A quoi servent les riches?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A quoi servent les riches?

Message par Alain le Mar 12 Fév 2013, 15:00

Je vous transmets un article écrit par l'avocat de Genève Marc Bonnant, homme qui n'est pas sans talents depuis les éclairs de vérités qui savent l'animer:

"A faire rêver les pauvre et à les faire vivre.
Et à être haïs... Injustement. Les riches sont le sel de la terre. Les sociétés ne durent et ne se valent que parceque des énergies, des talents et des mérites singuliers créent des richesses.
Point d'art et de culture sans Princes et mécènes. Ce n'est pas là le moindre des paradoxes: Les riches, et eux seuls, rendent possible l'immatériel qui principalement importe et en assure la tradition. Jamais un pauvre n'a t-il doté un musée ou légué une bibliothèque...
Nos sociétés ont fait le choix de l'Etat providence. De la redistribution, non de la rétribution. A chacun selon ses besoins, édicte la politique, et non à chacun ses mérites.
Moralement, ce choix a peut-être ses vertus. Mais l'on pourrait soutenir que de priver les plus industrieux et inventifs du produit de leurs efforts et que de vouloir aligner, par la violence fiscale, les conditions de tous et de chacun sont autant d'atteintes à la liberté, à la nature et à ce qu'elle peut.
Nous vivons tous dans la forêt de Sherwood. Quelques clairières. Peu de clarté. La figure de réfèrence de nos sociétés modernes est Robin des Bois. Voler les riches pour alléger le sort des pauvres.
Ce brigandage porte aujurd'hui un beau nom: La solidarité.
La haine des riches, comme celle de toute supériorité, a sa longue histoire. La littérature, de Shylock à Harpagon, villipende la fortune qu'elle affuble d'avarice pour entraîner une théologique détestation. Thélogie...Saint Augustin, déjà, dénonçait la richesse comme une turpitude. Que d'enfers promis à ceux qui possèdent!
Et pourtant,ce sont ceux qui haïssent les riches qui violent avec constance le Dixième Commandement. Eux, les pêcheurs, qui devraient être voués aux gémonies. Plus justement à la géhenne...
Les riches nécessaires et honnis donc. Une tradition. La nouveauté est ailleurs: Leur mauvaise conscience. Les voici honteux. Regardez alentour: Le banquier genevois ne sort plus qu'à la nuit tombée, rase les murs et prend les transporsts en commun. Il s'habille en confection. Il déserte son chalet de Gstaad pour s'installer dans un pavillon aux Charmilles. Ses enfants, placés dans des écoles publiques lourdement métissées, ne disent plus que leur père est banquier à la Corraterie, mais plongeur au Buddha Bar.
Toute trace de richesse est, au mieux, effacée. Abandonnées les bonnes manières qui en sont l'indice.
Ah! La détresse de ne plus pouvoir être ce que l'on est et de l'être encore, avant que de l'avoir été.
Les riches servent à être haïs, écrivé-je, rôle sociologique qui, à lui seul, justifierait l'estime.
De tout temps, il a fallu au corps social, surtout lorsqu'il est malheureux, un bouc émissaire. De lui attribuer la cause exclusive de son infortune, c'est naturellement se dispenser de l'introspection et de l'effort. L'autre vous déresponsabilise. Cette pratique de sauvegarde est individuelle et collective. La haine légitime et rassemble; l'amour dilue. En amour on se perd; on se retrouve en haïssant.
Ainsi la haine méritereit-elle d'être réhabilitée... Elle contribue à la construction de l'identité. Elle la redéfinit et fonde la conscience de classe. On est et devient par opposition et contraste autant que par adhésion. Les sociétés se soudent par la haine de l'étranger. Ici l'étranger est le riche...
Mais l'envieuse égalité ubiquiteuse veille. Sans répit. Les riches vivent les derniers jours de Pompéï...
Ils entendent au loin les vociférations hollandaises ou mélanchoniennes, les délires de la gauches qui n'est que l'idéologie du ressentiment, le chant des impuissants, et voient, si prés déjà, ces hordes de besogneux et de parasites qui entendent vivre de leur seule force.
Et, ingrats, les haïr de plus belle... Les pauvres ne sont même plus reconnaîssants. Ils réclament un dû.
"Ces salauds de pauvres!" écrivait déjà Marcel Aymé.

Sympathique...

Alain
Vicomte

Masculin
Nombre de messages : 680

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi servent les riches?

Message par Ordre naturel le Mer 13 Fév 2013, 00:04

20/20 Laughing
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi servent les riches?

Message par Lastic le Mar 23 Avr 2013, 15:15

18/20 pour moi...

Très bon texte dans l'ensemble, sauf pour la référence à Saint Augustin, qui ne condamne pas la richesse en elle-même, mais l'orgueil qui peut trop souvent l'accompagner. Une nuance importante !

_________________
Vera nobilitas virtute virescit - Droit quoiqu'il soit !
avatar
Lastic
Ecuyer

Masculin
Balance Chèvre
Nombre de messages : 111
Age : 25
Localisation : Duché de Bourbonnais
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi servent les riches?

Message par Henry le Dim 22 Mai 2016, 20:30

Je pense que les chapitres de Bossuet, Du devoir des Princes envers les Sujets et Du devoir des Sujet envers les Princes, est comme dit Lastic plus réel pour la foi et pour l'économie du bien commun.

Ceci dit le texte de Calliope montre un certain bon sens, même sans note.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 519
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi servent les riches?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum