Un très beau texte de Mgr Freppel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Ordre naturel le Mar 12 Oct 2010, 11:15

Voici un texte de Mgr Freppel éminant ecclésiastique et député, intransigeants defenseur de la liberté et de la tadition, il fut surtout connu pour son opposition à la révolution française et à l'esprit révolutionaire en général.

A partir du règne de Philippe le Bel l'influence des légistes, en France, va grandissant de jour en jour. Ils se font les instuments dévoués du roi dans sa lutte avec la Papauté, en même temps qu'il se prépare à affaiblire, pour les détruire plus tard tous les corps intermédiaires entre le roi et le peuple. c'est le moment où l'ancien droit romain envahit l'occident, cherchant à refouler devant lui la coutume chrétienne. On sait ce qu'éait ce droit, qu'il serait plus juste d'appeler droit byzantin. L'empereur, en qui s'incarne le peuple souverain, don il est le mandataire et le représentant, absorbe en lui tous les pouvoirs. Politique justice, administration, finances, rienqui n'émane ou qui ne dépende de cette volonté unique. Aucune fonction ne peu s'exercer que par voie de délégation de l'autorité centrale, aux mains de laquelle sont confiées toutes les choses divines et humaines. Pas de droi national et historique devant ce droit abstrait et rationel, qui ne s'applique pas à tel peuple plutôt qu'à tel autre, parce qu'il est censé dériver de la raison et de la nature même. Si, à la différence de Rome painne, où le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel étaient confondus en un seul, Byzance se voit contrainte de les distinger l'un de l'autre, c'est à la condition de subordonner l'Eglise à l'Etat, et à l'exemple de Justinien et de ses successeurs est le meilleur comentaire de cet article du droit césarien.
C'es ce droit césarien, cette concentration de tous les pouvoirs aux mains de l'Etat qu'une école de l'égiste, aussi brillante que nombreuse, s'est efforcée constament de faire prévaloir en France, en opposition avec les libertés chrétiennes, et elle n'y a que trop réussi: soit que l'esprit français se plaise daventage aux idées rationnelles e abtraites, soit que les corps intermédiaires, comme la noblesse, aient résisté plus mollement qu'ailleurs. Faire du prince la source unique du pouvoir judiciaire et législatif, la loi, la loi suprême et toujours vivante transformer en droits régaliens toutes les fonctions sociales, y compris l'enseignement de la gramaire; dépouiller les corporations et les corps électifs de leurs franchises, de leurs droit historiques, fondés sur la propriété et sur la coutume pour faire dériver du bon plaisir de l'Etat jusqu'à la faculté d'exercer une industrie : voilà l'œuvre de centralisation et d'absolutisme que les légistes ne cessent de pousuivre depuis phillppe de Beaumanoir et Pierre des fontaines jusqu'à Dumoulin, Pierre Pithou et Denis Talon. L'engoument du quinzième siècle pour l'antiquité grecque et latine n'avait pu que favoriser ce dévloppement du droit césarien. C'est alors qu'on entend de nouveaux la maxime du droit byzantin: ''Quidquid principi placuit, habet legis vigorem'': maxime que l'aueur du ''Contra social'' reproduira rès fidelement, en disant que le peuple, c'est à dire le prince sous une autre forme, n'à pas besoin d'avoir raison pour valider ses actes. Ala longue, les légiste finiront par persuader au prince qu'il est propriétaire de tout le sol français; et Louis XIV, se fesant l'écho d'une théorie si contraire aux traditions de la royauté chrétienne, écrira dans ses instructions à son petit fils cette phrase plus qu'étrange: ''Tous les biens de nos sujets sont à nous.'' Les rois cents avocats et procureurs de 1789 n'auront qu'à reprendre cette thése du bas-empire, pour ce croire en droit d'exproprier l'Eglise sous prétexte d'utilité public.
(Extrais de ''La Révolution Française, A propos du centenaire de 1789, dans le chapitre V)
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Henry le Mer 01 Juin 2011, 20:29

Mais il va falloir que j'ailles a Vaduz pour faire des photocopies! Merci pour le texte.

On dit simplement le droit romain pour tout ce qui est encore utilisé.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Ordre naturel le Lun 26 Mar 2012, 01:19

Je ne comprend pas bien le sens de la seconde phrase. Shocked
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Henry le Mar 27 Mar 2012, 22:03

le terme de désignation du droit

romain

régalien

civil (Code civil)
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Ordre naturel le Mer 28 Mar 2012, 01:58

En tout état de cause on va de plus en plus vers le droit byzantin, c'est à dire l'ingérence de l'Etat dans toutes les sphères pour simplifier.
Ce droit que Mgr Freppel oppose au droit chrétien (surtout catholique bien entendu).
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Henry le Mer 28 Mar 2012, 08:35

Véritablement, nous pouvons redire avec Mgr Pie que “pas plus de 1830 à 1849 que de 1792 à1815, les hommes bien pensant n’ont pu parvenir à bien penser”, et même rajouter “de 1849 à 1873” et jusqu'a nos jours.

Ceci étant, il reste qu’Henri V avait un bon jugement politique, et que l’expérience, l’induction n’étaient pas pour lui de vains mots : la bassesse et la félonie des royalistes les plus haut placés dans les “chambres” issues du “suffrage universel”, royalistes en lesquels il avait toute confiance, le séparèrent de ses vues sur la légalité parlementaire.

N’a-t-il pas accordé sa pleine confiance au général Ducrot, en lui donnant le soin de préparer un coup d’état ? Lequel général Ducrot “quand le duc d’Aumale lui demandait par quel moyen on pourrait passer le pressant danger, devait répondre qu’il ne faut compter ni sur le suffrage universel ni sur le parlementarisme”.
Il eût été extraordinaire qu’avec les conseillers qu’il avait, Henri V ait agi autrement en 1873.
Le marquis de La Tour du Pin, une des plus grandes figures du royalisme à la fin du siècle, qui avait beaucoup étudié la société, a pourtant repris les erreurs de son temps pour ce qui regarde les institutions de l’Etat : dans son ouvrage Vers un ordre social chrétien - qui a été à juste titre admiré pour avoir prouvé le bien-fondé des corporations pour résoudre les problèmes de la vie ouvrière au XIXe siècle:
- il reprend exactement les mêmes erreurs que l’on a vues dans la lettre du Comte de Chambord, et adopte son explication concernant l’échec de la représentation populaire sous la Restauration. Il défend la représentation nationale et les chambres .
Que le suffrage soit direct ou indirect, censitaire ou non , ne change rien au problème. Il ne s’agit pas d’innover un mode de scrutin qui favorise Charles X ou Henri V, il faut analyser l’histoire. Or rien n’y justifie le principe de la représentation nationale.

L’air du temps, sans doute, le voulait, mais il était vicié, et il fallait le changer, sans tomber dans le panneau de ceux qui voudraient absolument faire croire que “le peuple” est attaché à leurs lubies tricolores ou sénatoriales. Le peuple se désintéresse des unes comme des autres. Pour qu’un esprit tel que La Tour du Pin ait pu reprendre ces erreurs, il fallait vraiment qu’elles soient incrustées dans la mentalité royaliste. D’ailleurs, comme bien d’autres, n’est-il pas devenu orléaniste lui aussi ? “Loin des yeux, loin du coeur” affirme le dicton. Les Bourbons d’Espagne étaient loin des yeux sans doute. Il n’y a pas eu de place pour eux dans le cœur des ex-légitimistes. Ce revirement reflète bien la trop grande place des sentiments chez beaucoup.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Ordre naturel le Mer 28 Mar 2012, 14:41

Je ne vous cacherais pas que je n’apprecie absolument le livre ‘‘Vers un ordre social chrétien’’ ni son auteur que je ne considère pas du tout comme un contre-révolutionnaire, à la même époque pourtant il y eu une grande figure A. Blanc de Saint Bonnet beaucoup plus profond à mon sens.

Pour la question de la représentation nationale, je dirais que c’est une vision erroné, mais que son absence ne résout pas le problème des sphères de l’Etat.
Même un anti-catholique fervent comme Spencer dira en critiquant le principe majoritaire systématique comme seul élément régulateur d’une société :

« supposons que, dans l’assemblée générale d’une société philanthropique, on ait résolu que l’association non seulement soulagerait les pauvres, mais emploierait encore des prédicateurs à combattrent le papisme en Angleterre. Les souscriptions des catholiques, ralliés au groupe dans des vues de charité, peuvent-elles être légitimement appliquées à ce but ? Supposons que dans un comité de bibliothèque , la majorité des membres, pensant que dans les circonstances actuelles l’exercice du tir a plus d’importance que la lecture, décide de changer le but de l’association et d’appliquer les fonds disponibles à l’achat de poudre, de balles et de cibles : les membres de seront ils liés par cette décision ? »

Bien entendu il répond à ces deux supposition par la négative, mais de même le pouvoir du roi existe dans un but précis, le roi n’est pas un calife, il gère les fonctions régaliennes, mais par exemple il ne doit pas prendre les fonctions qui sont celle de l’église (enseignements, médecine, charité ex…).

Quant au parlement à proprement parlé, ce n’est pas un phénomène nouveaux pour la France, il y avait les paires de France, la chambre des Baron ex…, n’oublions pas que Clovis à été élus comme un certain nombre de Mérovingiens, tout les successeurs carolingiens de Charlemagne, et Huges Capet ainsi que ses prédécesseur capétiens, l’hérédité à été proclamé plus tard comme une coutume établis en loi au nom de la pratique historique alors ressente.

Quoi qu’il en soit jamais jusqu’à la création des états généraux il n’y avait de représentation nationale, il y avait des représentation local souveraine de leurs désignation et le roi était la seul incarnation de la France dans son ensemble.
Ce modèle me semble plus souhaitable qu’un roi sur une France unifiée (ce qu’elle ne fut jamais vraiment sous l’ancien régime) aussi je ne verrais pas tout les problème dans le parlementarisme, mais aussi beaucoup dans l’absence d’autonomie locale.
avatar
Ordre naturel
Vicomte

Masculin
Capricorne Chat
Nombre de messages : 1078
Age : 101
Affinités politiques : Legitimiste/ Conservateur/ Traditionaliste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Henry le Ven 14 Fév 2014, 20:07

Du Manifeste légitimiste:
"Sous la Seconde République des associations d’ouvriers s’établirent en toute illégalité. Le corporatisme était considéré comme tyrannique. Avec Napoléon III, la législation va suivre la mentalité de l’époque. Ainsi la loi du 27 mai 1864 apporta enfin la liberté d’association non professionnelle. Les expositions de Londres en 1863 et de Paris en 1867 permirent de découvrir les Trades-Union. Suite à l’exposition universelle de Paris, une commission d’encouragement pour les études des ouvriers, composées des notabilités commerciales et industrielles, appela les groupements ouvriers à élire des délégués pour discuter des intérêts techniques et sociaux de leurs professions. Cette commission siégera dans une école du XIe arrondissement, elle comprendra un comité directeur. Elle prolongera ses réunions jusqu’en Juillet 1869.

Le 19 janvier 1868, elle proposa aux ministères de l’agriculture, du commerce et des travaux publics : la réorganisation des conseils de prud’hommes, l’abrogation de l’article 1781 du Code Civil, la suppression des livrets ouvriers, création de chambres syndicales ouvrières. De 1868 à 1870, on recensa 67 chambres syndicales.

La création de syndicats patronaux et ouvriers s’accéléra, toujours dans l’illégalité, mais le gouvernement ferma les yeux, plus facilement pour des syndicats patronaux qu’ouvriers. La liberté des associations professionnelles fut réclamée dès 1872, par les syndicats ouvriers et par les catholiques, notamment par le Comte Albert de Mun dans une séance au parlement le 13 juin 1883, où il dressa le portrait de l’ouvrier livré à la liberté du commerce.

Un premier projet parlementaire fut déposé par Locroy, mais rencontra l’opposition de patrons et d’ouvriers qui y virent une manœuvre policière. Deux congrès ouvriers réclamèrent la liberté générale d’association à la place de la liberté d’association professionnelle. Un second projet élaboré par une commission de 62 chambres syndicales ouvrières de Paris proposa l’abolition des pénalités contre la grève ou la coalition, la personnalité civile pour le syndicat, un bureau de renseignement, d’offre et de demande de travail, des expertises et des arbitrages, une réglementation de l’apprentissage, le dépôt des statuts et seulement la déclaration du nombre de syndiqués.

La loi du 21 mars 1884 abrogea une grande partie des sanctions pénales que risquait l’ouvrier en cas de grève ou de réunion. Tant que le syndicat agissait pour la défense de ses membres il ne pouvait être puni ni pénalement, ni civilement. Elle rendait inapplicable aux syndicats les sanctions pénales prévues pour la création d’associations non autorisées par le gouvernement. Elle acceptait les syndicats mixtes, et reconnaissait aux organisations professionnelles la personnalité morale. Mais dès 1886 une proposition de loi visant à abroger cette législation fut déposée."


""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""
Les Corporations supprimées par la loi Isaac le Chapelier en 1791 du 14 juin 1791 et exécute le même jour que Malsherbes. (pro encyclopédiste, fait adopter en 1787 l'édit de Versailles ou édit de tolérance qui organise l’état civil des non-catholiques, 1787). C'est par la loi Le Chapelier que les pouvoir régaliens de la protection de la société embryonnaire qu’est la famille corporatiste, et aussi la famille système embryonnaire de société, voient leur pouvoir d'action, et leur pouvoir d'achat pouvoir d'achat être attaqués.

Ces marchands de l’anti-christianisme économique, sont les promoteurs du syndicalisme, en associations, du post ci desssus, mais surtout de la loi sur les associations de 1901, incluant l'expulsion des congrégations. Vous connaissez mieux la suite actuellement sur le pouvoir d'achat et la politique famille.
avatar
Henry
Baron

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 520
Age : 51
Localisation : Velay
Affinités politiques : Légitimiste

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un très beau texte de Mgr Freppel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum