCR, d'ATTAC et qui sont à présent proviseurs ou agrégés voire inspecteur principal d'Académie. Des gens infects à la carrière universitaire minable mais qui, administrativement, ont réussi dans le ministère de l'éduquer au nationalisme républicain.
Il y a peu, j'ai eu un choc: K, devenue "professeure certifiée" en 1993 est devenue membre d'ATTAC, de la LCR et de SOS racisme... Et, elle publie un article sur Indymedia: Elle écrit "l'essence n'est qu'une affabulation anachronique". Elle explique qu'il n'y a que de l'exister circonstanciel et que le pire pour la civilisation est la quête d'un endroit pour vivre. Elle proclame la nécessité du nomadisme ( l'idiote est depuis 25 ans à P. ville qu'elle considérait comme nauséabonde à l'époque et qu'elle habite parce que l' état l'y a affecté) et affirme que les sédentaires sont des porcs fascistes qui doivent trépasser. Mais plus atroce encore, K affirme que le destin mondial est la créolisation de la société et que le métissage biologique doit avoir force de valeur morale au nom des droits de l'homme. K estime que l'homme blanc doit être détruit pour laisser place à l'homme cosmopolite et mondialisé reconnaissable par la couleur café au lait du métissage qui doit être imposé par les états!!! K impose dans son idéologie un destin biologique à l'histoire: Elle est dans le suprématisme racialiste anti-blanc. Selon elle, la "France" se limite à une bouteille de "mauvais pinard, d'une baguette imbouffable et d'un béret grotesque". D'où la nécessité d'imposer le "couscous" dominical pour faire cesser l'horreur du colonialisme!
Bon... Cette enseignante d'origine sub-saharienne et donc noire de peau s'est mariée à un enseignant en éducation socio-culturelle ( oui... cela existe!) qui dirige le monde culturel de la ville de P.. Ensembles, ils construisent un monde "sans essence, hors provenance et où seule la dimension de l'exister est la réalité". Son mari avait détruit tout le vitrage de mon actuelle voiture ( il y a 21 ans) dans un accés de "revendication populaire" en tant qu"'agitateur prolétarien au service du peuple contre les nauséabonds conservatismes arriérés" .
Bon... Toujours est-il que je crois que ces gens affirment un suprématisme racial qui est au delà de toute indécence. Si nous avons des enfants non métissés, il est clair, qu'au nom de l'établissement des droits de l'homme créolisé, ils n'auront que le seul choix de disparaître du monde au nom de la race-destin-du-monde.
Ecoeurant!
Alors les enseignants... Quand je pense que K est "professeure" aujourd'hui. Alors que je me suis senti obligé de démissionner dans la mesure où j'avais dis à mes élèves de TSMS: "Les sons nous accueillent dans la nuit utérine" ce qui m'avait valu le droit à un procès d'intention comme quoi j'étais un affreux pro-vie "anti-avortement", je reste muet.
Mais l'éduquer à la nation est un concept intenable et absolument malsain qu'il est absolument nécessaire de balancer dans les oubliettes des erreurs historiques.

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: Situation dans les établissements d'enseignement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum